Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juin 2010 7 13 /06 /juin /2010 10:13

Quelques gîtes

 

gb27 gb31

 Les Orchidées                                                      Le Paille en Queue

gb60 gb61

La Vieille Tonnelle                                                Le Randonneur

gb62 Il en existe d'autres comme celui de Mme Nativel...

L'Oasis

 

 

Les chemins de Grand Bassin

 

gb58 gb57

  allées bordées de murets  - la passerelle avant la remontée  vers Bois-Court

  

La rivière   : qu'il faut traverser pour rejoindre la Cascade

gb64  gb59

 

L'aire d'atterrissage de l'hélicoptère

gb56 gb54

 

 

L’ancienne école cachée par une treille

gb63

 

La chapelle                                                             Fleurs du pays

gb53   gb55

 

Partager cet article
Repost0
11 juin 2010 5 11 /06 /juin /2010 19:35

 gb47 gb46

 

Passer une nuit au gîte revient à 35 euros par personne (petit déjeuner et repas du soir compris)  Le gendre et la fille de notre hôtesse sont venus lui prêter main-forte : une vingtaine de randonneurs à nourrir, ce n’est pas une mince affaire !

 

 Un accueil très professionnel : on attend tous les marcheurs pour leur proposer un café ou une tisane. Nous nous installons dans les dortoirs qui contiennent 6 lits solides superposés. De beaux draps de couleur, des coussins et des couettes colorées. Deux WC et deux salles d’eau, de l’eau chaude.

 

 

gb48

                                        un dortoir

 

La propriétaire a fait installer des panneaux solaires pour produire l’électricité. « A cette époque les draps sèchent moins vite qu’en été » me confie-t-elle.

 

 Devant le gîte se trouve une belle tonnelle de vigne sous laquelle nous avons pris l’apéritif. De jolies plantes poussent auteur des bâtiments en tôle : des sabots de Vénus, des poinsettias rose et rouge...

 

gb50                                     le sabot de Vénus
Vers 19 heures on nous invite à nous rendre dans la grande salle à manger, et nous nous attablons. On nous sert du rhum arrangé à la bibasse (le fruit avec le « grain ») C’est là que j’ai appris qu’il n’existait pas de noyaux, ni de pépins,  à la Réunion, seulement des « grains » !

 

gb40 gb41

                                             La randonnée, ça creuse !

 

gb43 gb44

 En entrée nous avons droit à un succulent gratin de chouchous, et comme plat principal un carry – volaille, préparé au feu de bois accompagné d’un rougail – avocat..

 

                             gb45

                                                carry-volaille et rougail avocat, riz et grain.

 

Le dessert est un bon gâteau- maison parfumé à l’anisette, également cuit au feu de bois ! Un repas excellent, servi avec gentillesse. L’équipe de Jolis Pas met de l’ambiance : on entonne des airs populaires et Ti Kafrine chante des textes de Piaf, qui laissent les hôtes pantois !

Nous nous couchons vers 9h30 et le réveil est matinal. Il est 7 heures quand tous prennent le petit déjeuner : confiture -  maison, biscottes (forcément, il n’y a plus de boulanger au pays ! ) Ti Yab qui a bien mesuré le niveau de l'eau de la rivière, se montre rassurant. Le groupe est prêt à descendre par le Bras de la Plaine, pour rejoindre le Bras de Pontho. François et moi, remonterons vers Bois-Court. Marcher sur des galets glissants ne me tente pas...

 

Partager cet article
Repost0
10 juin 2010 4 10 /06 /juin /2010 19:05

gb20

 

 

Après le déjeuner, nous repartons sur la rive gauche de ce Bras de Sainte Suzanne. Nous avons toute l’après-midi devant nous et en profitons pour admirer les vergers : les habitants des lieux ont planté là des tomates- cerises, des pamplemoussiers, des kakis, des néfliers, des goyaviers (qui donnent des goyaves-pommes) …

 

 

gb22  gb23

 

gb24

Betty qui autrefois passait ses vacances à Grand Bassin chez son arrière – grand-mère, connaît les habitants de ce hameau. Elle se souvient encore avec mélancolie  des heureux moments passés ici, à une époque où il y avait encore une école, des enfants. Depuis la fermeture de l’école, en 1995 peu de gens sont restés au pays. Ils vivent à Bois-Court, mais descendent le week-end ou pendant les congés scolaires : ils vivent de leur maison transformée en gîtes pour la plupart.

 

gb25

 

gb26

 

Nous faisons une première halte au gîte des Orchidées et la propriétaire nous laisse gentiment découvrir les lieux : c’est une copine de Betty et la sœur de notre hôtesse. Nous sommes agréablement surpris par l’état des abords de la maison, aménagés avec bon goût. Pas de mauvaises herbes, un lieu où il doit faire bon séjourner.

 

gb27

 

Nous poursuivons notre chemin, qui est bordé de grandes plantes à inflorescences blanches, qu’on appelle ici « fleurs communion » parce qu’elles fleurissent à l’époque des communions ; elles sentent bon et ressemblent à des marguerites. Puis nous passons devant une petite église en tôle, certainement assez grande pour contenir la population d’ici-bas.

 

gb28 gb29

 

De hauts murets de grosses pierres sèches bordent les chemins où ne circule aucun vélo, ni aucune voiture. Seul l’hélicoptère descend dans ce bassin, et se pose dans un grand pré situé au bord de la rivière,  pour apporter le ravitaillement, les matériaux et emmener les blessés et les malades.

Des panneaux indiquent les directions des gîtes, et de la Cascade.

 

gb30

 gb31

Gîte du Paille au queue où nous avons dormi

Partager cet article
Repost0
9 juin 2010 3 09 /06 /juin /2010 19:59

gb19bDans le lit du Bras de Ste Suzanne, un oiseau, peu farouche, s'est approché de notre groupe qui faisait une halte avant de continuer la rando vers Grand Bassin. 

"Le terpsiphone de Bourbon" appelé égalemennt "gobe-mouche - de paradis" a une longue queue rouge. Ses ailes sont rouges elles aussi ! Sa gorge et sa poitrine sont gris clair. Il a un bec plat, large, muni de longues vibrisses. Ses pattes et ses yeux sont noirs.

Il ne serait pas menacé à la Réunion, peut-être parce qu'on l'appelle aussi "oiseau malheur" ( il paraîtrait que si on piège un de ces oiseaux, on ne peut plus capturer aucun oiseau le même jour, ce qui a peut-être dissuadé les piégeurs) Mais le défrichage actuel pourrait causer sa disparition.

On le trouve rarement dans les Hauts. Son territoire de prédilection est la forêt hygrophile. On peut le rencontrer près de la Rivière Langevin, près de la Rivière des Remparts...Il doit aimer la proximité des cours d'eau. Nous avons vu le terpsiphone sautiller sur les rochers au milieu du torrent.

On le nomme parfois le "chakouat", qui est une onomatopée de son cri.

 

 

Partager cet article
Repost0
9 juin 2010 3 09 /06 /juin /2010 19:10

Randonnée avec les Jolis Pas (suite)

 

gb10Et nous voilà en train d’amorcer la descente : un dénivelé impressionnant de 1000 mètres. Nous croisons deux paires de raideurs qui s’inquiètent de nous voir sur ce sentier. Je leur pose la même question : « Et vous ? Pourquoi y êtes-vous ? » Ils nous expliquent que le parcours en montée s’avère bien moins périlleux qu’en descente. Il y aurait des passages dangereux sur la roche glissante, il faudrait se tenir aux racines des arbres… Eux-mêmes ont dû crapahuter en ayant recours aux branches set aux racines. Nous décidons par conséquent de nous regrouper et d’y aller gb12doucement. Jean – Marie et François veillent au grain. Ils attachent la corde à un tronc solide et pendant que l’un reste en amont, l’autre assure en contrebas. Tous les randonneurs franchissent les éboulis glissants, rassurés, mais sans précipitation. Encore quelques échelles très confortables et la promenade est plus aisée.

 

 

 gb13

 

 

Heureusement que tous avaient pensé à s’équiper de bâtons de marche : pouvoir s’appuyer sur ces accessoires en descente n’est pas un luxe, cela évite les chocs sur les articulations. N’empêche que tous étaient ravis d’arriver. Il est déjà midi et nous ne sommes toujours pas à notre aire de pique-nique. Nous nous arrêtons pour grappiller des goyaviers.

 

gb14 gb14b

Sylviane me conseille de choisir les plus noirs : « Les plus sombres sont les plus mûrs ! » Effectivement, les goyaviers noirs sont bien moins acides que les rouges. Il paraît qu’il existe aussi des goyaviers à chair blanche.

Odile et Chantal racontent que leur maman et leur grand-mère faisaient du vinaigre de goyavier autrefois mais qu’elles n’ont pas pensé leur demander comment on le préparait. Or, toutes savent confectionner des gelées et confitures de ces fruits.

 

gb15 gb16

Le chemin s’élargit, la lumière est plus intense. Nous commençons à être fatigués et à ressentir la faim. Les premiers nous attendent à une croisée de sentiers et nous décidons d’aller pique-niquer au bord de la rivière.

 

gb17 gb18

Nous traversons un lieu planté de bananiers, et d’autres pieds. Un système d’irrigation a été aménagé là. Le chemin est bordé de framboisiers sauvages. Après la passerelle, nous choisissons un endroit ombragé sur les rochers pour casser la croûte. L’endroit est paradisiaque, une eau claire et bouillonnante coule entre les gros blocs de pierre. Un « oiseau-la Vierge » saute de branche en branche. Ferdi photographie la végétation qui pousse dans la pierre : mousses et goyaviers réussissent l’exploit de s’enraciner dans ces roches.

gb18a gb19

 

Partager cet article
Repost0
7 juin 2010 1 07 /06 /juin /2010 14:27

 gb1

Nous avons randonné avec nos amis des Jolis Pas ce week-end.

 

Le bus nous a déposés samedi matin au parking de la Plaine des Cafres. Et nous avons chaussé nos godasses de marche pour un "petit" parcours de 7,7 km qui devait nous amener dans le Bras de Sainte Suzanne en environ 3 heures. Mais il nous faudra bien 4h45 pour couvrir cette distance.

 

gb2

La journée est ensoleillée, les flaques des dernières pluies tombées deux jours plus tôt n'ont pas encore eu le temps de sécher.

Il faudra user de prudence ! Mais une équipe était déjà partie en reconnaissance dans la semaine et nous a assuré de la faisabilité de la rando.

Pour cette journée, Jean-Marie ouvre la marche, José la ferme (la marche !)

 

gb4

 

 Les pâturages de la Plaine et au loin Le Piton des Neiges

 

 Le paysage est fabuleux, on se croirait dans le Jura : l'herbe est d'un vert tendre, des vaches rousses paissent au loin, nous cheminons au pied du Piton des Neiges, vers le Nord, par un petit sentier de terre. Quelques arbres ont des couleurs automnales.

 gb5

 Parfois, il nous faut grimper un escalier pour traverser les propriétés. Il fait bon, le soleil commence déjà à chauffer.

gb6

Franchissement des clôtures : André "en l'air"

 

 Les ajoncs fleurissent,les arums aussi, alors que ce n'est pas encore la saison ! Bientôt nous arrivons à une croisée de chemins, et nous prenons la direction de "Piton Bleu", le sentier s'engouffre dans un sous-bois. Nous marchons à l'ombre entre les branles, les fougères arborescentes. Le sentier est très boueux par endroits et il faut se méfier des pierres glissantes. Parfois il faut monter une pente douce, parfois on descend.

 

   gb7 gb8

   Branles, fanjans...                               Matthias, Thomas et Joëlle pataugeant dans la gadoue

Nous flânons au milieu de cette végétation dense composée de bois endémiques, de pieds couverts de barbe de St Antoine, quand nous arrivons à proximité du "rempart" (de la falaise) qu'il va falloir descendre. De cet endroit nous avons des points de vue grandioses sur le Dimitile,gb8b

 

Il nous  faut encore descendre des échelles avant d'arriver au rempart et de voir le lit de la Rivière dans lequel nous devons descendre. Un dénivelé impressionnant et éprouvant nous guette, mais l'équipe est prudente et on s'attend.

gb8cLe plus difficile reste à faire !

 

 

gb9

Partager cet article
Repost0
4 juin 2010 5 04 /06 /juin /2010 21:45

Ce couple, habitant à L’ Entre-Deux, nous a accueillis à deux reprises dans son petit domaine au pied du Dimitile. La première fois, nous étions en admiration devant les caféiers de la petite propriété, avec la tante et l’oncle de Marion, quand la dame nous a prié avec gentillesse d’entrer.

 Devant la case, par terre étaient étalés des grains de café qui séchaient au soleil. Julien qui était en train de trier des grains secs avec un grand "van" (plateau plat tressé) à l’ombre, devant le « magasin » (la remise) s’est levé de sa chaise pour nous faire la visite du propriétaire. Il nous a montré les différents caféiers qu’il avait taillés avec soin, et a précisé que les grains se cueillaient dès qu’ils se mettaient à jaunir, inutile d’attendre qu’ils soient rouges…

P1000686 P1000687

Mariés depuis 50 ans, ces deux sympathiques gramouns  vivent en harmonie dans leur petite case au milieu des plants de café.

Depuis belle lurette, ils cultivent cette plante : ils la plantent, la cultivent, la taillent, la soignent, récoltent les grains, les font sécher, les torréfient et les passent à la « roche », un vieux moulin en pierre, qui fonctionne toujours. Tout ça pour leur usage personnel. Le travail est pénible pour ces braves gens, mais ils continuent malgré tout à s’occuper de leurs plantations.

P1000691 - Copie P1000696

           le café séchant sur l'argamasse                                 "la roche" ou moulin

Et chaque fois lors de notre passage, notre hôtesse nous sert un bon petit café de son cru, dans de jolies tasses en porcelaine.

 P1000694

Partager cet article
Repost0
4 juin 2010 5 04 /06 /juin /2010 07:50

Plusieurs groupes de "Villancico" se sont répartis le travail et répètent avec zèle différentes partitions pour la fête de la Musique.

Ainsi le groupe dirigé par Eric se retrouve chaque jeudi soir à Trois Mares chez l'un des choristes, avec ténors, barytons, basses et sopranes. Avec sérieux et dans la bonne humeur, les voix ont suivi le rythme donné par Nicole et Bernard qui les accompagnaient au piano.  Ils seront fin prêts pour la Fête de la Musique.

 

P1000671zip

 

P1000674zip P1000677zip

 

Partager cet article
Repost0
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 14:05

P1000629 zip

L’Eperon, ce village des Hauts de Saint Gilles, facilement accessible depuis la Route desTamarins est un lieu prisé par les amateurs d’Art . Sur l’aire de l’ancienne sucrerie, un cadre pastoral  reposant,  un parking, des boutiques, des stands… L’association des artistes locaux prévoit à l’occasion de ces manifestations restauration, buvette et animations.

Le week-end dernier, jour de la Fête des Mères,  y avait été organisée une exposition à laquelle ont participé 80 artistes de l’île. Un rendez-vous intéressant où les créateurs proposent leurs réalisations et vous expliquent leurs techniques… 

P1000628 P1000630

 Retrouvailles avec Alain Baltz qui terminait son aquarelle pour la présenter au concours : des maisons créoles en deux teintes (jaune et noir) dans un décor très réaliste. Dans ses tableaux on retrouve l'atmosphère sereine des villages nichés au fond des cirques. Dans un décor où l'homme n'apparaît pas, on sent la vie : ici,  une poule assise dans la terre, là le linge accroché à un fil et qui sèche au soleil...P1000637

P1000631

Une boutique dont le propriétaire travaille la noix de coco nous a particulièrement séduits.

Avec une perceuse à colonne  et un autre outil électrique, il façonne la noix de coco por obtenir des fourmis, lampes en formes de nids de guêpes, poissons et hiboux porte- savon, tortues-tirelires, mobiles, cache-pots... une imagination débordante et un accueil fort sympathique.

De jolies scupltures nous ont bien plu aussi, comme ce tangue taillé dans une racine de bambou. Ce qu'on apprécie dans ces lieux, c'est la gentillesse des exposants. Et jamais on ne se sent obligé d'acheter...On peut y flâner pour "le plaisir des yeux".

Partager cet article
Repost0
1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 12:11

Nos voisins, Alain et Rose-Marie, sont venus prendre l"apéro avec nous le lundi de la Pentecôte, et pour marquer le coup, ils ne se sont pas présenté les mains vides, mais bien remplies... par deux énormes avocats ! Jamais encore je n'en avais vu d'aussi gros !

 

 avocat crevettes avocats

 

 

 

Ils sont en outre "excellents" ! Un avocat est un repas, il remplit une assiette !

 

Puis samedi, nous avons été invités à un karaoké chez Brigitte à Petite Ile  et Zaza,  l'une des convives est venue, le coffre de la voiture rempli de "mains de bananes" coupées d'un régime de son verger ! Et elle a procédé à une distribution générale.

 

Des cadeaux de poids, offerts de bon coeur, et qui font toujours plaisir !

Partager cet article
Repost0