Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 17:21

 

…ça va de soi ! La musique rythme la vie des Malgaches. Tout petits, ils savent déjà reprendre en chœur les refrains de leurs aînés. Et ils se déhanchent d’une façon déconcertante. A plusieurs reprises pendant notre séjour nous en avons eu l’illustration.

La veillée du Nouvel An

chants 0Pendant la veillée du 31 décembre, nous avons partagé le repas avec toute le village de Lokaro sur l’herbe, sous un éclairage réalisé par Gervais ( trois ampoules sur trois poteaux de bois fixés dans le sol, et un groupe électrogène…) Puis, tous les enfants et les parents, se sont mis à chanter et à se trémousser : c’est Perrache ( Espérance) qui donnait le ton. Pour la circonstance, tous avaient revêtu leurs beaux habits. Pendant plus de deux heures, c’était la liesse !

Les danses sont très réglées : tous les gestes ont un sens, on s’exprime avec  les mains et les pieds. On danse, les coudes relevés et les pieds martèlent le sol. On l’appelle la « danse des éleveurs de zébus. » Nous n’avons rien compris aux paroles mais nous avions le sentiment que les enfants s’amusaient vraiment…

chants 6

Ceux qui faisaient le spectacle étaient alignés, et à chaque couplet, une ligne avançait : ceux qui étaient ainsi en première ligne frappaient le sol de leurs pieds et  agitaient leurs bras de la même façon dans une chorégraphie parfaite en chantant avec les autres. Pendant ce temps, ceux qui ne dansaient pas, frappaient des mains...

Donas a pris la kabosy (prononcez « caboch ») à trois cordes et  s’est mis à jouer de cette mandoline malgache à en casser le médiator ( qu’il a immédiatement remplacé au pied levé, en découpant un morceau de plastique d’une capsule de bouteille d’eau). M. Valéry , l'instituteur ne s'est pas fait prier pour marquer le rythme avec le djembé.

 chants 5  chants 7

 

Le 1er janvier

Le lendemain de cette fête mémorable, les enfants de Vatoroka (Vaturuk) sont venus en force à Lokaro pour présenter leurs bons vœux aux habitants de Lokaro. Et là aussi, chants et danses étaient au rendez-vous. Nous avons assisté à des danses similaires, mais le texte devait être de circonstance. A l’issue de cette petite représentation, il est de coutume de donner une pièce, en l’occurrence un billet d’ariarys.

danse chants 2

                                                      les enfants de Vatoroka et la danse de la Nouvelle Année.

chants 3

Anniversaire d’un waza

Pour faire plaisir à Christian, un waza qui nous a rejoint avec sa compagne Agnès, pendant notre séjour, les enfants ont atermoyé l’heure du coucher pour venir chanter devant la case où nous étions encore attablés. « Joyeux anniversaire » en français, svp !

Et d’autres fois encore,

les jeunes nous ont conquis : avec une facilité déconcertante, ils reprenaient nos comptines « un,chants 8 deux, trois, main droite.. » et certains ( ceux qui étaient à l’école depuis deux ans) connaissaient plein de chansonnettes françaises. Un jour, pendant une activité scoubidou, nous avons tenté de chanter un canon. Aucun problème !

Même les  plus petits que je faisais sauter sur mes genoux sans connaître la langue, savaient déjà à quel moment ils allaient faire « plouf ! ».

Le chant doit être inscrit dans les gènes malgaches .Déjà à la Réunion, nous avions constaté l’amour que ce peuple attachant voue à la musique : quand notre amie Tit Cafrine (Chantal Talbot) chante, l’ émotion gagne  son entourage et quand ses soeurs viennent lui rendre visite, nous avons droit à des polyphonies mémorables !

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans Musique
commenter cet article

commentaires