Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 décembre 2020 5 11 /12 /décembre /2020 12:40

Voyager, c’est apprendre à rester serein… Parfois on attend vainement une valise qui est sur un autre tapis roulant parce qu’on n’a pas pris le temps de regarder en arrivant l’écran qui indique le chiffre de l’arrivée des bagages, ou tout simplement parce qu’il a été décidé en dernière minute qu’il y aurait un changement de tapis.

Il peut aussi arriver que les bagages mettent un temps fou à arriver… et on craint pour sa correspondance. Le pire est d’attendre une valise qui ne viendra pas, parce qu’égarée…

Mais là, ce que j’ai vécu à CDG au vol d’arrivée d’Air Austral passe l’entendement. Le tapis s’est arrêté d’un coup et une cinquantaine de bagages ont été carrément jetés dans un angle à l’extrémité du serpentin.

Les voyageurs eux-mêmes grimpaient sur la bande transporteuse à l’arrêt pour aider des passagers à récupérer leurs bagages. Des valises étaient couchées de travers  sur  les deux bords du tapis roulant.

Il s’est bien passé une vingtaine de minutes avant que l’incident n’ait été résolu. Et quand la bande s’est remise en marche, et que la compagnie s’est excusée auprès de ses usagers,  les valises tombées sur le bord ont été remises, mais l’employé n’a pas jugé utile d’y mettre la cinquantaine de bagages qui avaient été jetés dans l’angle… Aux voyageurs de se débrouiller pour remuer les sacs, paquets et valises, et trouver, seul, ce qui leur appartenait. De quoi devenir fébrile...si on imagine rater le seul TGV de la journée...

 

Partager cet article

Repost0
10 décembre 2020 4 10 /12 /décembre /2020 20:41

On vous impose partout à l’aéroport le mètre de distance avec les autres voyageurs. On fait tout dans les règles, on colle des lignes sur le sol pour vous maintenir à bonne distance à l’embarquement.

                                                                 Illustration de Jace sur l’écran de l’avion d’Air Austral

Mais c’est d’un ridicule affligeant : tous les sièges dans la salle d’embarquement sont pris d’assaut, on est à 30 cm du voisin. Pas de siège condamné…Il est vrai que tout le monde est masqué. Il faudra d'ailleurs changer 3 fois de masque... ce que personne ne fait !

Ensuite, vous entrez dans l’avion et vous êtes assis juste à côté d’un autre passager : ce jour-là pour gagner de l’argent, un vol a été annulé et le vol du lendemain a été complété au siège près !

Il n’empêche qu’on tient à ce mètre de distance et même dans les déplacements à l’intérieur de l’appareil, il faut éviter de se promener (cf le gouzou qui s’affiche sur les écrans des avions d’Air Austral)

Et heureusement que le ridicule ne tue pas. Arrivés à CDG aéroport où on vient de supprimer un terminal, les voyageurs doivent s’engouffrer dans une navette. Si la distance réglementaire est respectée sur le quai, dans la navette c’est une autre question, on se croit dans un métro parisien aux heures de pointe : on s’entasse…

Partager cet article

Repost0
9 décembre 2020 3 09 /12 /décembre /2020 12:55

Eh oui ! J’ai découvert récemment que la petite localité de l’Entre-Deux est désormais équipée d’une station de bus. Celle-ci se situe à main gauche, non loin du stade, avant la montée vers le centre ville.

Elle est flambant neuf et s’est dotée de 5 quais, et de bancs. Et on a même arboré la place. Une bonne idée que cet aménagement ! De là, on peut se rendre facilement à pied au stade, au court de tennis, ou sur le sentier de randonnée de Coteau Sec…

 

Partager cet article

Repost0
30 octobre 2020 5 30 /10 /octobre /2020 15:37

A Saint Pierre, à vélo le 31 octobre !

VELORUTION, une manifestation a lieu ce samedi  pour attirer l’attention des pouvoirs publics sur le manque de pistes cyclables et les problèmes liés au déplacement à vélo.

Voilà le lien pour en savoir plus :

https://framaforms.org/velorution-sur-saint-pierre-le-samedi-31-octobre-1600875108

Et un extrait de cette invitation :

« Le samedi 31 octobre, les militants des associations et collectifs Extinction Rebellion - Attac - AlternatibaGreean Peace et les Gilets Jaunes lancent la deuxième VELORUTION de l'île sur Saint Pierre, une action citoyenne à vélo pour accélérer le développement vers une mobilité douce et active à la Réunion dans le cadre d'une sensibilisation plus globale à la transition écologique et aux mesures nécessaires au regard de l'urgence climatique.

La VELORUTION c'est quoi ? C'est un rassemblement de cyclistes (skate - trottinette - roller ...) qui se réapproprient un espace routier en prenant la place des voitures. Le départ se fera à 13h au parking de Carrefour sur la ZAC CANABADY et nous finirons sur le front de mer de St Pierre.

Si vous aussi vous souhaitez que des pistes cyclables s'imposent sur les routes de l'île, qu'une vraie politique de transports publics gratuits soit mise en place alors rejoignez nous ! La Vélorution, c'est se réapproprier l'espace urbain à vélo et réclamer un réel partage de la route. C'est se positionner contre une société du tout automobile qui pollue nos cerveaux et nos bronches, privatise l'espace public, impose sa forme d'urbanisation (zones commerciales périurbaines, villes dortoirs, périphériques, 4 voies, mort des coeurs de villages et de petites villes, des transports en commun péri-urbains...). La vélorution universelle, c'est se rassembler, faire masse tout.e.s ensemble afin de modifier les rapports de force habituels sur la route et dans l'espace public, c'est revendiquer collectivement l'importance du vélo comme mode de déplacement économique, écologique et favorisant l'autonomie de chacun.e
 

Cet évènement se veut militant, convivial et à la fois ouvert à tout-e-s. Que vous vous réclamiez du collectif organisateur, que vous soyez sympathisants; que vous apparteniez à une organisation amie ou que vous vouliez vous joindre à nous pour cette action parce qu'elle vous semble simplement légitime. Vous êtes les bienvenu-e-s et vos enfants seront en sécurité! »
 

 

Partager cet article

Repost0
28 octobre 2020 3 28 /10 /octobre /2020 22:09

Je remonte en voiture vers Trois Mares depuis le Dassy. Et là surprise ! Il est 8 heures du matin, je suis déjà ralentie devant le parking du parc des Palmiers.

 Je mettrai 40 minutes pour atteindre la route de la ligne des Six Cents ! 40 minutes pour couvrir 500 mètres !

 J’aurai toute latitude d’assister aux travaux entrepris pour l’extension du Parc.

C’est une balise de priorité la responsable de cet embouteillage. Malgré les quelques conducteurs pratiquant la technique de la fermeture éclair, ça n’avance pas…

Et ce n’est pas fini. Pour atteindre le stade, situé à 400 m de là,  je mettrai encore  depuis la croisée 18 minutes !!!

Total 58 minutes pour parcourir… Un petit calcul de vitesse : environ 1 km/heure !

Ne pourrait-on pas envisager la présence d’un agent qui régulerait ce flot ? La circulation est un pensum où qu’on soit, même hors heure de pointe. Vraiment, la circulation est infernale à la Réunion !

Le chantier du chemin Stéphane qui dure depuis une dizaine de mois serait aussi responsable du délestage de nombreux véhicules par le Dassy…

Partager cet article

Repost0
14 octobre 2020 3 14 /10 /octobre /2020 09:23

La Réunion saturée...

Quand donc les autorités interdiront-elles l’importation massive de voitures ? L’île est asphyxiée, les zones de covoiturage manquent, le réseau des transports est saturé, le train manque cruellement…

Par exemple, on se dit qu’en période de vacances, les routes sont moins empruntées… C’était vrai il y a encore quelques mois. Mais force est de constater qu'aujourd'hui, même hors heures de pointe, on ne circule plus ! 

Il faudrait faire une étude sérieuse avec des drones pour évaluer cette saturation au quotidien…Aucune volonté politique à espérer... Encore des lobbies et des copinages derrière tout ça ?

Par exemple, hier matin, pour rejoindre la Nationale depuis la Ravine des Cabris à 9h du matin , le bouchon commençait déjà 2 km en amont. Hier soir vers 16 heures, pour couvrir la distance entre le rond-point de Grand Bois et Auchan, j’ai mis 40 minutes en passant par Bassin Plat . Dimanche matin, alors que généralement on peut rouler tranquillement de Saint Pierre vers Petite Ile, il a fallu une demi-heure pour rejoindre le carrefour de la Croisée depuis le rond-point de la Balance.

Effectivement, ça circule beaucoup et ça circule aussi sans civisme : beaucoup d’usagers quittent les voies principales et reviennent sur des bretelles qu’ils saturent et obligent ceux qui arrivent sur la voie principale à attendre qu’ils s’engouffrent… Aucun interdit, aucune présence policière pour réguler ces flux anarchiques… Il faudrait repenser le trafic.

Le paradis devient un enfer ! De nombreux salariés partent dès le lever du soleil pour ne rentrer que tard le soir pour éviter cette cohue. Pour les vacanciers, c’est aussi un pensum ! Ceux qui espèrent éviter les embouteillages des heures de pointe déchantent aussi. A toute heure, la file de voiture piaffe…

Partager cet article

Repost0
10 octobre 2020 6 10 /10 /octobre /2020 10:59

Il me faut relater un voyage où j’ai compris qu’on se moquait des gestes barrières en imposant aux passagers des contraintes folles avant de battre en brèche toutes les consignes…

D’abord, pour partir à la Réunion, il faut justifier d’un test Covid négatif datant de moins de 72 heures . Comme mon labo situé à 20 km ne pouvait me certifier le lundi que j’aurai les résultats le mercredi, date de mon départ, j’ai poussé jusqu’à Metz (60km) lundi matin pour faire ce test.

Il faut imprimer une attestation, s’inscrire sur un site de l’ARS pour obtenir un code, à photocopier de préférence… ainsi qu’une autre feuille…Finalement avec la feuille d’embarquement vous vous retrouvez avec 5 documents.  Il faut monter patte blanche … et un suivi sera assuré par l’ARS sur l’île.

Dans le train TGV pas de place libre, on est au coude à coude avec le voisin… et les valises encombrent les allées.

Dans l’escalator de la gare TGV, pas de distanciation respectée. Au guichet de l’enregistrement, on reste distant, à l’embarquement, on reste distant. On me remet un masque chirurgical (un seul pour 11 heures de voyage) mon masque en tissu ne doit pas convenir…
Finalement je resterai masquée plus de 18 heures jusqu’à ma destination finale.

Mais la meilleure est que dans l’avion, on est au coude à coude… Les passagers ne sont pas distants du tout ! Et tous ne sont pas aussi sveltes que moi, c'est le pompon ! on est vraiment serrés…

Et dans le Car Jaune qui nous ramène à St Pierre, c’est impensable : le bus est déjà bondé, toutes les places sont occupées, les valises encombrent l’allée centrale. En fait le bis ZO route des Tamarins serait en panne, ce qui explique l'entassement du bus des plages. On accepte même des passagers en sus… Alors à quoi servent donc toutes ces précautions si elles sont bafouées dans les transports ?
Pourquoi n’oblige-t-on pas les transporteurs de laisser une place libre sur deux ?

Partager cet article

Repost0
13 août 2012 1 13 /08 /août /2012 09:40

Nous avons des amis qui habitent le chemin Adam de Villiers, chemin qui débouche sur la ligne des 400.  De la Rue Hubert Deslisle à Trois Mares, près de la case de Scanner-Sud part un chemin du même nom. Il s’agit en réalité de la même voie. Mais Ti Yab nous a dissuadé de l'emprunter en voiture parce qu’il s’agit d’un chemin desservant des champs de cannes.


chemin A de Villiers 1

J’ai voulu en avoir le cœur net et voir si ce sentier était praticable. Me voilà partie pour une bonne heure de promenade. Si la route est goudronnée au départ, très vite, elle  ne l’est plus. Et là, stupeur ! Un panneau interdit le passage sous prétexte que le terrain est la propriété d’un groupe immobilier. Effectivement, on voit une construction à main gauche, mais de quel droit un chemin qui relie deux routes importantes ne  pourrait-il pas être emprunté par des piétons ? A-t-on le droit de privatiser ces chemins de traverse à la Réunion ? Je brave l’interdiction, curieuse de savoir où mène cette voie.


chemin A.de Villiers 2

 

La balade est agréable sous le soleil, on descend vers la mer au milieu de champs d’oiseaux : les terrains ne sont plus cultivés, on y voit encore quelques cannes, de la flouve odorante, des bringeliers, des galaberts, parfois un bois de chandelle… A droite une ravine, à gauche du chemin l’université, et des bâtiments en construction.

 

Chemin A de Villiers 3

 

Chemin A de Villiers 4

 

Le chemin de terre débouche sur une route goudronnée.

Chemin A.de Villiers 5

Je ne descends pas sur la ligne des 400, mais remonte par la rue qui conduit à l’Université. Elle est bordée de jolies cases  que je préfère aux grandes villas, et toutes sont précédées de jardins fleuris où pousse aussi le manguier, le pamplemoussier…

Chemin A.de Villiers 6 rue de la fac

Les maisons qui font face au complexe universitaire ont des bordures magnifiques de chapeaux chinois, passiflores...

 

rue de la fac 3

 

rue de la fac 4

 

de bougainvillées,  de jasmin, de lianes trompette (solandra nitida)r et j’en passe…

 

rue de la fac 2

 

rue de la fac 2b

 

En revenant vers la rue Baudelaire, je passe devant la station Total, d’où part justement Jacky, l’ami randonneur, ravi d’être en week-end. 

Partager cet article

Repost0
29 juillet 2012 7 29 /07 /juillet /2012 19:46

Dans cet article, je vais dire tout haut ce que des milliers de personnes disent tout bas. On dirait que la Réunion ignore ce qui se passe sur le continent. Les décideurs ne voient pas plus loin que le bout de leur nez.

De plus en plus, on regrette dans les grandes villes l’absence de places de parkings, - à Palerme, à Paris, à Rome…- Pour pouvoir stationner, il faut dépenser des sommes folles.

Saint Pierre manque cruellement de places de stationnement ; on préfère voir s ‘élever des maisons à ces emplacements, c’est plus rémunérateur pour la commune.

Et  voilà que de surcroît, on compte autoriser la construction de salles de cinéma à un emplacement qui permet depuis fort longtemps à tous les baigneurs de se rapprocher de l’océan. Même si la place appartient à un dénommé Harold Cazal, la municipalité a le pouvoir d'accorder ou non un certificat de conformité pour une construction...

Edifier un « multiplex » à cet endroit est à mon avis une « absurdité » : les cinéphiles venus de St Pierre et environs convergeront vers ce lieu et la circulation deviendra carrément impossible. Dans les grandes villes en métropole, on a le recul et on aménage désormais des zones de loisirs à la périphérie, avec des accès fluides.

Les magnifiques bâtiments de l’Ancienne Sucrerie (classés Monuments Historiques) à Pierrefonds, actuellement laissés à  l’abandon, auraient été un endroit idéal : de la quatre voie, qu’on vienne de St Louis, de St Leu, de St Pierre ou du Tampon, il est très facile de rejoindre ce pôle. 

Si le projet du Grand Cinéma sur le parking Albany aboutit, la ville sera définitivement asphyxiée.

 Saint Pierre se transforme. Détruire les petites cases créoles pour édifier à leur place des immeubles à étages n’est pas synonyme de progrès. J’aimais St Pierre pour son front de mer et sa simplicité, son authenticité et son pittoresque, je vais la détester pour les airs de grandeur qu’elle prend progressivement au détriment de  cette authenticité. Que font les élus ?

Partager cet article

Repost0
24 juillet 2012 2 24 /07 /juillet /2012 15:24

En juillet, l’île est agréable à vivre car on souffre moins des bouchons : quand des centaines de milliers d’élèves sont en congé, le trafic est considérablement réduit. Pas de bus scolaires, pas de parents, pas de profs… qui piaffent d’impatience pour être à l’heure. A Trois Mares, on souffle : les écoles maternelles, primaires, le collège Trois Mares et le lycée Lagourgue drainent une population incroyable en période scolaire. La rue Baudelaire est un long fleuve vers lequel convergent tous les ruisseaux latéraux. Un flot inimaginable de voitures...

 Ces trois premières semaines de juillet, ce n’est pas encore le temps des tracteurs et cachalots qui font des va-et-vient continuels.

 Dès la fin juillet, la circulation reprend progressivement. Aujourd’hui, j’ai croisé quatre tracteurs chargés de canne  et quatre énormes cachalots. Signe que la rentrée des classes est proche et que le retour des embouteillages est imminent.

 Si dans le Nord de l'île on coupe déjà la canne depuis quelques jours, dans le Sud on vient à peine de commencer : les premières cargaisons attendaient ce matin devant la pesée à la balance des Casernes et à celle de Grands Bois. Autre signe que le temps de la coupe est revenu : sur la chaussée, on roule sur des cannes tombées de véhicules. 

 les premiers tracteurs de cannes

Tracteur se dirigeant vers la balance de Grands Bois.

 secteur névralgique

         Google Earth : quartier Trois Mares 

Dans deux semaines, voilà ce qui rythmera Trois Mares : du Chemin Mondon au Rond-Point Charrières, tous les jours 15 à 20 minutes pour couvrir 900 m lors de sorties de classe… Véridique ! Comme le soulignait à juste titre Jolaine, « Pire que la route de St Tropez ! »

Partager cet article

Repost0