Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 janvier 2009 4 08 /01 /janvier /2009 20:11

 

N’allez pas imaginer qu’il n’existe pas de grandes surfaces sur l’île. On y trouve des « Score , Jumbo, Hyperchampion, Champion, Hypercrack, Géant, Carrefour…. » Les supermarchés les plus répandus sont les Score. Ils sont ouverts le dimanche matin. Les produits dont le coût nous a semblé bien plus élevé qu’en métropole, sont les produits de soin (shampoings, crèmes, savons) les laitages (crème fraîche, lait, beurre,yaourts)…. Les légumes et les fruits sont plus chers qu’au marché.

 

Ce qui peut étonner, c’est l’omniprésence des agents de sécurité, à toute heure du jour dans ces magasins. On en voit aussi avec des chiens sur les parkings des hypermarchés. Parfois on est obligé de passer chez l’agent pour une marchandise  déjà payée en caisse. Il appose sa signature et son cachet comme laisser -passer. Pratique dont nous n’avons pas l’habitude.

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2008 3 03 /12 /décembre /2008 18:40

 Surprenant ce goût de l’élitisme pratiqué dans mon nouveau collège : les classes européennes assez chargées sont composées d’élèves très performants qui ne posent "aucun" problème ! On pourrait en avoir 60 qu’on arriverait à les gérer et à les faire travailler tous ; et d’un autre côté on trouve des classes d' élèves en difficulté (21 en 4e !)  pour lesquels  la langue française est un vrai pensum et qu’il faut « occuper » intelligemment alors qu’on sait que seule la vie active leur plairait. Ils ont droit à deux fois 10 jours de stage sur l’année ! Dérisoire…  Il existe aussi des classes de 6e en difficulté qu’il faut remettre sur les rails, mais sans moyens conséquents : une heure de français, une heure de maths, en plus,  et à la fin de l’année se dire qu’ils vont être au niveau des  autres élèves  de 6e ! Illusoire… J’avoue regretter les classes de métropole où les classes étaient hétérogènes et plus stimulantes… pour l’élève et l’enseignant !  Heureusement que notre principale garde confiance et met en place des actions axées sur la langue française, comme le théâtre et la poésie… mais cela suffira –t-il ?

Autre coutume : Ici on fait des distributions de prix ! On croit retourner 40 ans en arrière ! Mais paraît que la carotte permet de valoriser le travail ! Et alors …  l’élève qui fait ce qu’il peut en dépit de tous ses problèmes… quelle sera sa récompense ? Je me conformerai donc à leurs traditions sans être convaincue de leur bien-fondé ! Ces pratiques ne sont pas des pratiques isolées, elles doivent être répandues  dans  toute l’île, selon certains échos.

 Un petit espoir tout de même : peut- être que la mise en œuvre du socle commun permettra aux plus défavorisés de devenir autonomes … à condition que les enseignants du primaire insistent sur la « nécessité » de la maîtrise de la langue française, sinon les écarts vont encore se creuser

Partager cet article
Repost0
29 novembre 2008 6 29 /11 /novembre /2008 16:36

Depuis quelques jours les "letchis" sont mûrs. Les arbres en sont chargés et le spectacle est féérique. Le fruit est vendu sur les marchés, au bord de la route, partout. On peut l’acheter avec la grappe et les feuilles ou sans. On peut en trouver pour 1,50 € le kilo et parfois à 1 €. Rien à voir avec les fruits qu’on a en métropole : ici, ils sont gros, juteux, ne collent pas autant au noyau et s’épluchent bien plus facilement. Paraît que c’est plein de vitamine C. Nous en mangeons quasiment tous les jours, sans nous en lasser. Aujourd’hui François, a préparé un rhum arrangé aux "letchis". Le bocal va rejoindre les autres rhums arrangés à la papaye, à l’ananas… dans un endroit « frais » à l’abri de la lumière.

 

Partager cet article
Repost0