Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 16:27

  Rencontre avec  la Fédération Départementale des AAPPMA (Associations Agréées  de Pêche et de Protection du Milieu Aquatique)

Au port de St Pierre, si beaucoup de stands n’étaient pas encore ouverts à 10h30 ce samedi, celui de la FDAAPPMA était déjà prêt à accueillir les visiteurs. Immédiatement des objets insolites attirent mon regard : des nasses, "une gueule de vouve"… mais aussi des objets plus menaçants : des harpons, des fourches… Ce sont en fait des outils de pêche saisis pas les autorités.

fdapappma

Quelque 13 personnes sur l’île veillent au respect de la réglementation parmi lesquelles 6 garde –pêche. Cela me semble bien dérisoire au vu de la longueur des côtes et des zones de pêche en eau douce !

La Fédération publie un dépliant qui rappelle que la carte de « pêche en rivière » est obligatoire et rappelle les tarifs de cotisation CPMA. Il précise aussi quand pêcher. Par exemple la pêche est autorisée une demi-heure avant le lever du soleil et  une demi-heure après le coucher du soleil. « Toute pêche de nuit est interdite ! »

Les dates d’ouverture de la pêche y sont aussi stipulées :

1ère catégorie : 1er janvier au 2 mai inclus et du 2 octobre au 31 décembre inclus

2e catégorie : 1er janvier au 31 janvier inclus , du 3 avril au 31 décembre inclus

On y rappelle que la pêche des chevaquines est strictement interdite du 1er janvier au 2 avril inclus et du 1er au 31 décembre inclus.

Pour les catégories, une carte au verso du dépliant localise chaque zone.

Un tableau permet de connaître les tailles légales de capture pour différentes espèces de poissons et crustacés, ainsi que le nombre de prises autorisées par jour.
Si la taille du tilapia échappe à cette règle, il n’en est pas de même pour le mulet dont la taille ne peut être inférieure à 18 cm ou le cabot noir qu’on doit remettre à l’eau s’il mesure moins de 8 cm. Si on peut pêcher 8 poissons plats par jour, on se contentera de 5 prises pour l’anguille, de 6 pour la truite…

Dans ce document, on mentionne que les pêcheurs amateurs de doivent pas commercialiser le produit de leur pêche, cela constitue un délit. L’amende  est de 3750 euros pour le contrevenant

Le dernier paragraphe de cette plaquette rappelle le montant de sanctions encourues selon 9 types d’infractions : on risque une amende de 450 euros si on pêche de nuit, si on pêche sans carte, si on pêche dans un lieu ou à un moment prohibé ou encore avec un engin prohibé ; et si on empoisonne le milieu aquatique l’amende est de 18000 euros !

fdapappma2

Pour vous renseigner auprès de la FDAAPPMA contact : GSM 0692022962 tel –fax 0262913248

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 09:32

 

 Etang Salé PS (19)

Ce sont 2,2 km à travers un paysage arboré égayé par les chants des cardinaux, condés, tourterelles, et oiseaux - lunette. Ce circuit est réservé aux adultes et aux adolescents, et seulement aux enfants sous la surveillance de leurs parents. Il est situé en face du Croc Parc. On le repère bien parce qu’il est bordé de galets ronds et noirs.  On peut se promener, courir ou marcher sans travailler les ateliers... pour commencer.  C’est ce que nous avons fait hier matin. Etang Salé PS

 Ce parcours de santé est composé de 16 ateliers ; il vaut mieux s'y rendre tôt le matin ou avant la tombée du jour : les grandes chaleurs rendent les exercices pénibles, et comme le chemin est en sable noir, le soleil, malgré les frondaisons d’arbres, réchauffe bien l’espace.

Etang Salé PS (15) Etang Salé PS (12)

Des panneaux explicatifs incrustés dans les rochers balisant le parcours donnent les indications : on commence par des étirements statiques, puis des étirements dynamiques, des sauts de puce. On passe sur des rondins, puis c’est au tour des barres parallèles, plus loin on slalome entre des pieux de bois, on s’essaye à saute-mouton, on fait des rotations du tronc et ça repart pour une course fractionnée.

Etang Salé PS (11) Etang Salé PS (9)

               barres parallèles                                     slalom

Etang Salé PS (3)   Etang Salé PS (8)

saute -mouton                                    course fractionnée

  Etang Salé PS (7)

Bientôt on a droit de se suspendre à des échelles, on fait des pas de géant jusqu’à la poutre pour y tester son équilibre.

Etang Salé PS (6) Etang Salé PS (5)

  Arrivent ensuite les barres fixes, puis les haies, puis il s’agit de grimper et de sauter, et de terminer par des exercices de musculation.

Etang Salé PS (4) Etang Salé PS (2)

Non, nana point de macaque à la Réunion !

Rien que d’écrire tous ces mouvements, ça m’a fatigué !

Les agrès en bois sont en bon état, et s’inscrivent bien dans le décor. Et plusieurs points d’eau très pratiques ont été aménagés sur le parcours.  On peut s’y désaltérer ou se mouiller le front, la nuque pour se rafraîchir. Ces fontaines sont aussi très prisées par les oiseaux.

Etang Salé PS (17) Etang Salé PS (18)

A plusieurs reprises des « raquettes » bordaient le chemin. Pas étonnant ! On reste dans le champ lexical du sport.  Nous avons marché au milieu d’arbres aux troncs très différents, la forêt semble jeune ici.

Etang Salé PS (14) Etang Salé PS (10)

  On y rencontre des eucalyptus, des filaos, des acacias et même des porchers (thepesia populnea) à moins que ce soit des "mahots bord de mer" avec lesquels on peut les confondre...

Etang Salé PS (21) Etang Salé PS (20)

  Tiens, deux petites cailles se promènent là, dans les feuilles mortes… avec lesquelles elles se confondent. Pardon pour la répétition...

 Bravo au(x) concepteur(s) de ce parcours, qui est très bien entretenu et surtout respecté par ses usagers. Un endroit bucolique et sympathique où amener nos amis vacanciers ... La Réunion, un endroit de rêve pour les sportifs !

 

 

Partager cet article
Repost0
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 18:07

parc palmier 0








En descendant de Trois Mares au Dassy

Le Parc a désormais du cachet, et c’est une promenade très prisée par les habitants du parc palmier 12Dassy, de Trois Mares, et d’ailleurs. On y court et on y marche pour garder la forme mais aussi pour s’émerveiller à chaque courbe de sentier. La diversité des palmiers est impressionnante. Un dégradé de verts qui apaise !  L’herbe a poussé, les chemins ont été drainés, et les  kiosques sont achevés. On y vient en famille ou seul pour se ressourcer. Pas de droit d’entrée à acquitter.



C’est au lever et au coucher du soleil qu’on rencontre le plus de promeneurs et de sportifs en raison de la fraîcheur. Pendant la journée, la chaleur est dissuasive. Mais quand les palmiers auront la taille de l’énorme manguier qui s’y dresse encore, on pourra profiter de leur ombrage.

parc palmier 10
Les paysages sont splendides : le parc  s’ouvre au Nord sur la montagne, au Sud Ouest sur l’océan. On ne se lasse de cette vue privilégiée. Et ce qui réjouit aussi les habitués des lieux, c’est la propreté. -Pourvu que ça dure …-

 


 Vue sur l'océan


La 1ère tranche du projet est achevée : au total 1800 palmiers en terre, soit 250 espèces représentées, 750 en culture, pour 140 genres. Dans cinq ans on devrait pouvoir parcourir parc palmier 11a20 hectares avec davantage d'espèces et de genres.

On regrette un peu l’absence d’étiquetage des palmiers, dont on aimerait connaître les noms,  mais il paraît que c’est prévu ! Alors, encore un peu de patience.



                                                                                 Vue sur la montagne

Pour la réalisation de cette aventure, dès l’origine la municipalité du Tampon fait appel à des spécialistes, comme les membres de l’association Palmeraie-Union et son conseiller technique,. Christophe Lavergne et Pierre Walck, conservateur Honoraire des Jardins de Nancy participent aussi à cette réalisation. Chapeau à tous ces acteurs sans qui on n’aurait jamais connu ce beau site !

parc palmier 13

                                   Un endroit reposant...

"Marcher, préserve du diabète" J'ai entendu cette vérité deux fois, d'abord de la bouche d'un médecin généraliste puis de celle d'un médecin urgentiste. Sur l'île, le diabète est un vrai problème... (ce sera le sujet d'un autre article)

Partager cet article
Repost0
7 mai 2009 4 07 /05 /mai /2009 18:01

Au Tampon, au lieu-dit « La Pointe » a été aménagé un parcours de santé qui est bien fréquenté. On y voit marcher ou courir des sportifs de tous âges et de toutes conditions physiques. Même des gramounes s’y retrouvent.

Plusieurs boucles sont possibles. Les sentiers sont larges, bordés d’arbustes, de fleurs,  qu’entretient régulièrement la ville.  Le circuit offre plusieurs niveaux de difficultés : du niveau débutant ( 506 m,) au niveau « athlète » (2000m) des agrès jalonnent  le jalonnent.

On n'imagine pas que cet endroit ait pu être une ancienne décharge. Les plantations sont variées, des points d'eau ont été installés (quelques petites fontaines). Un banc pour se reposer après l'effort.

J'ai pris l'habitude de m'y rendre le jeudi après - midi avec une collègue dynamique du Collège de Trois Mares et de marcher pendant deux heures environ... d'un bon pas !

Partager cet article
Repost0
27 mars 2009 5 27 /03 /mars /2009 17:07
                ...de faire le grand saut.

               Comme on lui avait mis à la bouche, notre jeune maman n'a pas voulu être en reste. Alors le jeudi 26 mars, elle a survolé le lagon en parapente  pendant que bébé était sous la surveillance de son papa.
Pierre s'est approché de l'eau en attendant qu'Anne  Laure atterrisse sur la plage quand une lame a mouillé le chérubin et son père.Pas moyen de les laisser seuls ces hommes...

L'après midi, repos bien mérité dans un hamac de l'Hermitage après une visite du Conservatoire des Mascarins au pas de course - trop chaud !-
Partager cet article
Repost0
27 mars 2009 5 27 /03 /mars /2009 17:02

La matinée à la Rivière Langevin était un régal. Il vaut mieux y aller en semaine car le week-end, c’est le rendez-vous prisé des habitants de Saint Joseph et des environs, là impossible de trouver une place d’herbe sur les berges, chacun y rapporte son pique-nique et ses marmailles.

Nos jeunes et leurs amis, sur les conseils éclairés de Vinz,  ont profité de cette escapade pour entrer dans le bassin « frisquet » de la Cascade, et ont osé improviser un canyoning  d’enfer !

Partager cet article
Repost0
16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 16:31

Vol au dessus du lagon

Nous sommes allés à Saint Leu ce matin . D'abord, nous avons regardé les atterrissages des parapentistes plus matinaux que nous sur la plage, -des enfants de 6 ans , des personnes âgées sautent en tandem, un ado de 15 ans arrive en solo et se pose comme sur du velours.- Puis nous avons rejoint notre lieu de rendez-vous dans la case de Parapente Réunion vers 9 heures 15 où nous avons attendu nos  5 moniteurs.  Puis avec une navette, nous (François, Pierre, Vérène,Eddy et moi) sommes montés à 800 m d’altitude, par la route des Colimaçons. La plateforme d’envol était remarquablement bien aménagée. Le ciel était dégagé, les vents étaient favorables pour les 4 premiers envols, mais non pour le cinquième, celui de François qu’il faudra remettre à plus tard !

Pierre équipé pour la descente

On nous a mis notre harnais, appelé « sellette » pour le baptême. L’aile a été étalée sur le sol et le moniteur a expliqué qu’il fallait courir devant lui et ne pas cesser de courir malgré la descente dans l’herbe. Pendant ce temps, lui tenait et dirigeait la voile, en regardant derrière lui.

 Le survol des champs de cannes, du Conservatoire Botanique, des plantations maraîchères, de la Route des Tamarins et de Saint Leu, puis du lagon était un ravissement pour les yeux. On voyait aussi des gens dans leur piscine, les voitures sur les lacets des Colimaçons… On s’est posé en douceur sur la plage. Seul Eddy et son moniteur ont "chuté" après un atterrissage pourtant réussi , on dirait ici qu'ils ont « chappé »,  emportés par l’aile que gonflait le vent.



  Survol du lagon par Bibi,photographié par un moniteur

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2008 1 15 /12 /décembre /2008 21:51

Sur une langue de sable de l’Etang Salé, Ilyas, un collégien des Ravines , est descendu de sa planche plate en bois pour nous  saluer. Il nous a expliqué qu’il faisait du « skim ». Il s’agit de jeter la planche sur une vague déferlant sur la plage et de sauter pieds nus sur ce support pour accompagner la course de la vague.

Très sportif, ce sport de glisse ! Ilyas nous en a aussi fait la démonstration. Ce sport également appelé « skimboard » est même pratiqué par des plus petits 
!

Partager cet article
Repost0