Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 13:50

 Le merle Maurice, ou bulbul condé, qu’on a  introduit sur l’île de la Réunion en 1972 est une véritable boulboul pilleur 4plaie : il s’attaque aux plantes, aux arbres fruitiers, aux insectes et oiseaux endémiques. Comme il prolifère, il a été classé dans les "espèces nuisibles" et il n’est donc pas interdit de lui faire la chasse.

 La FDGDON (Fédération  Départementale des Groupements de Défense contre les Organismes Nuisibles de la Réunion)a mis en place une lutte qui consiste à installer dans les vergers et zones de culture des cages- pièges.

Ce sont des cages grillagées en forme de roue. Au centre est installé un « appelant » : un bulbuloiseau qu’on nourrit et qui sert d’appât. Autour de cet appât, six petites pièces en forme de trapèzes et grillagées, à l’entrée desquelles a été posé non une porte mais un piège à souris. Alors que l’appelant prisonnier sautille, le bulbul condé  encore libre est attiré par les cris de son congénère et la nourriture. La souricière claque, le voilà bientôt  pris au piège, victime de sa curiosité et de sa gourmandise ! 

 

 

Nous avons vu ce type de piège aux Florilèges du Tampon. Ces  cages sont louées pour unebulbul 2 durée de 6 mois ou 1 an et le prix de la location est dégressif en fonction du nombre de pièges.  Il en coûte 45 euros et 5 euros de cotisation pour une durée de 6 mois, 75 euros et 5 euros de cotisation pour 1 an. Un technicien vient installer le piège et donner des conseils. Il est vrai que le bulbul est élégant avec sa huppe et son smoking rouge-noir, même son chant n’est pas déplaisant. Mais… comme il représente une menace pour le patrimoine naturel et le patrimoine économique, on a moins de scrupule à louer une cage…

boulboul pilleur 3bPour l’instant, comme nos bananes sont sur le point de mûrir, nous avons mis le régime à l’abri dans le garage ; au moins là cet hôte indésirable ne pourra plus faire de dégâts, mais on peut encore craindre qu’il ne s’empare des œufs du cardinal ou des moineaux qui nichent dans nos arbres.

 

Davantage d’infos sur

www.fdgdon974.fr

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

S

Mon mari et moi, sommes très sensibles à ce genre de projet. Notamment à l'île Maurice qui regorge d'une infinité variété d'oiseaux rares et endémiques qu'il faut expréssement protéger. C'est en
me renseignant sur http://ilemaurice.com/ que je suis tombé sur votre blog. Bon courage pour la suite.
A


En effet, cet oiseau est un grand destructeur de cultures (fruits&légumes) ainsi que des autres oiseaux endémiques. En outre, il affecte également la culture de canne. Il transporte une peste
végétale redoutable: "la liane margose" (rien à voir avec la margose traditionnelle). Il mange les graines et les disperse via ses excréments. Ses perchoirs improvisés sont les asperseurs au sein
des champs de cannes. Or cette plante a un pouvoir de germination de 9 mois (c'est pire que toutes les autres pestes végétales).


 Cependant, la lutte contre cet oiseau est réglementée. La FDGDON est particulièrement bien équipée en moyens humains et matériel. La section saint-pierroise propose des cages sur la même
durée pour 15 euros, car la mairie de saint-Pierre subventionne cette lutte en plus du Conseil Général. Malheureusement, il faut avoir une adresse à St-Pierre... La commune de St-Pierre est une
grande productrice de fruits, ce qui explique l'implication communale.


Petite précision, il a été classé gibier. Sa chair est semble-t-il délicieuse (tu m'étonnes avec tous ces fruits dévorés...).