Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 13:11

 Un petit aperçu du "Saknoufé"* de Grands Bois en 2010. En attendant le Saknoufé 2011 !

Un programme alléchant : animations (défilé, débats, musique, danse, jeux), restauration et présentation des "savoir-faire" de ce quartier de St Pierre animé par des associations dynamiques, à découvrir absolument ce week-end.

Saknoufé* = ça que nous fait ( ce que nous faisons, ce que nous savons faire)

Photos d’archives du CUCS.

saknoufé 3 Saknoufé 9

Saknoufé 4 saknoufé 1

Saknoufé 8 Saknoufé 7

Partager cet article
Repost0
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 21:07

Un rendez-vous à ne pas manquer… aux CALBANONS de la CAFRINE

P1090824

Ateliers, expositions, animations, musique, restauration…

Chaque mardi depuis quelques semaines, toutes les Associations de Grands Bois se retrouvent au CUCS pour préparer le traditionnel « Saknoufé »

P1090550

Les couleurs de la Fête : les organisateurs ont retenu les couleurs  « bleu azur et vert anis », le bleu pour évoquer l’Océan, le vert pour la Nature. Cette année, le thème fédérateur retenu  est : « GRANDS BOIS , in gayar ti kartié » (un petit quartier gaillard !)

Tous les participants, Pêcheurs Golet, Acte, Gepp,  Assedis,  Acte, Club des Lataniers, Pandialé, UPTS .... et les écoles sont déjà à pied d’œuvre pour préparer l’événement. On verra travailler les tresseuses de vacoa de  « Tress eknou », un artiste tissant la palme de coco, une aquarelliste, un fabricant de tambours malbars… On y découvrira aussi la technique de la mosaïque, de la peinture sur porcelaine, des tableaux de sable... Des projections sont aussi au programme dont un diaporama sur les sites remarquables de Grands Bois.

En outre, Les organisateurs ont décidé d’affréter un bus  pour faire une visite guidée sur les 12 sites répertoriés. Un natif de Grands Bois accompagnera les groupes.

Simongavol et ses moringueurs, l’orchestre Bann Jouar seront aussi de la partie.

Un quizz sur Grands Bois, un concours de cuisine ont été concoctés par l’équipe.

On devrait même assister à un débat le dimanche matin à 10h30 sur « l’Avenir de Grands Bois »

Des espaces -jeux pour les enfants, des possibilités de restauration seront proposés ces jours-là. Et sur le podium, se succéderont des troupes de danseurs, de musiciens et de chanteurs. Un programme chargé et varié qui prouve que malgré la 4 voies qui a séparé les Bas et les Hauts de Grands Bois, les gens peuvent se rassembler pour faire vivre leur petite ville, euh, pardon ... leur petit quartier.... leur gaillard petit quartier !

Partager cet article
Repost0
19 juin 2011 7 19 /06 /juin /2011 22:39

 Chantal, notre amie, que tous ses proches surnomment "Tit Cafrine" est une fan inconditionnelle d’Edith Piaf. Elle connaît toutes ses chansons par cœur et les interprète avec conviction et émotion.

Elle aime à les chanter aux fêtes de famille, aux repas entre amis, à table dans les gîtes de randonnée, toujours pour le plus grand bonheur de ceux qui l’écoutent.

Alors si vous aimez le répertoire de Piaf ou avez envie de mieux le connaître, je ne peux que vous conseiller de faire un tour ce mardi. à la Fête de la Musique, dans le charmant village de l’Entre Deux situé au pied du Dimitile

PROGRAMME

DE 18h à 20h l’orchestre Ban Jouar

20h Récital Edith Piaf

20h30  Danseurs de Claquettes

Puis Le Bardeurs Band, Fond’Kal etc….

 

Partager cet article
Repost0
18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 21:18

 ... des centaines de petites fleurs aux coloris variés

De loin, on dirait des bougainvillées, mais en y regardant de plus près, on remarque que les fleurs ont la forme de « chapeaux chinois ». C’est d’ailleurs sous ce nom qu’on les connaît à la Réunion.

P1090478

Elles peuvent être jaunes, orange, roses, rouges… et font des haies ornementales superbes. C’est dans le jardin de Martine que j’ai découvert ces arbustes, puis avec mon œil exercé je les ai retrouvés à plusieurs reprises au Tampon, le long de la rue Delisle et de la rue Charles Baudelaire. Ces arbres sarmenteux peuvent atteindre 4 à 5 mètres.

P1090479 P1090488

                                                           Holmskioldia sanguinea var citrina

 

P1090489

                                                               Holmskioldia sanguinea Retz

 

Les fleurs, de la famille des Verbenacées,  ont la particularité de garder le calice même quand leurs pétales tombent.  Mais ces fleurs ne supportent pas les températures inférieures à 10°

 

C'est le physicien danois "Holmskiold" né au 18e siècle qui a donné le nom à cette plante.

Partager cet article
Repost0
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 00:31

Le quartier "école-église-mairie" est un carrefour névralgique aux heures de pointe.

En semaine, aux heures de sortie et d'entrée des classes, on se croirait à St Aygulf en août : on roule au pas dans la rue Charles Baudelaire. On met parfois 15 à 20 minutes pour parcourir 200 mètres !

Le week-end, c'est à l'heure de la messe qu'il faut user de patience.

 

Mais, depuis quelques mois, le parking de l’hôtel de ville n’est pas saturé le samedi soir et on traverse mieux le rond-point du baobab, et pour cause… l’église de Trois Mares a été démolie et les offices ont lieu à la Châtoire. La reconstruction de l’édifice avance à grands pas. Son architecture est futuriste. On y travaille d’arrache-pied.

 

Voilà une photo du chantier prise le  25 mai 2011

 

P1090475b

Le chantier 3 jours plus tard ( le 28 mai)

 

P1090713b

Partager cet article
Repost0
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 22:53

Cette route longue de 62 km, la RN3, fait la jonction entre l’Ouest et l’Est, de St Pierre à St Benoît. Elle grimpe sur une trentaine de kilomètres vers Bourg-Murat, puis  après avoir traversé La Plaine des Cafres dominée par le Piton des Neiges, elle redescend . Il faut bien compter  1 heure pour relier les deux côtes de l’île.

Par temps couvert et brumeux, cette route est dangereuse et peu intéressante. Mais quand le ciel est dégagé, c’est un plaisir que de l’emprunter.

Parfois, il faut prendre son mal en patience parce que les occasions de dépasser un véhicule lent sont très rares dans les rampes. La température fraîchit dans les hauts et on n’ouvre plus les vitres. Les passagers sujets au mal du transport préfèrent s’asseoir à l’avant. Cependant les paysages fabuleux font oublier ces détails.

gb4

La traversée des pâturages de  la Plaine des Cafres au pied du Piton quand fleurissent les arums blancs ou les ajoncs jaunes et que l’ancien volcan se découpe sur un ciel bleu, parfois auréolé d’une écharpe blanche, c’est toujours un événement.

P1090401 P1090399 iris marron 2

          arums                      marguerites folles                         iris sauvage (ou marron)

A toutes les époques de l’année, malgré les lacets, le voyage n’est pas lassant : au mois de novembre ce sont les marguerites folles qui prolifèrent au bord de la route, en décembre , ce sont les iris sauvages qui prennent le relais avec  les hortensias bleu blanc, en  mai ce sont les longoses, ou encore des  fleurs mauves…  Les pentes prises d’assaut par les fougères arborescentes ou les lianes fleuries sont également très pittoresques.

P1090192

 En mai, c’est  aussi l’automne et  les platanes jaunes font des taches dans cette toile verte.

P1090194 P1090196

P1090204 P1090206

Quand la route débouche sur une  vue sur la Plaine des Palmistes avec la mer au fond,

P1090946

ou une vue sur la vallée entourée de montagnes, on est toujours impressionné.

P1090939

  Nous avons déjà pris cette route une vingtaine de fois et chaque retrouvaille avec ce panorama est un moment de grâce.

Ne pas faire ce chemin au moins une fois pendant son séjour, c’est rater quelque chose d’essentiel. La traversée des Plaines ( Plaines des Cafres et Plaine des Palmistes) est un incontournable !

Partager cet article
Repost0
14 juin 2011 2 14 /06 /juin /2011 10:34

 J’ai profité du déplacement à la Fête des Goyaviers à la Plaine des Palmistes pour faire un tour au Domaine des Tourelles. Mais en raison de la manifestation qui se déroulait Bassin Cadet, seuls quelques ateliers étaient ouverts.

Je suis montée vers le parking, en direction de l’immense bâtisse flanquée de deux tours. C’était la maison de campagne d’un certain M. Alexis Jean de Villeneuve, riche propriétaire terrien de St Benoît. Le bâtiment date de 1929.

Domaine des Tourelles (6)

Géré par le Conseil Général, le lieu est aujourd’hui destiné à la promotion des Métiers d’Art. Derrière le  bâtiment central, une allée qui dessert des maisonnettes où se déroulent par exemple des activités comme  le tissage de vacoa …

Domaine des Tourelles Domaine des Tourelles (2)

Pôle d’animation autour  du « végétal », le domaine permet  la découverte d’ essences diverses comme le géranium, le vétiver,  qui ont fait la richesse de l’île le siècle dernier, la dégustation de thé, une expo de l’ONF dans le Kiosque de la Forêt …

Domaine des Tourelles (3)

Dans le bâtiment central, qui fait office de boutique, on peut se laisser guider pour comprendre la fabrication et l’histoire des produits qui y sont présentés. On peut y trouver de la documentation, des objets à acheter.

 La veuve de M.de Villeneuve avait vendu la propriété à la FOL ( Fédération des Oeuvres Laïques) qui y accueillait des colonies de vacances.

Domaine des Tourelles (4)

Le Conseil Général  a racheté le Domaine, et démoli l’ancienne construction pour la reconstruire à l’identique. Seul le carrelage est d’origine, c’est d’ailleurs ce qui frappe en entrant.

Domaine des Tourelles (5)

Partager cet article
Repost0
13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 11:29

gelée gelée (2)

                  Cueillette chez M.Delatre                   en attendant la transfomation

J’ai préparé ma gelée comme me l’ont conseillé mes amies de « Pêcheurs Golet ». Pour 1 kilo de jus, j’ai ajouté 1 kg de sucre blanc.

D'abord, j'ai fait chauffer les fruits mûrs. Puis, je les ai mis dans un tissu et les ai laissé égoutter toute la nuit, j’ai aussi « percé » c'est-à-dire « pressé » le tissu. (attention, ne pas confondre… certains mots créoles portent à confusion)

gelée (3) gelée (4)

Une méthode à l’ancienne que je n’avais pas pratiquée depuis 30 ans, faut dire que si j’avais eu un extracteur à jus, cela m’aurait simplifié la tâche.

 Le lendemain,  j’ai ajouté le sucre. Après avoir écumé trois fois et fait bouillir trois fois, le jus a été mis en pots, sans additif aucun (pas de citron, pas de pectine, rien de chimique non plus…) du bio 100%. Quelques heures plus tard, c’était gélifié !

Partager cet article
Repost0
13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 11:01

 Après la cueillette dans les vergers Delatre, le bus nous a déposés à côté de la belle mairie de la Plaine des Palmistes et nous sommes allés manger dans un petit restaurant situé sur la rue principale. Pour la fête, les snacks et restaurants de la localité avaient installé les tables en terrasse.

goyaviers (3) goyaviers (4)

Nous avons mangé dans un petit local sympa dans la montée à gauche. Nous avions apporté les boissons et  sur la route à Bourg Murat. Dans une station-essence , on avait acheté un gros paquet de glaçons.  Encore une coutume réunionnaise :  on va acheter les glaçons pour le pique-nique et dans tous les garages on peut s’approvisionner.

Le restaurateur a mis à notre disposition  un petit congélateur où nous avons pu garder les boissons au frais. Le buffet était copieux !

goyaviers (5) goyaviers (6)

goyaviersAprès le repas, nous sommes descendus au lieu-dit « Bassin Cadet ». Après avoir longé l’hôtel de ville et  marché une dizaine de minutes, nous étions sur le lieu des festivités. Stands où on vendait des goyaviers sous toutes les formes : fruits en barquettes, gelée, pâte, confits, gâteau ti son au goyavier, gâteau chemin de fer, sirop … D'autres produits locaux étaient proposés comme le miel.

 

goyaviers (7) goyaviers (8)

goyaviers 14

goyaviers (10) goyaviers (12)

C’est en famille que les Réunionnais avaient fait le déplacement, il y avait là des animations pour tous les âges : auto-tamponneuse, manèges, pêche miraculeuse, loto-quine, bal lontan… Comme c’est l’hiver à la Réunion, et qu’on est dans les hauts, faut être prévoyant : je n’ai pu résister à l’envie de photographier cette petite fille emmitouflée dans un petit manteau bordé de fourrure, et qui portait des gants de laine rose. 24° au thermomètre ! Ben ! lé vré kil fé fré a la Rénion…

goyaviers (13)

Sur un podium des groupes de musiciens se succédaient et dans la salle des fêtes l’orchestre Symphonic jouait des ségas. Nous n’avons pas pu rester à les écouter, irrésistiblement nous avons été entraînés sur la piste de danse. Une ambiance d’enfer !

 

Jacqueline avait  rempli pour moi un billet de tombola pour me faire gagner mon poids en goyaviers. 49 kilos en goyaviers…. Le lendemain dans la presse j’ai lu qu’un boug de Petite –Île avait gagné son poids : 70 kg ! ça en fait de la gelée de goyaviers à préparer… Heureusement que je n’ai pas eu ce lot ! Je me suis contentée des 3 kilos cueillis et j’ai obtenu 7 pots de gelée… J’ai gardé quelques fruits pour les donner aux enfants : Robin a adoré !

Partager cet article
Repost0
4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 21:35

 Nous venons de passer une chouette  journée à la Fête des Goyaviers. Ce matin, le bus affrété par l'Association  « Pëcheurs Golet » a déposé ses 35 passagers devant les vergers de M. Delatre.

Pour trouver l’endroit, il faut quitter la Plaine des Palmistes pour la Petite Plaine et chercher  le chemin de Bras Noir, direction Dechetterie. Au bord de la Route, le propriétaire attend devant une table en érable où il a empilé des seaux de différents gabarits. 

cueillette 2

 Il a même des seaux pour les enfants de la maternelle.  Les prix oscillent entre 8 euros pour le grand seau (5kg) et 5 euros pour le seau de 3 kilos. Pour être sûr de récupérer les contenants, le producteur  demande une consigne aux cueilleurs. .  Il est prudent d’apporter son propre seau pour transvaser les fruits à la fin de la cueillette ;  dans un sachet, ils risquent d’être écrasés. Mais il est permis  de conserver ses  propres seaux mais notre homme évalue leur capacité et fixe un prix en fonction de la contenance.

cueillette 3
Ainsi équipés de  nos seaux nous montons vers l’exploitation. A la fourche, on choisit soit d’aller à gauche vers un terrain plat (plus commode pour les personnes moins agiles) ou à droite et là ça grimpe, il fait traverser la Ravine Grenadine sur un petit pont de bois. Mais là dans la montée, les goyaviers ont une meilleure exposition  et sont plus fournis.

cueillette 5a cueillette 6

Comme le terrain est très accidenté et boueux par endroits, la cueillette est  moins aisée pour les personnes âgées. Si on retraverse la petite ravine, on peut déraper sur les roches glissantes, et renverser son seau. Témoins en sont les fruits qu’on peut voir parfois au milieu des pierres. Dans le feu de l’action en se hissant pour attirer une branche on peut poser le pied dans un trou, cela a failli m’arriver. Malgré tout, c’est une partie de plaisir, les  enfants sont là avec leurs parents, ça babille, ça se cherche, s’interpelle… Un endroit propice pour jouer à cache-cache. D'ailleurs, qui sont les trois cueilleurs cachés dans la végétation ?

cueillette 5b cueillette 7

Le paysage ici avec au premier plan les goyaviers, au second plan la Plaine et au fond la montagne est fabuleux. Et là-dessus un soleil  généreux.

cueillette 5

 Nous restons là,  à cueillir pendant une heure, puis Nicole et Jacqueline battent le rappel pour que tous rejoignent le bus.

 

cueillette 8Nous bavardons encore quelques instants avec M. Delatre père qui nous raconte que la cueillette dans sa plantation existe depuis une dizaine d’années. Il possède 8 hectares. Son fils a repris le flambeau. Pour planter le terrain plat, il a fallu ôter toutes les longoses qui y avaient proliféré. Pour aménager la colline, et réaliser des sentiers entre les goyaviers existants, il avait fallu déraciner les arbustes gênants et ce n’était pas une mince affaire : un travail titanesque à la pioche et au sabre à canne. Aujourd’hui l’affaire marche bien. De mai à juillet, c’est la saison de la cueillette  et le reste de l’année, il faut entretenir, tailler (« recéper », me corrige mon interlocuteur), et sur dix rejets on n’en garde que deux. Il  précise que mettre des pesticides ne rime à rien à la Plaine des Palmistes, si on traite le matin et qu’il pleut l’après -midi, tout est vain. Tant mieux ! au moins là, on est assuré de manger des fruits bio ! D'ailleurs, en cueillant on s'en est fait "une ventrassée".

 Il est midi quand nous quittons le verger. ( à suivre)

Pour davantage d'infos sur le verger :

 http://www.reunion.fr/modules/rechercher/fiche-etablissement/etablissement/1192-verger-delatre-cueillette-de-goyavier.html

Partager cet article
Repost0