Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mars 2022 3 23 /03 /mars /2022 11:59

Ce surnom la rend sympathique et ça fait très local à la Réunion !

Cette fougère de la famille des Polypodiaceae. Le phymatosorus scolopendria pousse dans les basses altitudes, il est indigène à la Réunion. « On peut la trouver dans des situations variées, en terre ou épiphyte, en sous-bois forestier ou en zones exposées, en milieux humides et relativement secs. » explique Edmond Grangaud qui a répertorié toutes les fougères des Mascaraignes en fait une description très précise dans son Guide des Fougères (p.334)

Voilà sa description du limbe : « Limbe vert, uniforme, entier sur les jeunes individus devenant ensuite profondément découpé en grands lobes pennés… »

Partager cet article
Repost0
1 mars 2022 2 01 /03 /mars /2022 12:55

L’exposition temporaire sur les Pirates au Musée Stella Matutina est riche en découvertes. On y apprend tout sur les six pirates qui ont marqué l’île de leur passage.

 

Et ce qui m’a particulièrement intéressée, c’est le travail effectué par les généalogistes. Ces derniers ont répertorié les noms des passagers de ces bateaux-pirates, et il est à parier que de nombreux Réunionnais ignorent qu’un de leurs ancêtres avait peut-être été un malfrat…

Le premier pirate, un dénommé Henry AVERY arrivé en 1695 était accompagné de marins nommés HUET, TURPIN, BOUCHER… Ils ont pris femme sur l’île et certaines épouses portaient les patronymes de MAILLOT, HOAREAU, COLLIN, LEBEAU… Des noms très familiers à la Réunion…

Et voilà précisément l’équipage de Thomas WHITE en 1706. On y trouve entre autres un BOYER, un DUCHEMAN, un FONTAINE …

La même liste a été dressée pour l’équipage de Christopher CONDENT en 1721, CLAYTON débarqué en 1724, La BUSE en 1730..

Pour qui aimerait en savoir plus, il est encore temps de faire un tour à Stella Matutina le temps de l’exposition !

 

Partager cet article
Repost0
26 février 2022 6 26 /02 /février /2022 12:21

Le quartier de Terre « Sainte », berceau de la ville de Saint Pierre,  lui doit son nom. En réalité le mot « sinte » désignait les arbustes, les bois de sinte, qui occupaient le terrain autrefois.
C’est à l’occasion de la sortie botanique au Piton Montvert que j’ai pu voir cette espèce qui serait bien plus présente dans le Nord de l’île.

Scutia myrtina est son nom latin. C’est une rhamnacée. On l‘appelle aussi « « ronce pays », « bambara », « bois de ronce »

 

Partager cet article
Repost0
20 février 2022 7 20 /02 /février /2022 08:29

En me promenant avec Armande dans les ruelles de Terre Sainte, j’ai remarqué un « boug » à vélo qui vendait des « pistaches » (c'est ainsi qu'on appelle ici les arachides, ou si vous préférez "les cacahuètes").

Il avait dû les récolter et les faire griller, comme c’est l’usage ici. C’est dans des cornets en papier journal qu’il les présentait aux passants.

IL me confie qu’autrefois, il passait avec son grand panier posé sur la tête.  Désormais il prend sa bicyclette. Moins pittoresque, mais plus rapide certainement.

En buvant un jus de fruit à la Terrasse, nous avons fait un sort à ces pistaches et notre serveur nous a même proposé un récipient pour y jeter les enveloppes….

 

Partager cet article
Repost0
11 février 2022 5 11 /02 /février /2022 08:08

Dans un article précédent, j’évoquais la présence des gouzous au musée Stella Matutina. Un deuxième article sur le sujet s’impose : l’artiste a profité de cette vitrine intéressante qu’est le musée pour illustrer les expressions créoles.

Il y expose ses dessins ou croquis ainsi que les œuvres achevées. 

On y trouve les expressions que connaissent bien les Réunionnais comme « ti hache i coupe Gros Bois » (petite hache coupe le gros bois), « foutan y angrès cosson » (la paresse engraisse le cochon, ou l’oisiveté est la mère de tous les vices) « dan blan, kèr noir » (dents blanches cœur noir, ou se méfier du sourire qui cache la noirceur), «  kass l’armwar » (casser l’armoire, ou se mettre sur son trente et un )…

Une belle contribution de Jace à la diffusion de la langue créole, quand on sait que le musée est un incontournable, souvent au programme de tous les touristes venus découvrir l’île…

Jace et les proverbes et expressions de la RéunionJace et les proverbes et expressions de la Réunion
Jace et les proverbes et expressions de la RéunionJace et les proverbes et expressions de la Réunion
Partager cet article
Repost0
15 janvier 2022 6 15 /01 /janvier /2022 11:53

Au marché de Saint Pierre, les stands de produits artisanaux pullulent. Parmi ceux-ci, il en est un, à l’entrée, non loin du parking, où on fait toujours des affaires.

On ne résiste pas à l’envie d’acheter un panier pour ses courses ou pour en faire cadeau à des amis de métropole. Comme mon amie Annette m’a commandé une « tente », c’est ainsi qu’on appelle à la Réunion les cabas pour les courses, j’en ai choisi une parmi les belles pièces exposées et Jacqueline, la vendeuse, m’a consenti un ti rabais sur le prix annoncé…

Même si ces objets sont fabriqués à Madagascar, on n’hésite pas à les acheter pour leurs coloris et leur robustesse.

 

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2012 7 22 /07 /juillet /2012 08:14

On désigne par ce terme une longue canne à pêche d’une bonne longueur (environ 5 mètres). C’est une tige de bambou (de « calumet ») à laquelle est fixé un fil de nylon prolongé par un hameçon.

gaulette 1

Son avantage est que la matière première se trouve dans la nature, (bien que certains Grandboisiens prétendent qu’on a de plus en plus de mal à trouver du bambou dans ce secteur.)

 Autres avantages : elle est facile à fabriquer ; son coût est ridiculement bas ; elle est légère et biodégradable.

Encore faut-il habiter à proximité de l’océan, pour ne pas avoir à la transporter dans une voiture (ce doit être problématique.) Elle est souple, mais non rétractable.

Le pêcheur golet ( ou pêcheur équipé d’une gaulette) est une espèce en voie d’extinction.  Quel dommage ! Quelques rares exceptions taquinent encore le lappiat  dans les criques sauvages de Grands Bois. Le 16 juillet, j'en ai aperçu deux, en contrebas du Sentier des Pêcheurs. L'un pêchait assis sur la roche, l'autre avait les pieds dans l'eau. 

gaulette 4 

gaulette 2 gaulette 3

Ce mot désignait également  à la Réunion une unité de mesure agraire qu’on utilisait encore jusque vers la fin du XXe.

« Le sort des colons, notamment ceux qui mettent en valeur moins de 1000 gaulettes n’est pas supérieur à celui des salariés.  Ils doivent aux planteurs le tiers de leur récolte »

 « Le colon reçoit du propriétaire (…) la jouissance d’un jardin de cinq gaulettes carrées pour ses cultures vivrières… »

La Réunion : problèmes démographiques, économiques et sociaux -1953 (Hildebert Isnard) 

Les premiers écrits où on trouve le mot "gaulette" datent de 1713 . Cette gaulette peut désigner une longueur mais aussi une surface. Un terrain de 5 gaulettes correspond à environ 600 m2

Quelle est la dimension de la gaulette ? selon  les lieux la gaulette mesurait soit 12 pieds (3,898 m), soit 15 pieds (4872 m)Le conseil provincial de février 1734 imposa à tous les habitants de mesurer les terrains avec une gaulette de 4,872 m. Mais à Ste Marie on continuait de mesurer avec des gaulettes de 3, 898 m

 


Partager cet article
Repost0
11 juillet 2012 3 11 /07 /juillet /2012 21:04

La semaine dernière, au Marché Forain du Tampon, sur un étal j’ai remarqué de petits légumes verts lisses  de la taille des gros piments.

 Le maraîcher, qui descend chaque semaine du Grand Tampon vendre ses courges, pommes de terre, fraises… m’explique que ces petits légumes verts (3,50 euros le kilo) sont des « margozes de laine ».

margozes-de-laine.JPG 

Je crois avoir mal entendu et il me répète «de laine », tout en ajoutant que ça vient de « l’inde ». D’accord : encore un glissement de sens, comme il en existe pléthore à la Réunion : « de l’Inde » mal prononcé est devenu « de laine » !


Il paraît que ces légumes n’ont pas l’amertume des gros (ou grosses) margozes. On peut les ajouter au cari thon ; ils accompagnent bien les caris poissons…

Partager cet article
Repost0
30 mars 2012 5 30 /03 /mars /2012 21:10

 Amusant ce nom de fruit !  Amusante aussi  l’origine de ce nom. Rien à voir avec le Jaque ( ou Jacque) fruit du jaquier. Ce n’est pas nom plus le fruit du diablotin appelé “Jacot”. Ce fruit pousse  tout simplement à l’arbre appelé “pommier d’accot”

 Cette fois encore, nos Réunionnais sont passés par là et ont fixé une phonétique qu’ils ont retranscrite comme bon leur semblait. “Pomme d’accot” est devenu “pomme jacot” ou “pomme jacquot”

pomme jacot

 Le pommier d’accot appartient à la famille des sapotaceae. Son nom latin est "mimusops coriacea."  Il peut atteindre 7 à 8 m de hauteur. L’arbre se serait naturalisé à la Réunion de St Benoît à Ste Anne ( c’est à Sainte Rose que j’ai vu cet arbre pour la première fois, c'était lors de notre rando vers l'Anse des Cascades)

pomme jacot 2

 Le fruit sphérique d’un diamètre de 4 cm est âcre avant maturité. On l’appelle aussi “coing de Chine”. Quand il est jaune, il est mûr et là sa chair est farineuse et sucrée. On ne trouve pas cette pomme sur les marchés de la Réunion : on ne doit pas l’apprécier.

pomme jacot 3

 On utilise l’arbre comme brise-vent et son bois est utilisé en ébénisterie

Partager cet article
Repost0
13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 18:45

Mwin la cassé nout mangues

Quand  Jocelyne, une de mes voisines me souffle qu’il faut “casser” les mangues vertes de mon "pied" (arbre), c’est qu’elle me suggère de cueillir les fruits. Figurez- vous qu’à la Réunion, on ne cueille pas, on casse !!!

L’explication en est toute simple : la plupart des fruits sont accrochés aux branches, comme les letchis, les longanis, les mangues. Alors on craque les rameaux pour récolter les fruits. D’ailleurs même les goyaviers, les pêches, les oranges, on les “casse”. Là, pas de craquement.

Pour les fleurs, il en va aussi ainsi : on casse la rose de porcelaine, l' iris marron, l'hibiscus, l' héliconias, le bougainvillée… 

Casser… On casse aussi les fruits et les fleurs en Lorraine, notamment dans le Bassin ( qui fut) Houiller. Dans notre dialecte francique, on dit bien “ Kirsche un Blume brechen…” (brechen = casser, en allemand) On brise les fleurs. Amusant. C’est vrai qu’une fois cassée, on ne peut plus la replanter, la tulipe.

Pour en revenir aux mangues, à la Réunion, on les cueille, pardon, on les “casse” vertes pour en faire du rougail.  Il est aussi usuel de prélever les bananes vertes et de les laisser mûrir. Comme la mouche du fruit abîme souvent les oranges, et mangues du verger, je vais essayer de suivre  ce conseil avisé et laisser se colorer les fruits après “la casse”

P1150638

Partager cet article
Repost0