Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 mars 2010 6 13 /03 /mars /2010 15:22

 Tous les habitants de St Pierre connaissent ce vieux  quartier autour duquel s’est développée la ville.

Dans les guides touristiques, on nous met l’eau à la bouche en parlant de « vieux village de pêcheurs » et quand on se promène le long de l’océan, on est déçu par les nouvelles constructions à étage, qui n’ont rien de pittoresque. Et là, les cases typiques se comptent sur les doigts de la main.

        Terre Sainte pêcheEt pour la pêche, les années fastes sont bien loin, c’était voilà 20 ans. Aujourd’hui ce sont quelques pêcheurs occasionnels qui y lancent leurs appâts. Guillaume, Paul et François y ont aussi déjà fait tremper leur ligne. Pas de barque de pêcheur visible dans cette rade… Sur le bord de mer, deux poissonniers sont livrés chaque jour, c’est bien tout !

Grâce à l'Association "Portes du Sud", avec Enis Rockel, nous avons fait un parcours à la découverte de ce quartier.

Il a retracé l’histoire du port de Saint Pierre qui est liée à celle de Terre Sainte. En 1686 Bernardin de Saint Pierre parle déjà d’un estuaire qu’il aurait découvert, estuaire où 10 bateaux de 50 tonneaux pourraient hiberner. Il faudra attendre quelque deux siècles pour que le port soit construit…

Notre guide  nous a conduits  d’abord vers le « Grand cabanon », puis vers la « Croix des pêcheurs », et enfin dans la « baie de Terre Sainte », avant de nous faire revenir à l’Office du Tourisme par la ruelle Charles Prince.

Terre Sainte vue  Terre Sainte escalier

Si on veut se faire une idée plus réaliste de ce qu’était le village avant, il suffit de s’aventurer dans les ruelles qui remontent et on est conquis : un vrai labyrinthe de chemins très étroits où ne passe aucune voiture, des maisons serrées les unes contre les autres. On croit même briser l’intimité des gens qui vivent ici, en passant devant leur cuisine, devant leur salle de séjour… Mais c’est toujours avec le sourire que les habitants nous saluent. Si autrefois toutes les cases étaient blanches (car blanchies à la chaux) aujourd’hui elles sont parfois de couleur vive. On affectionne beaucoup le bleu.

Le Grand Cabanon de Terre Sainte.


Terre Sainte cavanon 2  Terre Sainte cabanon 3Il en reste un énorme mur. Edifiée en 1853, cette immense bâtisse  abritait  130 ouvriers qui travaillaient à la construction du Port de Saint Pierre. Ces ouvriers ont dû, sur ordre du Gouverneur Hubert Delisle, arrêter le chantier de la RN3 – route des Plaines- pour prêter main forte aux autres ouvriers du port dont 497 prisonniers venus de Saint Denis. (Ces derniers eux étaient logés à la prison datant de 1843 situé derrière l’hôtel de ville)

La Croix des Pêcheurs

Terre Siante Chapelle vers Terre Sainte vers Chapelle 2

Terre Sainte Croix des Pêcheurs 2Au point culminant de Terre Sainte, les villageois avaient édifié une chapelle, où ils allaient prier avant de partir en mer.
A l’heure actuelle on y voit encore la grande croix et une petite chapelle dédiée à la Vierge Marie, et devant cet espace des bancs pour les fidèles. Cette croix -ci date de 1955


Vue plongeante vers l’océan et à main droite le port de St Pierre. Quand la Terre Sainte descentemunicipalité décide de  faire sauter à l’explosif cette petite montagne, la population s’indigne et on arrachera la roche tout autour  pour construire le Port et faire passer une voie ferrée ( sur laquelle passaient des wagonnets  de chantier , appelés « trucs », tirés par les chevaux. Enis Rockel raconte que la tempête Gamède a mis à jour une roue de ces wagonnets, à laquelle il conviendrait de donner une place… Nous descendons de ce tertre par un escalier étroit bordé de maisons, traversons la route du littoral et arrivons à la crique bordée de banians.

Partager cet article
Repost0

commentaires

sylvie boyer 13/03/2010 17:49


j'ai effectué cette visite avec Enis il y a quelques mois. Ce lacis de ruelles piétonnes m'a rappelé le quartier du vallon des Auffes ou le quartier de l'Estaque à Marseille/. Les
villages de pêcheurs qu'ils soient sous les tropiques ou sur les bords de la Méditerranée se ressemblent dans leur conception et dans leur rapport à la religion. A Marseille tout est
relié à la Bonne mère quelque soit sa religion.
merci de nous faire partager les aventures de la famille Dallem


Jacqueline Dallem 14/03/2010 07:45


Tu as raison, on peut comprendre que les pêcheurs aient besoin de se rassurer avant de partir en mer et que leurs épouses ne soient tranquilles qu'à leur retour. Cela explique le besoin de prier la
Sainte Vierge.
Mais Enis nous a aussi expliqué que le quartier est devenu "peu fréquentable" à une certaine époque, parce que les femmes lasses d'attendre leur moitié ont ouvert leur coeur aux marins de passage,
comme dans la plupart des ports... Toutes n'étaient pas "fidèles"...