Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 octobre 2011 4 13 /10 /octobre /2011 17:43

Vacances d'octobre rime avec Florilèges (façon de parler,  la rime oussa i lé ?). Si l'attraction vaut le déplacement, elle occasionne aussi beaucoup de gêne quant à la circulation des Tamponnais. Certains en profitent pour prendre le large... Ceux qui aiment les bains de foule restent.

Si on s'y rend aux aurores, on trouve encore de la place pour garer sa voiture ; à défaut, il faut prendre la navette  mise à disposition à la place du marché forain.

Pour un euro, on a accès au parc Jean de Cambière, ( situé entre la médiathèque et l'église) et c'est toujours un plaisir pour les yeux. On y trouve toutes sortes d'orchidées mais aussi des arbres fruitiers, d'autre plantes ornementales. On peut s'y restaurer, assister aux animations qui se succèdent sur le podium.

P1130217 P1130225

 

P1130227 P1130219

Nous avons fait tous les stands pour trouver "le sabot de Vénus" tant désiré par mamy Hortense. Nous l'avons finalement trouvé et il a pris l'avion pour la métropole avec sept autres orchidées.

Deux stands présenttaient aussi les essences qui font la fierté du Tampon : essences de Vetiver, de géranium et bien d'autres. Une dame était en train d'allumer le feu pour ditiller de la citronnelle ( un bon antimoustique)

P1130231 P1130234

             

P1130237 P1130235

Ah ! les sabots de Vénus...

Même les écoles ont participé à cette journée en exposant des travaux

                        P1130229

Cette fois-ci nous nous sommes contentées du parc et n'avons pas souhaité faire de shopping dans la Rue Delisle où il y a toujours foule.

 

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 20:15

 La boucle des Anciens Thermes de Hell-Bourg

 

Tout à fait par hasard, nous avons découvert, en prenant la route menant à Ilet à Vidot depuis Hell-Bourg qu’il existait un autre sentier pour descendre aux thermes. Le sentier est annoncé par un panneau en bois à main gauche. On plonge dans un sentier étroit, inégal et escarpé pendant une dizaine de minutes et on remarque sur la droite le vieux pont rouillé. Nous croisons trois randonneurs qui effectuent le parcours dans l’autre sens.

                 Salazie 0066

Nous traversons la rivière à gué – quasiment pas d’eau- Quelques pas sur les galets, et  nous voilà au pied d’énormes bambous qui doivent donner une ombre bienfaisante pendant les grosses chaleurs de décembre.

Salazie 0067 Salazie 0070

Nous arpentons le site, qui est toujours bien entretenu et respecté par les visiteurs. Des murets encore couverts de carrelage çà et là, des machines rouillées (pompes, engrenages). L’endroit invite à la rêverie.

Salazie 0071 Salazie 0072

Salazie 0073

Nous remontons par l’autre sentier. Les marches très hautes sont peu confortables, par conséquent,  nous préférons longer les marches sans crainte de glisser ( par temps sec on hésiterait)

Ce chemin, bordé de fleurs variées, monte vers l’ancien hôtel des curistes (hôtel hélas toujours abandonné !) Une trouée permet d’admirer les sommets se profilant au loin.

                                       Salazie 0075

Une arche en pierre est franchie et nous passons devant quelques maisons aux murs ornés de bardeaux.

Salazie 0076 Salazie 0079

                    Salazie 0080

Là, aussi les chouchous ont pris les pentes d’assaut. Après vingt bonnes minutes passées à escalader ce chemin,  nous voilà près du guétali, qui mériterait aussi une petite réfection. Non loin de là,  la case créole qui abrite la médiathèque d’Hell Bourg a été joliment restaurée.

                     Salazie 0081

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 09:13

La Maison Folio, un sanctuaire ?

Lors de notre visite du jardin, notre guide a excellé dans « la métaphore filée » en nous faisant découvrir trois fleurs « en odeur de sainteté ».

La passiflore, ou "fleur de la passion…"

Salazie 0058

Pourquoi s’appelle-t-elle ainsi ? Il suffit de l’observer : au cœur de la fleur trois clous (les clous de la crucifixion), puis autour de ces clous  les stigmates, et enfin les 12 pétales rouge sang qui représentent les 12 apôtres.

 

Le bégonia ou "cœur de Jésus"

Salazie 0060

Notre guide de la maison Folio nous a fait remarquer que la forme des pétales suggérait un cœur.  C’est vrai. Mais « Jésus » ? Aurait-il eu un cœur plus petit que le nôtre ?

 

La fleur de sauge, « la vierge à l’enfant. »

Salazie 0053

Suffit d’avoir de l’imagination et une bonne vue et on aperçoit effectivement la silhouette d’une madone tenant un enfant. Certains y verront autre chose, à chacun sa sensibilité. 

La religion catholique compte encore beaucoup de pratiquants à la Réunion, ceci expliquant cela.

 

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 18:51

La Maison Folio à HELL- BOURG

A la maison Folio, nous avons pris la visite en cours. Un monde fou, ce jour-là ! Etonnant, en milieu de semaine d’habitude, c’est plus calme. Faut dire que les vacances d'octobre des Réunionnais ne sont pas terminées. Trois guides se relayaient pour assurer… 

Dans la villa, Manmzel Isabelle était en train de lisser les tiges des brèdes - chouchous devant une quinzaine de touristes : elle expliquait que la fibre servait à confectionner des chapeaux, un travail long et fastidieux qui justifie le prix de ces objets. 

 P1130207

Puis, elle a fait deviner les noms des fruits et légumes qu’elle avait disposés sur la table : les graines de moufia (arbre à rafia), la pomme en l’air (qui pousse sur une liane),  le fruit du baobab (encore appelé « pain desinge »), le tamarin, le manioc, la racine de curcuma dont elle a vanté les vertus. Par les temps qui courent, pour soigner les mauvaises toux, elle préconise du lait et du curcuma. C’est radical !Autre propriété du curcuma : c'est un formidable cicatrisant...

 S’ensuit un petit pas de twist avec la brosse-coco ( noix de coco coupée en deux) qui servait à cirer et lustrer les parquets.

Dans la chambre à coucher, nous avons revu les tapis-mendiants qui couvrent le lit à baldaquin, une boîte en marquèterie, les chapeaux en tresses à dents de brèdes chouchous…

Salazie 0042

 

Une deuxième dame nous a fait visiter le jardin avec ses plantes ornementales, aromatiques, ses arbres : un vrai cours de botanique qui fera l’objet d’autres articles sur ce blog.

Puis nous sommes entrés dans une pièce où étaient exposés des objets lontan : réfrigérateur, fers à repasser (ou « caros »), moulin à manioc, râpes, bacs à glaçons en bambou… et même une sorbetière. Dans cette dernière, on mettait des glaçons et du gros sel, et il fallait tourner la manivelle pendant une heure pour que les fruits se transforment en glace.

Salazie 0055 P1130215

P1130213

Un dernier passage dans la cour où il s’agissait d’identifier des bois ( bois de fer, camphrier, bois maigre, bois de natte,  bois de letchi…)

P1130210

Retour dans la case pour un petit topo sur le mobilier.  Plus d’une heure de visite.  On n’est jamais déçu par la Maison Folio : les gens d’ici savent faire partager leur passion pour la Nature et le passé de l’île.

 

Prix de la visite : 5 euros/ adulte

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 16:14

Excursion en voiture

 

Partis du Tampon, de bonne heure, alors que tous les Hauts étaient superbement dégagés, nous mettrons près de 2 heures (en comptant les arrêts) pour rejoindre Hell-Bourg, au fond du Cirque de Salazie.

A notre gauche, le Piton des Neiges est impérial. Dans les pâturages, des touches jaunes (les ajoncs) des touches blanches (les arums)

P1130188

 

Avant de plonger vers la Plaine des Palmistes, un petit arrêt s’impose pour admirer la Forêt de Bélouve dominée par le Piton Cabri.

P1130191

A Saint Benoît alors qu’il était déjà 8h 30, nous avons eu malgré tout droit au traditionnel bouchon au niveau des ronds-points.

Après Bras-Panon, nous avons pris la direction de Salazie, par la RD 48, la seule route qui désenclave ce cirque. C’était d’ailleurs le premier cirque accessible en voiture. Etroite, sinueuse, cette route longe la Rivière du Mât, dont le lit est très encaissé.

 Salazie 0026

La chaussée longe la falaise et nombreux sont les panneaux mettant en garde contre les éboulements. Des murets de pierre ont été élevés à maints endroits. Des fossés assez profonds exigent aussi une attention de tous les instants. Pas moyen pour le conducteur de trop attarder son regard sur les multiples cascades qui jalonnent le parcours.


Mais le paysage est fantastique. Nous nous arrêtons comme d’habitude près de la petite chapelle, après la traversée de la Rivière.

Après le pont, des travaux ont lieu pour aménager la chaussée. Parfois la route est fermée la nuit pour des travaux de réfection de la route ou de purge de la falaise.Salazie 0022

Puis la grimpette continue vers le village de Salazie situé à  446 m d ‘altitude. Nous nous garons à proximité de l’église, face à l’hôtel de ville. Nous remarquons à droite de l’édifice religieux une crèche aux couleurs vives.

Salazie 0033 Salazie 0034

Salazie 0031

Puis, nous repartons en direction d’Hell-Bourg (altitude 930 m). Ici, c'est le règne du chouchou. Même si on essaye de le palisser, le chouchou envahit tout l'espace.

A notre gauche, les superbes cascades appelées "Voile de la Mariée"

P1130204

A l’entrée du bourg, nous faisons une halte à un point de vue, une zone aménagée avec une table d’orientation.

Salazie 0040

                         Mamie Hortense devant le Piton d'Anchaing (cirque de Salazie)

 Cette table « vandalisée » depuis un bon moment (plus d'un an au moins !) n’a pas été refaite alors que le site attire une foule de touristes : des morceaux de granit ont été arrachés et  il est impossible d’identifier les sommets si on n’a pas de carte IGN sur soi. Regrettable ! Que fait donc  l’I.T.R, se repose-t-elle sur l’ONF ? Nous quittons ce site vers 9h50 et prenons la direction du centre-ville, pour nous garer à proximité de la Maison Folio que nous retournons visiter pour la 3e fois . (à suivre)

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 18:01

 


C’est la saison des ananas, des tangors ( ces petites clémentines  juteuses aux gros pépins). Depuis cette année, un autre agrume appelé « temple » trouve sa place sur les étals. Il s’agit d’un tangor qui s’épluche bien.

P1130074 P1130077

C’est aussi le temps de la floraison des bauhinias, appelées aussi arbres à orchidées.Le long de la rue de Paris, ils fleurissent mauves.

P1130065

Depuis quelques jours , le jacaranda, au parfum capiteux se couvre d’inflorescences mauves.. Les ipomées blancs font une haie d’honneur aux automobilistes conduisant sur la quatre-voie entre entre St Louis et Saint Pierre  et sur le terre-plein central  les lauriers roses sont toujours en fleurs.

Si sur la route qui monte au Tampon les flamboyants sont encore nus, les benjoins commencent à se couvrir de petites feuilles. Le printemps est bien là !

Les Réunionnais sont en vacances une petite semaine encore, et les plages sont animées par les cris des enfants. Mais les gens d’ici n’aiment pas encore profiter de la mer, trop fraîche à leur goût. Il leur faut une température supérieure à 25 ° pour faire trempette. Les touristes font moins les difficiles… Octobre, c’est aussi le mois des Florilèges au Tampon : ce week-end les festivités  débutent ! Les manèges et le podium sont déjà installés et autour de l’église, on prépare les stands de la braderie.

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2011 6 01 /10 /octobre /2011 11:13

 

Ce n’est pas la première fois que nous visitons à Saint Leu ce prodigieux site dédié aux Tortues. Cette fois-ci, notre plaisir était décuplé parce que nous avons eu la chance de participer à une visite guidée de  Kélonia sous la conduite d’Alain, un animateur passionné par le sujet.

Intarissable, il nous a parlé des sept espèces de tortues marines qui peuplent l’Océan Indien. Dans le premier bassin, il nous a fait observer quatre espèces de tortues marines. 

P1040067.JPG

Nous avons eu le loisir de regarder plonger, émerger, nager la tortue « imbriquée » aux écailles superposées comme des tuiles, la tortue verte ( la seule qui soit herbivore), la tortue caouanne et la tortue olivâtre.

Nous avons appris qu’ici on soignait, on nourrissait et même on « brossait » les tortues.

P1040071 la tortue "imbriquée"

 

Une fois "retapées", les tortues sont redonnées à l’océan, et chacune est parrainée par un enfant des écoles avec qui travaille le centre. L’aspect pédagogique est fondamental à Kélonia, là on sensibilise dès leur plus jeune âge les enfants au respect du milieu marin : tous savent après un passage à Kélonia que les sachets plastiques qui flottent sur l’eau peuvent asphyxier les tortues, ils participent aussi à la replantation des grèves, où les tortues pourraient revenir pondre et se nourrir.
Nous avons évoqué avec Alain le balisage des tortues et étions loin d’imaginer qu’une seule balise valait 10000 euros. Puis il faut payer un abonnement pour la maintenance et le suivi. Récemment seules 3 tortues ont été équipées de balises.

P1040080

La sympathique tortue qui se laissait caresser par les enfants et qu’on nourrissait de feuilles n’occupe plus le deuxième bassin. Blanche, âgée de 23 ans est morte  en janvier des suites d’une insuffisance rénale.

Les tortues selon l’espèce pondent de 80 à 120 œufs et seul 1/100e des petites tortues peut survivre (soit 1 tortue par ponte !) Dès leur naissance, elles sont menacées par les oiseaux, les crabes, et ... l’homme.

Il paraît qu’il ne faut pas aider les bébés à rejoindre la mer (en les portant), elles doivent trouver le chemin toutes seules. Mais on peut éloigner les prédateurs  comme les crabes et les oiseaux, avec force gestes.

Dans la salle consacrée aux caractéristiques des tortues, nous avons vu une tortue empaillée : la caouanne. A sa mort, elle avait été confiée  aux soins d’un taxidermiste de saint Denis.

P1040074 la tortue caouanne


Nous sommes toujours impressionnés par la maquette de la "tortue – luth".

P1040078.JPG la tortue luth

De la plateforme qui domine le musée, nous avons pu observer le manège d’employés qui nettoyaient un bassin, d’autres qui effectuaient la pesée hebdomadaire des tortues.

P1040087.JPG

 

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2011 2 27 /09 /septembre /2011 18:09

 

 

Sur les 20 ha prévus, 2,5 sont déjà aménagés et de nombreux Tamponnais y viennent régulièrement.

Certains, simplement pour s’asseoir sur un des bancs installés dans cet environnement reposant et jouir de la vue sur la mer et la montagne. D’autres encore pour se promener avec leurs enfants ou leurs amis.

P1040017.JPG P1040020.JPG

Nombreux sont aussi ceux qui y font leur footing ou leur photo de mariage. Il y vient aussi l’amateur d’arbres, le photographe passionné ou le botaniste.

P1040053.JPG

Et récemment, j’y ai même rencontré deux jeunes dames qui crayonnaient sur leur carnet en détaillant palmiers,  kiosques et allées. 

P1040016

 


Partager cet article
Repost0
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 20:29

Pour faire passer le temps , ou en attendant  que le mauvais temps passe...

 

Quand le ciel se couvre (sur toute l’île, ce qui n’est pas fréquent) et que souffle le vent, on peut trouver des occupations très passionnantes à la Réunion. On s’assoit sur la varangue et on apprend par exemple à lisser et à tisser la feuille de vacoa.

C’est parti pour un set de table. Placer les lanières tête –bêche dans la réglette, puis faire passer les lanières horizontales. Suffit de s’intéresser, d'être minutieux et de suivre les conseils avertis d’une experte… -Pas très chères les fleurs en ce moment.-

Il n’y a pas d’âge pour apprendre : à 76 ans mamy Hortense s’est lancée et les progrès sont réels !

P1130097 P1130099

P1130100 P1130102

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 09:01

P1030931

C’est un manège comme on n’en voit plus guère à notre époque, car il nécessite de l’huile de coude !

 

Incroyable ! Il ne fait pas de bruit, ne nécessite aucune énergie si ce n’est celle des muscles : un truc complètement écolo.

Et avec ça, comme il est silencieux, il ne gêne aucunement les musiciens de « l’ orkes » installés à deux pas de là. D’ailleurs, ce sont ces derniers qui animent  l’endroit.

P1030921

 

Un boug attend que lesmarmaillessoient installés sur les chevaux de bois, bancs, bateaux, canards  et autres accessoires du caroussel, puis il se met à pousser les montants en fer et c’est au son des ségas  de l’orchestre que tourne la machine.

P1030931

Et  voilà ! c’est ça le développement durable : allier l’utile à l’agréable !

 

La seule énergie qu’a nécessitécette installation est celle qui a permis aux musiciens de se déplacer depuis Cilaos, et au forain d’apporter  le manège.

 

 

Partager cet article
Repost0