Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 octobre 2020 5 23 /10 /octobre /2020 15:53

Il est un endroit dans le Sud Sauvage où il fait bon s’arrêter pour regarder les vagues se jeter contre les blocs de basalte noir : c’est le lieu dit « La Mer Cassée ».

Le long de cette côte très découpée, souvent bien éventée poussent le vacoa et le filao.

Noir, bleu, vert ! le sud de l’île mériterait qu’on lui dessine un drapeau avec ces trois couleurs : le noir de la roche, le bleu de la mer et du ciel, le vert des feuillages…

On peut rester des heures assis là à admirer l’océan. Un coin sauvage, une Nature encore préservée... tout près de la route ...

 

Partager cet article

Repost0
14 août 2012 2 14 /08 /août /2012 19:22

… préparation des prochains J.O

 

moulin St Paul 0

 

Au Moulin à eau du Tour des Roches, j’ai bavardé avec une maman qui était là pour passer une journée avec ses marmailles. L’endroit est peu fréquenté, c'est ce qu'elle préfère. Aujourd''hui,  les gens du quartier sont allés acheter  les « effets » de rentrée. 

Elle me confie que jamais on ne la verrait ici le dimanche parce que les jours fériés, il y a foule au moulin. C’est la fraîcheur de l’endroit qui attire la population. Une source se jette là dans un bassin  et l’eau est claire (comme de l’eau de roche). Le trop plein traverse la route comme les oueds au Maroc.

Dans le petit bassin, on en profite pour faire des longueurs « comme aux J.O » Et c'est encore mieux quand on est filmé et qu'on peut se revoir sur l'écran d'un appareil numérique.

Moulin St aul 3

 

La végétation est particulière  de l’autre côté de la route : des songes, des papyrus, une flore aquatique qui prolifère.

moulin St Paul 6

 

Cette zone fait partie de l’Etang de St Paul. A 200 m d’ici part le sentier qui fait le Tour des Roches :  la ville de St Paul en fait un atout touristique.

Les Zoreilles et les locaux viennent y prendre des photos de vacances : un moulin à aubes est une chose rare sur l’île !

 

moulin St Paul 5

 

Et il est vrai que le site est paradisiaque, on peut manger à l’ombre d’arbres centenaires, marcher dans les "canaux" d’eau limpide, attraper des petits poissons avec son épuisette puis les relâcher… mais on n’a pas intérêt à grimper sur la roue.

 

moulin St Paul

Partager cet article

Repost0
26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 12:32

Ce matin, j’avais l’intention de visiter le Domaine Darchambeaud : le GCEIP du Tampon m’a prévenu que si le portail était ouvert, je pourrais demander au chef d’équipe qui y travaille avec ses agents l’autorisation de m’y promener.

 Me voilà donc partie sur la route de St  Benoît, ravie de revoir les bordures de lanternes chinoises. Mais la plupart de ces épis sont en train de faner et c’est la floraison des poinsettias qui a pris le relais. Vrai que nous sommes en hiver et que c’est à cette époque qu’on vend les Roses de Noël… Mais ici le poinsettias sont des arbres géants, superbes, aux bractées d’un beau rouge vermillon.

poinsettias RN2 poinsettias RN

J’ai suivi le panneau « Domaine Darchambeaud » à main gauche, et bientôt dans une descente à droite, j’ai repéré l’endroit et la grille. Mais tout était désespérément fermé. A travers le grillage, j’ai pris quelques photos, frustrée de n’avoir pu entrer dans ce jardin bien entretenu dominé par une jolie villa, non restaurée.

Domaine Darchambeaud 1 Domaine Darchambeaud 2 

J’ai poursuivi ma route et suis revenue sur la nationale. Et là, je voulais satisfaire une deuxième curiosité : voir où les Pat Jaunes avaient établi leur nouveau quartier. La voiture avale quelques kilomètres en montée et à la sortie du village à main droite j’ai suivi les panneaux signalant le cabaret et un camion chargé de bouteilles de gaz. Ce dernier avait choisi la même destination que moi et il s’arrête devant le cabaret, idéalement situé. De là on a une vue dégagée sur tout le littoral et même sur le Piton des Neiges.

P1120124

Et là, qui vois-je ? Claudine Tarby en personne, la percussionniste et chanteuse du groupe. Je lui demande quelques précisions sur le spectacle « Ticoulitintin et le martin malin » qui aura lieu au théâtre Luc Donat  à partir du 7 août, elle me confirme que les instruments seront sur scène, puis je me renseigne sur les dates du cabaret. Elle m’explique que samedi aura lieu ici à 19h30 un spectacle, et qu’il ne reprendra pas avant le 19 août.

P1120125 P1120127 

Après avoir photographié les vues extraordinaires qu’on a depuis cet endroit (par temps ensoleillé), je redescends vers La Plaine des Cafres et m’arrête sur une petite place (aménagée, kiosque et toilettes publiques) en face de l’église. De là, je photographie l’édifice. On a rarement le temps de la contempler, pris dans le flot des véhicules qui se croisent là.

Kiosque plaine des Cafres Eglise Plaine des Cafres 2 

Enfin, je reprends la route du Tampon, et là aussi je me dis que je vais enfin découvrir la fromagerie annoncée par deux panneaux aguicheurs où figure un joli cabri.J’emprunte à main gauche sur une centaine de mètres la petite route étroite en descente qui débouche sur une grande case. Hélas, les horaires ne correspondent pas, mais aucun client à cette heure. Etrange, la vente a-t-elle lieu à d’autres moments ou la maison a –t-elle déposé le bilan ?

P1120138 2P1120138 

P1120139

Et là, je remarque que depuis la RN on aperçoit bien le Domaine dans lequel je n’ai pas pu entrer.  Je gare la voiture, traverse la route, une dernière photo

Domaine Darchambeaud 5 

et je reprends le chemin de la maison en faisant un détour par le Bras de Pontho : que de virages, ça n’en finit pas. Pourquoi le Bras de Pontho ? parce qu’à la radio quelqu’un a parlé d’une horloge remarquable qui s’y trouverait. Mais, j’ai fait chou blanc, pas d’horloge remarquable.

Malgré toutes les portes qui sont restées fermées, c’était une belle petite expédition sous le ciel bleu de la Réunion…

 

Partager cet article

Repost0
3 juillet 2012 2 03 /07 /juillet /2012 16:26

 

P1100956

Lors de notre escapade à Cilaos le jeudi 28 juin,  j’ai proposé à Monique et Pierre, mes hôtes, de faire un crochet par la Mare à Joncs. J’ai encore le souvenir de cette mare, vue il y a  3 ans,  alors qu’elle était entourée par une route inégale, défoncée par endroits.

 

Aujourd’hui, ce point d’eau est mis en valeur. On peut en faire le tour de façon agréable.  Nous sommes arrivés à pied par la rue des Platanes où sont situés plusieurs gîtes d’étape dont « La Roche merveilleuse », « le Calbanon, »  De là, nous avions une vue plongeante sur l’endroit.

 

P1100926

 J’ai été conquise par l’aménagement de cette Mare.  On descend sur une chaussée pavée de facture récente, une fresque de Jace se découpe sur un bâtiment non lon de là.

                               P1100932

Une passerelle abritée longe le fond de l’étendue, elle conduit à une zone herbacée, vers un bar devant lequel  quelques rares touristes se restaurent. Les tables sont installées dans l’herbe. Plus loin, quelques personnes sont couchées à même le sol pour profiter du soleil de cette journée.

 

                      P1100934

 

Les joncs y sont rares, ils sont localisés à deux endroits. Moins rares sont les iris d’eau qu’il est urgent d’éliminer avant qu’ils n’aient investi toute la mare. 

                   .P1100935

Autrefois, sur cette mare barbotaient des poules d’eau (comme le raconte Marc Auliffe dans son ouvrage «  Cilaos Pittoresque et thermal… »)

 

Là, pas la moindre poule d’eau : on les a sûrement transformées en caris. Les oiseaux aquatiques ont cédé la place à des bateaux électriques, des « vélonautics » et des kayaks. Personne aujourd’hui ne s’adonne à ces sports nautiques, peut-être n’est-ce plus la saison.

 P1100941

 

                      P1100940

Les pêcheurs y taquinent encore le poisson : l’un d’eux me confie qu’on y pêche des « lapiats, gueules rouges, carpes, anguilles… » Ils viennent juste de pêcher une carpe qu’ils ont redescendue  dans l’eau dans un goni (toile de jute)des Platanes  pour qu’elle reste au frais.

Quel que soit l’endroit où on se trouve, la Mare à Joncs est pittoresque : cases se reflétant dans l’eau, sommets qui se découpent à l’horizon, tout invité à la rêverie.

P1100939

 On peut prendre le temps de vivre, de flâner, bavarder avec les gens d’ici , et emprunter le chemin bordé de bacs à fleurs. Certains de ces bacs sont tombés à l’eau, certainement aidés par la force destructrice de désoeuvrés en mal de loisirs…

 Un homme assis sur un filao près du restaurant élague l’arbre ;  seul le bruit de sa tronçonneuse rompt le calme idyllique de l’endroit. 

                    P1100950

Mes observations :

Visiter Cilaos en 3/4 d'heure, quel gâchis ! Nous avons vu ce jeudi-là,  des agences touristiques qui ont déposé leurs clients, au parking de l'église, pour une visite de Cilaos en  45 minutes ... Quand on pense qu'il faut au moins 3 heures aller-retour depuis St Louis  pour arriver dans ce site exceptionnel, c'est une hérésie de faire cette découverte au pas de course, surtout quand le soleil brille et qu'il y a tant de choses à voir. 

Partager cet article

Repost0
12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 13:13

Depuis la Marine Langevin, on peut faire une belle promenade le long de l’Océan, en direction du Sud. Le sentier est confortable. Il est emprunté par de nombreux joggeurs.

P1140160 P1140164

De part et d’autre de ce chemin, on ne se lasse pas d’admirer la végétation. En décembre y fleurissent les raquettes.

P1140167  P1140166

Ici pousse le manioc bord de mer. La patate à Durand  s’étale sur le basalte, et les filaos tapissent le sol de leurs épines sèches. 

P1140170

Et toujours à notre droite le spectacle des vagues se fracassant contre la roche noire.

P1140171 P1140182

C’est aussi le règne des oiseaux. Parfois on aperçoit un couple de "martins".

                    P1140185

Encore un havre de paix insoupçonné que nous avons eu le bonheur de découvrir en décembre 2011.

 

Partager cet article

Repost0
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 14:24

P1070358

Plutôt que de suivre le chemin équestre, nous poursuivons vers les sommets. Nous passons à côté de serres, puis entre des parcelles cultivées, qui font plaisir à voir.

P1070358

Tout est ordonné, et les cultures sont variées : tomates de plein champ, choux, salades...

Que l’on regarde vers la montagne ou vers l’Océan, c’est une mosaïque de “verts” .

P1070359

.....en regardant les Hauts

P1070362

en regardant les Bas..

Et partout, les gens sont au travail : on replante à la main dans une terre rouge uniforme ( pas de roches) aux sillons réguliers.

P1070363 P1070366

La petite route grimpe et à 967 mètres voilà qu’elle redescend, traverse un radier.

Un homme que nous rencontrons  une centaine après  la ravine, nous explique que nous sommes sur la commune de St Joseph, il suffit de franchir la ravine, pour être dans une autre commune. On ne se fatigue pas à “borner” les terrains à la Réunion. C’est la ravine qui délimite,  ce sont d’ailleurs ces traits continus qui alternent avec trois petits points sur la carte IGN qui le prouvent.

Partager cet article

Repost0
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 17:29

Ce matin, nous partons en voiture à la découverte de Manapany-les-Hauts, en passant par "les hauts" ( Le Tampon, Bérive, Piton des Goyaves, Charrier) sur une ligne à flanc de montagne à une altitude avoisinant les 660 m. La route est bien revêtue et décrit de nombreux lacets entre les ravines, les champs d’ananas, de canne, les vergers et les habitations. Nous n’avons pas le fossé de notre côté, une chance !

Nous bifurquons à gauche vers "le Domaine du Relais". La route grimpe . Nous apercevons sur notre droite une antenne édifiée sur une butte à 785 m d’altitude. Mais nous n’emprunterons pas le chemin de terre qui y mène. Nous préférons continuer sur la route goudronnée jusqu’à ce que nous découvrions sur notre droite une grande aire aménagée.

P1070344

Nous sommes à 824 mètres d'altitude, il fait bon, la chaleur ici est supportable. Aujourd'hui, il fait 35° à St Pierre et à la ligne des 600 au Tampon 31° )


 Là  dans un cadre propret, bien entretenu, sont disséminés des kiosques, des tables, bancs et barbecue en dur. Tout pour le pique-nique. Et de là on domine l’océan bleu. L’aire semble jeune, on y a planté des flamboyants, des goyaviers, des grévillées, des mimosas  Pas de bruit, si ce n’est des cris d’enfants et des chants d’oiseaux.

P1070356

Ce devait être un ancien Parcours de Santé au vu de quelques panneaux restants couverts de mousse qui suggèrent des exercices d’assouplissement.

P1070342

Un grand terrain herbeux propice à des jeux de ballon se trouve au milieu de cet espace.

P1070353

Un groupe de jeunes (encore en vacances)  qui a bâché un kiosque prépare le repas de midi.

P1070345

A proximité, une maisonnette avec des sanitaires.

P1070355

Un peu plus haut à gauche, le centre équestre qui propose des randonnées… à cheval.

Une belle destination pour les parents  et les petits qui aiment le grand air, le défoulement et la Nature.

Partager cet article

Repost0
8 décembre 2011 4 08 /12 /décembre /2011 21:34

ou "en attendant le car affrété par Pêcheurs Golet."

 

François et moi  avons décidé de monter dans le bus pour Cilaos à l’îlet Furcy. Nous avons donc laissé notre voiture à l’entrée de l’ilet, près d’une case appartenant à une nourrice agréée. La dame, charmante,  nous a assuré que la voiture ne gênait pas. 


P1050546

 

En attendant que le car ne s’arrête, nous avons eu tout le loisir de découvrir ce petit coin situé entre le bras de Cilaos et la RN5. De part et d’autre s'élèvent de hautes falaises menaçantes qui parfois se lézardent et perdent des roches. 

 

P1050554 P1050537

De grands tamarins bordent la chaussée, et c’est un plaisir de ramasser les gousses mûres à leur pied, de les ouvrir pour sucer les graines. 

 

P1050538

 

Je découvre tout à fait par hasard en me promenant sur le parapet le long de la route,  une liane remplie de roses de bois énormes.


P1050535

 

Quelle cueillette ! plus qu’il n’en faut pour décorer le chapeau d’Hélène, la randonneuse des Jolis Pas. Cette fois-ci, les roses auront leur place comme déco sur la nappe à Noël. En attendant, elles rejoignent le coffre de la voiture, trop fragiles pour passer une journée dans un sac à dos à Cilaos. (à suivre)

Partager cet article

Repost0
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 15:59

...faut le faire . Du jamais vu ! la route forestière du volcan de la Fournaise était un vrai boulevard.  A 6 heures du matin, la webcam du site www.fournaise.info montrait un piton complètement dégagé, un ciel beleu. Partir du Tampon vers 7 heures pour arriver à 8 heures au départ de la rando était une bonne idée, mais se lever plus tôt aurait été encore plus judicieux. Il faut absolument être au Pas de Bellecombe au lever du soleil, pour profiter des couleurs lavées du paysage et ne pas souffrir de la chaleur. 

Dans la Plaine des Sables, un sportif gonflait une voile, vraisemblalement pour un spot publicitaire.

P1130583

 

On aurait cru que tous les touristes de l'île s'étaient donné rendez-vous ce jour-là au Piton. Des milliers de gens de tous âges -aux équipements parfois irréfléchis (sandalettes, dos nu...)- se suivaient comme des fourmis sur le marches descendant dans la caldeira.

La chaleur était déjà étouffante à 8 heures, avant notre descente. On a du mal à imaginer qu'on puisse faire la randonnée au cratère de la Fournaise en partant à 10 heures, cela fait arriver au point d'observation vers 13 heures pour des marcheurs moyens. Le basalte noir chauffe, les scories aussi, pas d'ombre jusqu'au sommet, la déshydratation guette et sans entraînement, on s'épuise.

P1130586 

Descente de 536 marches le long du rempart

 

Prudents, nous avons opté pour une rando abrégée jusqu'au Formica Léo ( pour Poum et moi) jusqu'à la Chapelle Rosémony pour Michel et Francine. Au pied de la falaise,quand on foule les gros blocs de basalte aux formes multiples,  c'est toujours le ravissement.

P1130592

Et on a hâte de grimper sur le petit cratère de scories

P1130595

P1130594

La remontée est toujours très pénible quand les rayons frappent la falaise et que les coins d'ombre sont rares.

Cette sortie formidable a marqué mes hôtes, qui ne cessaient de s'extasier sur la beauté du site (Plaine de Sables, Route forestière rouge, pâturages, coulées de lave du Piton...) Si le cadre est merveilleux, il est aussi très fragile.

P1130602

Le Piton de le Fournaise vu depuis le Chemin du Volcan

Poum est attirée par une petite fleur rose qui pousse au milieu des branles : c'est le petit bois de rempart ( une plante  magnifique, mais très toxique)

P1130600

En revenant par la piste de sable, nous avons dépassé les véhicules hésitants, puis c'était un plaisir de descendre les lacets de la route forestière au revêtement rougeâtre au milie des branles verts et blancs. Nous longeons une zone incendiée et exprimons tous notre indignation, la nature reprend ses droits, mais combien d'années faudra-t-il pour qu'on oublie les branches calcinées ?

Nous nous arrêtons au Cratère Commerson avant de plonger vers las pâturages.

P1130605

P1130607

Très écolos dans l'âme aussi, mes amis se sont insurgés contre la mauvaise éducation de certains randonneurs qui laissent traîner leurs mouchoirs, les papiers des bonbons, au lieu de les remettre dans leur poche ou un sachet. Michel a même fait remarquer que la Chapelle Rosémont devenait un WC, fallait veiller à ne pas marcher sur les crottes... Parfois ce sont des mégots qui sont jetés un peu partout. 

Faut dire aussi que les toilettes manquent cruellement au départ du parcours (à 8 heures, personne n'avait encore ouvert le bar du Pas de Bellecombe). Accueillir des milliers de personnes, c'est aussi assurer au niveau des toilettes publiques... A bon entendeur...

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
31 octobre 2011 1 31 /10 /octobre /2011 21:23

Aujourd'hui, j'ai fait découvrir des coins magiques de l'île à Francine, Michel et Poum, mes hôtes zoreilles. Partis de St Pierre, nous sommes passés par Terre Sainte ( qui perd son cachet au fil du temps), puis avons rejoint Grands Bois par l'ancienne nationale. Petit arrêt à Bassin 18 -pour admirer le bassin bleu turquoise-, puis au Sentier des Pêcheurs de la Ravine des Cafres ; devant l'usine, nous avons pris la petite route bordée de banians qui longe la Plage Ti Sable. Là, nous nous sommes promenés dans les rochers au milieu des poissons et des oursins.

P1040477

Ensuite, nous avons laissé Grand Anse sur notre droite (on ne peut pas tout faire en une journée) et avons continué jusqu'à Manapany, et sa côte sauvage, son ancien four à chaux. 

P1040485P1040488

P1040487

      De là, nous sommes descendus vers St Joseph. Vers midi, nous étions au Cap Méchant, pas si méchant que ça ce jour-là, et nous avons été étonnés de ne pas y rencontrer qui vous savez... Faut dire que le jour-là était celui de Grand Mère Kale ( le 31 on fête la sorcière) Au Baril, nous avons acheté de la vanille, et mangé au Mascarin après les ruines de l'ancienne usine.

P1040497

et nous avons pris le chemin qui longe la côte de St Philippe au milieu des vacoas, puis  fait un arrêt à la coulée du Puits Arabe.

P1040500

J'ai été étonnée par le nombre croissant de restaurants sur cette portion de littoral et la présence de nombreux marchands de vanille. Nous avons quitté la végétation luxuriante et le petites cases du Tremblet pour entrer dans le domaine de la Fournaise et des coulées de lave. 

P1040512

La descente vers l'Anse des Cascades m'a permis de constater que la route était toujours aussi détériorée, j'ai slalomé entre les nids de poule avant d'arriver dans la forêt aux palmiers pattes d'éléphant. Belle promenade au pied des cascades.

P1040520

Une halte traditionnelle à Notre Dame des Laves m'a permis de constater que la vierge au Parasol n'était plus sur son socle. Enigme à résoudre. 

P1040529

De St Benoît, nous sommes remontés vers le Tampon par la Route des Plaines. Après avoir franchi le col, nous avons assisté au spectacle fascinant de la brume qui monte de la vallée. Cette nappe s'étalait progresssivement sur les pâturages au pied du Piton des Neiges.

P1040533

Nous étions au-dessus des nuages à Bourg Murat, mais en arrivant au 12e la vue était imprenable sur la mer que le soleil couchant embrasait.

Partager cet article

Repost0