Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 mars 2009 7 22 /03 /mars /2009 15:09

Avec Anne Laure, j’ai visité samedi un temple hindou, l’un des plus beaux de l ’île, le  Shri Badra Karli à la Ravine Blanche  à Saint Pierre. Ce temple construit en 1972 et restauré en 1988, dédié à la déesse Karli se situe non loin du front de mer. Grâce à une conférencière des Portes du Sud, nous avons été initiés à une culture que nous ignorions complètement .  Nous avons par exemple appris que l’architecture du temple représentait la déesse,  la porte étant les pieds. Dans cette religion, le Brahman est l’élément le plus puissant, puis viennent  Brahma, le créateur, Vishnu  le préservateur et Shiva le destructeur. Les quatre piliers de l’hindouisme  sont le profit, le plaisir, le devoir et la libération de l’âme.

 

En entrant dans ce sanctuaire on nous a rappelé la nécessité de ne pas avoir de cuir sur soi, puis , il nous a fallu nous déchausser, nous laver les pieds. Puis notre guide nous a présenté le temple, son architecture, les fresques et leur signification. Nous avons appris, par exemple, que Ganesh a eu une tête d’éléphant parce que son père l’avait giflé trop fort de sorte que la tête s’était arrachée et qu’il a fallu la remplacer, ce qu’on fit en prenant la tête d’un pachyderme qui passait par là. On nous a demandé de ne pas photographier si on voyait un croyant en prière. La discrétion était de rigueur.

 

Karli ou Kali est une représentation de la déesse mère Shakti. On la voit dominant la porte de l’entrée, avec six bras, et une main levée qui signifie la mise en garde « Attention, vous entrez dans un sanctuaire ! »Sur cette même porte plusieurs strates : l’ego, le passé et les illusions. L’édifice qui suit cette porte représente le nombril de la déesse. On y voit un tigre – lion.


Partager cet article
Repost0
8 mars 2009 7 08 /03 /mars /2009 14:14

 Nous sommes arrivés à St Joseph à l’heure où les ouailles sortaient de l’office dominical… à 8 heures du matin ! Ceux qui habitaient de l’autre côté de la Ravine Langevin regagnaient leur maison par une superbe passerelle en bois. C’est tout à fait par hasard que nous avons découvert ce pont…

La messe est le moment des retrouvailles. Les hommes mettent leur chemise blanche et leur chapeau, les femmes sont très élégantes. Et après l’office « on cass un blag » sur le parvis.

L'église, très vaste, aux peintures intérieures blanches et bleues, est d'une grande sobriété. Au retour de notre expédition à Longue Mare, nous nous sommes arrêtés à la Marine de St Joseph, là une créole se recueillait aux pieds de la statue de la vierge, dressée au milieu des vacoas. La religion catholique est très vivace sur l’île.


Partager cet article
Repost0
27 décembre 2008 6 27 /12 /décembre /2008 13:03

A l'occasion de la marche sur le feu qui a rassemblé la communauté tamoule et  leurs proches dans la rue Epidaure Hoareau, on a tué le cabri. Comme la place de la cérémonie était très réduite,les gens s'étaient agglutinés au grillage, d'autres étaient montés sur un toit en tôle. La plupart étaient venus deux heures plus tôt pour avoir une place et voir les pénitents marcher sur le feu. Les tambours sacrés ont résonné, la foule a poussé des cris, Impossible de se faufiler, mais au moment du sacifice les rangs se sont éclaircis. Une chèvre noire a été amenée sur les lieux du culte, un grand sabre a été béni et la tête de l'animal a été tranchée, élevée dans les airs et placée sur un plateau d"offrandes à l'angle du brasier préparé la veille pour la marche sur le feu.

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2008 7 07 /12 /décembre /2008 15:47

 Nous avons  croisé ce matin, dans la rue Baudelaire de Trois Mares, un cortège haut en couleurs qui avançait au son de tambours.Un jeune homme vêtu de jaune tenait un plateau où brûlait une flamme, trois hommes portaient des « karloms », pyramides de fleurs jaunes, offrandes à la déesse Pandialé. Des jeunes filles tenaient à la main des rameaux verts. Je me suis renseignée sur cette fête et une dame tamoule du défilé m’a confié qu’une fête plus belle encore suivrait dans deux semaines :  « la marche sur le feu ». Aujourd’hui avait lieu la « préparation à cette marche ». Celle-ci aura lieu chemin d’Epidaure et on pourrait y assister sans être de leur communauté.

Le défilé que  nous avons vu  signalait le début  du carême végétarien, qui signifie une période de méditation  et de prières, période pendant laquelle les hommes font aussi vœu d’abstinence. Le respect du carême, qui fortifie l’âme et le corps, protègera les fidèles qui choisiront de faire cette marche sur le feu de la morsure des flammes.

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2008 7 02 /11 /novembre /2008 17:51

 

Nous avons déjà évoqué le poids des croyances et des superstitions de cette île. On trouve souvent au bord des routes et des sentiers de petites chapelles dédiées à Saint Expedit, le saint qui guérit tous les maux. Ce sont des niches blanches à la façade peinte en rouge vif, niches qu’on fleurit régulièrement et devant lesquels on brûle force bougies, preuve en est la grande quantité de cire qui dégouline sur les marches et le sol noirci par la fumée.
Et le plus surprenant est que le nom de ce saint serait dû à un malentendu. Des religieuses attendaient un colis de Rome avec des reliques pour leur nouvelle chapelle et sur le paquet était marqué « Expedito », les religieuses avaient en avaient conclu qu’il s’agissait du nom du saint. N’empêche que ce saint Expedit est partout, même dans les noms de rues et beaucoup de Réunionnais le vénèrent…




Près de la petite chapelle blanche du sentier de la Pointe du Diable, un autel dédié à Saint Expedit.

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2008 1 06 /10 /octobre /2008 18:28

  Cette île est souvent le théâtre de scènes de violences conjugales, suffit de parcourir la presse locale "Le Quotidien ou le Jir" ou d'écouter "Radio Freedom" qui sont friands de sensations. 
SITARAME, le criminel le plus célèbre de la Réunion qui a écumé la région de Saint Pierre pour y accomplir ses méfaits avec sa bande de "sanguinaires" dans les années 1910 est mort, mais pas dans l'esprit des gens.... De nombreux Réunionnais lui vouent toujours un culte : sur sa tombe, peinte en rouge, on trouve des verres de rhum, reliquats de fêtes  nocturnes. La semaine dernière, nous y avons vu une banane piquée d'aiguilles, une noix de coco coupée en deux, des gerbes de fleurs... Peut-être qu'on a voulu faire revenir l'âme du brigand pour punir un ennemi et lui jeter un sort (d'où cette banane percée) peut-être aussi nourrir le défunt avec la noix de coco pour le remercier... A creuser. Mais ici les superstitions sont encore très vivaces. ..à suivre
 

Partager cet article
Repost0