Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 17:31

A plusieurs reprises nous avons eu l'occasion de nous promener dans Port Mathurin, la capitale de l'île Rodrigues. On en fait très vite le tour : cinq rues parallèles ( Wolphart Harmensen Street- c'est la rue du débarcadère-, puis la rue de la Solidarité -la plus animée- la rue François Leguat, la rue Max Lucchesi - rue des banques- et la Victoria Street) et quelques rues perpendiculaires qui quadrillent une superficie d'un kilomètre carré peut-être.

 

 

 Le dimanche, les rues sont désertes, on peut s'y déplacer sans être incommodé. Lors de notre première incursion, j'ai surtout photographié les cases colorées qui ont un charme fou.

P1070044 P1150031

 

 On regrette qu'à la Réunion, ce type de maisons soit en voie de disparition. Cette frénésie des promoteurs qui aiment les étages ne semble pas encore avoir contaminé les Rodriguais. Le béton n'a pas encore eu raison des cases en tôle ou en bois qui abritent des boutiks, des quincailleries, des épiceries. 

 

 P1150008 P1150037

 

P1150032 P1070035

Combien de temps cette case résistera-t-elle ?                 les entrepôts dans la rue du Débarcadère

P1150022

                                                           Une rue commerçante, le dimanche...

 

En semaine, à Port Mathurin, compte tenu de l'étroitesse de la chaussée et de l'animation qui y règne, il faut être plus vigilant. On y croise surtout des 4X4 et des deux roues. Mais la population se déplace surtout à pied.Il fait bon se mêler à cette foule qui prend le temps de vivre et de bavarder avec vous si vous engagez la conversation.

 

P1070043 P1070048

 

 

Partager cet article
Repost0
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 09:14

 

Mercredi, je vais poster une lettre, quand je rencontre les petits enfants des voisins : la première fillette a de traces sur le front. Je pense : sûrement des reliquats de la fête carnavalesque de l’école, un bindi hindou …noir, noir ?…c’est étrange. Mais, voilà, il y a un hic,  le mercredi, les marmailles de l’école primaire n’ont pas classe.

 Je continue quelques mètres encore et que vois-je ? Une jeune dame avec son enfant et tous deux ont une marque noire sur le front.  Là, ça fait « tilt ». Mais bien sûr ! j’avais complètement oublié qu’on était le « Mercredi des Cendres », ce jour important où chez les catholiques, on rappelle à tous qu’on « naît de la poussière et qu’on retournera en poussière », ce jour qui marque le début du Carême (40 jours avant Pâques)

Voilà bien longtemps que j’avais oublié cette pratique.  En métropole, elle a quasiment disparu. Mais à la Réunion, ce rite est très vivace !

En continuant ma promenade, je croise une autre poignée de personnes arborant fièrement cette marque dont le curé venait d’ oindre les fronts. Et devant l’église trois bus vides attendaient les paroissiens qui avaient fait le déplacement pour cette même occasion.

 

 

Partager cet article
Repost0
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 10:34

 Le Port (974) Base Navale- Mardi 21 février 2012

 

Mardi matin, avec l'UPTS, nous avons eu l’occasion de visiter le Floréal, une frégate de la Marine Nationale dont la mission est de surveiller les eaux territoriales et même internationales.

 P1150590

 Le navire vient de mouiller au Port après une mission de 3 mois ( du 26 octobre 2011 au 8 février 2012), mission de lutte contre la piraterie au large des côtes somaliennes.

P1150490 P1150492

Après avoir montré patte blanche à l’entrée de la base navale ( nos noms et n° de passeport avaient été enregistrés au préalable), nous sommes accueillis par  le commissaire Smialy, chargé des relations publiques.  C’est au commissaire qu’incombent aussi les tâches de gestion du personnel, de la cantine, du matériel…

Ce sont 93 personnes qui sont affectées à ce bâtiment : 84 permanents et 9 hommes du détachement aéronautique (l’hélicoptère  est basé à Gillot). La moyenne d’âge est de 31 ans, on compte 9 femmes à bord.

P1150497

Nous montons à bord de cet imposant bâtiment, une des 6 frégates françaises qui chacune porte le nom d'un mois du calendrier républicain *

 Le Floréal mesure 94 mètres de long sur 14 de large. C'est un bâtiment (de type civil) voguant depuis 1992, .

P1150509 P1150545

 Là, le commandant en second, le lieutenant de vaisseau Ravera nous  explique les missions de la frégate et ses caractéristiques. Elle a une autonomie d’une cinquantaine de jours en mer. Dans la zone ZEE, elle a une mission de surveillance, de répression aussi. Elle observe et repère les fauteurs de trouble, protège la zone économique de pêche, intervient pour des sauvetages en mer, dans des missions humanitaires, à l’occasion d’évacuation de civils. Le navire de 2950 tonnes se déplace à une vitesse maximale de 20 nœuds.

P1150563

Puis nous suivons deux hommes d’équipage, des quartiers-maîtres, fort sympathiques qui répondent à toutes nos questions et nous emmènent dans quasiment toutes les salles du navire à l’exception de celle des machines et celles qui concernent l’armement

.P1150507  

 

P1150541

 Ainsi, nous découvrons  les trois cafétérias de l’équipage ( restaurant et salon équipé d’un téléviseur) où se restaurent chaque jour,en deux services, une quarantaine de personnes. Nous voilà au self où se prépare activement l repas de midi. Il y flotte un agréable fumet.

   

 

 

Nous descendons dans les dortoirs par un escalier en fer. Certaines zones du navire sont climatisées, mais dans d'autres on a l'impression d'étouffer. Nous voyons les unités de vie des personnels  (des lits superposés dans des dortoirs étroits, et un petit espace avec une table et des sièges. Environ 10 personnes sur 9 m2) Il existe aussi des zones où dorment "des passagers", un personnel missionné, des scientifiques...  Les chambres des officiers sont plus spacieuses.

P1150525  P1150528  

Nous avons également accès aux différents bureaux -un ou deux siège(s), une table de travail et une armoire - Nous apprenons qu’il existe aussi un bureau de  « police » à bord.

Nous entrons ensuite dans une salle de commandement borgne  où sont installés plusieurs techniciens chargés de veiller au bon fonctionnement de  la frégate : on y remarque un tableau d’alarme. Les yeux sont rivés sur un tableau affichant la puissance et le fonctionnement des 4  moteurs de propulsion, le réseau électrique.

P1150533

Une jeune femme, titulaire d’un Bac  STG (de mécanique), nous explique que le navire est équipé de 4 moteurs de 2200 CV chacun .  Les ordres sont transmis à ces techniciens depuis la passerelle, un poste de commandement situé à l’étage supérieur.

P1150586   P1150505

Par exemple,  quand un hélicoptère doit de poser et qu’il faut agir sur les machines, réduire l’allure, se positionner, les ordres viennent « d’en haut ». Cette jeune technicienne avoue qu’elle ne s’ennuie pas à bord, parce qu’elle n’est pas assignée à la même tâche, ses activités sont variées, elle se déplace. Mais elle dit qu’elle aussi est amenée à « mettre la main dans le cambouis » pour réparer les pannes. Elle affirme que la cohabitation se passe très bien et que les filles ne sont pas importunées par les hommes.

P1150571 

Quand un hélicoptère est à moins de 2 km de la piste,en phase d'appontage, c’est à la tour de contrôle du navire de lui indiquer la nature du roulis, du vent...  le radar et la radio  le guident.

Lors des manoeuvres 15 hommes sont sur le pont, tous dirigés par l'homme fort de la situation appelé "le Bosco", car il en fait des forces à l'appareillage et au mouillage pour guider les aussières (cordages) .

Tout un système de sécurité se situé à proximité : deux canons à mousse, deux canons à eau, une canalisation, pour circonscrire un incendie éventuel lors de l'appontage.P1150555

Nous avons aussi fait un tour dans les cuisines, la laverie. Près de cette dernière un homme était en train de charger des bouteilles. Il nous dit qu’il s’agit là, non de bouteilles de plongeurs, mais de bouteilles de respiration autonome.

P1150536

Surprise : même une boîte aux lettres jaune affiche des heures de levée ( mais on n’y met que des lettres à destination de la France).     

Clin d'oeil à l'ami Albert

 Une petite coopérative fonctionne également) bord : on y vend des casquettes, t-shirts, porte-clefs…

 

Au nom des membres de l’UPTS qui ont été accueillis à bord du Floréal, la présidente  Chantal Schaefer remet à nos hôtes un cadeau collectif. Merci à tout l'équipage pour cette visite très instructive ! P1150504

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 18:36

Eh oui, même par 35° on fête Mardi Gras à la Réunion,  au risque de fondre...

 

Ce matin, nous avons vu les enfants du Dassy entrer à l'école, chargés de gros sachets. Une fillette avait déjà revêtu son habit de reine des papillons, une jolie robe rose avec des ailes de papillon. On aime le rose ici !

 

 Ils en ont du mérite les marmailles de revêtir des tenues de fées, princesses et Spiderman par ces chaleurs.  Une heure plus tard, nous avons croisé un groupe d'enfants escortés par les maîtresses et les parents dans une rue du Port, en allant visiter la frégate "Floréal" 

Mardi Gras école du Port

On aime faire la fête à la Réunion et pour rien au monde on ne raterait ce jour de classe où tous arrivent déguisés, même l'enseignant (même en collège). Et pour couronner le tout, parfois on confectionne des crêpes ( pas de beignets comme nous le faisons en Lorraine). Chaleureux, les gens et les usages...

mardi gras au Port 1

 

Partager cet article
Repost0
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 09:46

    

Grâce à l'UPTS ( et aux contacts de Philippe et Chantal Schaefer), nous étions un groupe  d'une trentaine de personnes à entrer dans ces énormes entrepôts, voisins de l'aéroport de Pierrefonds.

P1150380

 

Alex How-Choong, le président de ce complexe, nous a accueillis mardi dernier pour nous faire visiter les différentes salles de cette entreprise de pointe, une plateforme logistique de 8 hectares.

P1150383Deux halles de 4000 et 6000 m2 sont déjà opérationnelles ( ces deux bâtiments aux murs hauts de 15 mètres et épais de 20 cm ont été élevés en 9 mois en 2009) et une troisième halle de 6000 m2 est en cours d'achèvement. Au final ce seront 30.000 m2 qui occuperont l'espace.

 

C'est le premier entrepôt du Sud de l'île. Auparavant, ce système de stockage étaitP1150403 essentiellement concentré au Port, (pour les entreprises du Nord et de l'Ouest)La nécessité d'en implanter dans le Grand Sud a été reconnue par les pouvoirs publics qui ont souscrit à ce projet. Et la route des Tamarins a évidemment favorisé cette délocalisation. Une quarantaine de clients font appel aux services de Logistisud. L'entreprise ne possède pas de camions, ce sont les clients qui missionnent des transporteurs.

 

Les fonctions de Logistisud sont de réceptionner les produits, de les ventiler sur les étagères, de les entreposer, puis de les préparer. Ainsi le coût pour entreposer 500 kg de produits surgelés revient à environ 70 cts par jour. Tout est informatisé, chaque palette porte les indications nécessaires aux manutentionnaires.

 

Dans les murs de l'entreprise.

 P1150387P1150388

Sur des racks mobiles (automatiques)sur une hauteur d'environ 15 mètres sont entreposées des marchandises destinées à la grande distribution, au CHR de ST Pierre, à des PMI, à des particuliers. Chaque halle a sa température, 4000m2 pour le froid positif, 6000 m2 pour le froid négatif : ainsi, les légumes et fruits sont dans une salle à 15°, d'autres produits nécessitent des températures inférieures à 0°. Vêtus de nos polaires - dont on n'aurait pu faire l'économie- nous avons eu accès à ces salles.

P1150428

 Le groupe de 30 personnes au fil des visites s'est réduit de moitié, certains d'entre nous n'ayant osé bravé ce froid.

 

Avant de faire un séjour dans les TAAF ( terres australes) ce serait une bon entraînement que d'aller travailler comme cariste dans ces halles. Pas étonnant que les recruteurs aient du mal à trouver des ouvriers pour cette tâche. Pour les gens de l'Est qui ne craignent pas les rigueurs hivernales, pas de problème, mais envoyer un Réunionnais dans cette froidure, hum... Notre accompagnateur nous rassure : les ouvriers sont vêtus chaudement, seuls les yeux dépassent de l'anorak.

 

Certains d'entre nous porteurs de lunettes, à l'issue de cette visite, ont dû gratter les verres qui étaient couverts d'une couche de glace.

P1150446

Pour réfrigérer la grande halle, Logistisud s'est équipée et son toit isolé est couvert de plaques photovoltaïques. Cette ferme voltaïque a une puissance de 1,3 Megawatts. Il dispose aussi dedeux groupes électrogènes dont l'un prendrait la relève de l'autre en cas de panne. Nous avons aussi eu l'occasion de visiter la salle des machines.

P1150399

A la question concernant l'autonomie, Alex How Choong nous a rassurés : l'entreprise a une autonomie énergétique de 20 jours si le système venait à défaillir. Deux personnes veillent à la maintenance.

 

   Comment travaille-t-on à Logistisud ?

 

P1150412Les gens sont postés. On travaille 5 jours sur 7 soit avec l'équipe du matin ou avec celle de l'après-midi. On gère 5000 à 6000 colis. En général les commandes arrivent vers 12 ou 13 heures. Toute l'après-midi, parfois jusqu'à 3 heures du matin, on prépare les commandes. Dès 2h30 les camions partent effectuer les livraisons. Il faut que les palettes doient prêtes, car chaque retard de livraison implique une pénalité pour le transporteur.

 

 Le jeudi soir, on réceptionne, les marchandises qui arrivent par avion-cargo. Les deux difficultés sont d'actionner des nacelles qu'il faut lever à 10 m du sol,- les caristes n'en sont pas tous capables- et accepter d'entrer dans ces halles froides.

 

P1150444 P1150454

Les points forts de Logistisud sont la gestion des hommes et la gestion informatique.

P1150425

La famille How-Choong qui travaillait dans le Vétiver et gérait la collecte des Ordures Ménagères dans le Grand Sud, forte de son expérience, a su donner des garanties aux banques et investisseurs. Et la confiance était, il faut l'avouer, bien placée. Logistisud a encore de beaux jours devant elle ! Merci à Alex How Choong de nous avoir introduits dans son fief.

 

Partager cet article
Repost0
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 09:02

Ce ne sont pas les couleurs d’un drapeau, mais celles des partis qui se disputent les sièges. En période pré-électorale, des guirlandes de fanions aux trois couleurs flottent au-dessus des routes, devant les cahutes montées pour l’occasion, devant les cases des partisans.

 29 janvier 2012 : ce dimanche-là, nos projets sont contrariés. A la gare routière de Port Mathurin, on nous conseille de ne pas prendre certains cars, d’ailleurs la plupart sont réservés par les partis politiques  pour acheminer les partisans vers les lieux de rassemblement éparpillés sur toute l’île.

P1070135.JPG P1140603

Comme nous ne souhaitons pas passer la journée à la Baie des Anglais, nous prenons le car en partance pour Mourouk,  encore accessible. Le bus est bien rempli. A la croisée de St Gabriel, nous assistons au retour des paroissiens endimanchés : les jeunes filles ont des pochettes satinées et brillantes, les dames ont des ombrelles satinées, les hommes ont coiffé leur chapeau de feutre et mis la chemise et le pantalon en tergal.

Drapeau Vert sur la plage de Mourouk

      Nous descendons à Mourouk. Et là, se tient un rassemblement : celui des Verts (le M.R. un parti qui est au pouvoir depuis 5 ans et qui compte bien remporter les élections.) Tous ont des t-shirts verts, des casquettes vertes. Un podium a été installé près de la plage, on pique-nique sur l’herbe (même les chaises sont vertes), on vend des grillades, des boissons.

 P1140953 P1140955

Le drapeau vert flotte aussi… Cette manifestation populaire mobilise toute la population, même les anciens et les jeunes.

 P1140962

Une mère de famille assise dans l’herbe nous explique qu’il existe 3 partis en lice : les Verts (M.R) les blancs (OPR) et les rouges (qui ont fait scission avec les verts). L’OPR qui était au pouvoir avant le M.R (Vert) aimerait le reconquérir.  On attend le défilé de 14 heures et la venue des politiques.

 

Plusieurs Rodriguais, mécontents de la situation actuelle, nous diront que les Blancs ont de fortes chances de revenir. Les blancs ont comme emblème 3 bougies. Pourquoi ? Peut être parce que son leader s’appelle « Clair » ou parce que c’est un curé défroqué.

C’est le folklore : on se déplace en foule pour rejoindre les différents points de rassemblement avec fanions, vêtements et véhicules aux couleurs du parti (à moto, en scooter, en bus, en 4X4.) Les klaxons et cris troublent la quiétude dominicale, mais personne ne s’en plaint vraiment.

 P1140930 P1140931

Les policiers sont présents partout pour éviter les affrontements. Les locaux se déplacent pour mettre de l’animation sur les podium : un monsieur s’y déplace avec son accordéon, une jeune fille vient se trémousser au rythme du séga. Un  candidat prend la parole pour annoncer que le parti est soucieux de « l’environnement. » Cocasse ! suffit de baisser les yeux pour constater qu’aucun parti ne réussit à discipliner ses ouailles en matière de propreté…

      Certains diront qu’il fait bon être parmi les représentants du peuple rodriguais avec tous les avantages qu’on leur donne : voitures de fonction, une quarantaine de voyages par an… ( à vérifier) etc…

Quand nous retournerons sur nos pas après avoir mangé à l’hôtel Mourouk et nous être baignés non loin de là, nous attendrons notre car pour Port Mathurin. Un homme complètement imbibé dort aux pieds de son épouse dans un arrêt de bus.  La foule se presse déjà. Aurons –nous de la place ? Nous parviendrons à nous installer mais le bus de 15 heures est bondé. Le chauffeur doit collecter l’argent à la sortie des passagers.

Question alcool, il paraît que la vente en sera interdite déjà la veille des élections ( le jeudi) parce que l’abus de boisson trouble la paix publique.

 

Epilogue

      Le 7 février : le peuple rodriguais qui a voté (81 % de votants étaient aux urnes) a finalement choisi le changement. Les Blancs – qui aimeraient s’affranchir de la domination mauricienne - l’ont emporté.

P1150289

(Plusieurs fois, au cours de nos déplacements, nous avons entendu que Rodriques était « la Cendrillon de Maurice ») Mais l’île peut-elle réellement  devenir « autonome » ?

 

Les résultats des élections :

http://www.defimedia.info/defi-quotidien/dq-actualites/item/5853-des-répercussions-attendues-à-maurice-–-un-vent-de-changement-balaie-rodrigues.html

Partager cet article
Repost0
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 17:16

 De Mourouk à Graviers par le bord de mer. (1h15)

 

(Arrêts de bus à  Mourouk et à Garviers;  prévoir chapeau, crème solaire, maillot de bain )  

Nous descendons du bus à Anse Mourouk. Il est presque 13 heures et si nous continuons sur Graviers par la plage, il y a peu de chance qu’on trouve un local ouvert.  Tonio, qui possède un peu plus loin une chambre d’hôte sur cette portion de parcours accueille les randonneurs.Mais nous n'aurons pas besoin de pousser jusque là.

P1140842

 Nous sommes sur une plage idyllique où une poignée de vacanciers boit l’apéro à la terrasse de l’hôtel Mourouk Ebony. A tout hasard nous demandons la carte à une serveuse en tenue rose pastel et sommes séduits par les prix (pas trop élevés pour un hôtel de cette catégorie, on peut manger pour 8 à 10 euros)

P1140845 P1140846

Nous voilà assis à la terrasse Mourouk Ebony hôtel select, pieds dans l’eau, à l’ombre de la varangue. Des moineaux se sont invités à notre table, ils seront bentôt une vingtaine à guetter  les miettes. Nous assistons au retour de deux pêcheurs.

P1140847

      Le kitesurf est possible sur cette plage, mais aujourd’hui il n’y a pas d’amateur pour ce sport très pratiqué sur l’île. L’endroit est impeccable pour une initiation. Deux jeunes assis dans la cabane près de la terrasse, attendent le chaland an jouant à des jeux vidéo sur ordi .

L’attente longue, signe qu’on s’applique en cuisine : le résultat est là : excellent !

P1140849

Service professionnel. Et le personnel est souriant.

Nous ne paierons que 1100 roupies pour 2 verres de vin, un café et les deux repas.
Repas était vraiment à un prix très abordable (400 roupies le steack, ou la brochette de crustacés) 

P1140852 

Vers 14 heures, nous entamons la promenade vers Graviers par la plage mais comme nous préférons l’ombre nous remontons sous les arbres. Un gros muret de pierres nous oblige à l’escalader, mais nous continuons à l’ombre sur un chemin bordé de filaos. Nous croisons des chemins utilisés par des 4X4.

P1140858 P1140859

P1140860 P1140862

Quelques petites maisons ( de tourisme très certainement ) sont éparpillées ça et là, à bonne distance de la mer. Parfois nous sommes surpris de voir traîner par terre des détritus (restes de pique-nique) et des bouteilles de rhum. Même ici !

P1140865 P1140881

Nous longeons de Jolies anses de sable blanc. Désertes !

 Nous passons devant un Spot de kitesurf désert signalé par un panneau.

P1140879

Un courlis peu farouche se promène lui aussi sur  la plage de sable blanc. 

P1140875

Après une bonne heure de marche, nous voilà  arrivés à Graviers.

P1140885

Une barque s'approche du bord. La pêcheuse est de retour.

P1140886

Sur une perche horizontale sèchent des « ourites » (pieuvres) que les femmes pêchent.  Mais la tradition qui veut qu’elles piquent les ourites dans le lagon avec une perche se perd : elles sont obligées de partir en barque plus loin. Eh oui, victimes de leur succès, -de la surpêche- les pieuvres se raréfient.

P1140896

 A Graviers, près du kiosque de la baie, on voit une maison  de pêcheurs.

P1140889

Nous remontons la rue vers les boutiques. Une épicerie " Chez Patrice" et un snaxk-bar " La Terrasse Verte" font face à l’arrêt de bus.

P1140907

Des groupes d’hommes boivent du rhum sur la plage, dans les kiosques et près de l’arrêt de bus. On est samedi, on prend du bon temps entre copains.

 Il nous faut patienter pendant plus d’une heure, pour ce faire nous nous installons un peu à la Terrasse Verte pour prendre une boisson rafraîchissante.

Un bus stationne déjà là, nous pensons avoir un départ à 16 heures, mais il ne partira qu'à 17h30, le dimanche ils sont moins nombreux. Inutile se s'y installer, il y fait bien trop chaud.

P1140908

Partager cet article
Repost0
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 09:04

En dépit de l’avis d’alerte pré-cyclonique, toujours en cours, diffusé sur les ondes des radios, à la télévision ou dans les journaux, des accidents regrettables ont lieu sur l’île : hier soir encore, un jeune homme a été happé par une vague au Port et reste introuvable.

 Connaît-on assez les conseils que prodigue Météo –France ? Les voici :


Tenez-vous au courant de l'évolution de la situation météorologique en écoutant les informations diffusées dans les médias par Météo-France et les autorités.

Consigne générale 


- Circulez avec précaution en bord de mer, limitez votre vitesse sur les routes exposées à la houle.



Pour les baigneurs :

- Ne vous baignez pas.

- Soyez particulièrement vigilants, ne vous approchez pas du bord de l'eau et méfiez-vous des rouleaux.

Pour les plaisanciers et les professionnels de la mer 

- Ne prenez pas la mer.


- Protégez les embarcations en les mettant à l'abri ou en les sortant de l'eau.




- Surveillez attentivement les enfants et bannissez les jeux de ballons à proximité de l'eau.



Pour les habitations 


- Si vous habitez en bord de mer, protégez vos biens face à la montée des eaux.


- Obturez les fenêtres de votre habitation placées face à la mer.


- Bouchez les canalisations situées à l'intérieur de votre maison exposée à la houle.


Partager cet article
Repost0
13 février 2012 1 13 /02 /février /2012 08:30

Ce matin, il vente, il pleut sur le Tampon. Depuis 6 heures, de grosses bourrasques soufflent et on entend les grosses gouttes qui tambourinent sur la tôle.  Le cyclone Giovanna est passé à quelque 300km au Nord de la Réunion et continue à foncer vers l'Ouest, mais le ciel de la Réunion est très couvert.

Hier soir, ce même ciel avait des couleurs féériques.

P1150343 P1150349

De gros nuages venant du Nord Est grossissaient sur les hauts, au-dessus du Tapage, et les lumières du couchant s'y reflétaient.

P1150352 P1150353

Côté mer, le spectacle aussi était époustouflant.

P1150359 P1150360

 

P1150363 P1150368

Une quinzaine de minutes à s'en mettre plein les yeux (de 18h50 à 19h06). La luminosité était magique...

Partager cet article
Repost0
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 21:11

 Nous laissons derrière nous l'église de St Gabriel.

Le sentier pédestre se trouve 200 m plus bas à gauche, au lieu-dit Padejérome.  Là, un panneau indique « Circuit des Bois de Chandelles ». Un petit sentier balisé d'un trait jaune, s’enfonce dans un sous-bois.

Nous arrivons bientôt près d'une source. Cette fontaine a un débit régulé par l’homme : il faut ôter le morceau de bois qui y est enfiché pour faire couler l’eau. Comme l'eau est précieuse, on l'économise.

P1140757

Un lavoir surplombe cette fontaine. Ce matin nous avons la chance de voir des femmes laver leur linge. Le samedi, les enfants n’ont pas classe : certains aident leurs parents. Comme le balisage est inexistant, nous demandons notre chemin.

P1140752 

Pendant cette heure de randonnée nous ne croiserons personne sur le parcours, si ce n’est des vaches.

P1140765

Les paysages sont superbes, parfois le sentier est envahi par le vétiver. A notre droite, une ravine que nous longerons pendant plus d’une demi-heure. Le fond est tapissé de pâturages. Des pailles en queue y planent.

P1140785

De temps à autre, nous passons sous les vacoas. Dans les pâturages paissent des vaches attachés par des cordes à des piquets. Une génisse effarouchée par notre passage court autour de son pieu, tombe, fait une culbute et manque se rompre le cou. Apeurée, elle se redresse. Elle a sans doute été effrayée par le mouvement du chapeau qui se balançait dans la main de François.

Parfois, nous avons du mal  à retrouver  le balisage du sentier qui devient une ligne étroite dans l'herbe. Les traits jaunes, parfois ternis, nous remettent dans le droit chemin.

La promenade est agréable. Nous bénéficions de vues splendides sur le lagon et l’île de l’Ermitage.

P1140788 P1140797

P1140806 P1140808

P1140809 P1140816

Nous sommes surpris de trouver en altitude la patate à Durand, cette herbe rampante aux fleurs mauves, qu'on ne voit plus que sur certaines plages à la Réunion.

Dans la descente, nous rencontrons une charmante Rodriguaise qui nous fait prendre un raccourci pour rejoindre plus vite la route. Nous passons devant une case où sont attachés des cochons.

P1140819 P1140822

P1140823

Après une bonne heure de marche, nous voilà sur la route qui longe le littoral.

P1140824.JPG

Nous marchons  une douzaine de minutes sur l’asphalte qui chauffe, en direction de Mourouk, gardant l’espoir qu’un véhicule remontant vers là s’arrêtera pour nous emmener. Pas de voiture... alors nous continuons de marcher. Un car arrive mais le chauffeur nous fait signe qu'il rejoint son dépôt.

P1140830 P1140833

Nous poursuivons sous un soleil de plomb. Près d’un "bus stop", une jeune Rodriguaise attend. Nous l’imitons et profitons dix minutes de ce coin d’ombre. Nous bavardons avec elle : native d’ici, mariée à St Gabriel, elle nous raconte qu’il est difficile de trouver du travail sur l’île. Ayant fini les études, elle a attendu 3 ans (2009 -2012) pour un poste d’animatrice culturelle, elle ajoute : «  Tous les jeunes qui ont fait des études partent »

Non loin de nous pousse un de ces arbres dont les branches sont chargées de fruits orange que personne ne cueille. La jeune femme  explique qu’il s’agit là de « boules de gomme » , des fruits non comestibles dont on se sert comme colle.

P1140836

Après une dizaine de minutes, un car s'arrête, nous y montons pour rejoindre Mourouk. (à suivre)

Partager cet article
Repost0