Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 décembre 2009 1 28 /12 /décembre /2009 17:43

 

corail 1

Inévitablement quand on se baigne à la Réunion, sur la Côte Ouest,  on est au contact des coraux. Le récif corallien s’étend sur plusieurs dizaines de kilomètres. Il existe 2500 espèces de coraux  Le premier contact peut s’avérer coupant.. . L’un de nous en a fait l’expérience lors de la première baignade en 2007 dans le bassin protégé de Grande Anse. On s’égratigne, puis on apprend à se méfier. Finalement ce n’est pas plus mal, ainsi le milieu n’est pas pris d’assaut et reste protégé.  Le milieu est déjà suffisamment menacé par les pêcheurs, les bateaux à moteur, la pollution, les plongeurs. Leur approche est très règlementée : d’ailleurs dans les zones de baignade, on doit éviter de marcher sur des coraux… Les balises jaunes sont là pour le rappeler. 
 
Soit on nage au-dessus d’eux, soit on avance prudemment dans les zones de sable qui les séparent . Il suffit parfois de faire un mètre dans l’eau pour être au contact de ces merveilles de la Nature, on ne se lasse pas de les regarder : il en est de toutes les couleurs, de toutes les tailles, de toutes les formes. Les ramifications sont parfois multicolores et changent de reflets sous le soleil…

           corail4


C’est le repaire, le lieu de reproduction, le vivier d’une variété incroyable de poissons. Ainsi le poisson perroquet  se nourrit des polypes du corail, la demoiselle à trois bandes noires se cache dans ses ramifications en cas de danger…


Pour mieux connaître les coraux de la Réunion, un site très intéressant :

http://www.mi-aime-a-ou.com/corail_ile_reunion.php

                     corail 3

Partager cet article
Repost0
27 décembre 2009 7 27 /12 /décembre /2009 12:06

 

Une idée canon, ou plutôt « olympus » pour Noël ! François a réalisé ses premières photos subaquatiques à l’Ermitage le 26 décembre. Pendant une heure de snorkelling, de 9 heures à 10 heures du matin,  il a mitraillé le fond du lagon avec son appareil étanche : il a pris plein de photos mais aussi un beau coup de soleil sur le dos ! Il est vrai que nager aussi longtemps en exposant son dos au soleil, avec quelques centimètres d’eau sur la peau, c’est l’effet-miroir garanti et les brûlures assurées. Ce n’est pas étonnant qu’on trouve maintenant des maillots de corps spéciaux à manches pour nager chez Décathlon…


Voilà quelques prises de vues inédites de poissons dont le poisson perroquet,  la demoiselle à trois bandes,  le poisson papillon

poisson perroquet poisson perroquet de russel
                                          poisson - perroquet

  poisson demoiselle à trois bandes noires dascyllus aruanus poisson papillon 

  demoiselle à trois bandes                    poisson papillon cocher

 

 



et quelques autres poissons non encore identifiés… Pour les deux derniers, vous devez certainement les connaître...


 

 PC260019   PC260035

                   PC260032


                          poisson j           
                    poisson c

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2009 5 20 /11 /novembre /2009 18:18

30° au thermomètre, une après-midi libre, et nous voilà en route pour la plage de l’Hermitage (bientôt « l’Ermitage »). Nattes déployées, serviettes étalées sous un filaos, masques et tubas en main, nous marchons dans le sable presque brûlant et  sommes bientôt dans une eau limpide à nager entre les coraux roses, blancs, bleus, bruns, blancs… à suivre des bancs de poissons colorés, à repérer des murènes cachées. Peu de baigneurs, peut-être parce que les enfants sont encore en classe. Le lagon est à nous ! Pas vraiment, et c’est tant mieux car depuis quelques mois, on a planté dans cette zone entre plage et barrière de corail des balises jaunes visibles de loin.



Qu’est-ce que donc que ces balises ? Ce sont des « balises  de lagon ». Celle que nous avons vue pendant notre baignade faisait partie d’un périmètre « niveau 2 »

Le niveau 2  (= niveau 1 + niveau 2)

Qu’est-ce que ce niveau 1 ? Il règlemente des nuisances majeures, interdit de marcher sur le corail ou de le ramasser, de perturber la faune, de laisser des détritus, il interdit les nuisances sonores, les feux, les tags, les nuisances lumineuses, la présence d’animaux, le franchissement de la barrière de corail, la circulation terrestre de véhicules à moteurs, les rejets polluants, les techniques de pêche destructrices, la pêche de loisir de nuit…

Niveau 2  interdiction de la pêche sous-marine, ainsi que la pêche à la ligne, de la pêche de loisir, le jet-ski, la circulation à moteur sur le récif et règlemente la plongée sous-marine…

 

                                         Balise terrestre à Etang Salé

Puis nous sommes rentrés par la route du littoral pour nous arrêter près du Gouffre à la sortie d’ Etang Salé. Là,  sur la côte rocheuse, le long d’un sentier de balade,  a été plantée une balise de même type. Elle paraît très haute, plus de 2 mètres ! Cette taille doit lui permettre d’être repérée de loin. Elle doit figurer sur les cartes marines.Pas de baigneurs dans cette zone, mais des possibilités de pêche. Les pêcheurs  locaux ont dû changer leurs habitudes et jeter l’hameçon un peu plus loin, hors de la zone balisée !

 

On lit sur les panneaux nouvellement installés dans ces zones

Réserve Naturelle MARINE DE LA REUNION

 «  Alon mét ansanm pou respect’ nout’ patrimoin’ bordmér’ »

Les récifs coralliens de la Réunion constituent des écosystèmes remarquables pour la biodiversité qu’ils abritent  et les paysages qu’ils  façonnent. Pour que ce cadre de vie exceptionnel puisse être transmis aux générations futures, une réserve naturelle a été créée. Elle s’étend sur un linéaire côtier de 40 km, dont 20 km de barrières coralliennes, du Cap La Houssaye à Saint Paul, jusqu’à la Roche aux Oiseaux à Etang Salé »

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2009 2 20 /10 /octobre /2009 13:00

Lundi, nous avons pris la route du Sud en direction de St Joseph. Celui qui ne connaît pas l’endroit a du mal à trouver tout seul les fours à chaux, bien cachés. Alors, nous avons guidé nos amis allemands : il faut descendre vers le littoral et au niveau de l’arrêt des cars jaunes, chercher l’Allée des Fours à Chaux. Là, on aboutit à un parking ombragé. En cherchant bien, on aperçoit un petit panneau très discret  indiquant « sens de la visite » et il faut repérer un petit passage très étroit entre un mur de propriété et le grillage entourant une autre propriété. C’est là qu’il faut descendre pour mériter le spectacle de l’océan se jetant contre les roches noires, pour longer les murs d’anciennes bâtisses,  et les restes de fours à chaux, témoins d’une époque révolue : autrefois on transformait les coraux en chaux.
 
Aujourd’hui cette pratique est interdite : les coraux même morts ont un rôle à jouer dans la protection du littoral. A rappeler que le ramassage et l’exportation de ces merveilles sont punis par la loi. Inutile de les dissimuler dans les bagages.Les douaniers les saisissent et sanctionnent leurs détenteurs. Il vaut mieux les photographier…

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2009 6 17 /10 /octobre /2009 11:33



Entrer et sortir du port, s’arrêter près d ‘une bouée, aborder au quai sur bâbord, aborder sur tribord, déborder… ça y est c'est parti !

Nous avons embarqué sur le  « Nemo », le bateau-école de Sébastien Pamard, avec trois autres candidats au permis bateau,  pour apprendre des rudiments de navigation. Ainsi nous savons à quoi servent les deux grandes balises  dont nous ignorions la signification. Il faut qu’elles soient dans l’alignement , c’est un repère infaillible pour entrer dans le port et en sortir. Nous avons pris les commandes, et remarqué que chaque port affichait  une vitesse à respecter, ainsi à St Pierre la vitesse autorisée est de 3 nœuds.

                 
Une fois hors du bassin portuaire, notre moniteur nous a appris à nous arrêter près de deux bouées dont une bouée sonde qui mesurait la houle. En fait on peut attacher son embarcation à la bouée, mais il faut viser juste pour l’atteindre. 
 

Nous avions de la chance ce jour – là car la mer était d’huile. Comme nous avons fait remarquer à notre instructeur que la bouée était très amochée, il nous a expliqué que lors d’une grande houle, un bateau de pêcheurs avait tenté de rentrer au port  et qu’une équipe de sauveteurs s’était portée à son secours, en vain. Et il leur avait fallu  amarrer le canot de sauvetage à la bouée jusqu’à ce qu’un hélicoptère vienne les hélitreuiller. Conclusion en cas de forte houle, il faut rester en mer en attendant l’accalmie, plutôt que de courir le risque de s’échouer en rentrant dans le port de St Pierre.

 
Puis nous sommes revenus dans le port pour apprendre à accoster en venant de la gauche, puis en venant de la droite. Manœuvre qu’il s’agit de maîtriser parfaitement. Les conseils du moniteur portent progressivement leurs fruits, avec patience il répète chaque manœuvre à chaque candidat.

Il a fait récupérer un sachet plastique (qui flottait sur l’eau) à un passager à l’aide de la gaffe. Parfois l’entreprise peut être périlleuse. Sébastien nous a raconté qu’il s’est déjà retrouvé à l’eau pour s’être trop penché.

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2009 5 16 /10 /octobre /2009 15:47

 Après la randonnée de Dos d’Ane, la joyeuse équipe s’est retrouvée à St Leu à l’auberge du Relais située dans la rue principale, pour déjeuner. Certains d’entre nous ont commandé des pizzas, d’autres du rougail-morue, ou du  carry d’epsadon. A la fin du repas, on nous a offert un rhum arrangé.


Puis nous sommes allés boire un café près du port. Assis à l’ombre des grandes feuilles de raisiniers, nous avions tenté de distinguer une  baleine derrière la barrière de corail, mais après vérification avec  la jumelle,  il s’est avéré que notre baleine était un zodiaque bercé par les flots qui émergeait puis disparaissait derrière la vague.
                     
                                  Sous les raisiniers près du port

Ensuite, nous avons discuté avec un poissonnier installé non loin de là.
Il vendait des espadons, du voilier, des crabes girafes, du thon germon, du thon rouge…

 Il a précisé qu’il restait vingt pêcheurs à Saint Leu, et que sur toute l’île on en comptait environ 400. Mais les jeunes sont de moins en moins enclins à embrasser cette profession, à cause des taxes trop importantes qui pèsent sur les entreprises.

 
Le Port de St Leu                                                                                          le crabe - girafe

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2009 3 07 /10 /octobre /2009 17:26

 

Ce mardi, le formateur, Sébastien Pamard, nous a expliqué dans le port quelques rudiments de navigation et de préparation du bateau. Nous sommes arrivés en cours de leçon alors qu’il montrait à une dizaine de candidats au permis la manière d’amarrer l’embarcation, en l’occurrence le bateau –école «  Le Nemo » : il était en train de présenter trois types de nœuds dont le nœud de cabestan, le nœud de chaise, mais nous ne sommes pas encore passés au stade pratique.                       
          

Puis il a montré comment nettoyer le moteur au retour pour ôter l’eau salée. Ont suivi des explications sur les instruments de navigation, sur la radio…

 
Intéressant aussi de savoir où était l’ancre et d’apprendre qu’il vaut mieux voir avant de l’utiliser si elle est bien fixée, car lancer l’ancre à la mer sans s’assurer de cet impératif  relève de l’imprudence. manifeste. Quelques conseils ont été donnés sur la manière de prendre la vague, de prévoir les réserves en carburant.

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2009 5 25 /09 /septembre /2009 18:27

Ce soir, comme il faisait doux et que c'était le week-end, nous nous sommes promenés sur le port de St Pierre avec un regard nouveau. Tiens, ce bateau de pêche a trois lumières superposées, c’est bien le la lumière rouge qui est au dessus de la blanche ! Puis plus loin, tiens, regarde mieux ces bateaux, on voit là les lumières latérales : le vert à tribord et le rouge à babord.  Ensuite, c’était au tour des balises.

C’est incroyable comme on découvre quand on est curieux et qu’on met en pratique ce qu’on apprend…

   
Nous avons repéré les balises coniques du chenal et là aussi nous avons vérifié les dires de Sébastien, notre formateur. Eh oui, si tu ne veux pas te tromper en revenant au port avec  ton embarcation, il faut évidemment passer à gauche des balises vertes, c’est le sens conventionnel… Tiens et ces balises bleu et blanc, c’est quoi déjà ? 



On s’arrête aussi près du voilier de Thierry Lelay. Ce dernier est en train de lui refaire une beauté, un travail qui prend beaucoup de temps ! Breton d’origine, Thierry est passionné par la mer et adore naviguer. Il a installé une éolienne et des panneaux solaires sur son « Tamarin ». François et lui discutent mécanique… On s'endormira moins bêtes ce soir !



Partager cet article
Repost0
20 septembre 2009 7 20 /09 /septembre /2009 15:05

 Nous voilà redevenus élèves au Port de Saint Pierre dans le petit local « Bateau – Sud Ecole ». Sébastien, notre formateur nous a assommés d’informations pendant deux heures. C’était très intéressant mais il va falloir réviser maintenant.

           

Le livret d’apprentissage pour le "permis côtier" a l’air peu épais mais les informations y sont très nombreuses et essentielles : on y apprend par exemple  la signification de toutes les balises qu’on peut rencontrer, mais aussi  les signaux de détresse diurnes et nocturnes,- va falloir décoder ces signaux  lumineux  qui ressemblent à du morse – on se familiarise aussi  avec  les règles élémentaires de sécurité. Pour la première fois j’ai vu une carte marine avec ses « amers » (repères visibles comme l’église, une cheminée, un moulin…), ses lignes de sonde, l’estran… tout un jargon à posséder. On y fait aussi du calcul mental pour savoir combien de carburant emporter pour ne pas tomber en panne, en fonction de sa vitesse…. qu’on calcule en nœuds. Un bon exercice pour entretenir la mémoire . Je plains ceux qui ne sont pas latéralisés, - les balises cardinales demandant un bon sens de l’orientation,  j’en connais qui ne rentreraient jamais à bon port …

Prochaine étape :  mardi soir nous nous retrouverons pour faire les QCM (questionnaires à choix multiples)pour vérifier nos acquis.

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2009 3 16 /09 /septembre /2009 19:35

"Le Port" est à la fois le nom du site portuaire mais aussi le nom de la ville !

La première fois que nous étions sur l’île, pour une reconnaissance, c'était en avril 2008, nous avions vu de petites marines près de Saint Benoît ( des criques mais pas de bateau)  et François voulait absolument que je le guide vers le port de Saint Denis. Difficile d’admettre que le chef-lieu de l’île n’ait pas son port ! Et bien si, fallait se rendre à l’évidence : le port de Saint  Denis  n'existe plus, il existait mais il y a belle lurette ! Au début du XXe siècle, on appelait déjà l' embarcadère de Saint Denis  « le barachois », c'est-à-dire «  bassin large  qui peut abriter les chaloupes et des embarcations de transbordement ». Mais  vers 1866 le commerce maritime se délocalise vers le nouveau port situé au Sud de la ville, à 18 km de là,  à la Pointe des Galets où se situe actuellement encore le port le plus important de l’île qui s’est agrandi au nord avec le nouveau port de la Possession.


Le Port vu du Chemin des Anglais

C’est d’ailleurs là que nous avions récupéré notre voiture, lors de notre deuxième venue sur l’île. Le véhicule avait embarqué fin juin au Havre pour la traversée  qui avait duré un mois -

L’endroit est devenu une ville grâce aux activités portuaires et compte actuellement plus de 35000 habitants, c’est  une ville cosmopolite qui offre une grande diversité de restaurants et de grands efforts sont fait par les municipalités et le conseil général pour y  développer la culture  On y trouve des associations très dynamiques, spécialement dans le secteur de l'animation, l'art et la culture. Ainsi il y existe une Ecole de l'Image et du Multimedia (l'ILOI, une bibliothèque, une médiathèque et même...une Ecole des Beaux Arts ! Clin d'oeil à qui vous savez...
 
 

Voir liens pour l'Ecole http://www.esbareunion.fr/

Lien pour la ville  : http://reunion.runweb.com/lang-FR-page-1421-2V-page,Le-Port-de-la-Pointe-des-Galets-grouille-dactivites.html

Partager cet article
Repost0