Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 08:55

Ce dimanche, il y avait foule à l’anse des Cascades au Sud de Ste Rose (Est de l’île) Dans cette anse agréable d’où partent encore des barques de pêche, le cadre est paradisiaque : des kiosques pour le traditionnel pique-nique dominical et de grandes cascades  qui tombent au milieu d’une végétation luxuriante. Les plus courageux osent la douche dans cette eau froide qui se jette assez violemment dans de petits bassins.

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 08:50


Avec Germain, nous sommes retournés sur la coulée d’avril 2007. L’éruption qui avait recouvert le hameau du Tremblet  ( Sud – Est de l’île) avait détruit toute la route  et la lave avait gagné la mer, pour agrandir l’île de 40 hectares. Le long de la nouvelle voie (la N3), on aperçoit encore de la vapeur très chaude et la roche brûle les sandalettes. Cela fait un an et demi  que le Piton de la Fournaise a craché et la lave n’est toujours pas refroidie. Mais on voit déjà que la végétation reprend ses droits par endroits : l’herbe et la mousse repoussent timidement !

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2008 6 06 /12 /décembre /2008 15:23


C’est la plus importante usine de l’île. Elle se situe à Saint Louis. De fin juin à la mi-décembre, on peut la visiter et assister au va-et-vient des « cachalots ». Ce sont de gros camions verts qui font un ballet incessant entre les exploitations et l’usine. Sur la quatre-  voies parfois traînent des reliquats de cannes qui s’échappent de ces chargements. Les cachalots passent d’abord à la pesée.

 Puis les cannes sont déversées dans des emplacements de stockage où d’énormes griffes viennent les chercher. Puis elles passent dans des rouleaux de défibrage, appelés « défibreurs ».Après le passage dans les moulins,  on obtient le jus et la « bagasse ». Cette bagasse est brûlée dans  les chaudières de la centrale thermique pour produire de l’électricité, le jus  passe dans des réchauffeurs,  il est dégazé, on rajoute de la chaux dans les bacs de chaulage. Le produit obtenu passe ensuite dans des décanteurs qui clarifient le jus. Les résidus de cette décantation appelés « écumes » sont restitués aux planteurs pour amender les sols. Puis on procède à l’évaporation dans les évaporateurs  et on obtient un sirop, le jus passe dans des appareils qui le cuisent, on continue avec des centrifugeuses. Dans ces centrifugeuses les cristaux sont séparés de la liqueur – mère, et on obtient la mélasse,   puis on termine par la cristallisation de différents types de sucres. On sèche, on stocke dans les silos au Port avant de l’expédier vers l’union européenne.

Au fil de la visite la guide, très professionnelle,  fait goûter tous les types de sucres qu’elle prélève dans les fours. La visite dure 1 heure, mais il faut réserver, car le groupe ne peut excéder 13 personnes ; avoir des chaussures fermées est aussi impératif. On vous remet un casque au départ. Les explications sont intéressantes et le parcours est jalonné de panneaux explicatifs. Le bruit et la chaleur figurent aussi au programme. Comme la visite vous donne soif, on vous offre de l’eau et on vous propose aussi de déguster différents types de rhums…

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2008 5 28 /11 /novembre /2008 10:01

 

Pour ceux qui ne le savent pas, le département 974 est celui de la Réunion – l’île n’est devenue département qu’en 1946..

Si petit de l’extérieur et si grand à l’intérieur, ce département  ! La preuve : ces quelques panoramas que j’ai faits avec mon  Canon depuis notre installation :

Plongée sur Grand Bassin, …

Ravine de l’Entre-Deux

Panorama du volcan de la Fournaise

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2008 7 23 /11 /novembre /2008 17:52

Nous avons découvert hier dans l’arrière-pays de Saint Joseph, un hameau situé dans un cul de sac et appelé La Plaine des Grègues. Ici, dans cette zone montagneuse,  on plantait autrefois du café (une « grègue » est une cafetière). Aujourd’hui on continue de planter, mais la culture du café est abandonnée. On y récolte le « curcuma ». Sa racine, d’abord coupée en morceaux, puis séchée au soleil, et enfin réduite en poudre, donne une épice qu’on pourrait assimiler au safran. Le curcuma est très prisé dans la cuisine locale. Il entre dans les plats cuisinés, les liqueurs. Dans la Maison du Curcuma, nous avons vu un film sur la récolte et la transformation de  la racine, et eu droit à une séance – dégustation. Enfin dans le petit jardin attenant à la boutique, nous avons photographie la fleur de curcuma (voir photo ci - dessus. Mais les champs n’étaient pas ouverts à la visite, car la saison de la récolte était passée. En redescendant vers Saint Joseph, nous avons pu apprécier la beauté des paysages et profiter de la vue plongeante sur les villes côtières et le bleu de l’océan.

 La vue sur Saint Joseph

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2008 4 20 /11 /novembre /2008 17:53

 

Ce vieux quartier portuaire, à deux pas du front de mer de Saint Pierre,  est en pleine restructuration, mais il a encore un charme fou avec ses vieilles cases, ses poissonneries, la Rivière d’Abord,  sa crique rocheuse, sa petite plage abritée, ses temples hindous… Pourvu que ce charme soit préservé  et que les associations comme Portes du Sud, qui luttent pour la sauvegarde du patrimoine, veillent au grain.

 

      

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2008 7 16 /11 /novembre /2008 20:27

Quand on fait le tour de l’île, on est surpris par ces lits de torrents – secs ou peu alimentés en cette saison - ces vallées profondes creusées dans la roche, ravinées par les eaux de pluie et qui descendent vers la mer à maints endroits. Ces ravines sont impressionnantes ! Tout le monde connaît la Ravine Saint Etienne  dont le pont a été emporté en 2007 par les vents, envolé comme un château de cartes : actuellement une route passe dans le « radier » jusqu’à ce que le pont soit reconstruit. Ces radiers peuvent être fermés en cas de fortes pluies et l’île est encore un peu plus paralysée qu’elle ne l’est en temps normal. Le passage de radiers en voiture est aussi très inhabituel  pour nous « les métro »: la route descend dans un creux et remonte presque aussitôt.  Les Ravines  portent de jolis noms : Ravine des Cabris, Ravine des Citrons, Ravine des Remparts, Ravine des Colimaçons… Elles  commencent souvent à une altitude élevée.

Il est déconseillé de se baigner près des ravines car les requins sont attirés par ces endroits, souvent pollués, donc riches en matières organiques. Habiter en bordure de ravine me semble incongru bien que les maisons soient protégées par des murets ;  là la végétation est assez sauvage et les moustiques y prolifèrent, faut aimer…

Du pont de l’Entre- Deux, on a une belle vue sur la Ravine du Bras de la Plaine (photo 1)
Le lit de la rivière (photo 2)

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2008 7 02 /11 /novembre /2008 17:36












Avant d’arriver à Saint Pierre par la quatre voies, on distingue une baie rocheuse noire où les pêcheurs ont coutume de lancer l’hameçon, comme Guillaume et François l’ont déjà fait. De là on peut rejoindre le front de mer de Saint Pierre et arriver au parking du Jumbo (nom d'un hypermarché) : un joli chemin emprunté par de nombreux joggers, promeneurs et cyclistes a été aménagé là. Des barrières en bois dissuadent de trop s’approcher des falaises qui sont très friables et qui s’érodent de plusieurs dizaines de centimètres par an. L’endroit est très fleuri et arboré.Vers cinq heures, il faisait encore 28° quand nous avons décidé de nous engager sur ce chemin.Le coucher de soleil sur la mer argentée est un spectacle féérique.

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2008 1 20 /10 /octobre /2008 17:48

En redescendant vers St Pierre, on s'est arrêté au Gouffre, un lieu très sauvage où les vagues  viennent violemment heurter les roches basaltiques qui se jettent dans l'Océan. Ici de nombreuses croix commémorent des disparitions en mer de jeunes gens : le soir l'endroit doit être lugubre ! Une côte très sauvage où ont été aménagées des zones de pique-nique  et on peut y accéder à vélo par la piste cyclable depuis Saint Pierre.

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2008 1 20 /10 /octobre /2008 17:43

A une trentaine de minutes au Nord du  Tampon, avons découvert une plage surprenante : la plage de sable noir d'Etang Salé les Bains. L'endroit est calme, la mer est chaude, et limpide : on voit les poissons nager entre les plaques de basalte, pas de coraux ici comme à l'Hermitage. Les courants y sont plus forts. De nombreux jeunes Réunionnais viennent y surfer et quelques famille pique-niquent un peu plus loin que la zone de baignade.Nous avons magné près d'un camion-snack : ma salade composée à 5 Euros était délicieuse (salade verte, maïs, surimis, tomates, concombres, oeufs, mayonnaise et samoussas...)

Partager cet article
Repost0