Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 novembre 2020 1 23 /11 /novembre /2020 11:41

Du Barrage du Bras de la Plaine vers le Dassy.

Pour cette deuxième journée de randonnée, après l’arrêt au barrage, nous voilà à cheminer sur un sentier qui surplombe la nouvelle piste du chantier  et le cours d’eau. Sentier étroit agréable, ombragé au milieu d’une végétation dense. Parfois, on avance sur un joli chemin construit sur une canalisation.

Nous nous arrêterons à plusieurs reprises pour rendre visite à des gîteurs, notamment  « chez Doudou », où la propriétaire, charmante,  nous fait découvrir les lieux.

Puis nous serons reçus à « L’Eden du Randonneur » où l’hôte proposera du riz chauffé aux visiteurs…

Nous voilà sur la piste qui longe le Bras de la Plaine, nous y marchons un petit moment avant de bifurquer vers l’îlet Tata, à notre droite.

Là, nous bavardons avec M. et Mme Rivière qui se sont installés sur la terre de leur aïeule pour construire leur hébergement (campement et chambres).

 On nous propose de nous servir en bulbes de curcuma. Nous nous installons à une grande table et prenons un rafraîchissement avant de quitter ce joli havre de paix et nous installer à l’ombre de deux énormes letchis pour pique-niquer.

Le propriétaire de l’îlet Tata nous conseille de reprendre le même chemin, mais les organisateurs décident de poursuivre, bien que le chemin débouche sur un rocher qu’il faudra descendre avec mille précautions. Une belle entraide. Des idées pour descendre d’abord les bâtons, les sacs et ensuite aider les plus récalcitrants à l’aide d’une corde.

La dernière traversée de rivière !

De retour dans le lit de la rivière, nous avons hâte d’atteindre l’arche. Le décor est magnifique, nous marchons entre de hautes roches volcaniques.

Nous observons les salanganes (hirondelles pays) qui gîtent sous la voûte rocheuse.

Quelques promeneurs ou cyclistes du dimanche montent encore vers le barrage.  Dans les bassins quelques rares pique-niqueurs…

Il est quatorze heures 30 quand nous arrivons à la cascade qui n’est qu’un filet d’eau,  à quelques encablures de la passerelle. Mais nous bifurquons pour monter vers le Dassy : une belle grimpette de trois quarts d’heure où il convient de s’économiser pour reprendre son souffle. Il fait encore chaud et nous avons beaucoup de kilomètres dans les jambes.

Bon timing : les taxis arrivent cinq minutes plus tard et nous ramènent au Tampon. Chapeau pour l’organisation !

 

Partager cet article

Repost0

commentaires