Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 octobre 2017 3 18 /10 /octobre /2017 18:47

Ils arrivent en masse à Saint Pierre, les milliers de sportifs inscrits au Grand Raid et au Trail de Bourbon. Des parkings leur sont réservés dans la Ravine de La Rivière D’Abord, près de l’Hôtel de ville…

C’est la galère pour les habitants de la localité et ceux qui y travaillent. La municipalité n’a pas encore pris la mesure de la nécessité de mieux organiser la circulation des usagers. A quand les parkings à étages ou des navettes régulières destinées à désenclaver  le centre ville ?

Pour les bénévoles, c’est aussi un calvaire : apporter des enceintes sur la place où l’association va de danser relèvera demain du parcours du combattant… La ville est paralysée : ça bouchonne !

Sur la Place de l’Hôtel de Ville où on vérifie l’inscription et  récupère les dossards, il faut patienter. Mais les sportifs sont fairplay. On leur donne des sacs jaunes qu’on croit bien remplis à la fin de leur parcours dans une allée qui leur est réservée. J’ai eu beau essayer de m’y glisser – dans les allées, pas dans les sacs- pour faire des photos, mais le cordon de sécurité n’a pas été complaisant,  la consigne, c’est la consigne, eh oui ! plan Vigipirate…

Un coureur me confie qu’on ne leur donne pas grand chose si ce n’est du pâté et d’autres bricoles comme des porte-clefs clignotants... Dans la plupart des stands où ils passent les produits sont payants… Les queues sont longues. Le soleil est de la partie et les bavardages vont bon train. On fait connaissance, on se retrouve avec des coéquipiers… On patiente, la queue est longue.

Mais l’ambiance est bon enfant : on est détendu, sur un podium où résonne en continu une musique, on propose des jeux, on se fait photographier… Non loin de là on peut acheter des t-shirts et autres objets avec les logos du 25e  Grand Raid de la Réunion.

La Protection Civile a mobilisé 70 personnes pour encadrer cette course. Demain, la plupart seront emmenés en hélicoptère dans le cirque de Mafate.

Dans un stand, on accueille les coureurs pour leur proposer des navettes gratuites desservant plusieurs villes de l’île pour les amener au départ de leur course. La mascotte de « Team Gaspar » est là aussi pour motiver les troupes.

Tous sont motivés. Un bénévole présent sur le site me dit en souriant : le 2e jour plus de la moitié auront abandonné… il avance un chiffre : 1600 sur 2400 !  Peut-être, mais les meilleurs seront au rendez-vous à Saint  Denis !

Départ demain soir à 21H 30  ! Bonne chance à ceux qui veulent assister à ce grand moment … préférez le covoiturage  ou venez de bonne heure, la ville risque d ‘être paralysée.

Effervescence la veille du Grand Raid à Saint Pierre !
Effervescence la veille du Grand Raid à Saint Pierre !
Effervescence la veille du Grand Raid à Saint Pierre !
Effervescence la veille du Grand Raid à Saint Pierre !
Effervescence la veille du Grand Raid à Saint Pierre !
Effervescence la veille du Grand Raid à Saint Pierre !
Effervescence la veille du Grand Raid à Saint Pierre !
Effervescence la veille du Grand Raid à Saint Pierre !
Effervescence la veille du Grand Raid à Saint Pierre !
Effervescence la veille du Grand Raid à Saint Pierre !
Effervescence la veille du Grand Raid à Saint Pierre !
Effervescence la veille du Grand Raid à Saint Pierre !
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans sport
commenter cet article
18 octobre 2017 3 18 /10 /octobre /2017 18:08

Voilà le programme de ces deux jours de festivités qui précèdent le départ du Grand Raid 2017. J'ai pu en obtenir le détail à l'Office du Tourisme...

 

Programme du Grand Raid 2017 : Saint Pierre organise le départ.
Programme du Grand Raid 2017 : Saint Pierre organise le départ.
Programme du Grand Raid 2017 : Saint Pierre organise le départ.
Programme du Grand Raid 2017 : Saint Pierre organise le départ.
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans sport
commenter cet article
10 octobre 2017 2 10 /10 /octobre /2017 17:10

Pourquoi faire sept noeuds dans une feuille de vacoa ?

Un ami de Pêcheurs Golet nous explique cet après midi à Montvert, sous un pandanus, que c'est une coutume créole bien utile. Ah ! la magie du chiffre "7" !

On prend une lanière ce cette feuille, on y fait sept noeuds et on entoure de ce cordon la zone de notre corps qui fait mal,et ... la douleur s'en va…

Ainsi si tu as mal à la cheville, tu enserres ta cheville de ce cordon, si tu as mal au bras, tu le serres autour du bras.
Voilà un truc qui vient tout à propos et qu'on pourrait conseiller aux coureurs du Grand Raid ! Tous à vos feuilles de vacoa, mais enlevez bien les épines avant. On ne sait jamais !

7 noeuds dans une lanière de vacoa...
7 noeuds dans une lanière de vacoa...
7 noeuds dans une lanière de vacoa...
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans Santé sport
commenter cet article
19 septembre 2017 2 19 /09 /septembre /2017 12:50

 Nous traversons le pont, continuons sur une piste très carrossable pour rejoindre la route du front de mer. Quelle découverte surprenante ! Saint Paul a valorisé le littoral. On a mis les bouchées doubles pour rendre la côte attrayante.

Nous aboutissons à l’endroit où se tient le marché hebdomadaire. Jolis graphismes sur une poissonnerie.

Nous voilà à longer le littoral dans une zone récemment aménagée. Je suis bluffée. Ici,  in endroit où les enfants peuvent s’asperger d’eau, là,  une aire de jeux,  puis un chemin en planches, des tables de pique-nique, des plantes et de l’ombre.  Que veut le peuple ? Beaucoup de locaux sont installés là pour pique-niquer et se reposer.

La promenade se poursuit au-delà de la jetée. Arrêt devant les statues édifiées à la mémoire des premières femmes malgaches. Nous nous hasardons sur la jetée, le vent marin souffle !

Nous continuons vers le cimetière marin - mais pas de voie cyclable jusque là- et nous arrêtons au restaurant Grand Baie  pour manger un tartare de thon. Nous enfourchons nous vélos pour revenir à l’aire des Grottes des Premiers Français.

Le front de mer de Saint Paul
Le front de mer de Saint Paul
Le front de mer de Saint Paul
Le front de mer de Saint Paul
Le front de mer de Saint Paul
Le front de mer de Saint Paul
Le front de mer de Saint Paul
Le front de mer de Saint Paul
Le front de mer de Saint Paul
Le front de mer de Saint Paul
Le front de mer de Saint Paul
Le front de mer de Saint Paul
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans promenade sport
commenter cet article
18 septembre 2017 1 18 /09 /septembre /2017 12:46

Après être passées  par la zone commerciale Savannah à vélo, nous avons pris la direction de l’Etang Saint Paul, non sans nous être arrêtées en bord de mer, dans une zone où les reliquats des pique niqueurs du dimanche restent éparpillés – Comme si on ne pouvait pas rapporter un sac poubelle et remporter les déchets chez soi ! -

Des panneaux mettent en garde contre le risque "requin". Personne dans l'eau à Saint Paul, mais l'endroit est bucolique.

De là, on a une belle  vue sur la baie de Saint Paul. Au loin on distingue la jetée.

Nous voilà maintenant à la passerelle de l’Etang Saint Paul, qui est l’ancien pont de chemin de fer.  

Passerelle de l'ancien chemin de fer à Etang Saint Paul
Passerelle de l'ancien chemin de fer à Etang Saint Paul
Passerelle de l'ancien chemin de fer à Etang Saint Paul
Passerelle de l'ancien chemin de fer à Etang Saint Paul
Passerelle de l'ancien chemin de fer à Etang Saint Paul
Passerelle de l'ancien chemin de fer à Etang Saint Paul
Passerelle de l'ancien chemin de fer à Etang Saint Paul
Passerelle de l'ancien chemin de fer à Etang Saint Paul
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans promenade sport
commenter cet article
15 septembre 2017 5 15 /09 /septembre /2017 19:12

 

Du moulin de l’Etang Saint Paul à Savannah

L’eau traverse la route, nous aussi !

 

Nous voilà au moulin dont la roue à aube rappelle le passé. Ici l’eau est limpide et fraîche. Le bassin est ombragé. Des couples aiment  s’y attarder et les cyclistes de passage y plongent carrément.

Plus loin, petit arrêt à l’entrée du sentier de randonnée vers le « Bassin Vital. » Une pancarte met en garde contre la Dengue qui sévit dans la région et donne des conseils pour s’en prémunir.

Sommes agréablement surprises de découvrir qu’au départ de ce sentier a été installé une pompe (eau fraîche garantie) Un panneau indicateur invitant à se rendre à « Monmanzé » comprenez « Mon manger ». Ecriture très locale à tous points de vue.

Néanmoins, nous sommes atterrées par les dégradations (les panneaux ont été vandalisés).

La route devient moins intéressante, l’ombre fait défaut et l’eau semble loin.

Bifurquons dans un chemin de terre caillouteux, le chemin Pavane, devant nous des panneaux touristique eux aussi détruits, heureusement que ma copine connaît la direction : nous prenons à droite une allée de palmiers.

Nous arrivons dans le quartier de Savannah (où il existait autrefois une usine de rhum). De là, on a une vue sur toutes les roches qui dominent l’étang Saint Paul.

Un grand bâtiment se dresse non loin de là : c’est le bâtiment administratif de l’entreprise Savannah. Les fenêtres sont murées.  Dommage que l’édifice ne soit pas restauré. Il rappelle les bâtiments de la mairie de Saint Leu.

Nous quittons cette zone pour rejoindre la zone commerciale Savannah que nous devons traverser.

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans promenade sport
commenter cet article
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 08:36

Je décide ce jeudi soir vers 17 heures de divaguer dans le Parc des Palmiers. Il fait doux, la chaleur étouffante de la  journée s'est dissipée. C’est une foule de sportifs qui se presse ici à cette heure. C’est le moment idéal pour faire son jogging. Et comme les vacances ne finissent que le 30 janvier, les enfants, les grands-parents sont aussi dans ce superbe parc. Toutes les générations se côtoient ici et se saluent  gentiment.

Le Parc des Palmiers ferme ses portes vers 19 heures (jusque fin mars), au coucher du soleil… Quand le sifflet retentit, je me dis que c’est encore un enfant qui a dû entrer avec son vélo alors que c’est interdit… Il a dû se faire rappeler à l’ordre par le gardien. Le son strident de ce sifflet se fait entendre à plusieurs reprises. Les allées semblent désertes, mais non, voilà encore trois, puis deux coureurs. Un coureur isolé m’annonce qu’on ferme. J’arrive à la grille, la chaîne enroulée trois fois autour des barreaux est déjà cadenassée.

Un homme revient du parking et s’étonne de me voir là, et moi je m’étonne de l’heure de la fermeture. Effectivement il est bien 19h04 !  L’homme, c’est le gardien, semble s’excuser et me dit qu’il a sifflé. Ah bon, c’est donc ça :  le sifflet annonce la fermeture du site. Qu’on se le dise !  Je lui fais remarquer que six ou sept retardataires sont encore en train de courir dans les allées.  Il patientera jusqu’à ce qu’ils arrivent. Impossible pour lui de faire tout le tour… Pourquoi ne pas signaler ce rituel sur la réglementation du Parc ? On oublie facilement l’heure dans ce petit paradis.

J'entends siffler… le gardien.
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans sport végétation
commenter cet article
5 novembre 2016 6 05 /11 /novembre /2016 09:57

 Dans  cette forêt, quatre parcours (vert, bleu, orange et rouge ) sont proposés. Ils sont de difficulté croissante. Il est préférable de les faire dans l'ordre.

Des bornes numérotées aux intersections de chemins de sable doivent être repérées. Pour préparer la sortie, il vaut mieux télécharger les cartes sur le site :http://www.onf.fr/activites_nature/++oid++565d/@@display_leisure.html 

La carte peut être  poinçonnée chaque borne. Les marmailles adorent. On introduit la feuille dans un tronc carré. Un jeu d'enfant ! Mais retrouver les bornes relève parfois du parcours du combattant : sous un soleil qui chauffe le sable noir dans lequel on s'enfonce souvent, et parfois la montée peut être éprouvante pour les personnes non entraînées, mais les vues au final récompensent souvent l'effort...

Quelques conseils : posséder la carte, apporter de l'eau, avoir un couvre-chef. Et surtout partir tôt, parce que le soleil ne facilite pas la tâche. Certaines zones sont ombragées, on a plaisir à s'y promener en écoutant le chant des oiseaux blancs, ou les criaillements de l'oiseau tisserand. D'autres zones sont à découvert, et là, c'est moins réjouissant. On transpire. Prévoir linge de rechange. SI on  est à court d'eau, il y a une fontaine au départ du Parcours de santé

Parcours d'orientation à Étang Salé, à faire en famille...
Parcours d'orientation à Étang Salé, à faire en famille...
Parcours d'orientation à Étang Salé, à faire en famille...
Parcours d'orientation à Étang Salé, à faire en famille...
Parcours d'orientation à Étang Salé, à faire en famille...
Parcours d'orientation à Étang Salé, à faire en famille...
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans sport
commenter cet article
6 janvier 2016 3 06 /01 /janvier /2016 12:21

Faire du vélo à la Réunion relève du challenge et parfois de l’audace : la plupart des routes ne se prêtent pas à ce sport. On dénombre de nombreux accidents du fait de l’étroitesse de certaines chaussées, de la présence de fossés, du trafic important.

Si on veut apprendre à pédaler à un enfant, les zones sécurisées sont rares. La Forêt d’Etang Salé se prête bien à cette activité, le week-end les familles se donnent le mot !

Faire du vélo est possible sur la côte Ouest sur l’ancienne RN depuis que la Route des Tamarins a délesté une grande partie du trafic ; il y a aussi une piste cyclable qui relie Saint Denis à Ste Suzanne.

Il existe aussi sur l’île de nombreux circuits sportifs pour VTT (au Maïdo, aux Makes, à Cilaos…)

Mais on pourrait mieux faire en aménageant davantage de zones cyclables (moins sportives) , ou des espaces pour les jeunes cyclistes…

Avec mes deux acolytes, Sylvie et Zaza, j’ai testé fin décembre la piste cyclable qui relie la forêt d’ Etang Salé à Saint Leu.

Distance : 40 km

Aller : 1h15 pour 20 km

Nous sommes parties tôt le matin pour ne pas souffrir de la chaleur. La piste bien séparée de la route par des glissières de sécurité longe le pas du Roi (zone de dunes et de végétation entre l’Océan et la route) à gauche. A droite, on voit les Hauts et les villages perchés, les ravines aussi… Nous continuons jusqu’à Etang Salé. Là, nous rejoignons la route RN 1A qui mène à la Pointe au Sel.

A vélo du Golf d’Etang Salé à Saint Leu (aller-retour)
A vélo du Golf d’Etang Salé à Saint Leu (aller-retour)
A vélo du Golf d’Etang Salé à Saint Leu (aller-retour)

En voiture, on a l’impression qu’on circule sur du plat, mais à vélo, on se rend vite compte qu’il existe des faux plats… Certaines montées réclament une bonne dépense d’énergie.

Près de la Ravine des Avirons, les cases en tôle sont là, cachées par la végétation ou par des palissades en tôle, mais elles se réduisent au fil des années. Des lotissements de luxe leur font la nique…

A vélo du Golf d’Etang Salé à Saint Leu (aller-retour)
A vélo du Golf d’Etang Salé à Saint Leu (aller-retour)

Une belle montée, à droite toujours les collines, à gauche la mer avec le Souffleur. Nous voilà bientôt près de la Pointe au Sel. Nous nous y arrêterons au retour. La longue descente vers Saint Leu décoiffe. Et dire qu’il faudra remonter tout ça au retour…

A vélo du Golf d’Etang Salé à Saint Leu (aller-retour)
A vélo du Golf d’Etang Salé à Saint Leu (aller-retour)
A vélo du Golf d’Etang Salé à Saint Leu (aller-retour)

Nous traversons la route et faisons une halte sous les kiosques pour nous désaltérer et regarder « un pêcheur gaulette… »

A vélo du Golf d’Etang Salé à Saint Leu (aller-retour)
A vélo du Golf d’Etang Salé à Saint Leu (aller-retour)
A vélo du Golf d’Etang Salé à Saint Leu (aller-retour)
A vélo du Golf d’Etang Salé à Saint Leu (aller-retour)

Reposées, nous reprenons le chemin du retour, avec un arrêt au site des salines. La montée n’est pas si ardue que nous le pensions et le vent marin est le bienvenu. Le Musée du Sel est fermé (on est mardi !) mais nous nous dirigeons vers les bassins pour faire quelques photos.

A vélo du Golf d’Etang Salé à Saint Leu (aller-retour)
A vélo du Golf d’Etang Salé à Saint Leu (aller-retour)

Nous enfourchons nos bécanes et prévoyons un deuxième arrêt au Souffleur.

A Etang Salé, nous pouvons nous aussi souffler : Sylvie nous recommande une boulangerie renommée. Nous y achetons de l’eau gazeuse fraîche et du pain.

A vélo du Golf d’Etang Salé à Saint Leu (aller-retour)
A vélo du Golf d’Etang Salé à Saint Leu (aller-retour)
A vélo du Golf d’Etang Salé à Saint Leu (aller-retour)
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans sport
commenter cet article
16 décembre 2015 3 16 /12 /décembre /2015 22:54
A vélo vers Etang Salé…

Suite de notre périple à deux roues.

Non contentes de m’avoir fait découvrir la piste menant à l’Etang du Gol, mes copines ont décidé de poursuivre jusqu’ à Etang Salé.

Nous empruntons la piste cyclable pendant huit minutes, quand Elisabeth décide de rejoindre le sentier du bord de mer.

Nous voilà sur le chemin sablonneux qui change soudain de visage : ce sont des roches noires, pointues menaçantes qu’il faut éviter. Cependant le jeu en vaut la chandelle ! Les vélos cahotent le long d’un littoral rocheux : les vagues bleues se fracassent sur le basalte. Nous approchons du « gouffre ».

Après une petite halte, nous voilà reparties sur la piste cyclable. A l’entrée d’Etang Salé, nous tournons à droite pour faire des achats dans une boulangerie qui paraît-il vend un des meilleurs pains de l’île ! Sylvie doit faire la queue.

A vélo vers Etang Salé…
A vélo vers Etang Salé…
A vélo vers Etang Salé…
A vélo vers Etang Salé…
A vélo vers Etang Salé…

Puis les sportives décident de me faire pédaler jusqu’au port. Je suis surprise par le nombre croissant de bateaux dans cette baie. Et là on peut snorkler sans problème, l’eau y est limpide, ce qui n’est pas le cas dans tous les ports. Les abords ont été joliment aménagés. Nous poussons jusqu’à la plage puis longeons le rivage par la route jusqu’au bout.

A vélo vers Etang Salé…
A vélo vers Etang Salé…

Dans ce secteur où beaucoup d’arbres ont disparu, on aperçoit trois panneaux mettant en garde contre les requins (eh oui, ici pas de barrière de corail). Zaza me fait remarquer que de loin ces requins ressemblent à des hélicoptères.

La mise en garde est là et pourtant plusieurs surfeurs bravent l’avertissement. Ils ne savent peut être pas que les squales peuvent les confondre avec des tortues… Après, on s’étonnera qu’une attaque de requin ça fasse des scoops pour les journaux et une mauvaise publicité pour l’île.

A vélo vers Etang Salé…
A vélo vers Etang Salé…
A vélo vers Etang Salé…

Nous enfourchons nos vélos, passons entre un Aqualand et le centre de Vacances du Tampon, prenons la direction du stade et de là nous rejoindrons Croc Parc. Il fait très très chaud et la montée est éprouvante, il y en aura une deuxième, puis c’est la descente : nous filons jusqu’à l’entrée du parcours de santé où nous ferons le plein d’eau à une fontaine. La dernière montée est dure, sous le soleil c’est pénible. Une dernière descente. Nous sommes enfin en vue du golf et de nos voitures.

.

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans sport
commenter cet article