Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 09:57

Deux associations à la rencontre des collégiens.

 Le vendredi 5 mars, Sophia Castaingt et Fabrice Gutewiecz ont  animé une séance sur la violence dans  une classe de quatrième au Collège « Trois Mares » du Tampon.

 Le professeur principal, le professeur de français  de la classe des 4e7  et le documentaliste ont participé à ce projet « d’éducation à la citoyenneté », initié par M.Charles ROBERT, Conseiller Principal d’Education.Ce dernier avait fait appel à deux associations.

Ont répondu à son invitation Sophia Présidente de l’Association « Femmes des Hauts, Femmes d’Outre-Mer »l’antenne de NPNS (Ni Putes Ni Soumises)  à la Réunion et  Fabrice Gutewiecz , spécialiste en criminologie, intervenant de l’Association « Incivil et Ville ». Deux personnalités complémentaires.

 
Femmes des Hauts 3 Mares 1
Les objectifs de cette action étaient multiples : d’abord faire prendre conscience aux adolescents de la nécessité de s’accepter et de refuser toute forme de violence qu'elle soit physique ou verbale. C’était l’occasion d’étudier les causes, conséquences de ces actes répréhensibles  à l’égard des femmes, de prévenir et d’envisager des remèdes.  

Femmes des Hauts 3 Mares 4Ainsi, pendant deux heures, les deux animateurs ont géré  cette séance où  les 27  élèves (dont 12 filles et 15 garçons) ont  été très  sollicités. Refusant de juger, ils ont tenté de faire comprendre aux jeunes interlocuteurs  que personne n’était  parfait, mais perfectible. Tous ont tous pris la parole pour donner leur définition de mots clefs  et expressions. Ont été abordées les notions de « respect », d’  « estime de soi ». Sophia a fait jouer des saynètes de conflits vécus et a demandé aux spectateurs d’analyser la situation. Elle les a aussi fait réagir sur des faits divers lus dans la presse.  Fabrice, quant à lui, tout en Incivil et Villeapportant des éclairages supplémentaires, a expliqué par des schémas le processus des phénomènes de dépendance. Chiffres et expériences à l’appui,  il a mis les adolescents en garde contre les manipulations publicitaires dont ils sont souvent victimes et qui peuvent les amener à devenir des bourreaux "Dans les cas de violences faites aux  femmes 80% seraient dues à l’alcool. Une femme sur dix souffre de violences conjugales." Des chiffres qui parlent !

Tous ont eu la possibilité d’échanger librement et aussi de comprendre que les conduites addictives (zamal, alcool…) pouvaient avoir des conséquences fâcheuses sur l’organisme humain, mais aussi sur la vie familiale et sociale.

Cette rencontre sera prolongée par une exposition au CDI réalisée par les élèves.

Partager cet article
Repost0
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 20:02

Le féminin, mi connais pas ! Pourtant "la Journée de la Femme," on la fête ici.  Rien qu'au Tampon un nombre important de manifestations aura lieu le 7 mars;
Revenons au genre féminin. "ma pas gagné mon feuille" dira ce marmaille, au lieu de "Je n'ai pas eu ma feuille." Mon tantine", c'est la petite amie, "mon" loto, c'est ma voiture. Et forcément le pronom ne sera pas "elle". Du boulot pour les profs de français, il y en a ... C'est un peu comme pour l'orthophoniste, si ce dernier fixe les sons, l'enseignant refixe les articles...
Par conséquent on n'accordera pas l'adjectif  qualificatif ! C'est la galère, d'abord pour faire comprendre que la marque du féminin est "e", puis pour fixer les adjectifs possessifs, les demonstratifs. Les ados sont constamment rattrapés par le créole, c'est la langue de la rue, et nombreux sont les jeunes qui la parlent croyant parler français. 
Mais entre nous, je ne rectifierai jamais un enfant s'il dit que Simone de Beauvoir était  un écrivain, ou un auteur au lieu d'une écrivaine,ou d'une auteure... Eh oui ! parce que certains tiennent à la touche féminine !

Partager cet article
Repost0
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 19:12

 Villas  créoles de Saint Denis, petit rajout !

Grâce à l’aimable autorisation de Nicolas Janberg, rédacteur de « Structurae »,dont le siège est à Ratingen en Allemagne,  je peux vous montrer le formidable travail de restauration accompli sur une des villas mentionnées dans un article précédent : la villa Carrère.

Trois années séparent ces deux photos :

Maison Carrere 2006

Photographie Jacques Mossot  2006  (tous droits réservés) www.structurae.de

Maison Carrere zip 1

                                                       Photo François Dallem -  février 2010

Partager cet article
Repost0
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 18:07

parc palmier 0








En descendant de Trois Mares au Dassy

Le Parc a désormais du cachet, et c’est une promenade très prisée par les habitants du parc palmier 12Dassy, de Trois Mares, et d’ailleurs. On y court et on y marche pour garder la forme mais aussi pour s’émerveiller à chaque courbe de sentier. La diversité des palmiers est impressionnante. Un dégradé de verts qui apaise !  L’herbe a poussé, les chemins ont été drainés, et les  kiosques sont achevés. On y vient en famille ou seul pour se ressourcer. Pas de droit d’entrée à acquitter.



C’est au lever et au coucher du soleil qu’on rencontre le plus de promeneurs et de sportifs en raison de la fraîcheur. Pendant la journée, la chaleur est dissuasive. Mais quand les palmiers auront la taille de l’énorme manguier qui s’y dresse encore, on pourra profiter de leur ombrage.

parc palmier 10
Les paysages sont splendides : le parc  s’ouvre au Nord sur la montagne, au Sud Ouest sur l’océan. On ne se lasse de cette vue privilégiée. Et ce qui réjouit aussi les habitués des lieux, c’est la propreté. -Pourvu que ça dure …-

 


 Vue sur l'océan


La 1ère tranche du projet est achevée : au total 1800 palmiers en terre, soit 250 espèces représentées, 750 en culture, pour 140 genres. Dans cinq ans on devrait pouvoir parcourir parc palmier 11a20 hectares avec davantage d'espèces et de genres.

On regrette un peu l’absence d’étiquetage des palmiers, dont on aimerait connaître les noms,  mais il paraît que c’est prévu ! Alors, encore un peu de patience.



                                                                                 Vue sur la montagne

Pour la réalisation de cette aventure, dès l’origine la municipalité du Tampon fait appel à des spécialistes, comme les membres de l’association Palmeraie-Union et son conseiller technique,. Christophe Lavergne et Pierre Walck, conservateur Honoraire des Jardins de Nancy participent aussi à cette réalisation. Chapeau à tous ces acteurs sans qui on n’aurait jamais connu ce beau site !

parc palmier 13

                                   Un endroit reposant...

"Marcher, préserve du diabète" J'ai entendu cette vérité deux fois, d'abord de la bouche d'un médecin généraliste puis de celle d'un médecin urgentiste. Sur l'île, le diabète est un vrai problème... (ce sera le sujet d'un autre article)

Partager cet article
Repost0
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 11:44

Toujours dans la rue de Paris, deux maisons très pittoresques, classées "monuments historiques", émerveillent le passant. Il s'agit de la maison Déramond Barre, et de la Maison du Général.

 

villa Deramond Barre zipLa Maison Déramond achevée en 1832 a vu naître le poète Léon Dierx en 1838 et l’Ancien Premier Ministre Raymond Barre en 1924. Le docteur Déramond né en 1906 est le grand-père de Raymond Barre. Cette demeure est située au 15 rue de Paris. Le Département y a installé son service « Architecture et Patrimoine ». La façade qui donne sur la rue Villa Deramond Barre 3 zi^pcontraste avec l’arrière de la maison, complètement couverte de bardeaux. Des travaux sont actuellement en cours dans le bâtiment abritant la salle de bain. La Drac vient d’ailleurs de projeter la restauration du mur de clôture, des grilles, des portails, du dallage et du guétali.

 


      La Maison du Général
, située 40 rue de Paris, a été construite dans les années 1840. Le Villa du Général zipterrain appartenant à Jules Bédier a accueilli cette construction commencée par Lucien Lebeau. Quatre familles de propriétaires se succéderont : M. Baret, Mme Champierre de Villeneuve, Jean Claude Barre, puis Gaston Caillé. En 1977 le Ministère de la Défense en fait l’acquisition. En 1999,elle est rachetée par la Région Réunion qui la restaure. Elle est classée « Monument Historique en 2005.C’est vers 1920 que les Champierre de Villeneuve ajoutent le balcon en fer forgé, style Art Déco.


Non loin de la Rue de Paris... 

villa Rontaunay       Le Palais Rontaunay, situé 5, rue Rontanay, a été construit de 1857 à 1865. Julien Gaultier de Rontaunay y avait installé son commerce. C’était un armateur fortuné, originaire de Maurice qui possédait 19 goëlettes et en affrétait une cinquantaine d’autres. Mais son commerce avec l’Inde et les Mascareignes a pris fin en raison de l’épidémie de variole. Le négociant meurt en 1863 et  lègue sa demeure  à ses héritiers naturels qui le vendent. Jusqu’en 1979, elle était occupée par le Conseil Général, elle est toujours propriété du département et abrite encore quelques services. Classée Monument Historique en 1997, c’est une grande bâtisse en bois sous tôle.

 

















Partager cet article
Repost0
28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 17:51

Près du Barachois, à Saint Denis, un ancien bâtiment de la Marine, qui a aussi servi d’écurie, abrite toujours les studios de RFO. L’équipe a hâte de quitter la rue Jean Châtel pour s’installer dans de nouveaux locaux.

Benoît Saudeau, le directeur régional de RFO "Réunion" a accueilli les adhérents de L’UPTS. Cet homme de contact, routard du service public, qui a déjà œuvré en Nouvelle Calédonie, à Mayotte est passionné par son travail. Après avoir présenté l’entreprise et évoqué le destin de cette dernière, il s’est prêté aux questions de ses interlocuteurs.

       rfo 1Impossible de recopier ici toutes les informations recueillies. Je vais essayer d’en rapporter quelques unes : RFO émet dans tout l’Océan Indien, on peut suivre cette chaîne à Maurice, Madagascar, Mayotte.

M. Saudeau explique que le présentateur du JT doit avoir bien préparé son journal avant de le lire sur le prompteur, pour pouvoir le cas échéant – en cas d’événement majeur-  interrompre et  reprendre le fil de son texte… Il faut qu’il en maîtrise parfaitement le contenu. Le plateau nécessite la présence d’une quinzaine de personnes pour le journal télévisé et la météo.

rfo 2Pour la TNT il faudra avoir le décodeur MP4, et non le MP2 comme c’est le cas en métropole. Il y aura un jonglage permanent avec les décalages horaires. 10 chaînes gratuites seront disponibles à la Réunion dont Arte version française, et ce dès décembre 2010.

7% du budget était fourni par la publicité qui est vouée à la disparition du fait que RFO est une chaîne publique. A la question « et si la pub revenait sur vos chaînes… ? » Le président ne tient pas trop au retour de la pub car ne pas en avoir donne une certaine liberté d’expression. Dans la conjoncture actuelle RFO sera dans l’obligation de produire davantage en se satisfaisant du personnel existant.

Parmi les rencontres qui l’ont marqué, M.Saudeau cite celles de Monseigneur Danielou et rfo 3de Lech Valessa.

Les visiteurs enchantés ont ensuite découvert les deux studios, et la salle de montage. Une visite très intéressante.

Lien utile:

http://reunion.rfo.fr/tout-savoir/

Partager cet article
Repost0
27 février 2010 6 27 /02 /février /2010 17:10

A l'occasion d'une sortie organisée par la dynamique association "Université du Sud Pour Tous" une quarantaine de personnes ont pu découvrir les splendides villas créoles de Saint Denis situées pour la plupart dans la Rue de Paris.

Maison Carrere zip 1

Cette maison créole construite au début du XIXème siècle, n’avait qu’un rez de chaussée en 1820,  était construite en bois, et était couverte d’un toit à quatre pans percé de lucarnes. Au fond de cette parcelle qui appartenait à Ephémie Calvet se trouvaient des dépendances.
 

 Maison Carrere zip 4Elle change de propriétaire en 1827, 1840, 1844, 1868. Mais c’est à Raphaël Carrère, riche négociant en sucre,  qui en fait l’acquisition en 1905 qu’elle doit son nom actuel. M. Raphaël Carrère et son épouse Amélie la transforment, ajoutent un étage de facture classique avec des fenêtres séparées par des pilastres formant cinq travées.

En 1961, la maison est rachetée par le maire de Sainte Marie, M. Yves Bédier. Toute la propriété est inscrite en 1998 à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques. Depuis 2001, c’est la Cinor (Communauté Intercommunale du Nord de la Réunion) qui l’achète et y entreprend des travaux de restauration.

Un site intéressant pour voir l’état dans lequel était la maison avant restauration :

http://fr.structurae.de/photos/index.cfm?JS=72321

 Voilà deux mois que cette villa abrite l’Office de Tourisme Intercommunal du Nord de la Réunion.

Elle est ouverte au public de 9h à 17h30. Prix d’entrée 3 €. (visite guidée 4 €) S’y trouve une exposition permanente intitulée "La Rue de Paris : familles créoles entre jardins et arrière-cours"

maison carrere zip 10 maison carrere zip 11 maison carrere zip 13


maison carrere zip 14

Ces deux portes fermaient la salle à manger de l’ouest, les vitres étaient recouvertes de vitrophanies, dessins sur un film, collé sur la vitre, représentant les Quatre Saisons sous forme d’allégories Seules les figures du Printemps et de l’Eté ont pu être préservées.




Vitrophanie, Art Nouveau

Partager cet article
Repost0
27 février 2010 6 27 /02 /février /2010 10:07

Visite dans trois services de pointe de St Pierre


CHRS 1
Le Centre Hospitalier de Saint Pierre.

Cette fois encore grâce à l'UPTS (Université Pour Tous  Sud), j'ai découvert le CHRS de la Réunion. M. Chopin, administrateur de ce centre hospitalier depuis 2008, a présenté le CHR de l'île qui se compose du CHR Félix Guyon de St Denis, de celui de Saint Pierre. Ils oeuvrent ensemble.  Font également partie du CHRS des structures situées à Cilaos, Saint Louis, Le Tampon et St Joseph. "Si les plombiers sont au Nord, les électriciens sont au Sud" voilà comment on résume la complémentarité des deux CHR !
 Actuellement un nouveau pôle mère-enfant est en construction au CHRS de St Pierre pour un coût de  63 millions d'euros. Il devrait être complètement opérationnel en avril 2011, mais certains services y emménageront avant.

Sur les 12 pôles existant au Sud, nous avons eu la chance d'en découvrir trois :  la neuro-radiologie,  la radiothérapie -oncologie et  la médecine d'urgence ( hyperbare). Trois médecins, passionnés, très pédagogues, avaient préparé, à notre intention, des exposés  fort intéressants
D'abord, le Dr Gautier Pascale  a expliqué le fonctionnement du service de radio-neurologie  et toutes les techniques utilisées en imagerie médicale ; le Dr Khélif David après avoir parlé de l'historique de son service a démontré l'importance de la concertation disciplinaire dans les domaines de la radiothérapie, de la curiethérapie, de la radio-chimio thérapie.. Le Dr Jean Dirk Harms, spécialiste en médecine hyperbare, a ravivé nos cours de physique en parlant de la lois de Boyle - Mariotte, de la loi Henry et de la loi de Dalton , à connaître absolument quand on veut soigner des accidentés de la plongée, des personnes intoxiquées par des gaz de combustion... Puis nos trois guides nous ont fait découvrir chacun leur domaine.
J'ai suivi le Dr Harms, de l'unité d'Hyperbarie, curieuse de voir à quoi ressemblait CHRS 7un caisson hyperbare. En entrant dans cette zone on est supris par la petite taille des locaux. A l'entrée, un couloir dessert une salle de soins, à gauche un couloir avec plusieurs portes ( douches et vestiaires)- des étagères où sont rangées des tenues spéciales pour les patients-, une petite salle de réunion, plus loin la salle des machines, où sont installés deux énormes compresseurs, un ballon d'eau, des bouteilles d'oxyène, des bouteilles hélium- oxygène, des bouteilles air - oxygène.

CHSR 2Enfin la salle du caisson de décompression. Ce dernier occupe plus de la moitié de la pièce, c'est dire l'exiguïté du local. Au fond à droite, un tableau de commande où s'intalle le "caisson master" pendant le traitement. On entre à six dans ce caisson et une séance de décompression  dure environ deux heures : 3 séances de 25 minutes et deux interruptions. Les patients sont accompagnés par un personnel soignant, CHRS 3aparfois on s'entraide, les habitués expliquent aux nouveaux ce qu'il faut faire. Dans le caisson, des monitorings, des casques anti-bruit, des hublots par lesquels on introduit des médicaments. Le médecin à l'extérieur entend ce qui se dit dans le caisson, on peut communiquer depuis le caisson.
L'équipe qui travaille ici se compose du médecin titulaire ( le Dr Harms) interviennent aussi, se relayant, 5 médecins vacataires titulaires du diplôme de "Médecine Hyperbare", et huit personnels soignants formés, .
CHSR 3On travaille aussi avec le service de radiothérapie : certains patients soignés pour un cancer passent par le caisson avant d 'être soignés en radiothérapie. Le passage au caisson contribue aussi à la cicatrisation des gangrènes liées au diabète, à l'écrasement... Trop long de détailler les vertus de la médecine hyperbare. Mais voilà, pour nos gouvernants  "c'est une médecine non rentable !" heureusement  que sur l'île, on plonge, Et c'est un moyen de justifier l'existence de ce caisson.



Merci à Pierre de me corriger si j'ai mal compris, ou mal transmis...

Partager cet article
Repost0
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 18:55

Ce mercredi, François a participé à une journée organisée par l’UPTS. Il a ainsi pu déambuler dans les salles de l’ancien hôtel de ville, situé au 14, Rue de Paris, non loin du monument aux morts.

Commandé en 1846, ce bâtiment est devenu opérationnel en avril 1860. L’architecte Pierre Emile Grenard a travaillé sur ce chantier. Depuis 1975, il est classé monument historique. Et de 1987 à 2001, on y entreprend  des travaux de restauration. En 1979 Jacques Chirac inaugure le Nouvel Hôtel de ville, une construction moderne. Mais certains services restent dans l’ancienne mairie.

st denis mairie ancienne

Elle est toujours ouverte au grand public.

On entre dans un vaste hall d’accueil carrelé de damiers noir et blanc. De hautes colonnes st denis mairie 1blanches soutiennent  le plafond. Dans  l‘aile droite, une porte donne sur les bureaux de l’Etat Civil. où  on peut se faire délivrer  passeports, cartes d’identité, légalisation, attestation d’accueil… Au fond, les Archives.

Dans l’aile gauche a été  aménagée une salle  destinée aux expositions temporaires.


Deux escaliers situés  entre ces deux salles conduisent à l’étage où  ils se rejoignent. Les salles de ce niveau  entourent une cour à arcades.

                st denis mairie 3



La plus grande est la Salle des Fêtes aux lustres dorés. avec son superbe parquet.
st denis mairie 2

On y découvre aussi la Salle des Mariages


st denis mairie 4 
Sur le mur une représentation de l’ancienne mairie au début du XIXe, d’après Roussin, entièrement  réalisée en fibres végétales

St denis mairie tableau 
Une Salle de Réunion
St denis mairie 5














.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
24 février 2010 3 24 /02 /février /2010 14:27

Le pitahaya, décoratif et comestible.

         Sur les vieux murs de pierre de l’ancienne sucrerie en ruines, de la « Maison Vallée » nous avons été surpris de voir s'agripper une foule de cactées . Cette plante grasse grimpante à tiges vertes, atteignant 15 mètres, a entièrement colonisé les lieux, et  de grandes  fleurs jaunes pendent partout.

pitahaya

Ce sont des fleurs qui naissent du fruit. Ce dernier est couvert de grandes écailles rouges. On en mange la pulpe.

pitahaya 2Cette plante est très commune à la Réunion, on la trouve le plus souvent en bord de mer, mais on peut la cultiver à 400 mètres, elle supporte les températures très élevées mais n’aime pas  les pluies abondantes. Cette plante est aussi un bon porte-greffe pour d’autres cactus ornementaux. On l’appelle aussi  « raquette tortue »


pitahaya 3La pulpe du pitahaya ressemble à celle du kiwi, on en fait des glaces, du jus, des salades de fruit.
Quand on mange un pitahaya rouge, il paraît qu’on « urine rouge… », c’est du moins ce qu’une habitante de l’île m’a raconté.

Partager cet article
Repost0