Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 juin 2010 3 09 /06 /juin /2010 19:10

Randonnée avec les Jolis Pas (suite)

 

gb10Et nous voilà en train d’amorcer la descente : un dénivelé impressionnant de 1000 mètres. Nous croisons deux paires de raideurs qui s’inquiètent de nous voir sur ce sentier. Je leur pose la même question : « Et vous ? Pourquoi y êtes-vous ? » Ils nous expliquent que le parcours en montée s’avère bien moins périlleux qu’en descente. Il y aurait des passages dangereux sur la roche glissante, il faudrait se tenir aux racines des arbres… Eux-mêmes ont dû crapahuter en ayant recours aux branches set aux racines. Nous décidons par conséquent de nous regrouper et d’y aller gb12doucement. Jean – Marie et François veillent au grain. Ils attachent la corde à un tronc solide et pendant que l’un reste en amont, l’autre assure en contrebas. Tous les randonneurs franchissent les éboulis glissants, rassurés, mais sans précipitation. Encore quelques échelles très confortables et la promenade est plus aisée.

 

 

 gb13

 

 

Heureusement que tous avaient pensé à s’équiper de bâtons de marche : pouvoir s’appuyer sur ces accessoires en descente n’est pas un luxe, cela évite les chocs sur les articulations. N’empêche que tous étaient ravis d’arriver. Il est déjà midi et nous ne sommes toujours pas à notre aire de pique-nique. Nous nous arrêtons pour grappiller des goyaviers.

 

gb14 gb14b

Sylviane me conseille de choisir les plus noirs : « Les plus sombres sont les plus mûrs ! » Effectivement, les goyaviers noirs sont bien moins acides que les rouges. Il paraît qu’il existe aussi des goyaviers à chair blanche.

Odile et Chantal racontent que leur maman et leur grand-mère faisaient du vinaigre de goyavier autrefois mais qu’elles n’ont pas pensé leur demander comment on le préparait. Or, toutes savent confectionner des gelées et confitures de ces fruits.

 

gb15 gb16

Le chemin s’élargit, la lumière est plus intense. Nous commençons à être fatigués et à ressentir la faim. Les premiers nous attendent à une croisée de sentiers et nous décidons d’aller pique-niquer au bord de la rivière.

 

gb17 gb18

Nous traversons un lieu planté de bananiers, et d’autres pieds. Un système d’irrigation a été aménagé là. Le chemin est bordé de framboisiers sauvages. Après la passerelle, nous choisissons un endroit ombragé sur les rochers pour casser la croûte. L’endroit est paradisiaque, une eau claire et bouillonnante coule entre les gros blocs de pierre. Un « oiseau-la Vierge » saute de branche en branche. Ferdi photographie la végétation qui pousse dans la pierre : mousses et goyaviers réussissent l’exploit de s’enraciner dans ces roches.

gb18a gb19

 

Partager cet article

Repost0

commentaires