Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 21:44

On croise toujours quelqu’un en descendant dans le Bras de la Plaine, que ce soit grand matin ou quand le soleil est au zénith.

                     P1130540

C’est surtout « l’homo sapiens rapidus »  qui hante cet endroit.  Il n’a pas de klaxon, mais quand on entend une respiration derrière soi, ou des bruits de pas discrets, il faut vite s’écarter pour laisser passer l’individu pour ne pas fausser son chrono.  Le plus souvent il est  de sexe mâle, filiforme, bien bâti, luisant de sueur, et très poli : même si son temps est compté, il répond à votre salut. Il existe aussi une espèce femelle de ce spécimen. Quand la gazelle court, elle a toujours une petite bouteille d’eau dans la main. Qu’est-qui les fait donc courir actuellement ?

 Assises sur les petits bancs récemment aménagés à la sortie du sentier, nous avons eu les réponses à nos questions.

            P1130545

 

L’un d’eux nous raconte qu’il prépare La Course de l’AIL de Petite Ile, un circuit d’une vingtaine de kilomètres (16,4 exactement). Pour sa préparation, il foule chaque jour le stade du lycée Roland Garros, et de temps à autre il fait l’aller- retour dans le Bras de la Plaine. Aujourd’hui il a mis 20 minutes pour ce parcours.

Un autre athlète de la même espèce, en s’arrosant copieusement au point d’eau à la sortie du sentier, nous confie qu’il  se met en condition pour le Trans Dimitile de décembre, une course de 32 km  (1750 m de dénivelé positif et 1750 de dénivelé négatif)

Il nous explique qu’il est monté au Dimitile le matin même par le Zèbre, est redescendu dans le Bras de la Plaine vers le Bras de Pontho, puis est revenu à l’Entre Deux, le tout en 4 heures ! Oté ! Quelle santé ! Voilà une espèce qui n’est pas en voie de disparition, au contraire, elle prolifère…

Faites donc un tour sur ce site et vous verrez combien de courses ont lieu à la Réunion. Ti clin d’œil à Albert, notre coureur de marathon…

http://runraid.free.fr/calendrier.php

 

 

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 17:27

Sur le pas de sa case, dans le ti village de l'Entre-Deux, un gramoun est assis  et tient devant lui un gros légume qu’il découpe avec un grand couteau. Comme Francine et moi, sommes intriguées par son activité, il nous invite à franchir le barreau (portail) et à le rejoindre. Il nous explique qu’il est en train de râper le ti jaque. Comme Francine pense que la texture est dure, il nous propose de toucher les morceaux tombés sur le sol.

                       P1130579

Quand je lui demande son nom, il s'amuse à nous le faire deviner : "lé un zaffaire que na su le baro" Une chose qui se trouve sur le portail, pardi.... une clé ? Eh oui, nous sommes en train de casser un blag avec M. Clé Robert.

Nous apprenons en continuant à bavarder avec lui, qu’il a 71 ans, et qu’il était autrefois facteur à l’Entre-Deux : il montait au Dimitile chaque lundi et chaque jeudi,  il descendait vers le Tampon par le Bras de la Plaine. Le jeudi, il parcourait 36 km, à pied… Sa tâche consistait à aller distribuer les pensions. Mais il auarita ussi été cusinier dans un gîte du Dimitile.

Notre conversation roule ensuite sur la cuisine, et là il nous confie sa manière de préparer le ti jacque : il fait cuire son ti jacque avec de l’ail, du gingembre , du caloupilé. Et il aime bien le manger avec du poulet.

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 22:05

Décidément, les voitures ont la cotte par les temps qui courent. « Cars » fait un tabac chez les jeunes, le JIR à la Une annonce : «  les pousseurs veulent une piste »… Et aujourd’hui la star de mon blog sera une voiture ancienne.

                              P1130332

Samedi, en passant devant la mairie de St  Pierre, nous avons remarqué une voiture de mariés stationnée dans l’allée. : une vieille 403 superbement relookée. Le chauffeur attendait  la sortie des époux à l’ombre d’un ficus géant. Nous avons cassé un blag avec le chauffeur, qui était également propriétaire de ce bijou. Là, nous avons appris que la voiture a eu l’honneur de tourner cette année pour un documentaire avec Paul Belmondo, le fils de Jean Paul.

Nul n’ignore que le film   de Truffaut « La sirène du Mississipi » avec JP Belmondo et Catherine Deneuve a été tourné à la Réunion (à St Denis, à Saint Pierre…).  Le fils du célèbre acteur a revisité l’île  sur les traces de son père pour participer à un court métrage retraçant la réalisation du film . Ce dernier intitulé «  la Mythe de la Sirène »  devra passer en décembre sur Réunion Première, un documentaire d’une soixantaine de minutes. Dans le film de 1969, les acteurs se déplaçaient à bord d’une décapotable de la même marque, et la perle rare a été trouvée, c’était la seule 403 encore en état dans l’île.

                               P1130336

Le propriétaire de la 403, Bernard Ablancourt, nous raconte que sa voiture est très sollicitée pour les festivités familiales ou par les collectivités, elle aurait même fait l’ouverture de la Route des Tamarins.

 

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 22:50

 

Ce matin, trois avions venus de métropole entre 8h15 et 8h50, se sont posés sur le tarmac de l’aéroport Roland Garros avec plus d’un millier de passagers : signe que les vacances d’octobre des zoreilles ont commencé. Pendant plus d’une demi-heure un rouleur a rythmé l’arrivée des passagers. Pour nous qui attendions nos hôtes, c’était très agréable, je pensais qu’il s’agissait là d’une idée géniale de la Maison du Tourisme qui innovait pour mettre tout de suite les arrivants dans l’ambiance. Le kayamb aussi accompagnait des danseurs en costume traditionnel, sega et maloya au répertoire.

P1130323.JPG P1130327.JPG

Renseignements pris, ce n’était pas ça du tout ! C’était un groupe de Saint Paul qui accueillait l’association « Les Flamboyants de l’île de la Réunion de Brède » de l cette ville du bordelais où est né Montesquieu. Les Réunionnais ont accueilli leurs amis venus de métropole en leur jouant de la musique, mais aussi en leur proposant un plateau de samoussas et bonbons piments… Et pour arroser le tout, une note de rhum arrangé.

P1130325

Un bel accueil, dont rêverait plus d’un passager avachi un vol de 11 heures et  une nuit sans sommeil . A bon entendeur …

Jamais encore nous n’avons été accueillis en fanfare à notre descente d’avion. Francine en posant le pied sur le sol réunionnais pour la première fois a eu cette chance.

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 21:34

                        P1130252

Ce matin, en allant à la boulangerie, je voulais vérifier les horaires de la médiathèque, dans les locaux de la mairie, et j'ai vu que l'édifice de "La Consécration du saint Esprit" était ouvert.  Je me suis donc engouffrée discrètement dans l'entrée, une entrée haute et étroite.

                              P1130253

Et j'ai découvert un endroit agréable où déjà une dizaine de paroissiens étaient assis, à genoux ou debout pour prier -alors qu'aucun office n'avait lieu- C'est dire la ferveur des Réunionnais.

                   P1130254

Malgré la haute voûte, qui donne à l'extérieur l'impression d'espace, on est surpris. Quelques rangées de bancs en bois, font un demi-cercle devant l'autel. Quelques rangées supplémentaires de bancs sont installés à l'étage auquel on accède par des marches confortables au fond du bâtiment.

P1130260-copie-1

Une dame confirme : "l'église -là peut accueillir moins de fidèles que l'ancienne. Mais cette dernière n'était plus aux normes." Cela explique la raison de sa démolition.

A main gauche en entrant, le baptistère de facture très contemporaine et la croix du christ qui veille. Cette place semble nue, mais elle peut contenir une grande famille. Et on sait que les baptêmes drainent toujours beaucoup de monde.

                       P1130256

On peut aussi être surpris par la modernité des équipements : ainsi un grand écran de télévision plat est accroché au mur.

                                         P1130257

On remarque en ressortant par la même porte, le traditionnel présentoir à bougies, dominé par la statue de la vierge, et un tableau de "la Cène", éclairé par le bas. 

 On peut aussi ressortir par la porte qui fait face au choeur.

 La chaleur du bois rend cette église accueillante, tout comme la disposition des bancs.

Reste à savoir si l'acoustique aussi a été pensée. Si c'était le cas, on pourrait peut-être un jour y écouter le Requiem de Campra ou celui de Fauré ... Clin d'oeil à nos amis de Villancico !!!



 

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 08:53
 La semaine dernière, la croix était installée sur le nouveau lieu de culte des catholiques de Trois Mares. Jusqu’à ce moment, on aurait pu hésiter quant au devenir du bâtiment à l’architecture très insolite.

Cela aurait tout aussi bien pu être une salle de spectacle, une médiathèque ou une salle d’entraînement pour gymnastes. La couleur orange vif pouvait permettre le doute. Eh non, les apparences sont parfois trompeuses. Mais pour le Tamponnais de ce quartier, cela relevait de l’évidence qu’une nouvelle église succéderait à l’ancienne au même emplacement.

Dimanche, l’édifice a été inauguré en grande pompe. L’évêque avait fait le déplacement  pour l’occasion.

 P1040171


P1040169

 

P1040167



Partager cet article
Repost0
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 12:56

Samedi, aux Calbanons de la Cafrine, avant l’arrivée des touristes  participant à la Matinée « Cuisine Créole », nous avons participé à la décoration des tables, préparé le jus de tamarin, coupé  les oignons, épluché l’ail. Mais ce que nous avons fait la première fois, c’est éplucher le manioc. 

Grâce aux conseils avisés de Karine, habitante de Grands –Bois- les -Hauts, nous savons maintenant comment peler cette légumineuse. Le tubercule ressemble à un radis très long à la peau grise.  Pour débarrasser le légume de sa peau, c’est tout un art :  il faut l’entailler, glisser le couteau dessous à la verticale et faire comme si on enlevait l’écorce d’un arbre. Le manioc doit être blanc immaculé à la fin de l’opération.

 Photo0036

Photo0037

Photo0038

Souvenirs, souvenirs

 Karine nous raconte qu’autrefois, à Grands Bois, "quand on tuait le cochon, on coupait le manioc, puis on le faisait frire dans la graisse de porc avec du sel". On plante encore le manioc à Grands Bois, mais autrefois la surface qu’occupait ce légume était bien plus importante.

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 15:38

Débat animé autour d’un " bassin  dont on ne veut plus !"

 

Dans le réfectoire de l’école Raymond Mondon,  le 11 octobre, s’est retrouvée une petite vingtaine de personnes intéressées par le projet de réaménagement du littoral de Grands Bois.

 

En réalité, la réunion n’a pas porté sur l’aménagement de toute la plage. Le débat n’a eu  lieu qu’autour d’un seul point : celui de la réhabilitation du petit bassin situé à l’extrême droite de la plage Ti Sable, derrière le terrain Paddock. Les envoyés de la mairie de St Pierre avaient l’intention de présenter  trois plans déjà échafaudés, que l’architecte a commentés.

P1040112

  P1040111

Mais aucune des solutions proposées n’a  trouvé grâce auprès du public présent, et ce pour différentes raisons.

 D’abord, les coûts estimatifs étaient prohibitifs : de 440.000 à 770.000 euros. Pour un bassin de même dimension ( 500 m2) refait quasiment à l’identique le prix estimatif était déjà de 440.000 euros ! De l’avis des présents qui ont déjà participé voilà dix ans à la construction de ce bassin, le nouveau projet n’apporte pas la preuve qu’il pourra être opérationnel. A l’architecte qui annonce que des saignées seraient creusées à 80 cm de profondeur depuis la barrière de corail, un ouvrier de la localité a rétorqué que ce creusement avait déjà été fait autrefois sans succès, et qu’il y avait participé. Et que sans pompage, ce projet ne serait pas viable. Une personne de l’assemblée estime également que c’est  au bureau d’étude à payer pour ses erreurs et de faire reconstruire sur ses deniers ce bassin, devenu dangereux,  pour réaliser enfin un bassin aux normes. Repayer pour un travail non achevé ne se justifie absolument pas. C’est un coût que les contribuables ne veulent pas assumer.

P1090577

                                 le bassin aujourd'hui

On a aussi reproché aux acteurs de ces plans de ne pas faire appel aux gens de terrain pour choisir l’implantation de ce bassin. Ce dernier serait  insalubre, il est le réceptacle de tous les déchets de l’ancienne usine, et la proximité des rochers, l’importance de la houle à cet endroit représente un danger pour les enfants. D’ailleurs si on veut  drainer une centaine de baigneurs, ce n’est pas là qu’ils se concentreront, la frange actuellement couverte de patate à durand .

P1090053 

Peu dissuasif pour certains malgré les dangers ( insalubrité, échardes de bois, ferraille, ponton défoncé)

L’autre reproche fait aux personnes missionnées par la mairie  de St Pierre est qu’elles arrivent avec des plans tout prêts, sans avoir consulté la population au préalable. Les présents ont demandé à ce qu’on mette en place une équipe d’une dizaine de volontaires de Grands Bois qui puisse travailler avec l’équipe d’experts, souhait très fortement exprimé qui a finalement eu l’aval des émissaires. A été demandé aussi qu’on intègre dans cette commission des pêcheurs bien informés sur les courants, les fonds marins…

 

Une personne de l’assistance émet la proposition de déplacer ce bassin vers le milieu de la Plage Ti Sable, un autre de faire creuser une bande pour la baignade. Aucune de ces propositions ne rencontre pas d’adhésion de la part du bureau d’étude qui estime que la loi de littoral ne permettra pas ces options.

 

Une dame a également rappelé qu’il ne fallait pas leurrer les Grandsboisiens en leur promettant une insertion professionnelle, grâce à ces projets, et de préciser que pour la transformation de l’usine sucrière en Médiathèque par exemple seuls "deux" habitants de la localité auraient été employés sur le site.

 

En résumé, l'exaspération de l ‘auditoire vient surtout du fait que la population de Grands Bois n'est pas associée à des projets qui viennent de l’extérieur. Et, à ce jour, personne n’est au courant du sort que les élus veulent réserver à ce bord de mer. La concertation fait visiblement défaut. Un auditeur a demandé qu’on revoie aussi les problèmes d’assainissement, et d’évacuation des eaux qui se déversent dans le lagon.

 

Pour ma part, j’ai exprimé mon sentiment sur la nécessaire préservation des espèces présente dans ces lieux comme le « héron strié »qui niche dans les poivriers sauvages. Réaménager un littoral pour des baigneurs ne peut pas se faire en dépit du bon sens.

 

J’ai souri quand on a émis l’idée que dans l’aménagement du littoral, il ne fallait pas oublier les poubelles. Faut –il donc attendre un projet d’aménagement de plage pour installer des poubelles ? A l’ère de la communication, on ne peut que déplorer cette fâcheuse négligence...

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2011 7 16 /10 /octobre /2011 18:52

… aux danseurs de quadrille et aux  musiciens.


Suzy Laurent, présidente de cette association de Grands Bois, a tenu à remercier tous les danseurs de quadrille et l’orchestre pour la prestation donnée lors des Journées du Patrimoine. Elle a réussi à rassembler dans la maison des associations, autour d’un pot de l’amitié, les 16 danseurs et danseuses (enfants et adultes) et une dizaine de musiciens de Bann Jouar. Les organisateurs de ce pot ( Nicole, Suzy, Jean-Paul…) en ont profité pour rappeler l’objectif cher au cœur de l’association, à savoir : faire revivre le patrimoine et rassembler les générations, afin que les traditions ne se perdent pas. La musique, tout le monde le sait, est un formidable vecteur des coutumes. Les chants, les danses et la musique instrumentale méritent qu’on leur accorde une place privilégiée dans ce projet , en parfaite adéquation avec les statuts de l’association.

P1040117 

P1040114

         Nicole, Suzy et Francine

P1040119

Ont été félicités pour leur régularité et leur talent les enfants des écoles primaires qui se sont investis, mais aussi les parents qui les ont véhiculés pour qu’ils soient présents aux répétitions. On sentait que le groupe était heureux de se retrouver ici en attendant les prochaines rencontres. A noter aussi la superbe contribution de Christine, au succès de cette manifestation : les costumes étaient de toute beauté.

Et tous de formuler l’espoir que ça continuera, et aussi que d’autres jeunes rejoindront la troupe pour poursuivre cette œuvre. Très demandés, les danseurs de quadrille comptent encore se perfectionner dans d’autres danses ( mazurka, polkas, scottish), toujours sous la houlette de Francine, l’animatrice chevronnée de cette troupe. Quel bonheur aussi pour Bann Jouar de les accompagner !

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2011 4 13 /10 /octobre /2011 18:02

La ville du Tampon chaque année offre des plantes à ses administrés. Vous habitez le Tampon, n'hésitez pas. Vous êtes nombreux à ne pas être informés à ce sujet. Petit clin d'oeil à Chantal !

Alors, je vous invite à faire un tour sur le site de la mairie du Tampon et de vous rendre  très vite à l'hôtel de ville avec votre carte d'identité et un justificatif de domicile et pour obtenir un bon d'enlèvement de plantes.

www.mairie-tampon.fr (cliquez sur "agenda")

Et là aussi, faut se lever grand matin, le jour de la distribution qui aura  lieu le 5 novembre  non loin de l'immeuble des Azalées sur la place des Fêtes ou au 23e sous le chapiteau.

Nous y sommes allés à deux reprises, mais avons raté la distribution l'an passé. C'est un plaisir de voir pousser nos palmiers et fleurs ornementales. C'est une manière de se faire  plaisir et de contribuer  au fleurissement de notre ville. 


Partager cet article
Repost0