Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 janvier 2022 4 06 /01 /janvier /2022 17:34

Le musée du patrimoine situé au pied de l’ancienne cheminée de l’usine sucrière s’enrichit au fil du temps de dons faits par des habitants de l’île : machines à coudre, nappes, livres, disques, objets du quotidien…

Jeanick, animateur de cet endroit, connaît l’histoire de ces objets et a plaisir à en parler en créole ou en français selon le visiteur qui se présente.

Récemment la salle a accueilli des dons de Daniel VABOIS, ancien chanteur  des Jokarys et conteur. Ce dernier a légué à la salle d’exposition un casque colonial ainsi qu’une guirlande  de boîtes assez inédite et très usitée dans les années 1950…

Il s’agit là d’un ensemble de petits gobelets réalisés avec deux feuilles de vacoa pliées, dans lesquelles on conservait des graines pour les semer… Dire que ces objets ont survécu parce que son propriétaire les a conservées. Une bonne idée d’avoir gardé ces objets qui désormais peuvent être présentés aux jeunes générations… Un beau geste de M. Vabois, aujourd’hui âgé de 80 ans. Merci à lui !

L’autre don : le casque colonial

 

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2022 2 04 /01 /janvier /2022 20:38

 

Il est originaire de Californie et du Mexique et fait partie de l’espèce des Arécacées. On l’appelle aussi « palmier jupon ». Il peut paraître laid avec son tronc élancé et la base grise du feuillage rappelant un jupon.

Il n’empêche qu’ils ont l’air impressionnants dans cette allée du Parc des Palmiers ! Ils y ont trouvé des conditions de chaleur et de luminosité qui ont bien profité à leur croissance.

 

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2022 1 03 /01 /janvier /2022 08:47

C’est un plaisir d’entendre et de voir les oiseaux qui gazouillent au Parc des Palmiers.  Ce week-end, j’ai pu y apercevoir le cardinal rouge, un martin triste, une tourterelle péi, un merle Maurice…

Mais pas de tisserin, ni de zozo blanc, ni de caille…

Et c‘est un oiseau peu banal près du petit plan d’eau qui a capté mon attention…

Une œuvre artistique datée de 2020 signée David Nativel : une autruche pour le moins originale !

 

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2022 7 02 /01 /janvier /2022 09:23

Si de nombreux palmiers sont difficilement identifiables, il n’en est pas de même pour le « palmier triangulaire ». Ce palmier encore appelé « palmier trièdre » est originaire de Madagascar et a pour nom latin « dypsis decaryi ».
Il peut atteindre 12 mètres dans son milieu naturel.

 

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2022 6 01 /01 /janvier /2022 20:25

Depuis juin 2021 un nouveau parc a vu le jour à Etang Salé : on peut y découvrir des oiseaux, des tortues, des iguanes…

Il existe aussi un espace réservé au « Spectacle des rapaces », une mini-ferme…

Le prix d’entrée est de 12 euros par adulte et de 8 euros par enfant de 4 à 10 ans. Gratuité pour les moins de 4.

 

(À ne pas confondre avec  le Croc Parc qui propose d’autres prestations… dont l’observation de crocodiles)

 

 

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2022 6 01 /01 /janvier /2022 10:12

En remontant la rue de Paris dans le bus T qui me ramenait à Saint Pierre, j’ai revu avec plaisir les cases créoles de cette rue de Saint Denis. Un peu plus haut que le musée Dierx, non loin du Jardin de l’Etat, à main droite, au Numéro 38,  je remarque une belle case hélas un peu décrépite et m’étonne en voyant sur la plaque qu’il s’agit de « la Maison Ravate ». Quand on sait que Ravate est une famille extrêmement riche, on peut s’étonner de voir une case à leur nom dans cet état… mais peut-être qu’elle ne leur appartient pas.

C’est une maison du XIXe siècle, chevillée et assemblée de manière à pouvoir être reconstruite. Cette case en kit aurait été démontée à Saint Paul pour être reconstruite ici en 1870 par la famille Gamin. Elle aurait été restaurée en 1980.

 

Comme mes photos ne rendent pas compte de la vue d'ensemble, j’en trouve une sur le site Randopitons et Jean Paul Goursaud m’autorise à la publier. Lors de cette prise de vue, la case était encore un restaurant. Aujourd’hui, il semble fermé…

Photo randopitons https://randopitons.re

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2021 4 30 /12 /décembre /2021 10:04

Chez mon amie, à la Ravine des Cabris, le poivrier a bien grandi. A l’abri du soleil, à mi-ombre, il profite bien de la chaleur et chaque soir il est arrosé. Il s’est étoffé et désormais il fait des fleurs.

Bientôt les petites boules blanches grossiront et se transformeront en grains de poivre.

 

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2021 4 30 /12 /décembre /2021 09:16

Après quelques mois d'absence me revoilà et quelques changements notables me frappent dès mon arrivée à l'aéroport Roland Garros : d'abord je me dirige vers le guichet info touristique pour prendre un billet pour un car jaune qui doit m'emmener à Saint Pierre. J'acquitte la somme de 5 euros comme d'habitude pour le bus T qui fait toutes les plages : il part à 13h20 pour arriver 2h plus tard à Pierrefonds. (J'aurais aussi pu prendre le ticket dans le bus).

Mais il me faut traîner les valises à un arrêt éloigné de l'arrivée. Il me faut emprunter l'allée en pente douce montante qui  longe les locations de voitures et au bout de 300 mètres à gauche je remarque  5 arrêts bus dont un abri pour les passagers du CarJaune ZO ( qui emprunte la route des Tamarins) et du Car Jaune T(qui longe les plages de l'Ouest). Sous la chaleur, après 20 heures de voyage, c'est pénible. 

Nous glissons nous-mêmes nos bagages dans la soute du car et nous voilà en route vers saint Denis. Nous atteignons la gare de bus, passons au Jardin d'Etat, et comme toujours aucun passager ne monte à ces arrêts. La jonction entre la nouvelle route du Littoral et le chef-lieu n'est toujours pas faite. Et l'océan qu'on voyait autrefois est longtemps caché par des digues grises monotones, désespérantes...de la pierre, de la pierre et encore de la pierre.

Voilà les piliers qui se succèdent mais l'ouvrage est toujours en standby. 

Autre nouveauté : un parc de panneaux voltaïques avant la Rivière des Galets.

Puis la nouvelle route qui traverse la Rivière des Galets est opérationnelle.

A Saint Paul, je remarque une belle allée cyclable qui longe la route, quelques piétons l'empruntent, mais elle s'arrête sur un bloc de béton.

A la gare routière de la même ville stationnent des bus au look inconnu : ils sont rouge et blanc. Ce sont les "Kar Ouest", et les arrêts ont les mêmes logos. Une nouvelle compagnie ? A creuser...

Avant d'arriver à Pierrefonds, nous empruntons des routes bordées d'arbres, c'est le complexe qui doit accueillir de nombreuses entreprises... Mais leur implantation se fait attendre. Les arbres ont bien grandi, il existe des feux tricolores et des voies de bus ...

Nous voilà enfin à l'aéroport de Pierrefonds... Il fait bien chaud !

 

Partager cet article
Repost0
5 mai 2021 3 05 /05 /mai /2021 10:09

En déambulant dans l’allée principale du  Cimetière du Père Lafosse à Saint Louis, j’aperçois un arbuste très vert dont je ne reconnais pas le fruit. Ce sont des fruits ronds assez gros et verts.


Le gardien des lieux m’explique qu’il s’agit là de « vavangues ». Elles ne sont pas encore mûres.  C’est alors qu’il avise un fruit à terre qui doit être là depuis un certain temps. Il nous l’ouvre pour nous en montrer la chair. On la consomme quand la chair est juteuse. Certains en font du rhum arrangé ou encore transforment la pulpe en compote.

L’expression créole « faire vavangue » n’a plus cours aujourd’hui. Elle date de « lontan ». Autrefois, elle signifiait « faire l’école buissonnière ». Parce que les enfants qui avaient fui les bancs de l’école, allaient dans la Nature et cueillaient les fruits de cet arbuste…

 

 

Le pied de varangue
Le pied de varangue
Le pied de varangue
Partager cet article
Repost0
4 mai 2021 2 04 /05 /mai /2021 17:38

Rencontre inévitable que celle de Léon, quand on visite ce cimetière situé à une encablure de l’usine du Gol à Saint Louis.
L’homme originaire de Saint Louis, fils de père mauricien et mère Saint louisienne, s’occupe de veiller sur le cimetière depuis 2006. Pour ce retraité,  cette activité est bénévole. Ce sont les employés communaux de St Louis qui entretiennent les espaces verts de la nécropole.

Quand on aborde l’homme, il est communicatif. Je pense qu’il voit très peu de gens, le cimetière étant bien caché derrière la piste de kart et le panneau de direction, explique-t-il, a été emporté par le mauvais temps…

Il nous raconte le jour où la chapelle a failli prendre feu à cause d’une bougie placée à mauvais escient près du drap qui recouvrait la tombe.

Le plan du cimetière aurait été dessiné par des enfants de l’école. Selon lui 200 croix sont présentes au cimetière. Il le ferme actuellement tous les soirs à 17h30. 

J’ignore si c’est lui qui est à l’origine de tous les écrits placardés au mur, dont des interdictions de faire ses besoins dans cet endroit… Ecriture naïve et surprenante !

Nous lui demandons aussi la nature des fruits ronds et verts vus sur un arbre près de l’allée centrale à quoi il nous répond qu’il s’agit de « vavangues ». Il en trouve un très mûr tombé à terre et nous l’ouvre.

Le moustique se plaît ici. Nous demandons à M. Bundi pourquoi il ne vide pas les récipients où l’eau stagne… Mais il affirme que les moustiques sont là de toute façon à cause d’une mare située à proximité… Nous ne resterons qu’une dizaine de minutes avant de reprendre la piste rejoignant la route de Bel Air.

Leon Bundi, gardien du Cimetière du Père Lafosse
Leon Bundi, gardien du Cimetière du Père Lafosse
Leon Bundi, gardien du Cimetière du Père Lafosse
Partager cet article
Repost0