Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 08:28



        Le soir de son arrivée, nous avons fait découvrir le Port de St Pierre à Wolf, notre hôte allemand. Là, nous avons aussi rencontré quelques familles de correspondants qui avaient eu la même idée que nous.
           Puis au snack de la plage, nous avons acheté les spécialités culinaires du coin, qu’il suffisait de réchauffer un peu au four .



De gauche à droite : samoussas au poulet, boulettes de morue, beignets de crabes,  bonbons*-piment, et samoussas au fromage.

Ici à la Réunion on appelle "bonbon" toute confection à base de pâte, comme les beignets, les gâteaux. "Bon" signifie "friandise" .Le bonbon-piment est donc une pâte à beignet bien pimentée...

Partager cet article
Repost0
30 avril 2009 4 30 /04 /avril /2009 19:25

On les trouve partout… dans les supermarchés, dans les rayons « surgelés ». Ce sont de grosses crevettes grises, des crevettes d’eau douce !

 Les camarons se reproduisent toute l’année, c’est pourquoi on peut toujours en trouver . Ils ont été introduits à l’Île Maurice, île voisine,  en 1978, où on en pratique désormais l’aquaculture. Ce qui explique sûrement pourquoi à la Réunion on en consomme beaucoup.

On l’appelle aussi la chevrette, elle est exploitée de longue date en Asie du Sud Est. On la pêche dans les estuaires, les rivières, les lacs tropicaux et canaux des rizières, où elle vit à l’état naturel. Voilà les noms qu’elle peut prendre selon les régions : "chevrette" en zone Pacifique, "ouassou" en Gaudeloupe, "langostino" à Puerto Rico, "écrevisse ou z’habitants" en Martinique, "missala" en Afrique de l’Ouest. C’est en Afrique de l’Est, Océan Indien, au Cameroun qu’on l’appelle « Camaron ».

 

Si je vous parle des camarons, c’est que ce soir François nous prépare une poêlée de camarons frits flambés au whisky. A la Réunion on les prépare plus souvent en carri rougail accompagnés de riz

 

Partager cet article
Repost0
26 avril 2009 7 26 /04 /avril /2009 17:33



Elles poussent sur les bringeliers. Ce sont tout simplement des « aubergines ». On en voit de toutes les formes et de toutes les tailles. Elles sont fermes et succulentes. On les aime en carry, en ratatouille ou tout simplement en steacks (frits dans l’huile d’olive avec de l’ail et du sel). Un délice !




                 Plantation de bringelles  à Trois Mares.





                                                                           Cultivateur avec un chargement à Basse-Terre
Partager cet article
Repost0
21 avril 2009 2 21 /04 /avril /2009 20:11

On consomme beaucoup de tomates à la Réunion. Ce légume, ou plutôt ce fruit, occupe une place de choix dans la cuisine : impensable de faire un rougail sans tomate ! C'est l'ingrédient de base. Ici, la tomate est petite, oblongue et très ferme, on la mange parfois à demi-verte. Ce qui est étonnant, c’est qu’elle n’a pas besoin de tuteurs, elle pousse comme elle peut… Les prix sont très fluctuants selon les moments de production : on peut la trouver à 80 centimes en période faste et quelques semaines plus tard à 3 € le kilo. Un autre atout : sa conservation - elle se garde longtemps-

Culture au Bras de Pontho,et au fond, le sommet du Dimitile

Dimanche, nous nous sommes arrêtés au Bras de Pontho, une charmante commune qui jouxte les Trois Mares. Là nous nous sommes arrêtés devant des champs, où la récolte venait de s’achever, de nombreuses tomates gisent encore à terre…

Partager cet article
Repost0
19 avril 2009 7 19 /04 /avril /2009 10:08

Cette formule est très usitée à la Réunion. Où que l’on aille, sur le littoral, en ville, dans les Hauts,  les snacks - bars fleurissent et ont de beaux jours devant eux. On peut y trouver des bouchons, des sandwichs, des américains (pain avec frites et poulet par exemple) des paninis, des samoussas … Pour deux euros, à la sortie de Saint Leu, sur le bord de mer,  on peut avoir un sandwich énorme (thon-maïs, mayonnaise - ou jambon beurre…) et on apprécie de manger sous les filaos, à l’ombre quand il fait plus de 30 °, avec une boisson fraîche (pour 1,10€) C’est pas le coup de bambou comme sur les plages de métropole… Pourvu que ça dure !

Mais cette solution de facilité peut aussi avoir des conséquences sur l’alimentation et générer des comportements peu sains : on ne cuisine plus, on ne mange pas de légumes frais, et on prend des kilos car souvent c’est très gras. Par exemple un sandwich avec des bouchons et des frites couvertes de mayonnaise, ça vous dit ?

Partager cet article
Repost0
2 mars 2009 1 02 /03 /mars /2009 15:52

Manger du palmiste, c’est manger ce qui se trouve à l’intérieur de ces troncs. On peut préparer le palmiste en salade, comme une salade de céleri, ou bien il peut être cuit et ajouté à une fricassée de légumes accompagnant une viande. C’est un mets assez coûteux et au goût de radis noir…Pas mauvais !

C'est le coeur d'u petit palmier du genre "arec".Ce bois a donné son nom à la Plaine des Palmistes, un village situé au milieu de l’île dans une trouée assez importante et plate, sur la route qui relie Saint Benoît (Est de l’île) à St Pierre (Ouest)  L’abattage de ce bois est règlementé.

(photo prise au marché du Tampon qui a lieu le vendredi, les palmistes sont entourés de barquettes de gingembre et de petits piments verts...)

Partager cet article
Repost0
1 février 2009 7 01 /02 /février /2009 10:33

 

Pendant que François et Paul allaient pêcher, que mamy rangeait mes armoires, j’ai préparé un rougail-saucisses pour toute la petite famille.

Alors voilà, vous achetez de petites saucisses à cuire que vous faites bouillir deux fois dans l’eau. On fait revenir 250g d’oignons, trois gousses d’ail écrasées, 250 g de tomates, du safran et on laisse cuire. Puis on coupe les petites saucisses en rondelles et on les ajoute aux légumes. Pour finir quelques petits piments et du gingembre pour rehausser le goût ( j’ai préféré remplacer le piment par un poivron vert !)Encore quelques minutes de cuisson.
Accompagnement obligatoire : le riz ! J’ai aussi préparé une poêlée de « barbadine ». Malgré la chaleur, tout a été mangé !

Qui dit « rougail » ici, dit « piment et tomates», mais moi je préfère les rougails sans piment ! Chacun ses goûts…

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2008 4 27 /11 /novembre /2008 15:48

 

La Réunion est une île qui surprend par sa jeunesse : partout on voit des marmailles, ici plus qu’en métropole, les familles nombreuses sont monnaie courante. Rien d’étonnant alors que la restauration se mette au diapason : ici les pizzas peuvent être « familiales. » Voilà ce qui arrive quand on commande une pizza familiale ! Notre surprise a été très grande aussi !

Dans une seule pizza 12 morceaux, de quoi nourrir au moins 6 personnes ! Et il faut une table et une bonne tablée pour qu’elle soit consommée. Nous n’avons pas eu le choix hier soir,victimes de notre gourmandise...et de notre ignorance,  il a fallu congeler les 10 parts restantes…

   

 

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2008 4 13 /11 /novembre /2008 21:00

    Rien à voir avec une figue, c'est tout simplement la fleur qui naît sur le bananier.
 Les abeilles viennent y butiner. Non seulement c'est très joli,mais c'est aussi comestible.   Cuisiner la baba-figue n'est pas chose facile.: il faut demander aux gens du cru pour éviter de faire des erreurs. Souvent, c'est au marché qu'on apprend les recettes locales. François s'y est essayé et c'était un délice. Servi en carry avec une viande en sauce, c'est très fin et délicieux.





Partager cet article
Repost0
9 novembre 2008 7 09 /11 /novembre /2008 22:23

Au marché artisanal de la Châtoire, avons découvert un nouveau fruit : le corossol ! on l’appelle aussi sapotille. Un jeune artisan de Saint Louis vendait et faisait goûter des confitures lontan (lontan = d’autrefois) banane –vanille, de goyavier, de goyaves, mais aussi de la confiture corossol –vanille. Le goût acidulé de cette dernière confiture m’a rappelé la rhubarbe. Quand j’ai voulu savoir à quoi ressemblait le fruit, le jeune homme a sorti de dessous l’étal une grosse poire vert foncé. On en fait aussi des jus et des sorbets. Son jus aurait des propriétés tonique et serait un bon vermifuge, ses feuilles et bourgeons seraient efficaces contre la toux et la fièvre, mais le problème est qu’il pousse dans les pays chauds et humides, alors pour ceux d’entre vous qui souffrez du froid en Lorraine, n’envisagez pas de l’acclimater…

Partager cet article
Repost0