Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 21:52

champs de cannesLes cannes sont en fleurs, signe que la récolte peut commencer. Le spectacle mérite la photo. Ces épis argentés qui se balancent au-soleil au-dessus des étendues de tiges vertes annoncent le début de la coupe, coupe qui prendra fin en décembre.

 

champs de canne 2 canne 1

Vue des champs de canne à Mahavel (en descendant du Tampon par le Dassy sur la Ravine des Cabris).

 

champs de canne 3

Les champs de « Mon Caprice » le long de la quatre voies reliant St Pierre au Tampon.

Partager cet article
Repost0
21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 19:43

papayer sain1

 

 

Voici quelques semaines que les Papayers de la Réunion souffrent. Leurs feuilles blanchissent puis fanent. Le mal d'abord localisé sur le littoral gagne les Hauts et progressivement tous les pieds sont atteints. Inquiète, j'ai envoyé un mail au CIRAD et voilà le contenu de nos échanges épistolaires. M. Mandret m'a très vite répondu.

 

"Madame,

J'ai pris connaissance de votre message et nous menons au sein du pôle Protection des Plantes de Saint Pierre avec la FDGDON des recherches sur cette attaque sur papayers. Ce que vous appelez "maladie" semble plus être l'attaque d'une cochenille venant d'Amérique centrale. La personne qui est responsable de ces recherches est Janice Minatchi de la FDGDON que vous pouvez contacter. Vous ne dites pas à quel titre vous nous posez cette question, être vous producteur ?

Cordialement  

Gilles Mandret

 

Monsieur Mandret,

Non, je ne suis pas producteur, mais j'ai des papayers dans mon jardin et je m'intéresse beaucoup à tout qui touche cette île que j'adore et je trouve que ce serait dommage que l'arbre disparaisse de sa surface ! Merci encore de votre réponse

Jacqueline Dallem        

 

Bonsoir,

Je partage votre inquiétude car moi même j'aime beaucoup les papayes en tant que consommateur. Nous faisons le maximum mais il n'y a pas de solution pour l'instant sinon que d'éliminer les parties touchées. En plus il n'y a pas de traitement homologué en France sur les papayers. La lutte biologique peut être une solution mais elle prend du temps à mettre au point.

Cordialement

Gilles Mandret"

 

 

Finalement nous avons préféré couper nos arbres et cicatriser les troncs. Peut - être qu'ils rejetteront. Il aurait fallu tout brûler pour éviter la propagation de la cochenille, mais nous avons préféré sortir les végétaux sur le trottoir : après-demain, c'est le ramassage des déchets verts. Il paraît que d'autres arbres sont atteint spar cette cochenille et que les gens redoutent de voir leur verger disparaître.

 

                                          LE FILM D'UNE MORT EN DIRECT

 

requiem 1

 

requiem 2

 

  requiem 3

 

requiem 4

 

requiem 5

                                              En attendant la résurrection...

Partager cet article
Repost0
14 juin 2010 1 14 /06 /juin /2010 18:18

 

 

Rien à voir avec « une salade à la bière ! », n’en déplaise aux amateurs de "dodo".

 

Dans le jardin d’ Hélène et Jean Paul, au Petit Tampon,  poussent  deux sortes de cannes : la canne « batavia » et la canne « bourbon » : la première a des anneaux rayés et l’autre non.

 

canne bourbonLa canne « Bourbon »

 

En 1768, Bougainville introduit aux Mascareignes une canne venant de Tahiti, qui deviendra célèbre à la Réunion sous le nom de “Canne d’Otahiti’’. Sous la dénomination de “Canne Bourbon’’ou « Canne Bonbon », elle sera ensuite très largement diffusée dans le monde et de 1820 à 1850, elle détrônera la “Canne Créole" pour devenir la canne la plus cultivée dans le monde.

 

 

 

 

 

canne batavia 2

 

 

 

La canne «Batavia »

 

La canne « batavia » fait partie des cannes rayées ou rubannées

Elles sont grandes et grosses, ont des tiges violacées, rayées de bandes jaunes ou rouges, tendres et se fendillent tout le long à la pointe d'un couteau ; les cannes Diard rayée, Guinghan, Maillard, Mapou, et Mignonne appartiennent à cette catégorie. Elysen a expliqué à Jean Paul qu'il pouvait couper des tronçons de ces cannes pour les sucer.

canne batavia La canne "Batavia"

 

Et ça ne s’arrête pas là ! Il existe à la Réunion un grand nombre de variétés de cannes : en 1889 étaient surtout cultivées la louzier (blanche), la batavia (rayée), la Port-Mackay (ne fleurissant pas), la big-tanna (courte et grosse), la bambou jaune, la poudre d’or (fine et rayée), le bois rouge, la tamarin, la mapou, le rat gros ventre… Gérard Canabady pourrait nous en dire un rayon…

( mais ça suffit pour aujourd’hui ! « trop d’infos tuent l’info »)

 

Savez – vous que 580 variétés de canne à sucre auraient déjà été créées par le CERF (Centre d’Essai, de Recherche et de Formation) Depuis 78 ans au service de la filière-canne sur l'île, cette entreprise réunionnaise est aujourd’hui reconnue à travers le monde pour ses recherches variétales, et sa technologie.

Aujourd’hui on ne nomme plus les cannes : on leur attribue un chiffre ! … Imaginez qu’on fasse pareil avec les fleurs : je t’offre un bouquet de L34, et de R45…. Finie la poésie !

Partager cet article
Repost0
9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 09:49

 

Les formes, couleurs et textures qu’on peut trouver dans la nature à la Réunionbijoux fantaisie 1zip4 permettent la confection d’objets remarquables. Certains savent valoriser graines, feuilles, branches, bois, pour en faire des œuvres d’art.

C’est le cas d’Hermana, une habitante de la Plaine des Cafres (50 route nationale), qui réalise des bijoux-fantaisie et qui expose ce week-end à la salle du Dassy.

Elle utilise les graines de filaos pour réaliser des boucles d'oreilles originales, utilise aussi les graines de l'arbre "dauphin" pour les pendentifs. Dans les colliers, elle insère entr autres des graines du palmier Paul et Virginie, ainsi que celles du noyer de bancoul...

 bijoux fantaisie 2 zip

Partager cet article
Repost0
6 mai 2010 4 06 /05 /mai /2010 10:58

Dans la cour du Musée des Arts Déco de Saint Louis, un arbre a attiré mon attention. Une employée m’a dit qu’on l’appelait « le bois puant ». Un agent de sécurité a hasardé une explication sur l’origine de ce nom : « Peut-être que ses fleurs qui puent font fuir les moustiques… »

bois puant 3bois puant 2
Pour en avoir le cœur net, j’ai feuilleté le superbe ouvrage de Lucas « Cent plantes endémiques et indigènes de la Réunion » et j’y ai trouvé la réponse. Le bois de cet arbre laisserait « suinter une huile fétide ». Son appellation latine est « foetidia mauritania », on le surnomme aussi « boidpion ». C'est un bel arbre d'ornement !

 

bois puant 1Cet arbre est devenu rare parce qu’il a été exploité à mort : c’était un bois de construction très prisé pour ses qualités. Même après un siècle de service, selon les dires d’un botaniste publiés en  1895, les pièces conservent l’aspect de bois frais et sont encore imprégnées d’huile.

Ce pied a d’autres vertus, notamment médicinales ( on en faisait des tisanes contre le refroidissement) et des vertus mellifères (les abeilles viennent s’y poser pendant la floraison.)

Partager cet article
Repost0
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 17:43

Comme en métropole, on fête le 1er mai avec du …muguet. Et figurez-vous que le muguet ici  pousse aussi, sous notre palmier et même sous l’oranger. Incroyable, me direz-vous. Et pourquoi pas ? La chaleur, et l’humidité, ça fait pousser n’importe quoi ! Suffit d’y croire.

muguet 1a muguet 2

Mais voilà, vous avez tort de le croire... Les brins de ce porte-bonheur ont été tout simplement achetés.( 5 euros les 2) Ils sont cultivés sous serre. Et le jour de la Fête du Travail, on voit des tas de revendeurs de brins de muguet sur les trottoirs.

On ne part pas dans les sous-bois , main dans la main, pour cueillir le muguet à la Réunion. C’est un peu frustrant, mais on ne peut pas tout avoir. - On a déjà le bonheur, sans le muguet !- Alors on fait un peu semblant. Nous essaierons malgré tout de planter les racines une fois que les clochettes, très parfumées d’ailleurs,  seront flétries !

 

muguet 3

 

Pour la nuit du 30 avril au 1er mai,  nous n'avons pas eu à redouter "la Nuit des Sorcières" - On ne joue pas à ce jeu-là sur l'île. Heureusement ! sinon ce serait terrible...

Partager cet article
Repost0
24 avril 2010 6 24 /04 /avril /2010 09:15

Faire de la randonnée, c’est aussi prendre son temps et admirer les merveilles qui nous entourent. Quelle chance j'ai eu d'avoir un papa qui m'a fait aimer la nature qui m'environnait ! Un enfant c'est curieux, et mon père a su saisir les occasions pour faire naître cette passion en moi.

 Sur ce parcours de Cap Bouteille, qui passe par l’îlet des Salazes, si vous savez observer la Nature, vous identifierez très vite les espèces suivantes :

bringelier marron zipLe bringelier marron

(pied d’aubergine sauvage) et ses feuilles de velours. Autrefois, on utilisait le revers  des feuilles pour nettoyer les assiettes, elles font l’effet du savon, et détachent le gras. Après avoir passé la feuille on rinçait les assiettes savonnées. On s’en servait aussi pour laver le linge et on l’utilisait comme papier hygiénique) il aurait des propriétés contre  les hémorroïdes.

 

 

 

flore capillaires zipLes capillaires Au ras du sol, parfois on remarque ces plantes à toutes petites feuilles en forme d’éventail, ressemblant à celles de la gypsophile, elles peuvent décorer des murs de pierre, il en existe plusieurs sortes et elles sont du plus bel effet. On peut en faire une tisane contre la rougeole avec cinq branches mises à bouillir jusqu’au changement de couleur de l’eau, et deux à trois tasses feraient sortir les taches rouges de la rougeole. On peut aussi confectionner un sirop contre la toux (une infusion et le double de sucre)

flore jouvence zipLa jouvence  ou « herbe la tension »  ageratina riparia en latin, une plante qui est devenue une peste végétale. Elle a quitté les jardins et a essaimé le long des sentiers, des ravines. C’est une herbe à souche rampante. Essayée par quelques  tisaneurs contre le diabète, la Jouvence est surtout usitée pour la « circulation du sang » et plus précisément contre l’hypertension. On l’utilise aussi pour soigner les varices et les veines gangreneuses, pour lutter contre le cholestérol…

 

 

 

  

flore cressonLe cresson. A la source de Cap Bouteille, du cresson, plante d’un vert tendre qu’on mange en salade et qui ne pousse que dans l’eau limpide.

 

 

 

 

flore fraise io zipLe fraisier des Indes ou la  fraise d’Io On l’appelle à la Réunion « La fraise des vaches »: elle est ronde, rouge, mais on ne la consomme pas, elle est sans saveur, et peut provoquer des troubles digestifs. C’est une plante anticoagulante, anti-inflammatoire, antiseptique et fébrifuge. En usage externe elle soigne brûlures, piqûres et maladies de la peau. Sa fleur est jaune !

 

flore framboisier zipLa framboise : sur des tiges piquantes poussent des fleurs blanches qui donnent un fruit comestible très apprécié. On en fait de la confiture, des sorbets.

 

  

 

  

 

Des orchidées : on en voit partout,  au pied des arbres et fixées aux branches des arbres.

 flore orchidée zip

 

 

Et bien d’autres fleurs qu’il nous reste à identifier…

 

flore fleurcitron zip flore fleur mauve zip flore fleur zano zip

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
23 avril 2010 5 23 /04 /avril /2010 13:06

Quand un lecteur du blog rencontre le rédacteur du blog, c’est toujours très enrichissant. J’ai eu le bonheur, lors d’une rando des Jolis Pas, de faire connaissance avec l’ami Paul Grondin qui commente parfois mes articles . En attendant les navettes de bus à Cilaos, le groupe était à l’ombre d’un mur envahi par des chouchoux. 

chouchoux haie

 

 C’est là que Paul m’a appris que l’on pouvait aussi manger la racine de cette liane, racine qu’onchouchou seul zip appelle ici « patate chouchou ». On la prépare en carri le plus souvent, également en salade.

Il paraît qu’on peut aussi cueillir le chouchou quand il a la taille d’un petit cornichon et qu’il est bien tendre pour le conserver dans du vinaigre (tout comme les cornichons !)

Et là, Jolaine a ajouté qu’elle a préparé pour le soir des brèdes de chouchoux : on prend la tige tendre et les feuilles et on les apprête. Les brèdes sont préparé(e)s en fricassée, on les faire revenir dans l’huile avec des crevettes, du porc. On peut aussi en garnir des tourtes. J‘avais déjà confectionné un gâteau de chouchoux, un gratin de chouchoux, Il me reste désormais à essayer ces autres recettes…

 

Autre utilisation des brèdes.chouchou confection

 

 

  J’avais aussi découvert voilà quelques mois à la Maison Folio à Hell- Bourg qu’on pouvait utiliser les tiges de brèdes de chouchoux pour en faire des chapeaux. L‘opération est complexe, l’animatrice nous en avait fait la démonstration : le travail est long, minutieux et il en faut de la patience pour fabriquer un chapeau à l’aide de ces fibres qu’on tisse. Le tissage de ces brins peut aussi servir dans l’encadrement, la décoration...

 

 

 

 

 chouchoux deco chouchoux chapeau

 

 

 

Partager cet article
Repost0
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 10:44

 

chouchoux envahissants 1C'est la saison du "chouchou"( appelé aussi christophine ou chayotte).  Une liane venue du jardin voisin a pris ses aises. Elle a complètement recouvert le goyavier qui continue malgré tout à donner des fruits, elle est montée dans l’oranger et s’est agrippée au fil où s’enroulait autrefois la barbadine.

 

liane de chouchoux qui  a squatté le goyavier

 Chaque jour, j’en récolte. C’est amusant de voir pousser les oranges à côté au milieu de ces chouchoux envahissants 2légumes ! Quasiment 25 mètres de jardin sont occupés par le chouchou. Ses petites fleurs blanches se découpent sur les larges feuilles vertes. Et ses vrilles se fixent partout, c'est joli et on ne peut passer à côté sans photographier cette profusion de végétation. C'est aussi un couvre-sol ! Et ce qui surprend c'est que ce légume pousse aussi quand la liane est par terre. Pour la cueillette, c'est un peu plus fatiguant !

 liane qui a envahi l'oranger

chouchoux envahissants 4  chouchoux envahissants 3

De la fleur au légume

Partager cet article
Repost0
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 17:34

 

vanille 2Je n’ai jamais abordé le sujet de la Vanille, alors que  cette plante occupe une place de choix à la Réunion. On la cultive au Sud, à l’Est et elle est présente sur tous les marchés de l’île.

Yvette Lebon, qui nous avait accueillis dans son gîte à la Ravine des Cabris en 2008,  nous a montré des gousses qu’elle était en train de faire sécher pour sa consommation personnelle et nous a expliqué le traitement qu’elle leur avait fait subir avant ce stade.

Et la première fois que nous avons vu cette liane – de la même famille que les orchidées - vanille St Philippe enlacer des troncs d’arbres, c’était dans la région de St Philippe après le Baril.  Une tige  ferme terminée par des feuilles oblongues  épaisses d’un  beau vert, s’enroule parfois sur 15 mètres autour des troncs. L’accès à ces terrains privés est interdit, et pour cause !… la vanille a un prix.

La fleur blanche doit être fécondée pour se transformer en fruit.  Et contrairement à ce qui se passe avec d’autres fleurs, ni l’abeille, ni d'autres insectes ne réussissent cet exploit – on a bien essayé d’introduire une abeille du Jardin des Parfums 026Brésil, sans succès. La pollinisation doit se faire manuellement. Ce sont des mains habiles qui font le geste, une technique qui aurait été transmise par un jeune esclave nommé Edmond Albius – découverte liée au hasard- il avait fait une manipulation fortuite et la fleur était  devenue une longue gousse…

Mais ce « brevet » n’a pas fait le bonheur de l’esclave affranchi  qui, a vécu des lendemains désenchantés : il  aurait connu la prison à Saint Denis pour avoir dérobé du pain et serait tombé gravement malade dans son cachot pour mourir à sa sortie.

les gousses sont estampillées

Un jour, un créole m’a dit qu’on nommait les jeunes filles,vanille fecondation 2 attelées à cette tâche, des « marieuses » : elles avaient de petites mains et pouvaient aisément faire le geste avec une aiguille : elles  soulèvent la membrane séparant le stigmate de la pollinie et font une petite pression sur le sac pollinique, comme Patrick Fontaine nous en fait  ici la démonstration au Jardin des Parfums et des Epices à Saint Philippe.

Une bonne « marieuse » peut féconder 1200 à 1500 fleurs de vanille par jour.

Pour le traitement des gousses (échaudage, étuvage…) un site intéressant : http://www.snv.jussieu.fr/vie/dossiers/aromes/vanille/vanille.htm

vanille secheSi vous achetez de la vanille, un petit conseil :  ne la conditionnez pas dans les boîtes en bois dont elles prennent l’odeur - Germain en a fait la triste expérience.- Enfermez  les  gousses dans un récipient en verre et laissez – les à l’ombre. Evitez d’acheter des gousses trop sèches et rabougries, ou des gousses trop fraîches...

Partager cet article
Repost0