Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 octobre 2020 5 16 /10 /octobre /2020 16:45

Pour moi, qui aime le littoral sauvage de Grand Bois,  c’est une découverte. Or, il paraît que depuis mars cet établissement a ouvert et a survécu au confinement. 

On y prépare toutes sortes de caris délicieux pour un prix très raisonnable. Les propriétaires sont originaires de Grand Bois et ont un bon contact avec leurs nombreux clients

A midi, ils servent des centaines de repas à emporter. Les chanceux peuvent s’installer à une des 4 tables de la terrasse avec vue sur l’océan, d’autres s’installent sous les grands banians du terrain Paddock, d’autres encore trouvent un kiosque près des vacoas et l’endroit n’en manque pas.

Comme ce sont les vacances, l’endroit est pris d’assaut !

La carte de La Terrasse du Paddock est riche : huit plats figuraient aujourd’hui  au menu  dont le cari pattes cochon et le cari moules.

 J’ai goûté au cari moules avec rougail avocat. Un délice !

Partager cet article

Repost0
2 août 2012 4 02 /08 /août /2012 08:34

 …était une bonne idée. Ce petit restaurant de Saint Leu, où on peut déjeuner, les pieds dans le sable, propose des plats copieux à prix abordable. Il faut arriver tôt ou réserver parce que les places sont vite occupées. Le personnel, très professionnel,  est sympathique et les produits sont frais.

Zat 4

  Nous n’avons pas été déçus d’avoir choisi cette table. Les salades composées sont délicieuses… J’ai bien apprécié la salade de zourites, ma belle-fille  et sa maman avaient jeté leur dévolu sur un tartare de thon…

Zat 0 Zat 3

De cette terrasse abritée, on a une vue dégagée sur l’océan : quand les marmailles ont fini de manger, ils peuvent jouer sur la plage…

Zat 1 Zat 5Le Zat est situé à main gauche du petit port, juste après  le pont qui enjambe un bras de mer. « Zat » est une allusion au fruit typique de St Leu : les zattes, ou attes (fruits de l’attier)

Partager cet article

Repost0
6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 08:56

 

Chez Sully

 Ce lundi, avant de rejoindre l’aéroport Roland Garros, avec Monique et Pierre, nous avons essayé de tuer le temps. Nous sommes donc partis vers 11h à Saint Paul. Là, nous avons flâné sur le front de mer, le long de plages désertées de sable noir. Faut dire que l’absence de barrière de corail doit dissuader les baigneurs de faire trempette là. Au loin on voit se profiler les installations du Port.

St-Paul-plage-et-pecheurs.JPG

Nous avons fait un crochet par le débarcadère, puis par la place de l’Hôtel de Ville, et en revenant vers notre parking, nous avons cherché un établissement où manger.

                 rue-de-St-Paul.JPG

Là, dans une rue débouchant sur l’océan, nous avons remarqué un attroupement important devant des plats à emporter. Et les salles de ce restaurant se remplissaient rapidement. Nous avons donc décidé de nous arrêter là : la foule était un critère…

Chez-Sully-2.JPG

C’était chez Sully, un self, où les plats sont variés, copieux et recommandés par le Guide du Routard. On y mange des caris, du riz cantonnais (sauf ce jour-là), mais aussi des plats « métro ». Monique et moi avons opté pour le rougail morue. Carafes d’eau à disposition. Des prix tout à fait abordables. Une adresse à recommander.

                       Chez-Sully.JPG

Partager cet article

Repost0
26 avril 2011 2 26 /04 /avril /2011 20:39

 Dans l’îlet de Roche Plate, dans la Rivière des Remparts, existent deux gîtes, celui de Mme Jacqueline Morel «  Le Gîte du Rempart » qu’un couple d’amis a déjà pratiqué et qu’ils ont bien apprécié. Mais je ne peux vous parler que de celui que j’ai découvert le samedi 23 avril : le Mahavel.

P1080617

 Situé le long du sentier, à droite, encore après la Maison du Tourisme, ce gîte est précédé d’une allée bordée de fanjans (fougères arborescentes), d’arbres fruitiers comme le mandarinier, le néflier, et d’arbustes ornementaux ; dans le jardin fleurissaient des orchidées et un indigo marron. Les toits des bâtisses sont en bardeaux et les murs en bois.

 

P1080574  P1080619

P1080621

 

 Les propriétaires Jean Noël Duchemane et son épouse Antoinette savent recevoir. Après nous avoir P1080578distribué les chambres, ils nous ont proposé de prendre un café ou une bière (une dodo évidemment !)dans la salle commune.

 

C’est une grande pièce où est installée une longue table recouverte d’une toile cirée originale. Au mur un  poster représentant une vue aérienne de Grand Coude et de la Rivière des Remparts, un poster où l’oiseau la vierge déploie ses ailes.

 

Cette salle jouxte la cuisine, un lieu de vie,  où on prépare le repas du soir au feu de bois, où on réchauffe le « riz chauffé » pour le petit déjeuner. Notre hôtesse nous a  permis d’utiliser une place de son réfrigérateur pour quelques denrées périssables.

  

P1080576

Dans une case en bois au toit de bardeaux se trouvent les dortoirs. Nous en avons occupé deux : un dortoir de 4 lits doubles (pour les couples) et un dortoir de 6 lits superposés pour les célibataires. La literie était bonne, les couettes et les draps étaient propres et agréables.

 

P1080616 P1080579

La chambre des couples située à l’étage donnait sur une allée de jardin, vers l’aval de la rivière.

 

P1080577 P1080622

Il doit y avoir d’autres dortoirs dans cette case. Nous avons également vu de l’autre côté du sentier un bâtiment appartenant au « Mahavel » et qui pouvait accueillir lui aussi au moins une vingtaine de personnes, à côté de cette case  des sanitaires en construction.

 

P1080582

 

Les sanitaires sont à deux pas des dortoirs et même si le chemin n’est pas long, il vaut tout de même prévoir la torche dans le « fait noir ».

 

P1080580 P1080609

 

 A 19h, nous nous sommes tous retrouvés dans la salle commune pour l’apéro. Jean Noël Duchemane nous a fait goûter ses rhums arrangés : un rhum arrangé bibasses, et un rhum arrangé ananas, pour ceux qui ne souhaitaient pas boire d’alcool, il y avait sur la table une carafe de jus d’ananas pressé. Comme amuse-gueules, des beignets de songe !

 

  P1080612

 

Au menu, ce soir-là gratin de chouchous et citrouilles, un délice ! Puis un carri volaille bien accommodé, cuit au feu de bois. Qui dit carri dit aussi riz, grain et rougail.

 Et pour finir du gâteau de chouchous et de fruit à pain.

 

Grand matin, nous avons pris le petit déjeuner à 7h30 : pain qui était arrivé en 4X4 de St Joseph la veille et qui a été réchauffé au fur et à mesure que les dormeurs arrivaient dans la salle, confiture de mangues et de tomates, chocolat, thé, café. Pour ceux qui le souhaitaient, ils pouvaient aller en cuisine chercher du riz chauffé (riz de la veille avec la sauce de volaille). M. Duchemane nous a tenu compagnie et nous avons évoqué la vie des gens d’ici avec lui.

 Avant que nous ne reprenions la route, sa dame nous a montré où se situait le belvédère de Notre Dame de la Paix d’où on a une vue sur Roche Plate.

P1080630 P1080632

 

 Puis une amie du couple, qui les aide aussi en cuisine, a bien voulu faire la photo du groupe ave l'hôtesse. Mme Duchemane est au 1er rang, 2e place à partir de la gauche.

 

P1080629 Les propriétaires du "Mahavel"  viennent pour le week-end et vivent en semaine à St Joseph. Leur gîte ferme quatre mois par an pendant la saison des pluies (de janvier à avril) Pour les contacter deux numéros : 06 92 20 76 52  et 06 92 76 97 23

 

 

 

Partager cet article

Repost0
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 10:15

Avec une quarantaine de membres de l’UPTS, nous avons déjeuné dans un restaurant de Saint Denis. Il est situé dans ce que les Réunionnais appellent « le Carré d’Or ». Il s’agit d’un quartier qui a vu tripler la valeur de l’immobilier en quelques années. Ce restaurant se trouve à quelques pas de la cathédrale, dans la rue La Bourdonnais, une rue perpendiculaire à la Victoire (cette rue de la Victoire est dans le prolongement de la Rue de Paris), mais l’ entrée du local est à l’arrière.

St Denis 25 fev

                         longer l'église sur la gauche, prendre la 1ère rue à gauche, continuer tout droit...

restau La Bourdonnais Au  buffet froid, des plats très variés, joliment présentés : salade de zourites, verrines de poissons, jambon cru, charcuteries, ananas, achards de légumes… Pour les plats chauds, beaucoup de choix aussi : gratin de pâtes, riz safrané, rougail morue, agneau, porc à la chinoise. Et des pâtisseries succulentes dans un tourniquet réfrigéré pour le dessert : forêt noire, tarte aux pommes, mousses… et j’en passe. De quoi mettre l’eau  à la bouche ! Un restaurant, qui se passe certainement de pub, vu le monde qui s’y presse. Les bonnes adresses se communiquent vite !

  restau La Bourdonnais 2 restau La Bourdonnais 3

                    un cadre sympathique                                                                   une assiette du buffet froid

En attendant le bus devant la cathédrale, un natif de Saint Denis qui fait partie de notre association, m’a aussi appris que les bâtiments en face de ce lieu de culte étaient d’abord une maternité - dans laquelle il a vu le jour, voilà un demi-siècle - avant de devenir le collège -où il a traîné ses fonds de culotte -, puis la Fac de Lettres qu'il a fréquentée. J’ignore la vocation actuelle de ces bâtiments.

Partager cet article

Repost0
29 novembre 2010 1 29 /11 /novembre /2010 11:48

Une adresse à retenir ! Nous y avons mangé avec l’association des Pêcheurs Golet. En apéritif, au choix punch goyave, punch mangue  (délicieux tous les deux) ou coca  (pas très local ce dernier !) L’eau en carafe était excellente. Nos gramounes de l’atelier « Tress’ek nous », Marie-Rose, Lucette, Ginette, Renée ont entonné des chansons lontan, accompagnées par l’instrument original de Jean-Paul, fils de Gisla, un objet qui reproduisait bien le son du kayamb.

P1030578b.jpg

Toute la salle a repris les refrains en choeur. Nous avons ensuite partagé un carry-poulet très bien préparé. En dessert, un gâteau péi.

P1030580b.jpg

L’endroit se prête bien aussi à danser. Le chorégraphe de l’association s’est proposé de donner une leçon gratuite de danse country. L’association des « Pêcheurs Golet » compte actuellement 40 danseurs parmi ses 100 adhérents, signe que l’activité plaît.

P1030583b.jpg

Tous étaient contents de se retrouver. Depuis que  la voie rapide traversant Grands Bois  a coupé le village, il est de plus en plus nécessaire d’organiser ce type de retrouvailles pour les habitants de la Cafrine, de Bassin 18, de Grands Bois les Bas et Grands Bois les Hauts.

P1030601b.jpg

 Dans le jardin de cet établissement, qui est un véritable conservatoire de plantes locales, nous avons pris le temps d'oberver les abeilles qui butinaient dans les agapanthes et les oiseaux -lunette verts qui venaient chercher le nectar des fleurs avec leur long bec effilé.

  P1030586b.jpg P1030595.JPG

Partager cet article

Repost0