Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 21:17

 

Prononcez « jonnes » ! Ici les "au" sont des « o ouverts ! » Les élèves ne font pas de « fautes », ils font des « fottes », et ils « sottent une ligne »...

Tout ça pour vous dire qu’actuellement le jaune est la couleur dominante dans la montagne. On peut observer à Bourg Murat, le long de la route du volcan des haies de buissons d’or qui ressemblent aux ajoncs, ce sont les genêts-pays, on les broie au hache-paille pour en nourrir les vaches laitières parce que leurs fleurs ont des vertus lactifères. En outre ils sont appréciés par les abeilles parce que mellifères. Ils portent aussi les noms suivants : ajoncs-genêts, épinards,  joncs marins. Pourtant, c’est une peste végétale, originaire d’Europe. Quelle jolie peste malgré tout !

On rencontre aussi de petits arbres aux fleurs dorées, ressemblant à de grandes renoncules. Il s’agit de  l’« hypericum lanceolatum » introduit en 1764 sur l’île, et  communément appelé ici le « fleurs jaunes »., ou le bois de fleurs jaunes. Encore une particularité linguistique : à la Réunion, on ne parle pas d’arbre mais de « bois ». Les autres appellations de ce bois sont : Millepertuis, Herbe Saint-Jean.

Ce bois, qui peut atteindre 6 m de haut, pousse au milieu des brandes verts, espèces de bruyères vertes assez hautes ( philippia montana ). Cet assemblage de couleurs est tout simplement fabuleux ! 

Partager cet article
Repost0
19 août 2009 3 19 /08 /août /2009 17:55

 

Le premier arbre de cette espèce,  nous l’avons vu à Pierrefonds, devant la maison des anciens directeurs de l’usine sucrière, maison devenue siège des Portes du Sud, association dynamique qui organise de nombreuses sorties pour faire connaître le patrimoine.


Revenons à notre arbre à saucisses !

Son nom scientifique est « Kigelia Pinnata », il appartient à la famille des bignoniacées, est originaire d’Afrique subsaharienne, et on le cultive à la Réunion pour son aspect ornemental.,

De dimension imposante, (10 à 15 mètres de haut)  on le rencontre dans les grands jardins, les cours d’école, les espaces verts. Il possède de grandes fleurs suspendues par un long pédoncule, et des fruits énormes d’une longueur moyenne de 60 cm, fruits ressemblant à de longues saucisses qui peuvent peser jusqu’à 4 kg. En Afrique, on accroche le fruit autour des logements comme protection contre les orages violents et les ouragans, mais aussi comme - vous l’avez deviné - …symbole de fertilité.  Cet arbre aurait des vertus secrètes utilisées en Afrique  pour allonger le sexe masculin…
 
Sans commentaire...

Partager cet article
Repost0
18 août 2009 2 18 /08 /août /2009 15:09

… rien de plus vrai ! Les bananiers, ça marque !

 

On en apprend tous les jours ! Mauvaise surprise en sortant mes vêtements du lave-linge : les habits  ( pantacourt et pantalon ) que j’avais portés pour aider les hommes à transporter les  déchets végétaux sont irrémédiablement souillés. La sève de bananier laisse des marques indélébiles, personne n’a encore trouvé le remède miracle. J'ai eu beau frotter les taches, pas moyen de les effacer ... Il ne me reste plus qu'à convertir ces vêtements en habits de travail.


Ca tombe bien parce que cet après-midi, je mets des étagères en peinture...

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2009 5 03 /07 /juillet /2009 19:08

 

Il est la plupart du temps planté en bord de route. Dans la rue Delisle, au Tampon, près de l’église,devant la gendarmerie, on en voit quelques -uns et ils sont magnifiques. Cet arbre originaire des forêts ougandaises ou kenyanes a de grosses fleurs orange très décoratives. Cet arbre qui peut  atteindre 12 mètres de haut fleurit toute l'année.

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2009 4 02 /07 /juillet /2009 21:02

 

                                             Le vent de l'océan soufflant dans le feuillage des vacoas à Vincendo

La frange littorale est le règne du VACOA, un arbre (3à 5 m), surprenant par ses  « racines – échasses » et sa grosse pomme. Cet arbre résiste bien au vent et aux embruns, on peut le  trouver par exemple dans la marine de Vincendo, près de St Joseph, au Cap Méchant, sur la côte Est à Saint Benoît, à St André… Son tronc épais se prolonge par de grandes feuilles insérées en hélices imbriquées.

                                                                       les vacoas et leurs racines aériennes sur la côte Est à St André

La feuille du vacoa est utilisée par des spécialistes qui la tissent : elle permet de confectionner des chapeaux, des paniers, des bertels (sacs à dos), des reliures, des sous-verres, des encadrements de miroirs. Près de Saint Philippe, au Baril, existe un centre artisanal qui propose de objets en vacoa et à Ste Marie ont lieu des stages de tissage de cette feuille.

L’arbre servirait parfois de support pour le vanillier ou de borne foncière.

Partager cet article
Repost0
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 20:45

 …ils grimpent vraiment ! Ils colonisent les arbres, comme le papayer de notre jardin ou mieux encore ils décorent les poteaux téléphoniques  inesthétiques … En voici un exemple photographié dans notre rue. Ses feuilles immenses sont panachées. Pourrait-on imaginer un philodendron de cette taille dans l’Est de la France ?

Partager cet article
Repost0
18 juin 2009 4 18 /06 /juin /2009 15:20
En août 2008, quand nous avons visité la maison, nous avons été assaillis dès le franchissement de la grille, par l'odeur subtile des fleurs d'oranger. Et si nous avons choisi de nous installer où nous sommes, c'est sûrement une des raisons ; la présence de ces arbres fruitiers.

Toute notre famille qui est passée a pu assister à un stade de développement de la fleur d'oranger. Et depuis mai, les arbres portent des fruits mûrs.
Nous avons déà pressé manuellement les agrumes pour faire des jus pour le petit déj, des punchs pour les apéros, et nous avons décidé enfin de nous équiper d'une centrifugeuse. Aujourd'hui je m'en suis servie pour extraire le jus des oranges que j'ai cueillies au retour de l'école.


Partager cet article
Repost0
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 17:20

Chaque mois connaît une floraison particulière et toujours aussi riche. Ainsi au début du mois de juin dans les champs en friche c’est le jaune qui domine : tout est couvert d’une espèce d’asters jaune vif se découpant sur un feuillage vert tendre. Ces couvre-sols sont très denses et hauts.

 Le long des maisons fleurissent des poinsettias géants aux fleurs rouges sur lesquelles se posent parfois les bulbuls condés ou « merles Maurice ». Cette rose de Noël comme on l’appelle dans l’autre hémisphère peut atteindre 5 mètres. Rien à voir avec celles de métropole ! 
 

Dans les haies ornementales, c’est le règne de la "liane de feu", une fleur orange superbe.Et à l’état sauvage, le long des routes poussent aussi des fleurs surprenantes aux épis dégradés jaune orange, semblables à des flammes.
 

 
Et comme toujours, ces plantes magnifiques qui forment de jolies haies défensives grâce à leurs épines, les bougainvillées, plus colorés que jamais : mauves, rouges, jaunes…
Les feuilles sont toujours aussi vertes.
Les arbres feuillus des Hauts tels que les platanes ont quant à eux déjà perdu leurs feuilles.

Partager cet article
Repost0
6 juin 2009 6 06 /06 /juin /2009 17:14

Il fait un temps magnifique aujourd’hui. Ciel bleu et soleil ! Nous en avons profité pour arracher les lianes envahissantes de chouchoux qui grimpent dans les manguiers et les bananiers. J’en ai récolté quelques uns pour faire un gratin et un gâteau. J’ai porté ces lianes dans notre bac vert de compostage au fond du verger.

François a élagué le pêcher qui avait pris de l’ampleur et il  a  taillé les orangers  qui viennent de donner leurs derniers fruits. C’est un peu les travaux qu’on fait chez nous en automne, vrai que les saisons sont inversées.

        
Les déchets verts sont ramassés régulièrement par la ville pour être compostés à la Plaine des Cafres. (tous les vingt jours environ) Nous les posons sur le trottoir et un camion passe avec un bras articulé pour les récupérer. Il paraît que chaque habitant du Tampon a droit a des sachets de compost.

Pour ce qui est des branches sèches du pêcher, je les ai stockées pour le barbecue. Pas pour la cheminée, ici, on n'en a pas besoin...

Partager cet article
Repost0
2 juin 2009 2 02 /06 /juin /2009 18:18

 

Le conflore (ou canna indica)

J’ai eu un mal fou à trouver le nom de cette plante car chaque Réunionnais que j’interrogeais me disait « c’est du gonflant, ou du  conflon… » en fait c’est leur prononciation qui m’a déroutée.

Cette plante de notre jardin, qui est assez répandue sur l’île est cultivée comme plante ornementale.

Les graines de conflore ont la forme de petites billes noires luisantes et très dures..

En joaillerie on les utilise comme perles et on s’en sert pour la fabrication du kayamb traditionnel de la Réunion. Ces graines disséminées à l’intérieur des tiges de cannes émettent un bruit particulier en roulant, un peu comme le bâton de pluie. Ce sont ces graines qui permettent de faire le rythme du maloya par exemple.

On utilise les  rhizomes du conflore pour l'alimentation animale (nourrissage des porcs). On s'en sert aussi en alimentation humaine, par extraction d'une fécule qui permet la fabrication de pâtisseries très délicates

Pour  faire germer les graines de conflores, il est d'ailleurs nécessaire de les laisser tremper dans l'eau assez longtemps

Partager cet article
Repost0