Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 16:20

Ça y est , la Réunion est en vacances, et ce jusque fin janvier. La Coupe de la Canne s'est terminée cette semaine. Et, pour marquer la fin de la saison cannière, - la tradition remonte  peut-être à décembre 1848 - on fête dans toute l’île.  La Fête Kaf - « la Fête des Cafres » - bat son plein.

 

Cette Fête Kaf’ coïncide avec la promulgation de l’Abolition de l’Esclavage ( qui avait lieu un 20 décembre). Les Cafres (esclaves venus d’Afrique) pouvaient enfin danser au grand jour... façon de parler.

Marie Rose Perrine raconte par exemple qu’un siècle plus tard, les Cafres des Calbanons invitaient tous les habitants de leur quartier à leur fête.

 Encore aujourd’hui, les Réunionnais, avec leurs proches, leurs voisins, leurs collègues, les milieux associatifs fêtent ce moment comme il se doit. De la mi-décembre au 20 décembre, la Réunion est en effervescence.

 

Cette fois-ci, nous avons fêté avec les Jolis Pas. Déjà le 17 décembre à 8 heures du matin, la place était  réservée près d’un barbecue à Grand Anse par Jean Paul et Hélène, une équipe avait installé une bâche sur la plage. Et les amis des amis, les z’oreilles en vacances chez les uns et les autres, étaient aussi conviés. Preuve que l’ouverture et  l’esprit de partage de cette manifestation sont encore d'actualité.

P1050833

 Sur toute la plage de Grand Anse on ne voyait des touches de lumière qui correspondaient à des attroupements, certains plus sonores que d’autres ( certains apportent leur sono) mais toujours respectueux  du voisinage..

Des chaises et des nattes commencent à être installées près  du  feu et on sert l'apéro.

 P1050830

 Jean Jacques et Ti Yab font griller les saucisses et les cuisses de poulet, Dédé fait le tour du groupe avec les achards (bien pimentés).

 

Ferdi a préparé une tarte aux bananes, Sylviane une tarte à l’abricot et à l’amande., d’autres marcheurs ont apporté du gâteau rouroute, du pâté créole…

 P1050811 P1050825

Pour voir dans son assiette, il faut se contenter de lampes torches ou d'autres systèmes d'éclairage.

P1050839 

Didier, Edouard et André, trois voix de Villancico  chantent avec brio toutes sortes d’airs pendant que les autres fêtards mangent avec appétit en bavardant. 

L'air est doux, on se sent bien. Un calme rythmé par le déferlement des vagues sur la plage.

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 09:19

Un chant de Noël réunionnais ? Eh oui, Guillaume m'apprend qu'hormis les chansons écrites sur des airs de séga ou de maloya, les jeunes de son foyer de Terre Rouge répètent aussi une chanson de Noël pour la fête de fin d'année : Noël sous les flamboyants. 

 


Je cherche les paroles et tombe sur un texte écrit par Jacqueline Farreyrol et qui s'intitule "Noël à la Réunion". Et pour  l'air, j'ai trouvé mon bonheur sur Deezer. Voici donc les paroles et la musique de cette chanson si populaire.


flamboyant

Noël à la Réunion  (Jacqueline Farreyrol)

 

Quand tu passeras par notre île

Pour toi ce sera plus facile

Il n’y a pas de cheminée

Tous les jours ici c’est l’été

Si tu ôtes ton capuchon

Garde ta robe vermillon

Car pour te cacher des enfants

Tu auras tous nos flamboyants

 

Refrain

 

Papa Noël, descends sur ton nuage, 

Tu feras le plus beau voyage, 

Viens chez nous pour fêter Noël. 

Papa Noël, tu diras aux rois Mages 

Qu'ici tous les enfants sont sages 

Et ils t'attendent pour fêter Noël. 

 

Noël en plein Océan, 

Noël sous les flamboyants, 

Noël en rouges flocons, 

Noël à la Réunion. 

Noël en plein Océan, 

Noël sous les flamboyants, 

Noël en rouges flocons, 

Noël à la Réunion. 

Père Noël

Dans ma chambre j'ai préparé 

Des fruits que tu n'as jamais goûtés, 

Les letchis d'un rouge vermeil 

Comme il n'y en a pas dans le ciel, 

Je t'attendrai toute la nuit, 

Je vais te raconter ma vie, 

Dans ce pays où le Soleil 

Brûle encore plus fort à Noël. 

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2011 5 16 /12 /décembre /2011 18:19

… est un projet d’animation locale cher à l’Association « Pêcheurs Golet ».

Aidée financièrement par la CAF, soutenue par le CUCS, le CCAS et la Maire de St Pierre, cette association très dynamique, présidée par Suzy Laurent,  a présenté l’avancée des travaux lors d’une rencontre organisée dans les locaux de la MJC.

Devant une salle comble, qui réunissait tous les acteurs et partenaires de cette opération, Nicole Abriel, cheville ouvrière de cette action,  a commenté un diaporama retraçant les étapes de l'entreprise et les cinq réalisations en cours.

Ces dernières ont ainsi été expliquées à l’assemblée (la démarche de collecte, l’implication de chaque acteur, l’utilisation du matériel … et le contenu de chaque ouvrage. C'était aussi l'occasion de remercier toutes les personnes présentes dans la salle pour leur contribution ( mais aussi les personnes qui n'ont pu se déplacer).

Les recueils :

un livret de 16 recettes de cuisine lontan collectées, (réalisées aux Calbanons et à la Semader avec Tress’eknou et le GEPPH), puis expliquées pas à pas ( photos à l’appui)

P1050650


    un livret répertoriant les Jeux lontan, jeux de société, jeux sportifs…

P1050646

     recueil sur la langue de Grands Bois (proverbes, comptines, romances, devinettes sur les fruits et légumes, expressions utilisées dans le loto quine, les dominos…)avec le concours du Club des Lataniers et de nombreuses personnes de Grand Bois

P1050640

-       un recueil de scènes de vie lontan (photos et textes)

P1050661

 

Au cours de l’exposé, l’auditoire a pu écouter un document sonore qui complète cette action : un CD de chanson créé sur un texte de M. Bassonville autour du thème de la vie lontan.

A l’issue de cette présentation, les présents ont été invités à prendre la parole pour exprimer leur sentiment. L’orchestre Bann Jouar a accompagné le quadrille créole dansé  par huit danseurs de l’association, puis tous les participants ont partagé une collation préparée par les membres de l’équipe.

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2011 5 16 /12 /décembre /2011 07:43

 2H40 pour bons marcheurs (pause comprise) 

Descriptif : un dénivelé positif de 200 m, puis une descente dans la Ravine de l’Argamasse, et pour terminer une belle grimpette.

Avec un groupe d’une douzaine de personnes motivées, membres de l'UPTS,  sous la houlette de Marie-France, Sylvie et Marie Christine, nous avons découvert hier matin une nouvelle boucle de rando à l’Entre-Deux. 

Après avoir traversé le village de l’Entre-Deux, nous avons pris la direction de la Ravine des Citrons, sommes passés devant le kiosque Jean Lauret, et avons continué après le panneau du lieu-dit « Argamasse » pour nous  retrouver tous au parking de Bellevue. Argamasse, un mot à expliciter : c’était l’endroit où on faisait sécher le café.

Nous avons repéré immédiatement à notre droite le départ de la randonnée : des escaliers très escarpés.

P1050695

 

Il est déjà 9 heures quand nous nous badigeonnons de crème soleil et réglons nos bâtons de marche. Le soleil tape. Petite photo de groupe avant la montée...

P1050704

La promenade est assez sportive. Le sentier est sec, très sec. Bordé de fougères, de chocas, le sentier grimpe (dénivelé de 200 mètres). Ce chemin monte au Dimitile. La végétation au bord des remparts est luxuriante. Tiens un (ou « une » ?) papangue qui survole la ravine ! Nous sommes sidérés par la quantité de lianes de passiflores qui poussent dans cette zone.

P1050707 P1050711

Parfois on a une vue sur la côte : à nos pieds Pierrefonds. Il fait de plus en plus chaud. Il nous faut nous désaltérer régulièrement.

      Après une heure de marche, nous voilà à la jonction de deux chemins, nous laissons sur notre gauche le sentier du Dimitile pour prendre la direction de l’Entre Deux,

P1050714 P1050719

et six minutes plus tard nous sommes sur le sentier du Doyen.

P1050722 P1050723

En redescendant par ce sentier, on a une vue plongeante sur St Pierre. Et toujours des lianes de passiflores remplies de fruits verts.

On aperçoit  de temps à autre les petites clochettes roses du bois de rempart.  Parfois on tombe en arrêt devant un énorme arbre dont on aimerait savoir le nom…

P1050731

Tiens, là un tec-tec qui a le bec rempli d’on ne sait quoi, peut-être des brindilles pour faire un nid.

En descendant, nous avons une vue sur les remparts du Bras de la Plaine et le littoral. Des ambavilles, des néfliers mais aussi et toujours les longoses et la vigne marronne  font partie du décor.

P1050737

Nous marchons sur un sentier étroit en corniche le long de la falaise, un sentier qui doit être dangereux en cas de pluie.

Bientôt une halte sur des rochers dans la Ravine de l’argamasse, où l’eau stagne dans de petits bassins. Pas de torrents, c’est la sécheresse… depuis des mois on attend  une pluie providentielle. Nous mangeons des fruits secs, buvons de l’eau de moins en moins fraîche.

Une heure plus tard,  à l’endroit où sont les panneaux indiquant « Cape, mal au ventre,  Cilaos par Hell Bourg » nous bifurquons à droite. En face de nous les habitations du Bras de Pontho.

P1050739 P1050748

Maintenant, il nous faut remonter : sur la carte IGN, la distance paraît risible, mais nous mettrons bien quarante minutes pour revenir à notre point de départ : ça grimpe sec… mais la troupe est alerte, tous les marcheurs sont habitués aux sentiers réunionnais. Une seule, une jeune Belge découvre l’île. En face de nous les remparts du Bras de la Plaine.

P1050752 P1050768

Encore quelques arrêts pour cueillir quelques fruits de la passion mûrs,ou photographier les fleurs de jambrosades, de goyaviers.

 P1050780 P1050781

Nous voilà de retour, la boucle est bouclée. Nous sommes en nage, mais ravis d’avoir fait ce circuit.

P1050782 

Nous redescendons en voiture vers le kiosque Jean Lauret où nous pique-niquons. Colette sort sa nappe. En mangeant, tous parlent de projets de voyage (ça sent les vacances) Eh oui, demain soir, c’est les vacances ! (sauf pour les retraités…)

Un couple de jeunes est en train de couper d’énormes bambous. Ils comptent fabriquer une varangue. De nombreux touristes s’arrêtent ici pour admirer le point de vue sur le Bras de la Plaine.

      C’était une belle matinée !

 

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 14:10

Depuis plus d'un an, je cherchais vainement le nom du pied qu'Huguette Ricquebourg m'avait offert en me disant : " C'est un arbre à bols" Le pied serait appelé ainsi en raison de la forme de ses feuilles. A Grand Bois, on lui donnait l'appellation "rougailler" parce qu'on remplissait ces feuilles de rougail (préparation à base de piment).

arbre à bols 2

Et voilà qu'en flânant au Domaine du Café Grillé, un jardin remarquable à la sortie de Pierrefonds, j'obtiens enfin la réponse.

Il s'agit du " Polyscias" de l'espèce des " scutelloria" famille des "araliaceae".

arbre à bols

Mais à Pierrefonds, on appelle l'arbre "la moque". Quand on sait qu'une "moque" est une boîte de conserve, on pense aussi à la forme d'un contenant. Finalement, toutes les images se rapprochent : on assimile la feuille du polyscias à un bol à Ste Suzanne, dans l'Est de l'île, un Rougailler au sud de St Pierre, à la Moque au Nord de St Pierre. Encore une fois, si vous êtes curieux, si vous aimez la botanique et la Réunion, faites un tour dans ce Domaine.

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2011 3 14 /12 /décembre /2011 21:44

C’est Jean Paul Abriel qui nous en a dévoilé le principe lors d'une matinée récréative aux Calbanons. Ce natif de Grands Bois en connaît un rayon sur des pratiques anciennes.

P1050407

C'était la mardi 6 décembre, jour où l’association « Pêcheurs Golet » accueillait des petites sections de maternelle de l’école Lapierre de Mont-Vert. Les marmailles découvraient des fruits dont ils ignoraient les noms, la forme et le goût. S'il est facile de couper des morceaux de jamalac, ou de vavangue pour les faire goûter, pour la pomme latanier, c'est une autre histoire.

Là, on met en pause, et on écoute le sage qui pique la curiosité des enfants : " Comment ouvrir ce fruit ? ... Non, pas avec les dents, peut-être  avec un marteau ou un galet si on en a un sous la main... Mais il existe une méthode bien plus efficace..." L'homme se dirige alors vers une porte, coince le fruit dans le jour laissé entre le mur et la porte et claque cette dernière !Attention ! Il faut éviter de laisser le doigt sur le fruit pendant cette opération. La meilleure solution est de demander à un adulte de s'acquitter de cette tâche.

P1050412 P1050409

Voilà le fruit est fendu et on peut en consommer l'intérieur.

 

P1140286

La pomme latanier, fruit du latanier (palmier), fruit de saison, au marché de St Pierre.

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2011 7 11 /12 /décembre /2011 10:24

 A défaut de Noël BLANC, vu les températures assez éloignées du zéro (température à laquelle il se met à neiger) , on se met au ROUGE.

D’abord, dans les vitrines des mannequins portent des « linges » (habits) rouges. Et la jeunesse aime ça (voir article précédent)

 P1140280

Puis, les arbres revêtent également leur parure rouge. Ainsi le long de la quatre voies entre le Tampon et Saint Pierre, nous avons droit à une haie d’honneur éclatante. Quand le flamboyant ou « delonix regia » rougit, on dit que « Noël n’est pas loin ». 

 P1050329P1050330

Parfois on aperçoit dans des massifs des arbres décoratifs qu’on appelle ici « bois de Noël », ils portent de petites boules rouges. On trouve aussi cet arbrisseau le long des sentiers (comme celui de l’Eden, près de Bras -Panon). Son nom latin est « ardisia crenata ».

P1140300 P1140299

 

Enfin, un troisième signe : les grappes de letchis mûrs arrivent sur les étals. Ces fruits roses, rouges,  donnent aussi le signal des festivités. Pas une table réunionnaise ne se passe de letchis à Noël.

P1140295 P1140296

 

Actuellement, on  trouve ce fruit au marché de Saint Pierre au prix de 3 à 4,50 euros le kilo. Mais cette année, les arbres ne ploient pas sous leur poids.  Ils avaient beaucoup produit l’an passé, ceci expliquant peut-être cela.

P1140285

 

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 12:02

Voilà un accoutrement qui plaît au mois de décembre à la Réunion : la tenue de Père Noël pour aller en classe.

Ce jeudi vers 16 heures, à Cilaos, notre car a repris la route pour Grands Bois. En passant devant la maison de la Broderie, les passagers du bus ont apostrophé les "Mères Noël" qui déambulaient sur le trottoir à la sortie des cours du collège.

P1050621 P1050620

C'est un phénomène très local : ici les élèves achètent des vêtements rouges galonnés de fourrure blanche et coiffent le bonnet rouge pour aller en classe... bien qu'il fasse une trentaine de degrés, peut-être un peu moins à Cilaos. Certaines filles achètent même des bottines ou des sandalettes rouges.

Impensable en métropole !

Il paraît qu'à Mont-Vert pour la kermesse de l'école Evariste Parny, Robin devra revêtir des vêtements rouges...

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 18:20

Une vingtaine de membres de l'association "Pêcheurs Golet" ont goûté ce jeudi aux bains revivifiants des thermes de Cilaos, une sortie organisée par Jacqueline Caneschi.

A bord d'un bus (pas d'un bus de ligne) ont pris place une trentaine de personnes de Grands Bois, toutes tentées par cette escapade originale.

Mais le trajet a semblé très long de matin-là, des travaux de purge de falaise ayant lieu sur la RN5. Et notre chauffeur, un homme très sympathique, a admis qu'il n'était pas un habitué de la route, et c'est donc avec prudence qu'il manoeuvrait pour nous amener à bon port. Rien à voir avec les chauffeurs de la ligne régulière qui connaissent chaque virage par coeur.

Comme le car avançait lentement, nous avons eu tout le loisir de photographier les panoramas dont on ne se lasse jamais : le Bras de Cilaos, Peter Both...

P1050564 le bras de Cilaos

P1050567

Le passage des tunnels était épique, lui aussi. Le premier tunnel franchi, nous avons fait une halte à l'arrêt de Palmiste Rouge, le temps de boire une dodo fraîche, un jus de fruit et de goûter le bon pain au chocolat offert par Moz.

P1050577 P1050579

Arrivés à Cilaos, pendant que les organisateurs allaient commander des barquettes de cari près du petit marché pour tout le bus, les passagers ont patienté en chantant des chansons lontan comme " Roulez z'avirons, Antonia, Tit' Fleur fanée, mon coco... et bien d'autres" Certaines étaient coquines et donnaient à rire à tout le monde.

Ensuite, le chauffeur a réussi l'exploit d'amener, par un chemin escarpé et étroit, toute la troupe à "la Roche Merveilleuse", où le parking était très exigu et où il lui a fallu manoeuvrer derechef pour tourner.

Là, tout le monde a pris place à l'ombre d'un kiosque ou d'arbres pour déjeuner.

 

P1050604 P1050603

Vers 13h 30 il fallait déjà repartir pour être au rendez-vous aux Thermes.

Là, une quinzaine de personnes sont entrées  (deux fournées) dans les baignoires bouillonnantes et massantes, pendant que 5 autres préféraient essayer le jaccuzi.Ceux que les bains ne tentaient pas sont descendus faire un tour en ville, ou ont suivi le sentier des anciens thermes.

P1050614

Au sortir des bains, repos dans une salle de relaxation. Puis tous se retrouvent dans le hall où Martine nous distribue sa tisane à l'ayapana et à la citronnelle.

P1050617

Il est 16 heures quand nous plongeons vers le littoral, pendant que les nuages montent à l'assaut des crêtes. Cette fois-ci les manoeuvres sont encore plus délicates et plus nombreuses, il faut s'y reprendre à plusieurs fois.

P1050630

Vrai que Cilaos en bus vaut toujours le coup, à condition d'avoir confiance dans le conducteur. Emprunter un bus de ligne est plus sécurisant, mais compte tenu de la taille du groupe, il aurait peut-être éte scindé à Saint-Louis, et l'organisation se serait compliquée.

N'empêche que nous avons vécu là encore une superbe journée avec une équipe soudée, vivante et heureuse de se retrouver. 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 08:44

En attendant le car, nous en profitons aussi pour bavarder avec un habitant des lieux, âgé de 63 ans.

Il nous confie que le « Tailleur de Pierres » ( signalé sur le panneau) ne les taille plus. Trop âgé, il s’est retiré de la vie active et son savoir-faire n’a pas été transmis. Il vit encore dans le secteur et possède la maison de notre interlocuteur.

Devant cette case pousse un arbre où pendent de gros fruits verts, non pas des avocats, alors ? Il s’agit de pamplemousses. Ils ont encore une forme de poire, mais en mûrissant ils s’arrondiront.

P1050542

 Juste à côté un arbre fruitier couvert de fleurs jaune clair de petits fruits : c’est un pêcher, nous explique l’homme.

 P1050553

Lui aussi est agacé par la cochenille qui envahit son papayer. Mais il prétend que dans les bois, le papayer est à l’abri, et qu’un cyclone serait bienvenu pour faire disparaître tous ces parasites qui s’attaquent aux arbres.

Quand nous parlons des fruits lontan, il avoue qu’il adorait manger des vavangues et regrette qu’elles aient disparu de cette zone, comme bien d’autres fruits…


 

 

 

Partager cet article
Repost0