Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 octobre 2009 3 07 /10 /octobre /2009 17:26

 

Ce mardi, le formateur, Sébastien Pamard, nous a expliqué dans le port quelques rudiments de navigation et de préparation du bateau. Nous sommes arrivés en cours de leçon alors qu’il montrait à une dizaine de candidats au permis la manière d’amarrer l’embarcation, en l’occurrence le bateau –école «  Le Nemo » : il était en train de présenter trois types de nœuds dont le nœud de cabestan, le nœud de chaise, mais nous ne sommes pas encore passés au stade pratique.                       
          

Puis il a montré comment nettoyer le moteur au retour pour ôter l’eau salée. Ont suivi des explications sur les instruments de navigation, sur la radio…

 
Intéressant aussi de savoir où était l’ancre et d’apprendre qu’il vaut mieux voir avant de l’utiliser si elle est bien fixée, car lancer l’ancre à la mer sans s’assurer de cet impératif  relève de l’imprudence. manifeste. Quelques conseils ont été donnés sur la manière de prendre la vague, de prévoir les réserves en carburant.

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 22:10

 Du Nez de Bœuf à la Plaine des Cafres.

Après avoir pique-niqué au Nez de Boeuf sous les Tamarins, nous avons repris la route  ou plutôt le sentier pour descendre à travers les pâturages.
                      
Là, sur notre gauche, nous avons découvert les premières falaises blanches, qu’on appelle ici « les Trous Blancs » Nous sommes montés sur une butte, appelée « fauteuil », endroit duquel on apercevait un paysage remarquable, et une végétation plus diversifiée.
                                       
Au loin dans la plaine,  nous avons essayé de repérer « le tamarin dodo » que nous devions rejoindre dans la vallée. Puis dans une ambiance toujours sympathique, nous avons continué notre route pendant une heure trente, mais cette fois – ci sur un sol plus mou, parfois couvert d’herbe tendre. A deux reprises nous nous sommes arrêtés pour regarder  les formations géologiques rocheuses blanches, qui se couvrent progressivement de verdure, menaçant leur appellation. Bientôt on parlera de « Trous Verts » 
                                    

Au Tamarin Dodo, certains d'entre nous ont fait une tentative de mesurer en  hommes la circonférence du tronc, pendant que d’autres faisaient des pitreries dans les branches. 

                                  
Puis nous sommes entrés dans la forêt de cryptomérias, -ces conifères replantés par l’homme après le déboisement irraisonné des années  où on utilisait tout le bois pour en faire du charbon de bois- pour arriver à l’endroit où nous attendait notre car.
Au total 6 heures de marche pour les "moyens marcheurs" des Jolis Pas partis du Pas des Sables.
Treize kilomètres pour un denivelé positif de 600 mètres. Une belle journée ! 

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 21:07

Après une halte agréable sous les arbres, nous repartons sur le GR en direction des Trous Blancs. Le brouillard commence à monter. Il reste encore une heure jusqu'au point de ralliement pour le repas.

Petite erreur de parcours, nous voilà à nous frayer un passage au milieu des brandes – comme Astérix en Corse- avant de reprendre un morceau de la Route du Volcan et de revenir sur le sentier.



           - Je ne vois plus les marques du GR ! 
                      - C'est étrange, moi non plus !

                                                                             
                                                Un petit tronçon de route - Au fond le Cratère Commerson


Il nous faut maintenant longer le rempart, mais la vue est bouchée par la brume. Nous traversons des champs où poussent des graminées, de la marguerite folle et quelques lataniers.
            
                        le sentier longe le rempart noyé dans le brouillard

Parfois le paysage est fantastique, des arbres gris calcinés se tordent. Et toujours ce brouillard à notre gauche. Les marquages (pêche et blanc) sur les troncs d’arbres et les pierres nous rassurent, si les nuages avaient été plus importants, ils nous auraient évité de tomber de la falaise.

         

Après une bonne heure de marche nous sommes arrivés au lieu prévu pour le pique-nique. Nous avons déjà plus de 4 heures de rando derrière nous. Et ce n'est pas fini ...

 
Les six Lorrains : François - Jean Claude- Benoît
                               Jacqueline - Viviane - Annette




                

             

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2009 1 05 /10 /octobre /2009 17:16

 De l’Oratoire Ste Thérèse au Nez de Boeuf

De l’Oratoire, nous avons emprunté le GR2 pour descendre sur le Chemin "Josémont
Lauret. "Avant que la route du volcan ne soit construite dans les années 1970, les habitants de l’île qui montaient de la Plaine des Cafres au Piton de la Fournaise empruntaient ce chemin sur les scories, au milieu des brandes. On montait le bois à dos d’homme. En hiver, la température est très fraîche en altitude. Eh oui, il peut faire froid à la Réunion...


Et le seul abri possible se trouvait au pied de l’oratoire : c’était une grotte basse où on pouvait s’asseoir et se coucher. Il s’agit de la « Grotte des Lataniers. » Aucun marquage particulier n’en indique l’emplacement, c’est grâce à l’œil exercé de Zaza que nous l’avons trouvée et que nous nous y sommes installés pour nous rendre compte de l'exiguïté de l’endroit.

 

Sur ce sentier a été érigé une stèle en mémoire du garde-forestier Josémont Lauret, ce guide qui avait amené des touristes au Piton la Fournaise et qui était mort de froid et de fatigue nuit du 6 octobre 1857 en allant chercher des secours.  

 

Nous sommes bientôt rejoints par la deuxième équipe des Jolis Pas qui était partie du Pas de Bellecombe. Nous sommes au complet : 38 randonneurs bien encadrés.

Bientôt le sentier dévale de façon abrupte : on avance sur des pierres inégales, des marches casse-jambes. L’effort est récompensé par un point de vue splendide sur les remparts encore dégagés qui filent vers le Nez de Bœuf à l'Ouest (petite pointe  au dessus du premier marcheur au milieu de la photo). C’est dans cette direction que nous devons aller.


Nous nous arrêterons pour nous reposer vers 11 h dans un pré ombragé, très pittoreque. Là, les pique-niqueurs du dimanche venus en famille mangent leur carry pendant que nous, nous grignotons nos fruits secs et nous désaltérons. Nos bouteilles d’eau se vident. Il fait bien chaud.

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2009 7 04 /10 /octobre /2009 20:26

 Du Pas des Sables à l’Oratoire Ste Thérèse.

En randonnée avec les Jolis Pas.

Le bus nous a déposés au Pas des Sables. De là, nous avons pris la direction de l’Oratoire Ste Thérèse, en longeant la falaise qui borde la Plaine des Sables.  

                          
                                                                                               Le long de la Plaine des Sables

Le paysage était fabuleux, le ciel bleu et la troupe alerte.  A notre droite nous pouvions voir la plaine lunaire avec la piste qui mène au Piton de la Fournaise ainsi que le sentier de Josémont sur lequel marchait un autre groupe des Jolis Pas qui devait nous rejoindre.

 

Le chemin sur lequel nous marchions était très confortable et passait entre des brandes verts et des brandes blancs, parfois on apercevait une touffe de bois des remparts,  des fleurs jaunes, ou un tamarin des hauts.  Nous étions à une atitude de 2448 mètres.

A notre gauche un paysage tout aussi mirifique  avec au loin le Piton des Neiges, la Roche Ecrite… Une vue dégagée, des couleurs à vous couper le souffle !
                           
                                                    au fond, le Piton des Neiges
                                       
Arrivés à l'oratoire Ste Thérèse, nous avons fait une courte halte avant d'entreprendre la descente vers la Caverne des Lataniers (à suivre)

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 21:54

        J'ai emmené mes deux classes de 3e, (la 3e 3 et la 3e10) au théâtre cet après-midi. La Troupe "Théâtre d'Azur" jouait Antigone la pièce d'Anouilh, inspirée de celle de Sophocle,  au Tampon.  M.Folio, metteur en scène, a accueilli les adolescents dans la petite salle située non loin du lycée Roland Garros.
Les 44 élèves du Collège de Trois Mares sont restés scotchés pendant les 70 minutes de spectacle ! Ils guettaient le moment où les acteurs allaient jouer la scène qu'eux - mêmes avaient déjà répétée en cours. Et ils ont murmuré le texte au moment où Créon essayait de convaincre sa nièce de renoncer à mourir. Les  six comédiens ont réussi à captiver ce jeune auditoire  et à lui faire partager  leurs émotions. Les collégiens conquis ont ovationné la troupe par des applaudissements nourris. Le dialogue avec les acteurs a hélas dû être repoussé faute de temps !

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 20:23
Nous avons fait une balade à pied vers le collège puis dans le centre de Trois Mares, sous un soleil brûlant, pour  admirer les fleurs (bougainvilliers, rince -bouteilles, bauhinias,philodendrons...),les arbres (lataniers, palmiers-céleris, palmiers bouteille...), et les cases pittoreques cachées, découvrir des légumes et fruits exotiques chez Benoîton, repérer la boulangerie, la librairie et le supermarché.

Puis nous avons emmené nos hôtes lorrains sur le front de mer de St Pierre, et nous nous sommes promenés du port vers la plage, où Annette et Viviane n'arrêtaient pas de s'extasier devant la beauté et la variété des coraux morts qui font le charme de cette plage. Nous leur avons montré la barrière de corail  et  l'épave du Bruxelles échoué en 1890.Un  vent frais nous décoiffait et les vagues étaient hautes, quelques hardis baigneurs osaient faire trempette dans une eau à 23 ° seulement... Nous sommes revenus par les allées bordées de ficus.
Puis nous avons acheté des samoussas, des boulettes - morue, des beignets - crabe et des bonbons - piments au snack avant de regagner le Tampon.

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2009 7 27 /09 /septembre /2009 16:01
Début septembre, c'était un jeudi, en descendant à pied au collège de Trois Mares, je passe comme toujours près d'un arrêt de bus de la Rue Charles Baudelaire, et découvre avec suprise un dessin de Jace : un gouzou sur un skate- board. L'artiste a dessiné son gouzou au-dessus du banc et le skate semble laisser un trou dans le mur ! La veille, le mur était gris et voilà qu'apparaît comme par magie la représentation dynamique de ce skater qui s'inscrit bien dans l'environnement. Jace est-il passé la  nuit  ou le mercredi soir ? Toujours aussi discret... J'aurais bien "cassé un blag" avec lui !

Ces dessins bien sympathiques ont toujours une relation avec l'endroit : qui dit "chemin de l'école" dit "enfants" !
Mais les oeuvres ne sont pas immortelles : ainsi le gouzou en parachute de la Ravine des Cabris a été détruit récemment, le mur a été abattu et la maison rasée. Un jour peut-être que le skateur aura la même destinée.
Partager cet article
Repost0
26 septembre 2009 6 26 /09 /septembre /2009 18:45

En 1974, je passais mon bac au Lycée Jean Moulin à Forbach, Maurice était aussi de cette promo. En septembre nos routes se sont séparées.

Et voilà,  que 35 années après, je le retrouve à  la Réunion où il exerce depuis 10 ans ! Nous habitons à quelques kilomètres l'un de l'autre. Aujourd'hui, François et moi avons bu le café chez lui. Un agréable moment à reparler du bon vieux temps, et des copains de la Terminale A4, et à dire notre passion commune pour cette splendide île.
Partager cet article
Repost0
25 septembre 2009 5 25 /09 /septembre /2009 18:27

Ce soir, comme il faisait doux et que c'était le week-end, nous nous sommes promenés sur le port de St Pierre avec un regard nouveau. Tiens, ce bateau de pêche a trois lumières superposées, c’est bien le la lumière rouge qui est au dessus de la blanche ! Puis plus loin, tiens, regarde mieux ces bateaux, on voit là les lumières latérales : le vert à tribord et le rouge à babord.  Ensuite, c’était au tour des balises.

C’est incroyable comme on découvre quand on est curieux et qu’on met en pratique ce qu’on apprend…

   
Nous avons repéré les balises coniques du chenal et là aussi nous avons vérifié les dires de Sébastien, notre formateur. Eh oui, si tu ne veux pas te tromper en revenant au port avec  ton embarcation, il faut évidemment passer à gauche des balises vertes, c’est le sens conventionnel… Tiens et ces balises bleu et blanc, c’est quoi déjà ? 



On s’arrête aussi près du voilier de Thierry Lelay. Ce dernier est en train de lui refaire une beauté, un travail qui prend beaucoup de temps ! Breton d’origine, Thierry est passionné par la mer et adore naviguer. Il a installé une éolienne et des panneaux solaires sur son « Tamarin ». François et lui discutent mécanique… On s'endormira moins bêtes ce soir !



Partager cet article
Repost0