Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 09:02

Ce ne sont pas les couleurs d’un drapeau, mais celles des partis qui se disputent les sièges. En période pré-électorale, des guirlandes de fanions aux trois couleurs flottent au-dessus des routes, devant les cahutes montées pour l’occasion, devant les cases des partisans.

 29 janvier 2012 : ce dimanche-là, nos projets sont contrariés. A la gare routière de Port Mathurin, on nous conseille de ne pas prendre certains cars, d’ailleurs la plupart sont réservés par les partis politiques  pour acheminer les partisans vers les lieux de rassemblement éparpillés sur toute l’île.

P1070135.JPG P1140603

Comme nous ne souhaitons pas passer la journée à la Baie des Anglais, nous prenons le car en partance pour Mourouk,  encore accessible. Le bus est bien rempli. A la croisée de St Gabriel, nous assistons au retour des paroissiens endimanchés : les jeunes filles ont des pochettes satinées et brillantes, les dames ont des ombrelles satinées, les hommes ont coiffé leur chapeau de feutre et mis la chemise et le pantalon en tergal.

Drapeau Vert sur la plage de Mourouk

      Nous descendons à Mourouk. Et là, se tient un rassemblement : celui des Verts (le M.R. un parti qui est au pouvoir depuis 5 ans et qui compte bien remporter les élections.) Tous ont des t-shirts verts, des casquettes vertes. Un podium a été installé près de la plage, on pique-nique sur l’herbe (même les chaises sont vertes), on vend des grillades, des boissons.

 P1140953 P1140955

Le drapeau vert flotte aussi… Cette manifestation populaire mobilise toute la population, même les anciens et les jeunes.

 P1140962

Une mère de famille assise dans l’herbe nous explique qu’il existe 3 partis en lice : les Verts (M.R) les blancs (OPR) et les rouges (qui ont fait scission avec les verts). L’OPR qui était au pouvoir avant le M.R (Vert) aimerait le reconquérir.  On attend le défilé de 14 heures et la venue des politiques.

 

Plusieurs Rodriguais, mécontents de la situation actuelle, nous diront que les Blancs ont de fortes chances de revenir. Les blancs ont comme emblème 3 bougies. Pourquoi ? Peut être parce que son leader s’appelle « Clair » ou parce que c’est un curé défroqué.

C’est le folklore : on se déplace en foule pour rejoindre les différents points de rassemblement avec fanions, vêtements et véhicules aux couleurs du parti (à moto, en scooter, en bus, en 4X4.) Les klaxons et cris troublent la quiétude dominicale, mais personne ne s’en plaint vraiment.

 P1140930 P1140931

Les policiers sont présents partout pour éviter les affrontements. Les locaux se déplacent pour mettre de l’animation sur les podium : un monsieur s’y déplace avec son accordéon, une jeune fille vient se trémousser au rythme du séga. Un  candidat prend la parole pour annoncer que le parti est soucieux de « l’environnement. » Cocasse ! suffit de baisser les yeux pour constater qu’aucun parti ne réussit à discipliner ses ouailles en matière de propreté…

      Certains diront qu’il fait bon être parmi les représentants du peuple rodriguais avec tous les avantages qu’on leur donne : voitures de fonction, une quarantaine de voyages par an… ( à vérifier) etc…

Quand nous retournerons sur nos pas après avoir mangé à l’hôtel Mourouk et nous être baignés non loin de là, nous attendrons notre car pour Port Mathurin. Un homme complètement imbibé dort aux pieds de son épouse dans un arrêt de bus.  La foule se presse déjà. Aurons –nous de la place ? Nous parviendrons à nous installer mais le bus de 15 heures est bondé. Le chauffeur doit collecter l’argent à la sortie des passagers.

Question alcool, il paraît que la vente en sera interdite déjà la veille des élections ( le jeudi) parce que l’abus de boisson trouble la paix publique.

 

Epilogue

      Le 7 février : le peuple rodriguais qui a voté (81 % de votants étaient aux urnes) a finalement choisi le changement. Les Blancs – qui aimeraient s’affranchir de la domination mauricienne - l’ont emporté.

P1150289

(Plusieurs fois, au cours de nos déplacements, nous avons entendu que Rodriques était « la Cendrillon de Maurice ») Mais l’île peut-elle réellement  devenir « autonome » ?

 

Les résultats des élections :

http://www.defimedia.info/defi-quotidien/dq-actualites/item/5853-des-répercussions-attendues-à-maurice-–-un-vent-de-changement-balaie-rodrigues.html

Partager cet article
Repost0
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 17:16

 De Mourouk à Graviers par le bord de mer. (1h15)

 

(Arrêts de bus à  Mourouk et à Garviers;  prévoir chapeau, crème solaire, maillot de bain )  

Nous descendons du bus à Anse Mourouk. Il est presque 13 heures et si nous continuons sur Graviers par la plage, il y a peu de chance qu’on trouve un local ouvert.  Tonio, qui possède un peu plus loin une chambre d’hôte sur cette portion de parcours accueille les randonneurs.Mais nous n'aurons pas besoin de pousser jusque là.

P1140842

 Nous sommes sur une plage idyllique où une poignée de vacanciers boit l’apéro à la terrasse de l’hôtel Mourouk Ebony. A tout hasard nous demandons la carte à une serveuse en tenue rose pastel et sommes séduits par les prix (pas trop élevés pour un hôtel de cette catégorie, on peut manger pour 8 à 10 euros)

P1140845 P1140846

Nous voilà assis à la terrasse Mourouk Ebony hôtel select, pieds dans l’eau, à l’ombre de la varangue. Des moineaux se sont invités à notre table, ils seront bentôt une vingtaine à guetter  les miettes. Nous assistons au retour de deux pêcheurs.

P1140847

      Le kitesurf est possible sur cette plage, mais aujourd’hui il n’y a pas d’amateur pour ce sport très pratiqué sur l’île. L’endroit est impeccable pour une initiation. Deux jeunes assis dans la cabane près de la terrasse, attendent le chaland an jouant à des jeux vidéo sur ordi .

L’attente longue, signe qu’on s’applique en cuisine : le résultat est là : excellent !

P1140849

Service professionnel. Et le personnel est souriant.

Nous ne paierons que 1100 roupies pour 2 verres de vin, un café et les deux repas.
Repas était vraiment à un prix très abordable (400 roupies le steack, ou la brochette de crustacés) 

P1140852 

Vers 14 heures, nous entamons la promenade vers Graviers par la plage mais comme nous préférons l’ombre nous remontons sous les arbres. Un gros muret de pierres nous oblige à l’escalader, mais nous continuons à l’ombre sur un chemin bordé de filaos. Nous croisons des chemins utilisés par des 4X4.

P1140858 P1140859

P1140860 P1140862

Quelques petites maisons ( de tourisme très certainement ) sont éparpillées ça et là, à bonne distance de la mer. Parfois nous sommes surpris de voir traîner par terre des détritus (restes de pique-nique) et des bouteilles de rhum. Même ici !

P1140865 P1140881

Nous longeons de Jolies anses de sable blanc. Désertes !

 Nous passons devant un Spot de kitesurf désert signalé par un panneau.

P1140879

Un courlis peu farouche se promène lui aussi sur  la plage de sable blanc. 

P1140875

Après une bonne heure de marche, nous voilà  arrivés à Graviers.

P1140885

Une barque s'approche du bord. La pêcheuse est de retour.

P1140886

Sur une perche horizontale sèchent des « ourites » (pieuvres) que les femmes pêchent.  Mais la tradition qui veut qu’elles piquent les ourites dans le lagon avec une perche se perd : elles sont obligées de partir en barque plus loin. Eh oui, victimes de leur succès, -de la surpêche- les pieuvres se raréfient.

P1140896

 A Graviers, près du kiosque de la baie, on voit une maison  de pêcheurs.

P1140889

Nous remontons la rue vers les boutiques. Une épicerie " Chez Patrice" et un snaxk-bar " La Terrasse Verte" font face à l’arrêt de bus.

P1140907

Des groupes d’hommes boivent du rhum sur la plage, dans les kiosques et près de l’arrêt de bus. On est samedi, on prend du bon temps entre copains.

 Il nous faut patienter pendant plus d’une heure, pour ce faire nous nous installons un peu à la Terrasse Verte pour prendre une boisson rafraîchissante.

Un bus stationne déjà là, nous pensons avoir un départ à 16 heures, mais il ne partira qu'à 17h30, le dimanche ils sont moins nombreux. Inutile se s'y installer, il y fait bien trop chaud.

P1140908

Partager cet article
Repost0
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 09:04

En dépit de l’avis d’alerte pré-cyclonique, toujours en cours, diffusé sur les ondes des radios, à la télévision ou dans les journaux, des accidents regrettables ont lieu sur l’île : hier soir encore, un jeune homme a été happé par une vague au Port et reste introuvable.

 Connaît-on assez les conseils que prodigue Météo –France ? Les voici :


Tenez-vous au courant de l'évolution de la situation météorologique en écoutant les informations diffusées dans les médias par Météo-France et les autorités.

Consigne générale 


- Circulez avec précaution en bord de mer, limitez votre vitesse sur les routes exposées à la houle.



Pour les baigneurs :

- Ne vous baignez pas.

- Soyez particulièrement vigilants, ne vous approchez pas du bord de l'eau et méfiez-vous des rouleaux.

Pour les plaisanciers et les professionnels de la mer 

- Ne prenez pas la mer.


- Protégez les embarcations en les mettant à l'abri ou en les sortant de l'eau.




- Surveillez attentivement les enfants et bannissez les jeux de ballons à proximité de l'eau.



Pour les habitations 


- Si vous habitez en bord de mer, protégez vos biens face à la montée des eaux.


- Obturez les fenêtres de votre habitation placées face à la mer.


- Bouchez les canalisations situées à l'intérieur de votre maison exposée à la houle.


Partager cet article
Repost0
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 08:30

Ce matin, il vente, il pleut sur le Tampon. Depuis 6 heures, de grosses bourrasques soufflent et on entend les grosses gouttes qui tambourinent sur la tôle.  Le cyclone Giovanna est passé à quelque 300km au Nord de la Réunion et continue à foncer vers l'Ouest, mais le ciel de la Réunion est très couvert.

Hier soir, ce même ciel avait des couleurs féériques.

P1150343 P1150349

De gros nuages venant du Nord Est grossissaient sur les hauts, au-dessus du Tapage, et les lumières du couchant s'y reflétaient.

P1150352 P1150353

Côté mer, le spectacle aussi était époustouflant.

P1150359 P1150360

 

P1150363 P1150368

Une quinzaine de minutes à s'en mettre plein les yeux (de 18h50 à 19h06). La luminosité était magique...

Partager cet article
Repost0
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 21:11

 Nous laissons derrière nous l'église de St Gabriel.

Le sentier pédestre se trouve 200 m plus bas à gauche, au lieu-dit Padejérome.  Là, un panneau indique « Circuit des Bois de Chandelles ». Un petit sentier balisé d'un trait jaune, s’enfonce dans un sous-bois.

Nous arrivons bientôt près d'une source. Cette fontaine a un débit régulé par l’homme : il faut ôter le morceau de bois qui y est enfiché pour faire couler l’eau. Comme l'eau est précieuse, on l'économise.

P1140757

Un lavoir surplombe cette fontaine. Ce matin nous avons la chance de voir des femmes laver leur linge. Le samedi, les enfants n’ont pas classe : certains aident leurs parents. Comme le balisage est inexistant, nous demandons notre chemin.

P1140752 

Pendant cette heure de randonnée nous ne croiserons personne sur le parcours, si ce n’est des vaches.

P1140765

Les paysages sont superbes, parfois le sentier est envahi par le vétiver. A notre droite, une ravine que nous longerons pendant plus d’une demi-heure. Le fond est tapissé de pâturages. Des pailles en queue y planent.

P1140785

De temps à autre, nous passons sous les vacoas. Dans les pâturages paissent des vaches attachés par des cordes à des piquets. Une génisse effarouchée par notre passage court autour de son pieu, tombe, fait une culbute et manque se rompre le cou. Apeurée, elle se redresse. Elle a sans doute été effrayée par le mouvement du chapeau qui se balançait dans la main de François.

Parfois, nous avons du mal  à retrouver  le balisage du sentier qui devient une ligne étroite dans l'herbe. Les traits jaunes, parfois ternis, nous remettent dans le droit chemin.

La promenade est agréable. Nous bénéficions de vues splendides sur le lagon et l’île de l’Ermitage.

P1140788 P1140797

P1140806 P1140808

P1140809 P1140816

Nous sommes surpris de trouver en altitude la patate à Durand, cette herbe rampante aux fleurs mauves, qu'on ne voit plus que sur certaines plages à la Réunion.

Dans la descente, nous rencontrons une charmante Rodriguaise qui nous fait prendre un raccourci pour rejoindre plus vite la route. Nous passons devant une case où sont attachés des cochons.

P1140819 P1140822

P1140823

Après une bonne heure de marche, nous voilà sur la route qui longe le littoral.

P1140824.JPG

Nous marchons  une douzaine de minutes sur l’asphalte qui chauffe, en direction de Mourouk, gardant l’espoir qu’un véhicule remontant vers là s’arrêtera pour nous emmener. Pas de voiture... alors nous continuons de marcher. Un car arrive mais le chauffeur nous fait signe qu'il rejoint son dépôt.

P1140830 P1140833

Nous poursuivons sous un soleil de plomb. Près d’un "bus stop", une jeune Rodriguaise attend. Nous l’imitons et profitons dix minutes de ce coin d’ombre. Nous bavardons avec elle : native d’ici, mariée à St Gabriel, elle nous raconte qu’il est difficile de trouver du travail sur l’île. Ayant fini les études, elle a attendu 3 ans (2009 -2012) pour un poste d’animatrice culturelle, elle ajoute : «  Tous les jeunes qui ont fait des études partent »

Non loin de nous pousse un de ces arbres dont les branches sont chargées de fruits orange que personne ne cueille. La jeune femme  explique qu’il s’agit là de « boules de gomme » , des fruits non comestibles dont on se sert comme colle.

P1140836

Après une dizaine de minutes, un car s'arrête, nous y montons pour rejoindre Mourouk. (à suivre)

Partager cet article
Repost0
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 09:40

 Départ à 10 heures  de la gare routière de Port Mathurin (bus Rivière Coco)

 Le bus grimpe péniblement vers Mont Lubin, plus loin,  nous demandons l’arrêt  à « Sainte Famille », et nous commençons notre balade à pied vers l’église de St Gabriel. Nous ne descendons pas vers Petit Gabriel mais prenons à droite sur les conseils d’un homme assis devant la boutique à la croisée.

P1140725

A notre gauche, un Cimetière, près de là un panneau indique la direction « Couvent de Ste Marie », un couvent encore fréquenté aujourd'hui. Nous laissons ce domaine sur notre gauche.

P1140727

Eglise du Sacré Coeur

A droite, sur le bas-côté, nous distinguons un bâtiment rectangulaire tapi dans un creux. Des arbres déracinés et des branchages jonchent le sol, reliquats de la tempête tropicale. 

P1140731 P1140732

Ce que nous prenions pour une modeste église s’avère être un immense édifice: une bâtisse de pierres, charpentée de bois qui compte 1730 places assises et 250 debout.

P1140733 P1140735

Elle a été construite de 1943 à 1939 par les paroissiens eux-mêmes qui charriaient les matériaux. C'est au père Leguault qu'on doit l'initiative de cette construction. On utilisait des pierres qu'on taillait et des blocs de coraux. 

P1140738 P1140740

Saint Gabriel, bastion du catholicisme rodriguais mérite le détour. Les fidèles s'y rendent en masse le dimanche pour les deux offices.

P1140742

Après cet arrêt, nous cherchons le départ du sentier de rando.

       Un facteur est assis sur le muret près de l’église, il doit pouvoir nous renseigner. Aimablement,  il nous dit de continuer à descendre tout droit jusqu’au panneau qui indique le sentier. 100 m plus bas nous nous  arrêtons pour acheter un pain  pour la route (5 roupies), nous risquons de ne pas manger avant 13 heures, voilà de quoi nous caler un peu.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 14:10

Au marché de Port Mathurin   (28-01-2012)

Tous les guides en parlent pour vanter son originalité, ses Rodriguaises qui descendent des collines à pied avec les marchandises. Ce temps-là semble bien révolu, nombreux sont les 4X4 qui les amènent. Mais c'est toujours le samedi que se tient le Grand Marché de l'île.

Il faut aussi revoir l’emplacement de ce marché sur les guides touristiques: en décembre le marché s’est déplacé et se trouve désormais à côté de la Gare Routière. C’est un bâtiment en dur avec des stands en béton pour les légumes et les fruits.

P1140673.JPG P1140676.JPG 

La viande et le poisson se vendent dans des boutiques aux normes accolées les unes aux autres à main droite de la grande halle.

P1150004.JPG 

Devant cette dernière, des stands d’artisanat local sont montés le temps de cette manifestation qui commence vers 6 heures et se termine vers midi. Il faut s’y rendre grand matin pour profiter de l’animation.

P1140684.JPG P1140681.JPG

 Nous sommes donc partis à pied à Port Mathurin (15min de notre gîte).

Nous avons assisté à l’arrivée d’un Rodriguais qui déballait une dizaine de paniers en vacoa à 50 roupies l’unité, une vendeuse a vite fait de tout acheter pour revendre le panier 3 fois plus cher (environ 150 roupies c’est à dire 4,6 euros). P1140674.JPG P1140683.JPG

Alors que nous craignions de ne pas voir beaucoup de légumes en raison du passage du cyclone Funzo, nous n’avons pas été déçus, mais il est vrai que les salades étaient absentes.

Là on vendait des patols,  des petites bringelles vert-mauve, des choux, des citrouilles, du chou de chine, des carottes.  Intriguée par un légume vert qui ressemblait à une grosse tomate ronde, j’ai demandé son nom et on m’a répondu « endive ». On vendait là aussi quelques régimes de bananes.

 P1140678-copie-1.JPG

P1140675.JPG

Nous sommes retournés en bus au gîte pour prendre le petit déj. Notre car a fait un circuit dans les collines avant de nous déposer à Terre Rouge (13 roupies le trajet)

 

Puis nous sommes redescendus à l’arrêt où un 4XA s’est arrêté et a proposé de nous emmener à Port Mathurin. Quels gens sympathiques, ces Rodriguais ! Le jeune conducteur nous a déposé près du marché.

 Vers 9 heures, des musiciens s’étaient installés sur la place et des personnes dansaient des « kotis », (scottichs) jouées par Lorenza, Marlin - sans Joseph Hortense-, un groupe qui était déjà venu animer une formation de danses rodriguaises à la Réunion. Plusieurs groupes se succédaient.

P1140712

Une jeune Rodriguaise nous proposait d’acheter des « ourites séchées » (pieuvres séchées) mais nous allions partir en excursion pour la journée et n’avions pas l’intention de cuisiner sur l’île, nous avons donc décliné son offre.

P1140680.JPG

Mais nous avons acheté des chapeaux en vacoa pour ne pas être incommodés par le soleil pendant notre randonnée.

P1140716.JPG (à suivre)

Partager cet article
Repost0
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 16:57

Les oiseaux piaillent beaucoup et volent bas. Et tous les enfants sont nerveux, comme avant qu'il ne se mette à neiger en Lorraine. Ils sont excités et on sait qu'il va se passer quelque chose. Les collégiens et les lycéens aimeraient bien avoir quelques jours de congé supplémentaires à cause des intempéries.

La raison de toute cette frénésie : un cyclone répondant au joli prénom de "Giovanna" est en formation à 860 km des côtes réunionnaises ( au Nord Est) et avance pour l'instant à 19 km à l' heure. Sur Mtotec, on suit sa trajectoire de près...

sat-copie-1

Heureusement que nos jeunes (Pierre, A.Laure et Robin)  rentrent de Maurice demain. Ils devanceront Giovanna ... du moins, on l'espère !

Partager cet article
Repost0
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 10:18

1er jour (suite)  27 janvier 2012  Baie des Anglais

Installation au Gîte de Claude et Benett à Terre Rouge

 Après nous avoir servi un cocktail de bienvenue rafraîchissant à base de citron, Claude, notre hôtesse discute un brin avec nous : du cyclone qui a privé l’île d’électricité pendant une journée et fait tomber les bananiers.

Elle nous raconte qu’elle a replanté un noyau de mangue carotte qui a donné des fruits superbes. Cette année, elle n’a pas eu le temps de faire sa confiture de mangues vertes.  Elle nous explique la cuisson de cette confiture ( il faut d’abord peler le fruit, le couper en morceaux, faire étuver, ensuite ajouter du sucre…) Elle vit depuis 14 ans sur la petite île, et elle aime à retrouver chaque année ce qu’elle appelle son « petit bout de métropole », c’est à dire la Réunion, où elle séjourne chez des amis de St Leu.

Claude nous montre ensuite notre chambre, qu’elle appelle le « bateau ». Forcément, de tous les côtés, en regardant par les deux fenêtres et la porte vitrée à gauche on aperçoit la mer. Sur la couverture du lit, elle a semé des fleurs de bougainvillées et de frangipanier. Un livret relié en vacoa est posé sur une commode à trois tiroirs avec des propositions de sorties.

                               P1140622

Les dernières consignes qu’elle nous donne : d’économiser l’eau car les coupures sont fréquentes, de ne pas consommer l’eau qui n’est pas potable, et nous informe des défauts de plomberie ( eau chaude et froide inversées, lavabo sans eau chaude)

 En redescendant de notre chambre, nous entendons de la musique rodriguaise. J’apprends aussi que Marlin Augustin est le cousin de Benett et qu’il habite dans la même rue, cinq maisons plus bas, Ben me propose d’aller le voir pendant notre séjour.

Vers 16 heures nous descendons vers la plage de l’hôtel des Cocotiers (nasses, bateaux de pêche, eau chaude, quelques rares baigneurs…)

P1140626 P1140633

P1140632 P1140636

puis nous longeons la mer vers la gauche. Là, nous trouvons une boutique  ( à l’ancienne) sombre avec plein d’étagères, un frigo et un congélateur. Nous y achetons une bouteille d’eau fraîche, 1 litre ( 25 RMU) et le journal de Rodrigues «  L’Express Rodriguais » (10 RMU)

                    P1140654

L’endroit est très animé côté mer. Joueurs de dominos, couples de touristes,  baraques à sandwichs, tables en bois. Encore des casiers entassées.

P1140650  P1140637n

          P1140651

Arrêt dans une autre boutique à la façade joliment peinte, une « boutique chinois »pour acheter deux bières (35 RMU la boîte). Installés au bord de la mer, nous buvons notre bière en regardant la mer, avant de repartir à la chambre d’hôtes.

                           P1140653                            

Je croise une Réunionnaise ( habitant à la Possession) qui comme moi s’arrête au bord de la route pour observer une poule et ses poussins jaunes. Avec un peu de nostalgie dans le voix elle me dit  « je me revois à la Réunion quelques années en arrière, c’était comme ça, la Réunion lontan »

            P1140655

 Repas chez Claude et Ben vers 20 heures. Ben a préparé un plat avec des ourites, accompagné de légumes (concombres cuits) et de riz. Claude a confectionné une tarte rodriguaise (avec papaye, ananas, coco). 

                               P1140662

Très fatigués, nous ne tardons pas à nous endormir.

Partager cet article
Repost0
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 09:06

Carnet de voyage : 1er jour

 

Carte ti boussole Rodrigues

                                       la Carte "Ti Boussole"

L’aéroport.

 Arrivée le 27 janvier à 13h05

Après avoir décollé de Maurice à 10h50, dans un ATR d’Air Mauritius, nous voilà après 1H30 de vol en vue de l’aéroport Sir Gaëtan Duval de la Plaine  Corail au sud de l’île. La vue est dégagée sur un superbe lagon  bien plus important que l’île elle-même.  Dans ce lagon des ilots dont l’un  aux plages désertes surprend par sa forme oblongue.

P1140582

 

P1140588

La piste est courte… vraiment courte et le freinage plutôt brutal.

 

 

P1140592.JPG

Nous repassons au contrôle douanier, où il nous faut faire la queue et remettre l’incontournable formulaire destiné aux services sanitaires. Une fois notre unique bagage récupéré de la bande transporteuse, nous nous arrêtons à la banque (à la sortie à gauche)

J’échange 200 euros pour lesquels j’obtiens 1730 roupies (cours de la roupie mauricienne 36 roupies pour 1 euro). Il existe aussi un distributeur de billet en face de cette banque ( nous le remarquerons à notre retour).

 

Dans le supercoptère

 P1140593.JPG

Benjamin, le chauffeur du « Supercoptère » nous attend. Il a été prévenu par nos logeurs de notre arrivée. Nous grimpons dans son bus où il entasse les bagages d’une dizaine de voyageurs. Nous paierons 400 roupies pour 2 personnes. ( soit 5,50  par personne)

Le bus, un peu poussif et cahotant, serpente d’abord entre plusieurs collines qui dominent la plaine où nous venons d’atterrir. Il monte direction vers la Cascade Jean Louis.

Nous traversons des zones de pâturages où sont disséminées de petites cases devant lesquelles broutent des vaches ou des biquettes.

P1140597.JPG

Par deux fois, on aperçoit du linge qui sèche sur les buissons. A notre droite, quelques collines où affleurent des roches. Nous sommes près de la Cascade Jean Louis, traversons La Ferme. De temps à autre, sur notre droite, apparaissent des forêts d’eucalyptus où la tempête tropicale a eu raison des troncs les plus fragiles.

                        P1140601.JPG 

Nous plongeons vers le littoral. Nous verrons à plusieurs reprises la mangrove, en longeant la Baie Malgache.

   P1140610 

Parfois les barques sont alignées dans le fossé à droite de la route. 

Benjamin déposera les passagers qui ont pris place avec nous à la Baie des Huîtres, puis avant et après Port Mathurin.

                    P1140613.JPG

Nous traversons Port Mathurin, passons le long de deux cimetières et nous voilà dans la Baie des Anglais au Nord Ouest de l'île.

Notre supercoptère amorce une montée et nous voilà à Terre Rouge devant le gîte de Claude et Bennet Augustin , à une centaine de  mètres de la route principale, à 250 m de la mer.

                            P1140620.JPG

Partager cet article
Repost0