Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 janvier 2022 7 23 /01 /janvier /2022 16:43

        Un soir, alors que nous nous promenons, nous apercevons non loin de la route un boug du Tampon et son fils en train de "casser" (cueillir) des mangues vertes avec un cueille-fruit. Comme les grappes sont haut perchées la récupération semble difficile.
      Aussitôt notre ami Yoland grimpe comme un singe sur le manguier. Pieds nus, il progresse avec agilité. Je crains le pire quand il s’approche de branches plus fines. Mais il est à l’aise et compte bien participer à la cueillette.

Il récupère le cueille-fruit et attrape les mangues les moins accessibles. Tous sont ravis ! et le butin sera partagé. Du beau travail !

Emmanuel, le Tamponnais, va pouvoir en faire profiter 3 familles et Yoland lui aussi rêve déjà aux bons rougails qu’il va pouvoir préparer. Comme quoi, on sait encore partager et avoir du plaisir à grimper dans les arbres à la Réunion.

Casser la mangue sauvage, un plaisir partagé !
Casser la mangue sauvage, un plaisir partagé !
Casser la mangue sauvage, un plaisir partagé !
Casser la mangue sauvage, un plaisir partagé !
Casser la mangue sauvage, un plaisir partagé !
Casser la mangue sauvage, un plaisir partagé !
Casser la mangue sauvage, un plaisir partagé !
Partager cet article
Repost0
20 janvier 2022 4 20 /01 /janvier /2022 07:31

Dans la forêt de Piton Monvert pousse un arbrisseau aux propriété étonnantes.

Cet arbre aux feuilles vert foncé brillantes que le Créole appelle « bois de rongue ». Une déformation de l’expression « bois de ronde » !  On l’utilisait pour fabriquer les torches qui servaient à éclairer le chemin de ronde…

Les veilleurs pour faire leur ronde de nuit et surveiller les rues se munissaient de torches qui brûlaient bien : le bois est huileux ce qui explique son utilisation comme objet d’éclairage.
Ce bois porte le nom de « flambeau » à Maurice.

Son nom latin est « erythroxylum laurifolium ». Il aurait des vertus diurétiques, antispasmodiques ( lutte contre coliques néphrétiques, calculs urinaires) et son fruit serait purgatif.

 

 

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2022 2 18 /01 /janvier /2022 07:37

Le Piton Monvert est un formidable terrain d’exploration pour les amateurs de botanique. Nicole a proposé ce dimanche à une bande d’amis de découvrir l’endroit géré par l’Omdar.

Que de changements depuis que le site a été reconnu d’intérêt public !

Les plantes endémiques ont prospéré grâce aux semis ; les plantes invasives comme les goyaviers ont été coupées, les vues sur le littoral sont désormais imprenables grâce à l’éclaircissement de la futaie, et les endroits pour s’asseoir en bois de goyavier jalonnent le parcours. Les trois chemins qui y montent sont bien entretenus.

 

Nicole nous a fait goûter des fleurs de zépis bleus, découvrir les vertus médicinales de l’avocat marron, observer les feuilles composées du bois de gaulette, les fruits du natte que nous avons redonnés à la nature.

Elle nous a expliqué la nature de trois lianes, fait identifier les troncs du bois de judas, du bois de rempart, du change-écorce… et surtout repérer l’orchidée Camaron qui pousse à l’abri des regards et que malheureusement des individus braconnent…

Elle en a profité pour nous montrer comment on aide à la fécondation de la fleur.

Une belle sortie ! Merci à cette passionnée qui sait faire partager son amour de la Nature !

 

Sortie botanique avec Nicole Crestey à Montvert
Sortie botanique avec Nicole Crestey à Montvert
Sortie botanique avec Nicole Crestey à Montvert
Sortie botanique avec Nicole Crestey à Montvert
Sortie botanique avec Nicole Crestey à Montvert
Sortie botanique avec Nicole Crestey à Montvert
Sortie botanique avec Nicole Crestey à Montvert
Sortie botanique avec Nicole Crestey à Montvert
Partager cet article
Repost0
10 janvier 2022 1 10 /01 /janvier /2022 16:35

À la Ravine des Cabris, à l’entrée du quartier du Vieux Domaine, fleurissent actuellement six cytises indiens. Des grappes de fleurs jaune citron couvrent les branchages. On peut les photographier avec comme fond les crêtes du Grand Benard auréolées de nuage

Cet arbre le « cassia fistula » a pour nom « casse fistuleuse ». A la Réunion, on l’appelle aussi cassier, faux séné, faux caroubier, douche d’or, averse dorée… C'est effectivement une pluie d'or. Sous le soleil, c'est une merveille !

Le matin et le soir de multitudes d’oiseaux s’y cachent et y cherchent une petite pitance. Si je n’ai pu immortaliser le zoizo blanc qui s’accroche de mille façons aux branches et disparaît très vite, j’ai pu fixer le « cardinal rouge » au milieu des grappes dorées.

 

 

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2022 2 04 /01 /janvier /2022 20:38

 

Il est originaire de Californie et du Mexique et fait partie de l’espèce des Arécacées. On l’appelle aussi « palmier jupon ». Il peut paraître laid avec son tronc élancé et la base grise du feuillage rappelant un jupon.

Il n’empêche qu’ils ont l’air impressionnants dans cette allée du Parc des Palmiers ! Ils y ont trouvé des conditions de chaleur et de luminosité qui ont bien profité à leur croissance.

 

Partager cet article
Repost0
5 mai 2021 3 05 /05 /mai /2021 10:09

En déambulant dans l’allée principale du  Cimetière du Père Lafosse à Saint Louis, j’aperçois un arbuste très vert dont je ne reconnais pas le fruit. Ce sont des fruits ronds assez gros et verts.


Le gardien des lieux m’explique qu’il s’agit là de « vavangues ». Elles ne sont pas encore mûres.  C’est alors qu’il avise un fruit à terre qui doit être là depuis un certain temps. Il nous l’ouvre pour nous en montrer la chair. On la consomme quand la chair est juteuse. Certains en font du rhum arrangé ou encore transforment la pulpe en compote.

L’expression créole « faire vavangue » n’a plus cours aujourd’hui. Elle date de « lontan ». Autrefois, elle signifiait « faire l’école buissonnière ». Parce que les enfants qui avaient fui les bancs de l’école, allaient dans la Nature et cueillaient les fruits de cet arbuste…

 

 

Le pied de varangue
Le pied de varangue
Le pied de varangue
Partager cet article
Repost0
30 avril 2021 5 30 /04 /avril /2021 20:35

 

Le titre de cette émission correspond très bien à ce qui se passe actuellement sur la plage de Grand Bois.

Les palmiers et les raisiniers plantés sur la plage Ti Sable poussent dans un silence peu habituel.

Deux pêcheurs à la gaulette taquinent le poisson, deux ou trois promeneurs s’approchent des rochers, et de rares locaux sont installés sous les kiosques. Cette interdiction de se retrouver pour manger dissuade les gens de venir s’installer à l’abri de ces structures …

Comme si le fait de manger ensemble à bonne distance menaçait la santé publique… Alors voilà : une équipe d’ouvriers n’aurait pas le droit de se retrouver pour manger le cari ou le sandwich à la pause méridienne alors qu’ensemble ils manient les débroussailleuses, et râteaux de longues heures ?

On ferait mieux d’avertir les organisateurs de festivités qui réunissent une cinquantaine de convives à l’intérieur pour leurs noces et les participants aux cérémonies religieuses qui ne respectent pas les distances.

Quelqu’un me racontait récemment qu'un couple était le seul à porter le masque à un vin d’honneur qui réunissait 60 personnes.

Les mesures de prévention sont disproportionnées et les contrôles pas toujours faits comme on s’y attendrait. Oui à la prévention mais qu’on arrête de culpabiliser ceux qui veulent tout simplement prendre l’air sans gêner leurs concitoyens.

Qu’on les laisse respirer !

 

Partager cet article
Repost0
16 avril 2021 5 16 /04 /avril /2021 14:13

En quelques années, le quartier de Ravine Blanche a subi une métamorphose incroyable. De nombreux logements sociaux y ont été construits, et les trottoirs ont été arborés.

 

Si les petites cases ont toujours un cachet local, les grandes barres impersonnelles malgré les balcons aux paravents illustrés de feuilles de bambou, emportent moins mon adhésion. La cohabitation doit y être plus difficile. Un habitant a mis de la musique ethnique de son pays pour tout le voisinage.

 

C’est à cet endroit que le médecin de mon amie a installé son cabinet. Juste à côté un cabinet infirmier, une crèche…Les vieux habitats ont été rasés faisant ainsi place à un quartier qui ne garde aucune trace du passé.

 

Comme je redoute les salles d’attente en cette période de covid, j’en ai profité pour arpenter les trottoirs de la rue Mahatma Gandhi pour observer les arbustes et arbres, les photographier ou encore récolter des graines. Encore un joli travail d’identification en perspective. J’ai également fait une petite provision de vétiver pour le tresser.

 

Je me suis assise sur un muret pour regarder passer les mémés créoles avec leurs jolis habits colorés, leur capeline (chapeau) et leurs tongs. Avec leur tente (cabas), elles prennent le chemin de la ville pour faire leurs courses.  Jamais avares de sourires qu’on devinait derrière leur masque.

 

Dans le quartier de Ravine Blanche à Saint Pierre
Dans le quartier de Ravine Blanche à Saint Pierre
Dans le quartier de Ravine Blanche à Saint Pierre
Partager cet article
Repost0
15 avril 2021 4 15 /04 /avril /2021 08:40

Que faire de tous ces fruits ? Le Réunionnais en ferait des rougails succulents.

Pour ma part, je vais essayer d’en faire une confiture, ou plutôt une « marmelade » car sur l’île le mot « confiture » est un faux-ami, il désigne les fruits qu’on confit pour obtenir une espèce de  « pâte de fruits ».

Après avoir épluché quelques fruits, je les épépine, coupe la chair en petits morceaux que j’écrase. Puis j’ajoute le sucre et fais cuire le tout ! Voilà ma confiture prête ! Un régal !

 

                                 

 

Partager cet article
Repost0
12 avril 2021 1 12 /04 /avril /2021 17:51

Ce qui est remarquable à la Reunion, c’est que sur le même arbre on peut voir au même moment la fleur, la graine et même le fruit.

Ce matin, sur l’ylang ylang qui embaume tout le jardin était perché un cardinal rouge vif. En m’approchant de l’oiseau, je remarque des branches avec des graines bleues de la taille de raisins, et des branches fleuries...

 

Partager cet article
Repost0