Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 août 2010 7 01 /08 /août /2010 15:18

Bulletin de vigilance , baignade interdite sur toutes les plages : les vagues de 4 mètres de vendredi ont atteint 6 mètres le samedi 31 juillet. Un spectacle fascinant qui a attiré des tas de curieux, comme nous...

Après avoir fait découvrir le cimetière du Père Lafosse  de Saint Louis à nos amis, nous nous sommes donc rendus à l'Etang du Gol en passant par la zone artisanale.

 

                                                       Houlà-là ! houle1

                                                                          sur le muret de l'étang du Gol

 

A l'endroit où l'étang et l'Océan se rencontrent, nous nous sommes hissés sur un muret pour assister au déferlement de ces lames gigantesques pour les photographier et les filmer : géant ! Pendant que des mariés faisaient la photo-souvenir sur les pontons et dans l'herbe près de l'étang, les familles invitées venaient nous rejoindre sur le muret pour contempler les rouleaux de la houle : des murs d'eau, qui se couvraient de voiles puis s'écrasaient...

houle5

                                                    à la Pointe du Diable

 

Nous avons repris la voiture pour nous arrêter plus loin, à la Pointe du Diable ! Là, aussi nous avons eu droit à un spectacle prodigieux, qui devenait de plus en plus pittoresque à mesure que le soleil rougissait et de se couchait : jeux d'ombres, miroitements sur l'océan, bouillonnements d'écume. Des badauds de tous âges s'attroupaient au bord des falaises, osant parfois se hasarder sur la langue volcanique, malgré les assauts des vagues.

 

houle4

 

 

Nous avons rencontré là Zaza et Francis qui avaient longé la côte Ouest  du Nord au Sud et passé la journée à photographier la houle depuis le Port - où des surfeurs aguerris s'en donnaient à coeur joie-  jusqu'à Saint Pierre en passant par le Gouffre de l'Etang Salé.

 

  houle6

Pas déçus de notre balade, sommes rentrés au Tampon, où nous avons regardé nos photos, mangé, puis joué au scrabble.

 

 

Partager cet article
Repost0
1 mai 2010 6 01 /05 /mai /2010 21:56

 Pendant une heure, de huit heures à neuf heures du matin, avant l’arrivée de la foule,  nous avons nagé dans l’eau claire et chaude du lagon de saint Pierre. Pas de vagues, et la marée n’était pas haute, l’idéal pour photographier les poissons. La luminosité était impeccable. Personne ne remuait encore le sable et les poissons qui cherchaient leur nourriture ne semblaient pas inquiets.

balistes picasso banc zip

le banc de balistes picassos

 Cette fois-ci, j’ai suivi une jeune "murène" joliment tachetée de jaune et noir. Et j’ai rencontré à plusieurs reprises "des sergents -majors à tache noire", peu farouches. C’était la première fois que je voyais deux bancs de "balistes-  picassos."

murène zip sergent major tache ovale 0 zip

                              murène sergent -                     major à tache noire

 

François a réussi à immortaliser un « poisson – ballon » caché sous les coraux (ce poisson sans écaille, essentiellement composé de cartilage avale une quantité impressionnante d’eau et se gonfle d’eau quand il se sent en danger. Il a une drôle de bouche qui comporte des dents fusionnées et il se nourrit d’algues, de coquillages, de crabes, de coraux, d’éponges… ) "Une girelle-paon", un poisson très coloré, qui passait par là, a été figée par l’Olympus

poisson ballon a taches noires girelle paon zip

                        le poisson ballon                                   girelle-paon

Partager cet article
Repost0
1 mai 2010 6 01 /05 /mai /2010 17:21

requin sable 3

 

En rentrant de baignade,  nous sommes descendus vers le port de plaisance à la criée, une « petite criée » à vrai dire ! C’est un stand de poissons,  de dimension modeste  avec un modeste parking trois places pour la clientèle. Ici, on propose des poissons fraîchement pêchés. 

Aujourd’hui, il s’agissait de "petits jaunes" (petits vivaneaux), de capitaines, de beaux "rouges", de thon- banane, thon germon, carangue, cabot de fond, espadon.Mme Gonthier, née Dalleau, (dont l’époux, pêcheur de son état était parti en mer ce jour-là) s’occupait de la vente  ; elle nous a montré « un requin de sable » qu’on vendait sous le nom de « saumonette ». Ce requin très fin est complètement édenté.

 

Sn nom latin est le « carcharhinus obscurus ». Il vit dans les trois grands océans jusqu'à requin sable 4400 mètres de profondeur, il peut atteindre 4, 20 mètres et vivre 40 ans. Celui que nous avons vu avait à peine 1 mètre.

Il existe 465 espèces de requins appartenant à une trentaine de familles. Le « requin de sable » en fait partie.

requin sable 1

On le vend sous le nom de « saumonette ». Commercialement,  il est plus intéressant de le proposer sous cette appellation (qui désigne aussi d’autres poissons comme les roussettes, aiguillats et émissols.) Comme ce nom de « saumonette » fait référence au saumon, poisson noble, le requin de sable se vend bien mieux ! C’est d’ailleurs, parmi les requins,  le  requin de sable et le requin- taupe qui s’achètent le plus en France.

 requin sable 2

Partager cet article
Repost0
29 avril 2010 4 29 /04 /avril /2010 17:35

La houle, qui annonce l’hiver austral, est souvent synonyme de baignade dangereuse, et le vent envoyant les particules de sable, dissuade les baigneurs de lézarder sur la plage. Mais cette agitation de l'eau ne fait pas que des mécontents.

C'est à la faveur de cette houle que les mordus de la vague ont pris d’assaut le lagon à Saint Pierre.

Depuis le parking du Jumbo jusqu’au cimetière, on apercevait hier des voiles gonflées par le vent, voiles qui filaient vers la côte, puis retournaient vers l'océan. Un va et vient continuel ! Près des camions – bars où nous nous sommes garés, nous avons assisté aux évolutions d’une dizaine de kitesurfers qui s’en donnaient à cœur joie.

kitesurf 0

Ils sautaient la vague, se laissaient filer avec la voile vers le rivage,  amorçaient un virage et parfois s’élançaient dans les airs, faisant des figures spectaculaires, se soulevant dans les airs, se retournant, rasant les pierres ...  Parfois ils se déplaçaient à trois parallèlement pour faire une course, parfois  ils se croisaient au risque de se heurter.

   kitesurf 8 kitesurf 1

Ce qui était surprenant, c’était la vitesse grisante à laquelle ils se déplaçaient, et pourtant les rochers n’étaient pas loin. Tous étaient équipés, ils portaient un casque, on comprend aisément pourquoi !

 kitesurf 5 kitesurf 3

                                          des acrobaties

Comme équipement indispensable, il faut la planche, la voile (ou aile), le harnais et les lignes. On a également besoin de chaussons, d’une combinaison en néoprène. Les gants sont aussi conseillés. Il existe des écoles de kitesurf et le nombres d'adeptes de ce sport a fait un bond prodigieux : 200000 sportifs pratiqueraient cette activité aujourd'hui.

kitesurf 6

               Vue depuis le parking du Jumbo : les ressacs de l'océan et une voile téméraire au loin.

Partager cet article
Repost0
5 avril 2010 1 05 /04 /avril /2010 16:37

  mamy st pierre

Baignade ce matin de lundi de Pâques à Saint Pierre de 8h30 à 9h45. Encore un peu de randonnée aquatique. repas oursin zipMamy préfère nager dans la zone de baignade surveillée.

 

Pour François et moi, safari- photo dans les coraux de l'Océan...

 Devinette :

Que font donc ces deux poissons, le poisson papillon cocher et le "pnei" (Poisson Non Encore Identifié) ?

 

 

repas oursin zip 2

Vous l'avez deviné :

ils sont en train de partager le repas pascal. Au menu : un bel oursin ! 

 

 

 

 

 

 

Retour au Tampon avec un crochet au marché couvert où nous avons fait le plein de légumes.  (avocats, fruit à  pain, pommes de terre, oignons...) Puis repas en famille.

 

Partager cet article
Repost0
4 avril 2010 7 04 /04 /avril /2010 17:51

ermitage plageVers 9 heures, nous sommes arrivés à la Plage de l’Ermitage. Peu de monde à cette heure ! Nous nous sommes garés sous les filaos et nous sommes  installés près du Restaurant « la Bobine ». Malgré la température de l’eau – environ 27°- peu de gens y barbotaient.

La marée était basse, - on voyait les pieds des balises jaunes- mais cela ne nous a pas dissuadés de faire trempette dans cette baignoire limpide au milieu des coraux. Masque et tuba, et en avant pour le snorkeling ! L’appareil numérique étanche au poignet, prête pour le safari-photo. Cette fois-ci nous avons repéré des poissons- perroquets, des idoles des Maures énormes (15 cm), une espèce de licorne (poisson avec un rostre), un canthigaster valentini (ou bourse à selle), un labre à la tête très colorée, des mérous gâteau de cire, des balistes picasso, des papillons cocher…

ermiage labre ermitage canthigaster à selle

le labre                                                                                          le canthigaster

ermitage idole ermitage licorne

l'idole des Maures                                                                 la licorne ? un naso qqchose...

Couchés sur nos nattes, on appréciait l’ombre des filaos où se perchaient des foudis de ermitage filaos 1Madagascar et des martins. Bientôt, des vendeurs à la sauvette venaient proposer deux tentes (cabas) pour 5 euros et des nattes, d’autres avec des glacières proposaient des samoussas… En moins de deux heures, la plage était noire de monde et un marchand suspendait ses hamacs colorés entre deux arbres tandis qu’un autre suspendait des habits sur un fil. Les familles arrivaient avec leurs cocottes remplies de cari, leurs tables et chaises, les ballons, pour passer  les fêtes en famille sur la plage.

ermitage filaos ermitage filaos 2

le pique nique dominical à l'ombre des filaos

Nous avons remarqué que les enfants qui nageaient avaient des t-shirts, précaution sage, il faut vraiment se méfier du soleil… souvent ce sont les vacanciers qui sont le plus imprudents.

Après cette superbe randonnée aquatique, nous sommes rentrés vers 11h 15 par la route du littoral, et avons mangé notre repas pascal au Tampon.

Partager cet article
Repost0
13 mars 2010 6 13 /03 /mars /2010 21:01

Nous arrivons à la crique de Terre Sainte, bordée de banians majestueux.



L'EPI "Moïse Bègue"

Nous voilà donc devant un EPI . Je me demandais s'il s'agissait là d'un nom pour désigner Terre Sainte criquela digue, et n'ai pas osé m'en assurer pendant la visite guidée, mais au retour j'ai vérifié : Epi signifie effectivement "Equipement de Protection Individuelle" A cette barre de béton à gauche, qui se prolonge par une barrière de rochers, on a donné le nom de "Moïse Bègue", enfant du pays. Pourquoi ?

Moïse Bègue, à l’âge de 12 ans est debout sur un canot et  pêche. Il tombe à la mer . Quand on le retrouve, il est toujours vivant, et le fil de sa canne est toujours dans sa main : il n’a pas voulu lâcher sa prise malgré le danger.

Plus tard, il plonge avec son oncle Henri. Ce dernier commet une imprudence en mettant sa main dans un bénitier qui se referme et voilà le malheureux Henri pris au piège, en danger de mort. Le jeune Moïse nage et court chez lui chercher un levier. Le plongeur est sauvé.

Mais les exploits du jeune Moïse ne s’arrêtent pas là ! Sa capacité à rester en apnée et son courage lui valent de sauver 46 personnes à l’occasion de 6 naufrages différents. Raison pour laquelle on a décidé de donner son nom à une installation du port


On ne s'étonnera pas de trouver sur Internet, en entrant le nom de ce héros, au lieu de renseignements sur le jeune homme, ceux concernant une vedette de la SNSM (de Sainte Marie.) Une vedette qui mérite bien le nom de ce brave Moïse !

Les banians


Terre Sainte crique 2Plusieurs banians énormes aux racines aériennes ombragent cette plage, où traînent hélas quelques pneus…Les banians, un nom à expliquer : ce sont les « banians » ou « colporteurs » qui se retrouvaient sous leur feuillage pour y faire leur commerce, qui ont donné leur nom à ces arbres prestigieux. L’arbre n’est pas endémique de la Réunion, il serait originaire d’Inde. La religion hindoue a d’ailleurs fait de lui un symbole, celui de la Vitalité.


Observations à propos de la pêche.

terre sainte crique 3A Maurice ou aux Seychelles, où il n’existe pas de RMI, on voit encore des barques de pêche sur toutes  les plages. On assiste aussi sur ces îles au retour des pêcheurs. A la Réunion, la tradition de la pêche s’essouffle. Quelques bateaux proposent de la pêche au Gros, aux touristes,  à des prix assez exorbitants. On assiste rarement au retour d’une barque de pêcheurs… Pourtant du poisson il y en a sur les étals, en quantité et en variété.

 

Partager cet article
Repost0
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 15:30

 Samedi soir, nous avons vu le soleil se coucher sur le petit port de Saint Leu. Il était 18h30. Douceur estivale : 25 ° au thermomètre. Une foule d’enfants s’amusaient à faire des allées et venues sur le quai, à vélo, en trottinette, au milieu des promeneurs de tous âges.  Un trio de gramouns était assis sur le muret, trois pêcheurs taquinaient encore le poisson près de la balise tribord qui clignotait…
saint leu nuitUne animation incroyable…  On aurait dit que toutes les familles du quartier s’étaient saint leu nuit 2donné rendez-vous ici. Des bouts de chou de 3 ans jouaient là, tout près de l’eau sombre, clapotante, sous l'oeil vigilant du grand frère ou de la grande soeur. A 19 heures encore le poissonnier servait sa dernière cliente. Toutes les tables du bar "la Rondavelle" étaient occupées.

La nuit était tombée. Les teenagers à  skate-board remorquant leur bouquet coloré de ballons de baudruche commençaient à déserter l’allée bordée de lataniers qui longe l’océan.
saint leu nuit 3

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2010 2 05 /01 /janvier /2010 11:18

Ne confondons pas « poisson papillon cocher » et « poisson cocher »

Ce matin encore nous sommes allés avant les grandes chaleurs, vers huit heures,  nager à Saint Pierre. L’eau était claire et chaude. A l’extérieur de l’eau 36°, à l’intérieur au moins 28°. Pour la prise de photos sous marines c’était le top. Alors voilà il existe une famille de « cochers » : les chaetodontidae. Ces chaetodontidae comprennent le poisson cocher commun (heniocus diphreutes) et le poisson cocher masqué (heniochus monoceros) mais aussi le poisson papillon cocher (chaetodon auriga)

Poisson cocher commun – heniochus diphreutes-
poisson cocher commun 2


Il peut atteindre 20 cm et évolue au bord des récifs coralliens dans la zone pélagique de la surface jusqu’à au moins 30 cm de profondeur . Sa livrée est à dominante blanche, barrée verticalement de deux larges bandes noires. L’arrière de son corps est jaune sur les nageoires, et il a la particularité de posséder une dorsale prolongée d’un long filament blanc. Il vit principalement en banc, et se nourrit de zooplancton.

Poisson cocher masqué – Heniochus monoceros-
poisson cocher masqué 3
Il peut atteindre 25 cm il vit généralement seul et quelquefois en couple. On le rencontre dans les zones de 20 à 30 mètres de profondeur. Sa nageoires dorsale est ornée d’un filament, et il possède deux excroissances au-dessus des lobes oculaires rappelant la forme de cornes d’où l’appelation « monoceros ». Son nom commun « cocher masqué » vient des répartitions de couleurs sur sa robe et notamment du noir sur l’avant de la tête qui couvre les yeux et la bouche.

Poisson papillon cocher – chaetodon auriga
poisson papillon cocher
Poisson carnivore d’une taille maxi de 23 cm, il a le corps blanc vif sur un peu plus des deux tiers avant. L’arrière est jaune citron. Des nuances brunes et des stries noires apparaissent sur la partie blanche du corps. Ces stries sont orientées différemment sur le dos et le ventre de l’animal. Une ligne noire verticale barre l’œil. Un ocelle noir garnit l’extrémité de la dorsale et un liséré noir borde l’arrière des nageoires dorsale et anale. Dans la nature, les œufs puis les alevins sont pélagiques. Ils passent ensuite une partie de la vie près des côtes, dans les eaux peu profondes avant de gagner les récifs.

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2009 4 31 /12 /décembre /2009 19:21

 

Que faire le matin du  31 décembre quand le musée  Stella Matutina de Piton saint Leu est fermé ? – entre parenthèses on se demande pourquoi ces endroits touristiques sont fermés quand il y a affluence… -(idem pour l’O.T de Saint  Denis qui est fermé le dimanche. )

Pour ne pas avoir parcouru des kilomètres pour rien, François a emmené son frère  Germain faire un tour au Port de Saint Leu.

Cet abri est sympathique  même s’il est d’accès difficile en bateau. Quand la mer est agitée, il faut savoir prendre la vague. En voiture, c’est bien plus facile, surtout que la circulation s’est considérablement améliorée depuis que les voitures ont déserté l’ancienne nationale qui la traverse pour emprunter la Route des Tamarins.

                      saint leu port 1 

                         saint leu port 2
Là ,ils ont flâné sur le quai, photographié les barques  et  ils ont discuté avec un pêcheur qui venait d’attraper des perroquets.  Ils les aurait piégés avec du crabe.

                    saint leu port 5 

                            saint leu port 3

Iis ont également vu revenir des plongeurs,- un groupe important  de personnes qui venaient de faire leur baptême de plongée - et  se sont divertis en regardant les surfeurs qui s’en donnaient à cœur joie à l’entrée du port.

saint leu port 4
La ville de Saint Leu est accueillante. C'est le rendez-vous des surfeurs, et des parapentiistes. Il doit y faire bon vivre. Mais il y fait plus chaud qu’au Tampon, même un 31 décembre !

Quand nous y allons, nous avons coutume de nous arrêter soit au Palais d’Asie, soit à l’Auberge du Relais, pour y manger.  Et nous aimons prendre un verre, sous le badamier,  à la terrasse du  bar situé à deux pas du port.

Partager cet article
Repost0