Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 octobre 2020 1 19 /10 /octobre /2020 08:56

L’église Ste Rose de Lima de Sainte Rose a fière allure : restaurée, remise en peinture, elle attire les regards. Même des espaces arborés y ont été aménagés.

On ne peut la manquer depuis la route principale.

 

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2020 7 18 /10 /octobre /2020 18:32

Encore appelé « Phare de Bel Air », ce sémaphore situé sur la côte Est de la Réunion devait empêcher les navires de s’échouer sur les écueils « La Marianne » et « Le Cousin ». Sa construction projetée dès 1840 a eu lieu de 1845 à 1846.

Avant 1846 la Côte Est avait connu 9 naufrages : le Petit Sloop de pirates (1667) Une grande chaloupe (1707) L’Hyppolite (1805) Le David et le Mercure Galant (1807) Le Belonie (1820), Le Cécile (1821), La Chaloupe de M Montrose (1825), La Nouvelle Marie Thérèse et le Romilly (1829) puis l’Augustine et le Jacques Cartier (en 1944).

Les appareils (lentille, lanterne, accessoires) sont commandés à l’horloger Henry- Lepaute lequel travaille avec Augustin Fresnel pour la conception des mécanismes assurant la rotation des lanternes de phares. La lumière du phare avait une portée de 18 milles (soit 33 km)

Le phare situé à 45,82  mètres au –dessus du niveau de la mer, a une hauteur de 20,25 mètres. La lumière émise se situe donc à 66 m au dessus du niveau de l’océan.

Aujourd’hui, il émet toujours de la lumière mais n’a plus vocation de guider les navires qui disposent d’instruments de guidage plus sophistiqués. Le phare est en cours de restauration, et seule la salle sous la tour, où une artiste expose peut parfois se visiter…

C’est à la faveur d’une sortie organisée le  samedi  17 octobre avec « les Amis de l’Université » que j’ai revu ce monument du patrimoine réunionnais, et Enis Rockel, conférencier érudit et passionné,  était présent pour donner une foule d’explications et raconter des anecdotes sur sa construction, ses gardiens, son fonctionnement, ses transformations… De quoi alimenter d’ autres articles sur ce blog…

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2020 5 16 /10 /octobre /2020 17:37

La baignade-hors bassin aménagé- est interdite en raison du risque requin, ce que certains (locaux, ou touristes) semblent ignorer.

L’emplacement central des panneaux  est judicieux mais beaucoup de touristes se dirigent souvent vers la crique à droite sans passer par cette allée… Pourquoi ne pas installer de mises en garde plus nombreuses, notamment aux extrémités de l’anse ?

                           Surfeurs imprudents : 

 

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2020 5 16 /10 /octobre /2020 16:45

Pour moi, qui aime le littoral sauvage de Grand Bois,  c’est une découverte. Or, il paraît que depuis mars cet établissement a ouvert et a survécu au confinement. 

On y prépare toutes sortes de caris délicieux pour un prix très raisonnable. Les propriétaires sont originaires de Grand Bois et ont un bon contact avec leurs nombreux clients

A midi, ils servent des centaines de repas à emporter. Les chanceux peuvent s’installer à une des 4 tables de la terrasse avec vue sur l’océan, d’autres s’installent sous les grands banians du terrain Paddock, d’autres encore trouvent un kiosque près des vacoas et l’endroit n’en manque pas.

Comme ce sont les vacances, l’endroit est pris d’assaut !

La carte de La Terrasse du Paddock est riche : huit plats figuraient aujourd’hui  au menu  dont le cari pattes cochon et le cari moules.

 J’ai goûté au cari moules avec rougail avocat. Un délice !

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2020 3 14 /10 /octobre /2020 18:23

À la Réunion tout bois prend facilement racine : les conditions de repiquage sont idéales. Il n’empêche qu’on utilise aussi le bouturage pour multiplier les plants.

Yoland m’explique qu’on peut bouturer avec du curcuma et du miel, Zaza quant à elle privilégie le bouturage avec l’aloès vera.


En fait, tous ces ingrédients sont antifongiques, à savoir empêchent le développement de champignons. Il est vrai qu’utiliser du miel à cet effet peut paraître sacrilège.

En métropole, j’ai utilisé des racines de ronces séchées et broyées mais aussi de l’eau de saule… Chacun sa méthode ! L’essentiel est de jardiner de façon raisonnée…

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2020 3 14 /10 /octobre /2020 09:23

La Réunion saturée...

Quand donc les autorités interdiront-elles l’importation massive de voitures ? L’île est asphyxiée, les zones de covoiturage manquent, le réseau des transports est saturé, le train manque cruellement…

Par exemple, on se dit qu’en période de vacances, les routes sont moins empruntées… C’était vrai il y a encore quelques mois. Mais force est de constater qu'aujourd'hui, même hors heures de pointe, on ne circule plus ! 

Il faudrait faire une étude sérieuse avec des drones pour évaluer cette saturation au quotidien…Aucune volonté politique à espérer... Encore des lobbies et des copinages derrière tout ça ?

Par exemple, hier matin, pour rejoindre la Nationale depuis la Ravine des Cabris à 9h du matin , le bouchon commençait déjà 2 km en amont. Hier soir vers 16 heures, pour couvrir la distance entre le rond-point de Grand Bois et Auchan, j’ai mis 40 minutes en passant par Bassin Plat . Dimanche matin, alors que généralement on peut rouler tranquillement de Saint Pierre vers Petite Ile, il a fallu une demi-heure pour rejoindre le carrefour de la Croisée depuis le rond-point de la Balance.

Effectivement, ça circule beaucoup et ça circule aussi sans civisme : beaucoup d’usagers quittent les voies principales et reviennent sur des bretelles qu’ils saturent et obligent ceux qui arrivent sur la voie principale à attendre qu’ils s’engouffrent… Aucun interdit, aucune présence policière pour réguler ces flux anarchiques… Il faudrait repenser le trafic.

Le paradis devient un enfer ! De nombreux salariés partent dès le lever du soleil pour ne rentrer que tard le soir pour éviter cette cohue. Pour les vacanciers, c’est aussi un pensum ! Ceux qui espèrent éviter les embouteillages des heures de pointe déchantent aussi. A toute heure, la file de voiture piaffe…

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2020 3 14 /10 /octobre /2020 09:11

En me promenant dans le Chemin du Moulin à Café à la Ravine des Cabris j’ai revu cette fresque de Jace : elle représente des "gouzous - marmailles" autour d’un feu de camp.

Association amusante de « primaire » à « primitive »…  A moins que le projet historico-artistique ait figuré dans un projet de l’école et que les enfants y aient été associés.

S’aidant de sa baguette originale, en os- on est encore loin de la craie, du feutre ou du laser - la maîtresse (pardon, « la professeure ») enseigne aux petits plus ou moins concentrés les fondamentaux…

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2020 2 13 /10 /octobre /2020 13:36

 

C’est le printemps à la Réunion ! D'aucuns diront même qu'avec les températures actuelles on sent l'été très proche. 

Les journées se réchauffent et les arbres fleurissent ! Mais cette floraison est colorée : mauve pour les jacarandas, orange pour les grévilléas, rose pour les bauhinias, jaune pour les thévétias…

Hier matin, jolie promenade de la rue Verlaine jusqu’ à la boulangerie de la Ravine des Cabris…retour par le rond-point de l'église. C’est un feu d’artifice, un régal pour les yeux !

 

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2020 2 13 /10 /octobre /2020 11:40

                                          combava et pamplemousse   

Incroyable comme la végétation ici peut  surprendre : sur la table de cuisine de Marie –Ange, un énorme pamplemousse remplit une petite corbeille : il doit avoir plus de 15 cm de diamètre. Il tient à peine dans ma main.


La peau du fruit est épaisse, et on a coutume d’en faire de bonnes confitures. L’écorce peut être confite.

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2020 7 11 /10 /octobre /2020 10:07

Je rentre en car jaune vers St Pierre, en passant par St Denis. Nous longeons le cimetière marin du chef lieu  quand une touriste de métropole me pose une question : « Vous savez pourquoi les cimetières de la Réunion sont si fleuris ? »

 

                                            Cimetière de Saint Leu

Effectivement la question se comprend : sur le continent, à la Toussaint les cimetières sont fleuris, mais en hiver les tombes sont vides et froides, et en été on fleurit parfois avec des compositions naturelles. Mais le plus souvent elles sont artificielles.

Quoi lui répondre ? D’abord que l’île est riche en fleurs « toute l’année », ici on aime les bouquets, les jardins fleuris. D’ailleurs quand on est invité à partager un cari, la bienséance veut qu’on apporte des fleurs à la maîtresse de maison. Et quand on rend visite à un ancêtre à la nécropole, on arrive les bras chargés de fleurs naturelles.

La deuxième raison qui fait que les cimetières de l’île soient fleuris, à mon avis, est que les tombes sont visitées régulièrement : la famille apporte de quoi fleurir et si les proches quittent l’île ou sont éloignés, ils chargent des petites mains d’embellir régulièrement les tombes. Ce sont des gens dans le besoin qui ont un petit pécule pour se charger du fleurissement et il est vrai qu’on plante dans la terre au lieu de poser sur de la pierre : les dalles de marbre ne sont pas légion et tant mieux ! Par conséquent « les jardiniers des tombes » sont aussi là pour arroser… D’où la beauté de ces lieux qui tranche avec les cimetières parfois tristes de métropole où la pierre polie domine…

 

Partager cet article
Repost0