Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 février 2022 7 20 /02 /février /2022 08:29

En me promenant avec Armande dans les ruelles de Terre Sainte, j’ai remarqué un « boug » à vélo qui vendait des « pistaches » (c'est ainsi qu'on appelle ici les arachides, ou si vous préférez "les cacahuètes").

Il avait dû les récolter et les faire griller, comme c’est l’usage ici. C’est dans des cornets en papier journal qu’il les présentait aux passants.

IL me confie qu’autrefois, il passait avec son grand panier posé sur la tête.  Désormais il prend sa bicyclette. Moins pittoresque, mais plus rapide certainement.

En buvant un jus de fruit à la Terrasse, nous avons fait un sort à ces pistaches et notre serveur nous a même proposé un récipient pour y jeter les enveloppes….

 

Partager cet article
Repost0
4 février 2022 5 04 /02 /février /2022 08:41

À la Réunion, au mois de janvier, on se déplaçait autrefois dans la famille pour échanger les vœux.

À cette occasion les hôtes offraient le verre de liqueur et partageaient le pâté créole. Pour ne pas déroger à la règle, et parce que ça me faisait plaisir, fin janvier, j’ai rendu visite à des proches de Petite Ile.

Nous avons bu le petit verre d’anisette « Marie Brizzard » et mangé un morceau de pâté créole ! Un bon moment de convivialité !

A consommer avec modération...

Partager cet article
Repost0
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 12:03

Hier, mercredi 8 mars, les dames de Grand Bois de l’Association “Pêcheurs Golet” étaient une fois de plus mobilisées pour faire revivre le passé.

P1070264 

Rappel de la tradition, d’abord avec le volet culinaire. Explication en cuisine de la préparartion du carri porc-bringelles et du carri poisson,

P1070285

Ateliers de confection de samousssas, bonbons-piments et bonbons millet.

P1070272

A l’apéritif des boissons inédites comme le punch sapotille, le jus de citron, le jus de mangue.

 Rappel de l’histoire de Grands Bois avec une visite guide des calbanons  ( habitations  des familles d’engagés ) faite avec Laurent. Mme Abriel, la doyenne, intervient à plusieurs reprises pour évoquer des souvenirs dans ce parcours.

Avant le repas partagé par tous (acteurs  de la journée et visiteurs), Marie Rose Perrine, femme très active dans l’association, membre de l’atelier de tressage, a raconté la vie aux Calbanons en déclamant une poésie en créole. Ce texte, qu’elle enrichit à chaque animation, narre les différents moments de la journée d’un engagé et le travail des femmes et des hommes au fil de l’année.

P1070263 2

Puis c’est la chanson “Somin Grand Bois sa lé long” qui termine l’intervention de notre Rodriguaise.

 Pendant le repas, les touristes échangent avec les animatrices : on y parle du mariage lontan et des mariages actuels à la Réunion, de langue, d'artisanat, de voyages dans les îles voisines...

 P1070290

Marie Claire profite aussi de ce moment convivial pour expliquer à ceux qui le souhaitent comment on tresse le vacoa. On profite de cette occasion pour montrer les réalisations de l’atelier –tressage.

P1070275

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 11:34

 

Passer le cap de la nouvelle année de manière conviviale, à la Réunion,  on sait y faire. Toute l’île se donne rendez-vous sur les plages avec l’arsenal de cuisine, les tables, chaises ou nattes.

A Saint Pierre par exemple, le front de mer est complètement occupé par les familles, les amis, les personnes de son quartier ou de son association.  On installe son bivouac où on peut, sur les pelouses, dans le sable sous les vacoas ou près de l’eau ou encore sur les promenades près du port.

 

Photos Jacqueline 3 015 Nombreux sont ceux qui ont planté la tente sous les ficus ou sur la plage pour prolonger la nuit.

Photos Jacqueline 3 049

Donc hier soir, nous sommes descendus vers 20 heures sur le front de mer après avoir garé la voiture près de la mairie (bien nous en a pris, parce que vers 1 heure du matin, toute la rue Delisle était bloquée par un groupe de musiciens)

Il faisait encore chaud, et dans l’air flottait une ambiance festive : plusieurs groupes dont le Ouaki Band animaient l’endroit. On écoutait, on dansait, chantait…

Photos Jacqueline 3 016 Les enfants portaient des accessoires lumineux comme des oreilles de lapin lumineuses, des bâtons de couleur. Certains avaient le droit de tenir des bougies magiques qui faisaient de superbes étincelles.

De nombreux baigneurs profitaient encore de l’eau chaude de cette dernière nuit de 2011. Nous avons rejoint le groupe des membres de la Gym Aquatique de l’UPTS qui s’étaient installés dans l’après-midi sur la plage à côté de l’hôtel « les Alizés » Là nous avons bu une coupe de champagne avec Vérène et Eddy pour fêter l’année écoulée. Comme nous avions déjà dîné, nous avons décliné leur invitation et sommes partis vers le poste de secours pour trouver un endroit sympa afin d’être aux premières loges pour le Feu d’Artifice. Et nous nous sommes assis par terre, dans le sable.

Bientôt toute la plage était investie, un monde fou ! et pourtant personne ne gênait son voisin ; des pétards et feux fusaient déjà depuis des heures. D’énormes  lanternes allumées sur la plage  s’envolaient dans le ciel . Un spectacle de toute beauté.

Photos Jacqueline 3 043

A minuit, début de la féérie : près d’un quart d’heure des gerbes de lumière sur l’océan qui ont suscité des cris très divers : un enthousiasme communicatif !

Instantané 2 (01-01-2012 11-26)

En repartant, nous avons  croisé sur notre chemin Jannick et Betty qui nous ont proposé de trinquer avec eux, leur famille et l’orchestre (le Ouakiband) à la nouvelle année. Et avant de remonter au Tampon, avons présenté nos vœux à Eddy.

BONNE ANNEE A ZOT TOUT !

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2011 3 14 /12 /décembre /2011 21:44

C’est Jean Paul Abriel qui nous en a dévoilé le principe lors d'une matinée récréative aux Calbanons. Ce natif de Grands Bois en connaît un rayon sur des pratiques anciennes.

P1050407

C'était la mardi 6 décembre, jour où l’association « Pêcheurs Golet » accueillait des petites sections de maternelle de l’école Lapierre de Mont-Vert. Les marmailles découvraient des fruits dont ils ignoraient les noms, la forme et le goût. S'il est facile de couper des morceaux de jamalac, ou de vavangue pour les faire goûter, pour la pomme latanier, c'est une autre histoire.

Là, on met en pause, et on écoute le sage qui pique la curiosité des enfants : " Comment ouvrir ce fruit ? ... Non, pas avec les dents, peut-être  avec un marteau ou un galet si on en a un sous la main... Mais il existe une méthode bien plus efficace..." L'homme se dirige alors vers une porte, coince le fruit dans le jour laissé entre le mur et la porte et claque cette dernière !Attention ! Il faut éviter de laisser le doigt sur le fruit pendant cette opération. La meilleure solution est de demander à un adulte de s'acquitter de cette tâche.

P1050412 P1050409

Voilà le fruit est fendu et on peut en consommer l'intérieur.

 

P1140286

La pomme latanier, fruit du latanier (palmier), fruit de saison, au marché de St Pierre.

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2011 7 11 /12 /décembre /2011 10:24

 A défaut de Noël BLANC, vu les températures assez éloignées du zéro (température à laquelle il se met à neiger) , on se met au ROUGE.

D’abord, dans les vitrines des mannequins portent des « linges » (habits) rouges. Et la jeunesse aime ça (voir article précédent)

 P1140280

Puis, les arbres revêtent également leur parure rouge. Ainsi le long de la quatre voies entre le Tampon et Saint Pierre, nous avons droit à une haie d’honneur éclatante. Quand le flamboyant ou « delonix regia » rougit, on dit que « Noël n’est pas loin ». 

 P1050329P1050330

Parfois on aperçoit dans des massifs des arbres décoratifs qu’on appelle ici « bois de Noël », ils portent de petites boules rouges. On trouve aussi cet arbrisseau le long des sentiers (comme celui de l’Eden, près de Bras -Panon). Son nom latin est « ardisia crenata ».

P1140300 P1140299

 

Enfin, un troisième signe : les grappes de letchis mûrs arrivent sur les étals. Ces fruits roses, rouges,  donnent aussi le signal des festivités. Pas une table réunionnaise ne se passe de letchis à Noël.

P1140295 P1140296

 

Actuellement, on  trouve ce fruit au marché de Saint Pierre au prix de 3 à 4,50 euros le kilo. Mais cette année, les arbres ne ploient pas sous leur poids.  Ils avaient beaucoup produit l’an passé, ceci expliquant peut-être cela.

P1140285

 

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 12:02

Voilà un accoutrement qui plaît au mois de décembre à la Réunion : la tenue de Père Noël pour aller en classe.

Ce jeudi vers 16 heures, à Cilaos, notre car a repris la route pour Grands Bois. En passant devant la maison de la Broderie, les passagers du bus ont apostrophé les "Mères Noël" qui déambulaient sur le trottoir à la sortie des cours du collège.

P1050621 P1050620

C'est un phénomène très local : ici les élèves achètent des vêtements rouges galonnés de fourrure blanche et coiffent le bonnet rouge pour aller en classe... bien qu'il fasse une trentaine de degrés, peut-être un peu moins à Cilaos. Certaines filles achètent même des bottines ou des sandalettes rouges.

Impensable en métropole !

Il paraît qu'à Mont-Vert pour la kermesse de l'école Evariste Parny, Robin devra revêtir des vêtements rouges...

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 20:29

Pour faire passer le temps , ou en attendant  que le mauvais temps passe...

 

Quand le ciel se couvre (sur toute l’île, ce qui n’est pas fréquent) et que souffle le vent, on peut trouver des occupations très passionnantes à la Réunion. On s’assoit sur la varangue et on apprend par exemple à lisser et à tisser la feuille de vacoa.

C’est parti pour un set de table. Placer les lanières tête –bêche dans la réglette, puis faire passer les lanières horizontales. Suffit de s’intéresser, d'être minutieux et de suivre les conseils avertis d’une experte… -Pas très chères les fleurs en ce moment.-

Il n’y a pas d’âge pour apprendre : à 76 ans mamy Hortense s’est lancée et les progrès sont réels !

P1130097 P1130099

P1130100 P1130102

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 19:00

Tous aux Calbanons de la Cafrine (au sud de St Pierre) ce dimanche !

 

Un rendez-vous à ne pas manquer !

 

Un programme de choix a été concocté par les associations de Grands Bois à l’occasion de cette fête.

 

A 8h30 ouverture de la fête « Ti gazon grand-mère » riz chauffé offert.

10 heures : visites guidées des vestiges du quartier par des bénévoles

10h45 « Dans tan lontan » scènes de la vie lontan avec les associations du quartier

11h30 « Gout un ti bout » dégustation de mets lontan préparés par les associations de Grands Bois

14 heures : Recette lontan

14h30 visites guidées des vestiges du quartier par des bénévoles

16 h « Gout un ti bout »

 

A partir de 16h30 « Ambians salle verte »

16h30 Chante nout patrimoine

17h  Danse de l’association « Pêcheurs Golet »

17h30 Danse de l’association Natyanjali

18h Danse quadrille avec l’orchestre Bann Jouar

19 h Histoire du Domaine de la Cafrine (film documentaire)

ambianz krazé avec le groupe Zorkri Maloya

 

Animations en journée : orchestre de cuivres, caroussel, balades à cheval, en charrette –bœufs, exposition d’objets lontan et de photos d’époque

 

Ateliers vivants : dessin, tressage, fabrication tambour, taillage âîer, rosace, kayamb, ti banc « koza in soz »

jeux lontan : marelle, kaddock, course la roue, jeu bité, darion, course goni, jeu de quine…

 

Partager cet article
Repost0
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 17:12

Jamais je n’aurais eu l’idée de jouer au jeu de dada, sans le traditionnel dé, ce cube à 6 faces. Diredés qu’avec mes élèves, j’avais galéré pour fabriquer des dés dans les règles de l’art, alors qu’on peut aisément  se passer de ce truc sophistiqué.

Et voilà, il a suffi que je tombe sur trois jeunes devant les Calbanons de la Cafrine, un mercredi après-midi, pour que mon éducation sur le sujet soit faite. Les trois dalons* jouaient à un jeu de société, qu’ils appelaient le « dayon » ou le « darion », une variante du jeu de chevaux.

Mais au lieu de dé, ils avaient 6 graines de tamarin coupées.  Les joueurs, des gaillards fort sympathiques,  m’ont expliqué qu’il suffisait de lancer les 6 grains et de compter les points. Le côté marron équivalait à 0 et la face claire (laissés par la coupure) valaient chacun 1 point ! Quoi de plus simple. Encore fallait-il y penser… Merci  les jeunes !
Technique comprise 6 sur 6 !

N.B « Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait… » un adage populaire à revoir  : les jeunes ont beaucoup à nous apprendre, quoi qu’on en dise…

Dalon* : copain, ami

Partager cet article
Repost0