Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 juin 2010 3 09 /06 /juin /2010 19:59

gb19bDans le lit du Bras de Ste Suzanne, un oiseau, peu farouche, s'est approché de notre groupe qui faisait une halte avant de continuer la rando vers Grand Bassin. 

"Le terpsiphone de Bourbon" appelé égalemennt "gobe-mouche - de paradis" a une longue queue rouge. Ses ailes sont rouges elles aussi ! Sa gorge et sa poitrine sont gris clair. Il a un bec plat, large, muni de longues vibrisses. Ses pattes et ses yeux sont noirs.

Il ne serait pas menacé à la Réunion, peut-être parce qu'on l'appelle aussi "oiseau malheur" ( il paraîtrait que si on piège un de ces oiseaux, on ne peut plus capturer aucun oiseau le même jour, ce qui a peut-être dissuadé les piégeurs) Mais le défrichage actuel pourrait causer sa disparition.

On le trouve rarement dans les Hauts. Son territoire de prédilection est la forêt hygrophile. On peut le rencontrer près de la Rivière Langevin, près de la Rivière des Remparts...Il doit aimer la proximité des cours d'eau. Nous avons vu le terpsiphone sautiller sur les rochers au milieu du torrent.

On le nomme parfois le "chakouat", qui est une onomatopée de son cri.

 

 

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 15:50

 

Un petit oiseau bien sympathique, ce tec-tec ! Peu farouche, il vous accompagne dans vos excursions en Forêt de Bélouve, sautillant d’arbre en arbre, ou se pose sur une branche tout près de vous quand vous observez les panoramas en plongée de Cilaos, de Mafate ou de la Rivière des Remparts…
                             
                                      tec -tec sur un brande vert

Nous en croisons souvent et toujours nous avons envie de les photographier. Pendant notre promenade au volcan, au retour, avant la remontée des 500 marches, dans les pieds de fleurs jaunes nous en avons vu un, très téméraire, un tec-tec  « à touristes » qui venait chercher les miettes de notre sandwich. Et que je sautille par ici, que je te sautille par là. On aurait cru qu’il prenait parfois la pose ! S’il a une tête noire, c’est un mâle, s’il a une tête brune, c’est une femelle.


 
Le « tec-tec » est en fait un « tarier », il émet un sifflement monosyllabique. Il apprécie le nectar des fleurs jaunes ainsi que celui des fuchsias, et se nourrit de pulpes de fruits et d’insectes…Il vit en couple.
  

Partager cet article
Repost0
15 août 2009 6 15 /08 /août /2009 14:00

 


Sur le sentier du Trou de Fer, nous avons croisé deux oiseaux que nous pensions être des cailles. Mais après consultation du Grand Livre des Oiseaux de la Réunion, nous avons dû réviser notre jugement. Il s’agissait en fait de deux perdrix de Madagascar, aussi appelées « Francolins », ou Cailles perlées de Madagascar, Cailles cave-cave, Grosses Cailles, cailles malgaches…


Cet oiseau vit seul, par groupe de deux ou trois ou en petite compagnie. Il vit dans des taillis, des clairières buissonnantes en lisière de forêt. Il se nourrit d’insectes, de vers, de limaces, de baies… Il niche toute l’année dans le sol, dans des dépressions sous les buissons et pond 14 à 20 œufs. Il aurait été introduit à la Réunion au 18e siècle.

Partager cet article
Repost0
14 août 2009 5 14 /08 /août /2009 17:58



En nous promenant dans la forêt de Bélouve, nous avons croisé des tariers –ou  tec-tecs -, des terpsiphores (ou oiseaux de la vierge), et des Merles endémiques –rien à voir avec le Merle Maurice qui a été introduit – Ces merles ont égayé notre parcours de leur chant, mais comme ils se perchent au sommet des tamarins, ils sont très difficiles à photographier.

 

Depuis son perchoir élevé, cet oiseau émet de temps à autre un chant puissant, comme le Merle d’Europe, mais plus court. Il s’amuse aussi à pousser des cris très différents : par exemple il chuinte ou il miaule. Il miaule comme un chat ! Cet oiseau est en voie de disparition, depuis un arrêté de 1989, on ne peut plus le chasser.

Son bec et ses pattes sont jaunes, son œil est blanc crème, ses ailes et da queue sont gris-brun, sa gorge et son croupion sont gris cendré.
On l' appelle aussi "bulbul"

Partager cet article
Repost0
5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 06:54

Elle est bien mignonne, cette petite tourterelle avec ses pattes fines, ses zébrures brunes joliment dessinées, sa gorge bleu pâle virant au rose clair, le contour bleu ciel de ses yeux et sa démarche gracieuse. Elle se promène le long des plages, dans les savanes,  mais aussi dans notre jardin. On la trouve jusqu’à 1500 m. Son roucoulement est doux et bref. Il lui arrive de faire la roue avec ses plumes caudales.

Son nom est la « géopélie zébrée », mais on l’appelle communément "tourterelle péi."


Partager cet article
Repost0
2 mai 2009 6 02 /05 /mai /2009 18:15

 

    Avant-hier, nous avons croisé deux hommes qui baguaient des oiseaux ( des Pétrels de Barau)sur le sentier du littoral à Saint Pierre. Ils nous ont expliqué la raison de leur présence.

Missionnés par la S.E.O.R  (Société d’Etudes Ornithologiques de la Réunion), ils récupèrent les oiseaux marins tombés, les baguent, prennent différentes mesures, puis les relâchent dans l’océan.
 

Dans ses mains l’un des jeunes gens tenait un « pétrel de baran », fixait une bague numérotée à sa patte pendant que son collègue répertoriait les données sur sa liste. Ils nous ont expliqué que ces oiseaux, endémiques de la Réunion, étaient désormais protégés.

 

Quelles menaces ?

Ils sont toujours menacés par les éclairages.  Cet oiseau du large se reproduit dans la montagne et en avril, les petits en quittant le nid sont attirés par les lumières artificielles et s’échouent au sol, sans pouvoir redécoller. Ils sont alors à la merci des chats et des chiens et sont voués à une mort certaine. Ces éclairages provoquerait la moitié de perte chez les jeunes à l’envol. La SEOR a déjà demandé aux communes de réduire l’éclairage nocturne.

Il est demandé aux particuliers de récupérer les oiseaux dans un carton et de prévenir la SEOR (tel 02.62.20.02.19) Les « bagueurs » nous ont dit avoir recueilli 800 pétrels de barau dans l’île les deux premières semaines d’avril (période de l’envol des petits)

Une autre menace : le braconnage. Ces oiseaux sont souvent capturés pour être mangés , en « carris fouquet ». Cette capture est illégale (les pétrels et les puffins étant protégés par la loi)

Ils sont aussi menacés par la destruction du milieu. Leurs nids installés dans les terriers, sont sensibles  à toute dégradation du sol et du couvert végétal. Les pétrels mettent leurs nids dans le sol pour protéger leur progéniture du refroidissement nocturne.


                                        
                                                        Baguage et mesures
      

liens avec la société SEOR
contact@seor.fr
site :www.seor.fr


Partager cet article
Repost0
29 décembre 2008 1 29 /12 /décembre /2008 21:13
Souvent en famille, comme en métropole. On mange de la dinde ou de l'oie aux letchis, on attend que le père Noël apporte des cadeaux. On met des guirlandes dorées à la varangue ou sur la terrasse, on décore les tables avec des objets artisanaux réalisés par des associations. Dans la région où nous habitons, le Père Noël aurait du mal à venir par la cheminée, vu qu'il n'y en a pas. Parfois on va randonner dans les hauts et on fête avec une bonne bouteille et des gamelles qu'on a emportées avec soi dans le sac à dos, ou on réserve une table dans un restaurant. Et pour le retour pas de verglas à redouter...
Partager cet article
Repost0
25 novembre 2008 2 25 /11 /novembre /2008 12:17

Forcément sur une île où les noms de saints sont légion (Saint Pierre, Saint Denis, Saint Philippe, Saint Benoît, Saint Leu, Saint André… pour ne citer que quelques villes), un cardinal peut bien trouver sa place. Cette fois, il ne s’agit pas d’un personnage, mais d’un oiseau. Et la particularité de ce volatile est que son corps devient de plus en plus rouge au fil des mois, c'est-à-dire de septembre à mai.  Il ne peut passer inaperçu avec son plumage vermillon ! Seuls la queue et les ailes restent noires. Le mâle se tient volontiers sur une éminence d’où il domine son territoire…

On l’appelle aussi le « foudi de Madagascar »

     

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2008 1 24 /11 /novembre /2008 17:57

Chaque matin, nous sommes réveillés par des chants d’oiseaux. Le chant le plus beau est sans nul doute celui du bulbul orphée, encore appelé Condé, ou oiseau chapeau, et même « merle Maurice » parce qu’il est originaire de l’île Maurice. Il chante sur trois notes, et son chant est mélodieux et varié. Le bulbul a été importé à la Réunion en 1972. Cette espèce s’est répandue dans toutes les régions basses de l’île et on le trouve même à 900 m d’altitude. Sa présence est mal perçue car il prolifère, pille les nids des oiseaux endémiques et cause des dégâts aux vergers. Dans notre jardin, c’est un trio qui a jeté son dévolu sur une banane du régime.  Il est souvent perché au faîte des arbres pour surveiller le territoire.

C’est un joli oiseau à la tête noire surmontée d’une huppe. Une tache rouge souligne son œil et son ventre est blanc. Joli, mais nuisible… et sans - gêne !

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2008 1 10 /11 /novembre /2008 18:26
Si vous voyez un gros arbre dont les branches supérieures sont dénudées et que des espèces de corbeilles rondes y pendent, c'est qu'il est habité par des oiseaux jaunes, appelés belliers ou tisserins. Ils construisent des nids surprenants : d'abord ils font un anneau qu'ils accrochent à une branche élevée, puis tissent autour avec de petits rameaux et ils entrent dans leur logement par le bas. Cette boule verte jaunit au fil du temps. Les Femelles le garnissent de plumes et d'herbes fines.
Le nom "bellier" ils le doivent à la propriéte de M. Bellier dans laquelle est apparue  vers 1880 la première colonie de ce type d'oiseaux.
Dans notre jardin, un bellier avait commencé la construction du nid, mais il est tombé, (le nid !) le voilà sur une des photos !
Partager cet article
Repost0