Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 avril 2012 7 08 /04 /avril /2012 16:27

A la Réunion, dans la rue, au supermarché, ou encore au téléphone, on vous souhaite une “Bonne Fête” le jour de la Fête des Mères.

Et le Jour de Pâques, il est aussi de bon ton de se souhaiter de Joyeuses Fêtes  dans l’île.

Ce matin, par exemple,  en allant au Géant Casino de la Châtoire ( eh oui, les grands magasins sont ouverts le matin de Pâques à la Réunion) François a rencontré Mme Hoareau , une parente d’élève, qui lui a demandé de me souhaiter une belle fête pascale, et j‘ai eu un mail de randonneurs sympas, les Fontaine, qui également m’ont souhaité de Joyeuses Pâques.

Très vivace cette tradition pascale ! Cela me rappelle ce dimanche où nous avions coutume d’aller chez les grands-parents pour leur dire "Joyeuses Pâques" de vive voix .A cette époque, on faisait ses Pâques : pas question de rater la messe. Et tout le monde était endimanché. On taillait de nouveaux vêtements aux enfants, un air de printemps flottait partout. Si les temps ont bien changé sur le continent, sur la petite île, ça continue.

Même qu’on fait dans certaines localités un chemin de croix le Vendredi Saint  avec un Christ en chair et en os. Les journaux  sont pleins de cet événement.

Ce que je trouve dommage est que  certaines mères de familles ne puissent même pas faire la chasse aux oeufs avec leurs marmailles, le dimanche de  Pâques n’étant pas “Jour de Repos” pour elle. C’est le Jour du Seigneur ! me direz-vous, pas celui des petites gens…

C’est bien pratique de trouver un magasin ouvert, prétendront d’aucuns. Hum !

"Joyeuses Pâques azot tout"

Une fleur pour toi

Partager cet article
Repost0
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 09:14

 

Mercredi, je vais poster une lettre, quand je rencontre les petits enfants des voisins : la première fillette a de traces sur le front. Je pense : sûrement des reliquats de la fête carnavalesque de l’école, un bindi hindou …noir, noir ?…c’est étrange. Mais, voilà, il y a un hic,  le mercredi, les marmailles de l’école primaire n’ont pas classe.

 Je continue quelques mètres encore et que vois-je ? Une jeune dame avec son enfant et tous deux ont une marque noire sur le front.  Là, ça fait « tilt ». Mais bien sûr ! j’avais complètement oublié qu’on était le « Mercredi des Cendres », ce jour important où chez les catholiques, on rappelle à tous qu’on « naît de la poussière et qu’on retournera en poussière », ce jour qui marque le début du Carême (40 jours avant Pâques)

Voilà bien longtemps que j’avais oublié cette pratique.  En métropole, elle a quasiment disparu. Mais à la Réunion, ce rite est très vivace !

En continuant ma promenade, je croise une autre poignée de personnes arborant fièrement cette marque dont le curé venait d’ oindre les fronts. Et devant l’église trois bus vides attendaient les paroissiens qui avaient fait le déplacement pour cette même occasion.

 

 

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 08:24

Eglise-Bras-de-Pontho--1-.JPG                                         au fond à gauche de l'église, la crèche de Noël 

 

Le 6 janvier, la crèche de la petite église du Bras de Pontho accueillera certainement « les Rois Mages », ces trois rois qui apportèrent l’or, l’encens et la myrrhe à l’enfant Jésus. Pour l’instant, on n’y voit que le nouveau-né, sa mère la Vierge Marie, Joseph le charpentier, l’âne et le bœuf, les bergers et leurs moutons.Eglise-Bras-de-Pontho--2-.JPG

Ce jour, très fêté aussi par les Orthodoxes, est le jour de la Sainte Famille. Pour Véra, mon amie d’enfance, ce jour était très  important : toute sa famille se réunissait le 6 janvier et se réunit encore !

A la Réunion, où la religion catholique est encore très vivace, il arrive qu’on voie déambuler le soir de l’épiphanie trois personnages costumés qui vont de porte en porte.

Grâce à cette fête, les pâtissiers aussi se régalent : la galette des rois fait augmenter leur chiffre d’affaire. L’occasion de la partager est bonne dans maints endroits, sur les sentiers de randonnée, sur le lieu de travail... (à suivre)

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 08:03

Dimanche 18 décembre. Quelle est donc l’origine de ce bouchon dans la Rue Charles Baudelaire ?

P1050841

Cette fois-ci ce ne sont pas les véhicules des parents emmenant leurs enfants en classe.

En hâtant le pas, on peut rattraper les voitures ralenties et on trouve l’auteur de cet embouteillage : une procession tamoule.

P1050842

Parti du temple du Chemin Mondon, le groupe a emprunté la rue principale de Trois Mares en direction du Tampon au son des tambours malbars. Le Char fermait la marche.

P1050843

P1050844

P1050845

P1050846

P1050848

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2011 1 07 /11 /novembre /2011 13:46

Un dimanche matin dans les environs de Pierrefonds

 

Après avoir revisité « le Domaine du Café » où l’accueil est toujours aussi sympathique, j’ai emmené mes amis Poum et Michel au Cimetière du Père Lafosse (sortie Le Gol à St Louis). Peu de Réunionnais connaissent cet endroit et pour cause, le fléchage n’est pas évident.  Dans le rond-point du Gol prendre la direction de la zone artisanale et juste avant le pont, emprunter le chemin de terre à droite, puis tourner à droite devant la piste de karting. Le  cimetière se situé entre cette piste et le rond-point de l’usine.

Trois personnes sont assises dans la chapelle du père Lafosse pour prier, nous attendons qu’elles soient sorties pour visiter l’endroit. Nombreux sont les descendants d’esclaves qui viennent se recueillir ici.

 P1040761 P1040756

Si la fresque sur l’esclavage, la chapelle avec la tombe du Père Lafosse, ainsi que les croix blanches m’étaient familiers, j’étais loin d’imaginer que l’endroit avait désormais la faveur des esprits vengeurs.  Voilà que l’on trouve à plusieurs endroits des reliquats de cérémonies occultes (un copié –collé des pratiques qui ont lieu sur la Tombe de Sitarane à St Pierre)

 

Devant la chapelle peinte en rouge, traînent des bouteilles de rhum, de whisky, une pile plate de rhum Charrette … toutes vides. Dans le petit édifice, ça sent l’alcool : des verres sont encore pleins de rhum.  Des cigarettes sont alignées devant les statues : rien que de cadeaux pour  St Expédit, ou un autre envoyé de Dieu, pour le remercier d’avoir sauvé quelqu'un ou pour lui demander de punir un ennemi.

P1040763 P1040767 

Plus loin à droite, un arbre est couvert de tissus rouges, comme le trident qui a été installé là. Léon Bungui, un habitué des lieux, qui dit s’occuper de l’entretien du cimetière,  nous affirme que là se sont retrouvés des tamouls (indiens). Pas dans le « fénoir », non, en plein jour ! Et ceci pour jeter un sort malbar : témoins en sont les bananes plantées de piques, bananes qui représentent les victimes potentielles. On y voit aussi des noix de coco, ainsi que les verres de rhum récurrents.

                              P1040769

Léon Bungui nous certifie qu’il jette tous ces reliefs de fête au-dessus du mur, quand quelques jours ont passé. Allez savoir…

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 08:53
 La semaine dernière, la croix était installée sur le nouveau lieu de culte des catholiques de Trois Mares. Jusqu’à ce moment, on aurait pu hésiter quant au devenir du bâtiment à l’architecture très insolite.

Cela aurait tout aussi bien pu être une salle de spectacle, une médiathèque ou une salle d’entraînement pour gymnastes. La couleur orange vif pouvait permettre le doute. Eh non, les apparences sont parfois trompeuses. Mais pour le Tamponnais de ce quartier, cela relevait de l’évidence qu’une nouvelle église succéderait à l’ancienne au même emplacement.

Dimanche, l’édifice a été inauguré en grande pompe. L’évêque avait fait le déplacement  pour l’occasion.

 P1040171


P1040169

 

P1040167



Partager cet article
Repost0
30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 15:58

… Ali Salem, auteur de La FUMEE D’ANTAN LONGTEMPS

 

Ce mois-ci, à la fête de Grand Bois, j’avais acheté un récit autobiographique d’un jeune né ici-même ali salem2en juin 1978. Ali Salem, dans son livre «La Fumée d’antan, longtemps… » paru en juillet 2010,  raconte son enfance à la Réunion. Il y parle de l’usine sucrière, de sa famille, de la coupe de la canne, des jeux, de la musique… autant de sujets qui l’ont marqué. Aujourd’hui, il est dans le monde du spectacle à Paris, il a quitté son île, avec regret, mais il fallait bien travailler pour gagner sa vie et à la Réunion, on est bien limité.

Suite à la lecture de cet ouvrage, j’ai contacté Ali Salem par email, par le biais de la Maison d’édition «  Jets d’encre »  et lui ai demandé l’autorisation de publier le passage concernant « le Bassin 18 », requête à laquelle il a répondu immédiatement très favorablement. Voilà donc  cet extrait :

 

« Le Bassin 18 est situé à l’entrée de Grand- Bois. On peut encore passer par le petit pont. Imaginez-vous dans un bus bondé d’enfants, comme suspendu dans le vide, le spectacle reste impressionant. On a imaginé toutes sortes de grosses bébêtes peuplant ce bassin, qui aussi incroyable et étrange hante toujours nos esprits et semble abriter une vérité. »p.69

Je tiens à vous préciser qu’à  la Réunion, « bébêtes » a le sens de « monstres » et non de « bestioles »

 Dans son courriel, Ali me joint aussi le texte original qu'il avait remis à l’éditeur, un texte d’une cinquantaine de lignes, ô combien plus riche en informations. Mais voilà, la maison d’édition avait bien épuré ce passage. On y apprend par exemple qu’autrefois le niveau du bassin lui semblait plus élevé et que l’eau était plus profonde. Les enfants s’inventaient des pieuvres géantes, des requins « chagrins » assoiffés et des murènes, des trésors cachés par des pirates et surveillés par des monstres marins. Ils imaginaient un gouffre sans fond, un enfer d’où on ne revenait jamais.

Des croix signalent des corps disparus ici, jamais repêchés. Il suffisait d’évoquer les croix aux enfants pour les dissuader de s’y aventurer. Les lieux étaient hostiles : la mer qui se fracassait contre la roche, la falaise escarpée, très haute, l’aspect sauvage …

 

Bassin-18-g.jpg

                         Vue en plongée du Bassin 18, manioc marron au premier plan.

  Le bassin était aussi un bon moyen pour les parents de faire peur à leur progéniture. Quand l’enfant n'était pas sage, les adultes racontaient qu’il n’était pas leur fils, mais qu’ils l’avaient trouvé dans le Bassin 18 ; il arrivait aussi que les parents menacent d’y jeter le « marmaille »  trop turbulent pour le punir. Oté ! lé fini ce temps-là...

  Et si dans certaines contrées, on abordait le tabou de la naissance en disant que les garçons naissaient dans les choux, et  les filles dans les roses, à Grand Bois, on expliquait que l’enfant était venu au monde dans le Bassin 18 ! Et pourquoi pas ?

Alors voilà, le Bassin 18 servait de prétexte : la naissance, la vie et la mort des Grands- Boisiens, tout tournait autour de ce lieu mystérieux, cauchemardesque.  J’ignore ce qu’il en est à l’heure actuelle…

Merci à l’auteur pour toutes ces précisions.

Partager cet article
Repost0
13 août 2010 5 13 /08 /août /2010 09:07

Sur la Côte Est

parasol 2

A Piton Ste Rose, dans un pré jouxtant l’église appelée « Notre Dame des Laves » trône une statue surmontée d’un parasol bleu. Il s’agit de « La Vierge au Parasol ». La madone, tournant le dos à l’océan,  regarde vers la montagne ou plus précisément vers le volcan de la Fournaise, qui  a déjà failli emporter l'église en  avril 1977. Elle avait été installée là au début du XXe siècle par le propriétaire d’un champ de  vanilliers qui pensait qu’elle protégerait ses récoltes. Elle a échappé à plusieurs coulées de lave mais pas à celle de 1961, on l’a vite remplacée et bénite en 1963. Elle aurait mise à l’abri pour la coulée de 2002. Le 15 août, a lieu ici un important pèlerinage.

parasol

Si l’église a été épargnée par la coulée de lave de 1977 qui s’est séparée en deux parasol 3branches pour contourner l’obstacle, cela ne relève pas forcément du miracle : l’explication est physique. La gendarmerie de la petite ville aussi se serait retrouvée dans cette situation mais elle n’a pas pour autant été déclarée « miraculée ».

On peut voir de nombreux ex-voto, bouquets d’œillets et de bégonias au pied de la statue.

Partager cet article
Repost0
10 août 2010 2 10 /08 /août /2010 08:06

karli

Un attroupement coloré dans la Rivière Saint Etienne après le passage du pont ce dimanche 8 août ! Un char fleuri ! Pas de doute, c’est une fête indienne.

karli3

Nous changeons notre programme de visite pour nous arrêter là et descendre dans le lit de la rivière avec nos amis Elisabeth et Antoine.

Le rouge domine, les filles et femmes sont en saris brodés, les garçons et les hommes ont aussi revêtu leurs habits de fête.

 

Une jeune tamoule accoudée sur le vieux pont, m’explique « C’est la fête de la déesse Karli aujourd’hui ! ».

Dans le lit de la rivière un prêtre officie, bénit les fruits apportés par les fidèles. Un karli piquesdrap est tendu et là-dessous on procède au cavadee : des pénitents volontaires et préparés se font percer par des aiguilles : on perce la peau du visage : deux  tridents  traversent de part en part la joue, l’un se termine par une rose rouge et l’autre par un citron. « Ensuite, les pénitents et le cortège se rendent au temple où on leur retirera les tridents »…

Et la fête ne s’arrête pas là, un article ne suffit pas à la raconter. A suivre !

karli2

Partager cet article
Repost0
4 août 2010 3 04 /08 /août /2010 18:22

Les habitants de Trois Mares seront surpris à leur retour de vacances de ne plus voir s’élever, près de l’hôtel de ville, le clocher de leur église paroissiale. Il vient de tomber le 3 août.

eglise3

eglise 4

Un panneau indique bien que l’église, gérée par l’Association Diocésaine, serait démolie et qu’on en édifierait une autre au même emplacement sur une superficie de 665 m2 hors œuvre. La superficie des bâtiments à détruire était d’environ 600 m2. Le dossier peut être consulté en Mairie du Tampon au service « urbanisme »

La messe de rentrée des élèves et des enseignants aura donc lieu cette année à l’église de la Châtoire.

eglise1 eglise2

                                                                   le chantier avant la chute du clocher

 

Partager cet article
Repost0