Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 octobre 2020 7 11 /10 /octobre /2020 10:07

Je rentre en car jaune vers St Pierre, en passant par St Denis. Nous longeons le cimetière marin du chef lieu  quand une touriste de métropole me pose une question : « Vous savez pourquoi les cimetières de la Réunion sont si fleuris ? »

 

                                            Cimetière de Saint Leu

Effectivement la question se comprend : sur le continent, à la Toussaint les cimetières sont fleuris, mais en hiver les tombes sont vides et froides, et en été on fleurit parfois avec des compositions naturelles. Mais le plus souvent elles sont artificielles.

Quoi lui répondre ? D’abord que l’île est riche en fleurs « toute l’année », ici on aime les bouquets, les jardins fleuris. D’ailleurs quand on est invité à partager un cari, la bienséance veut qu’on apporte des fleurs à la maîtresse de maison. Et quand on rend visite à un ancêtre à la nécropole, on arrive les bras chargés de fleurs naturelles.

La deuxième raison qui fait que les cimetières de l’île soient fleuris, à mon avis, est que les tombes sont visitées régulièrement : la famille apporte de quoi fleurir et si les proches quittent l’île ou sont éloignés, ils chargent des petites mains d’embellir régulièrement les tombes. Ce sont des gens dans le besoin qui ont un petit pécule pour se charger du fleurissement et il est vrai qu’on plante dans la terre au lieu de poser sur de la pierre : les dalles de marbre ne sont pas légion et tant mieux ! Par conséquent « les jardiniers des tombes » sont aussi là pour arroser… D’où la beauté de ces lieux qui tranche avec les cimetières parfois tristes de métropole où la pierre polie domine…

 

Partager cet article

Repost0
4 décembre 2011 7 04 /12 /décembre /2011 21:31

 Un jour, en me garant devant les calbanons de Grands Bois, j’ai vu que le sol était jonché de masses duveteuses blanches. Je pensais qu’on venait d’éventrer un coussin et de le jeter là.

P1050133

C’est là que Laurence me rassure en m’expliquant : « C’est le fruit du kapokier ». Effectivement l’ouate blanche provient de gousses tombées d’un énorme arbre où pend(ent) encore « un bon peu » (beaucoup) de ces énormes gousses. 

P1050129 P1050132


Le kapok n’était guère utilisé à la Réunion  pour fourrer les taies ou les matelas et pour cause : cette matière retient trop l’humidité, et ne convient donc pas à cet usage.

On lui préférait les fleurs de canne. On en garnissait les gonis (toiles de jute) pour en faire des matelas. Et régulièrement, on agitait ce goni pour aérer ce duvet qui se tassait.

Partager cet article

Repost0
19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 14:39

 Les grands titres des quotidiens de l’île font ces derniers jours état de l’esprit citoyen des Réunionnais et de leur « conscience environnementale ». Il faut croire que la triste réalité quotidienne dément ces écrits.

environnement Ce matin encore en flânant en face du cimetière de Saint Pierre, j’ai été  une fois de plus outrée devant  un spectacle éloquent : des bouteilles de plastique, du papier, des barquettes, du tissu, … au pied des raisiniers et des vacoas.

C’est dire le mépris de certains pour cette île « classée au Patrimoine Mondial de l’ Unesco ».

Payer des travailleurs sociaux pour ramasser les détritus ne changera en rien le comportement de ces indélicats qu’il suffirait peut-être de mettre à l’amende.

 

 Quand certains vous disent : « On paye bien des gens pour faire ce travaienvironnement 2l, alors pourquoi est-ce qu'on se gênerait... » on a du mal à les convaincre de faire un geste eux-mêmes. On a du mal à croire aussi que l'éducation porte ses fruits.

On a bien parlé des puces qui étaient apparues dans les bâtiments flambant neufs du pôle Mère- Enfant à St Pierre, mais a-t-on révélé au public que tout cela était encore dû à des travailleurs locaux, des ouvriers qui laissaient traîner les barquettes avec des restes de repas dans ces lieux,restes qui ont attiré des chiens et par la même occasion les puces... Que des puces ! des rats pas encore...

Partager cet article

Repost0
2 août 2010 1 02 /08 /août /2010 19:13

  

marché 6

 

Nous avons été surpris par la quantité foisonnante de stands de légumes et de fruits. L'activité maraîchère semble être en plein essor. Les agriculteurs auraient -ils conscience des menaces qui planent sur la canne, - l'Europe comptant abandonner le subventionnement de la canne dans quelques années...- et se seraient-ils déjà reconvertis  ?  

 

 

marché 3 marché 1

 

patates douces - pamplemousses,ananas, melons, courgettes

 

marché 2 marché 8

                                                                                    brèdes,radis

marché 7 marché 4

                     piments, artichauts, corossol, betterave rouge, manioc

 

 

Partager cet article

Repost0
26 juin 2010 6 26 /06 /juin /2010 19:07

Une expédition et des rencontres.

 

Un axe routier relie le quartier de Trois Mares au centre ville du Tampon : il s’agit de la Rue Baudelaire qui se prolonge par le Boulevard Delisle.

Des arrêts de bus, il y en a dans notre quartier : à l’angle de la rue qui descend au collège, devant la mairie, puis au rond-point Charrière. Mais les bus sont rares ! Alors voilà quand on est sans voiture, on se dit "allons-y pour la balade pédestre." Comme je devais me rendre à la maison médicale, j’ai décidé de couvrir la distance à mon rythme et j’ai mis 40 minutes. Sur le trajet, j’en ai profité pour photographier quelques cases, une ravine, des arbres et  des fleurs.

 

greve   greve1

 

 greve2 greve3

                         En allant au Tampon par la Rue Delisle

 

greve9 greve6

Quand j’arrive chez le médecin, le cabinet est exceptionnellement fermé ce jeudi 24 juin ! Je me décide donc à attendre le bus. Et là un charmant monsieur né en 1933, vivant à Bras de Pontho, et qui s’est présenté sous le nom de Marco Maillot m’a fait la causette pendant 45 minutes. Il était coiffé d’un beau chapeau, portait une chemise et un short. Un autre gramoun, également vêtu avec élégance,  passait par là et a préféré rentrer à pied à Trois Mares.

Il m’a parlé du « temps lontan »

 Une dame s’est jointe à nous, et lui a demandé s’il avait retiré, à la Mairie, la couette et la couverture auxquelles il avait droit.  C’est ainsi que j’ai appris que la commune distribuait des centaines de couettes pour l’hiver à des personnes âgées ou démunies. A la Plaine des Cafres la température est de 15° parfois et beaucoup de cases ne sont pas chauffées. Notre Dame de la Paix connaît des hivers plus rigoureux et la température peut avoisiner les 5°

Mes deux compagnons d’infortune ont passé le temps à attendre un bus qui tardait – à cause des grèves peut-être - à s’échanger des recettes de cuisine. Marco a aussi parlé de son verger, puis d’une maladie qui l’a fait terriblement souffrir quand il était enfant. « Un bateau à Saint Paul a apporté cette maladie dans les années 40 », il  a  évoqué les douleurs terribles qu’il ressentait sous la peau partout, une douleur qu’il n’a plus jamais ressentie depuis, lors de ses attaques et  même lors de son opération à cœur ouvert. Là-dessus, il déboutonne sa chemise et me montre une horrible cicatrice sur son sternum. Il m’a aussi confié qu’il n’a eu aucune instruction, qu’il ne savait ni lire ni écrire, mais qu’il avait toujours mis l’accent sur le respect réciproque. Il s’est aussi insurgé contre la prolifération des machines qui ont volé le travail aux hommes de la Réunion. Il n’arrêtait pas de parler, c’est là que j’ai regretté de ne pas avoir emporté mon dictaphone !

 

greve 5 greve8

      retour à Trois Mares par la Rue Delisle : rond point de la Chatoire, floraison

 

Finalement j’ai vu Jean Marc, Burgun, un membre de Palmeraie-Union ,une connaissance, qui repartait à pied vers Trois Mares et j’ai fait un bout de chemin avec lui. Il allait faire développer ses photos.

 

 greve9c greve9a

               Le rond point du Docteur Charrière -     Une ravine

Rebelote, le lendemain matin, après les cours, le bus de 10h10 est déjà passé, alors je repars en ville à pied : encore 45 minutes ! Dans la salle d’attente la foule ! Je passerai vers 11h45. Je m’installe en face de la mairie et bavarde avec deux jeunes filles, d’origine malgache. Je revois Jean Marc qui revient du marché forain ( situé au-delà de la mairie) avec l’épouse d’un ami. Nous attendons le bus puis lassés, nous hélons un taxi collectif ! 1,50 euros par personne. (le bus revient à 1,30€) Notre taxi fait un petit détour par la station de taxis collectifs située sur le parking du Leclerc, puis fait un arrêt en face du magasin Polygone, non loin de l'église, et son véhicule est plein !

 

Les gramouns peuvent prendre les bus gratuitement, à condition qu’il ait 60 ans et plus (soit avec une carte délivrée par la commune pour les bus le la ligne intérieure, soit une carte « Car Jaunes» délivrée par les Cars Jaunes pour les circuits inter-urbains.

 

Partager cet article

Repost0
20 juin 2010 7 20 /06 /juin /2010 14:25

Comme la fête des Mères, cette journée des Pères se fête à la Réunion ! Ce matin, fete peres 0François et moi sommes partis faire une superbe balade dans la  Forêt de Tévélave, au-dessus du village des Avirons. Les nuages n'étaient pas au rendez-vous. Généralement, ils s'amoncellent dans les Hauts vers 9 heures du matin, mais aujourd'hui, le ciel était bleu... jusqu'à midi et beaucoup de papas préparaient le pique-nique du dimanche avec leur famille sous les kiosques qui bordaient la route forestière.

 

Comme nous pensons très fort à tous les papas aujourd'hui, l'article sera un bouquet de toutes les superbes fleurs colorées que nous avons immortalisées au cours de notre promenade, fleurs de fête qu'on leur offre, en les laissant à la Nature ! Il ne manque plus que les parfums pour que ce soit réaliste !

 

fete peres 1 fete peres 4

 

  fete peres 3 fete peres 5

 

NB

"Je n'ai pas ramassé trois cailloux blancs..."Difficile d'en trouver des blancs ici, d'ailleurs. Clin d'oeil à mes marmailles qui pour la Fête des Pères revenaient de l'école maternelle et déclamaient ce poème que leur avait appris Denise Levresse : "J'ai ramassé trois cailloux blancs, mais le plus joli que j'aime tant, est pour papa !"

Partager cet article

Repost0
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 14:20

Dans tous les départements français, on assiste actuellement à un net recul du « service à la population ». Si le système capitaliste - rentabilité avant tout - profite parfois aux citadins des grandes villes, il nuit profondément aux populations rurales. La Réunion, elle aussi, souffre des restrictions en matière de personnel dans le service public 

S’il ne faut citer que trois exemples  de dégradation des services à la Réunion, allons – y !

Vous avez perdu votre permis et vous vous présentez à la gendarmerie du Tampon pour chercher un formulaire provisoire. Vous arrivez à 9 heures et vous n’en ressortez  qu’à 11h30. Peu de personnel, des locaux vétustes et une foule de personnes en souffrance qui attendent leur tour souvent pour des cas de violence conjugale, de plaintes pour cambriolage… Le personnel fait ce qu’il peut.

Puis vous devez vous rendre à la sous-préfecture de Saint Pierre pour demander une copie de votre permis. Là encore, vous avez beau arriver avant l’ouverture à  8 heures, une quarantaine de personnes est déjà sur les dents ! Une dame venue de Gol-les -Hauts affirme être partie à 4 heures du matin pour arriver à l’ouverture et être servie la première, alors que ce village se situe à une demi-heure de St Pierre.

La situation la plus pénible est sans conteste celle vécue par les clients de la Poste – mais on me rétorquera que la Poste n’est plus un service public !- )

La République  (« res- publica » chose  du peuple étymologiquement) a réussi à s’en débarrasser élégamment, comme de la SNCF d'ailleurs. Ne serions-nous plus une république ?

Si la Poste est ouverte jusqu’à 20 heures en région parisienne on se moque pas mal de la province et des îles où souvent les agences postales ferment à 15 heures ! Il faut être retraité ou chômeur pour pouvoir venir dans ces créneaux horaires.  C’est toute une population qui est tenue en otage par un système qui profite bien à quelqu’un.

Ainsi, quand on va chercher une lettre recommandée, ou simplement faire peser un colis, il faut choisir sa semaine, car la semaine où tombe le RMI ou le RSA, il faut se mettre dans une queue de 8 à 15 mètres qui sort des locaux et  il faut s’armer de patience avant d’ être servi. Heureusement que les Réunionnais sont "cools" et respectent l’ordre de passage.

Chapeau à tous ces employés qui font ce qu’ils peuvent dans des conditions qu’ils n’ont pas choisies et qui doivent leur peser autant qu’à leurs concitoyens !

Partager cet article

Repost0
15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 18:02

Ce qui est surprenant, sur l’île, c’est qu’on n’a pas honte de son orthographe. Il suffit decalebasses zip lire les panneaux des snacks, des vendeurs de légumes, pour s’en rendre compte. Le dimanche sur le bord des routes, on vend sur la Ligne des Bambous du « poulet grillet ». Au marché, aussi on peut acheter des « calbasses ». On peut même trouver trois écritures pour une variété de pois : les "ambrevates, zembrevates, embrevattes..."
On peut admettre que des quinquagénaires qui n’ont pas eu la chance d’être régulièrement sur les bancs de l’école aient ces lacunes, mais quand on voit que même dans les organismes publics on ne se corrige pas, (on se pose des questions…) la rue « Beaudelaire » a voulu embellir le nom du poète ! Cela fait le bonheur de Dominique Dijoux, un artiste local,  qui récupère les plaques émaillées des rues à la DDE pour en faire des supports pour sa peinture.
Les journaux locaux n’échappent pas à ce laisser-aller : l’an passé c’est un « viscère » qui aurait dit la messe à Saint Leu ! Les bichiques en février 2010 se vendent à des prix « exhorbitants » (étymologie malmenée!) Tous les jours, on relève des coquilles dans la presse. Sur un mur, trouvé des pochoirs contenant l'adjectif "dangeureux": le nom correspondant serait alors "le dangeur " ?

Et le langage SMS qui arrive et fixe l’écriture des plus jeunes – qui ne peuvent plus vivre ortho 1sans téléphone portable- contribue largement à l’abêtissement de la population que ce laxisme semble arranger, parce que les « allergiques à l’orthographe » trouveront l’excuse de leur ignorance en la matière. Les quatre années d’école primaire et les trois ans de collège peuvent facilement avoir raison de ces négligences. Difficile d’admettre qu’en 7 ans d’école, on ne sache toujours pas écrire sans faute ! Ne parlons – nous pas tous la même langue ?

La créolité, d’accord ! parce que c’est une richesse, une culture,  mais ne pas donner des bases orthographiques en français, creuse encore le fossé entre ceux qui pratiquent « la langue des examens et concours », qui n’est pas « le créole » et ceux qui persistent à croire que l’orthographe phonétique suffit pour se tailler une place au soleil ! Les plus démunis seront toujours pénalisés…  c’est peut-être une stratégie de laisser une frange de la population dans l’ignorance, comme ça on peut vraisemblablement mieux l’exploiter …
NB : Ces propos n'engagent que moi !


Partager cet article

Repost0
29 janvier 2010 5 29 /01 /janvier /2010 07:50

Un sujet qui nous fait toujours rêver… et qui suscite aussi des commentaires intéressants. Suite à l’article publié hier, un ami réunionnais nous adresse cette précision sur le calendrier lunaire et son application à la Réunion !

lune 4

 


 Chers amis,

 
Nous autres planteurs tenons compte de la lune pour nos plantations, notamment les maraîchers. Selon que la lune soit montante ou descendante, nous plantons les plantes correspondantes.

Le point de repère est le sol lui-même, d'un côté ce qui pousse en dessous (pistaches, pommes de terre, ail,...) et de l'autre côté ce qui pousse au dessus (tomates, haricots, piments, foin,...).

Plusieurs ont essayé des explications comme les effets telluriques. En réalité, tout ceci semble plus constatable qu'explicable. De fait, beaucoup d'ignorants (souvent portant le titre de "savants") ont ignoré ces conseils d'anciens. Leur récolte s'en est ressentie et les moqueries n'ont pas manqué de fuser lors des ventes au marché de gros ! 

                                               Gérard



J’ajouterais « pas seulement à la Réunion », en Lorraine aussi on en tient compte.

 

 

Partager cet article

Repost0
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 21:05

 « Ce soir, la lune est belle ! » N’est-ce pas Pierrot ?
C’est la Pleine Lune , elle est magnifique
Au milieu des nuées, avec son halo.
C'est incroyable : le texte est devenu poétique...

  
lune 5

 
lune 2a lune 3

Le calendrier lunaire de l’hémisphère Nord est différent de  celui de l’hémisphère Sud : quand la lune a la forme du « d minuscule » en France, c’est le « dernier quartier » et la forme du « p » annonce le premier quartier.

Or, ici à la Réunion quand l’astre a la forme du petit « d » il est  à son premier quartier : « la lune  est croissante » ! Il faut tout repenser...
         
ciel-002.jpg

De surcroît, le croissant de lune est « couché » comme sur les images de livres de contes : on a à l'esprit ces images où Pierrot est assis sur la lune comme s’il était sur une branche. Ce n'était pas de la fiction...

 

 lune 2 lune 1
         Pleine Lune sur les Hauts                            ... sur le papayer du jardin

Partager cet article

Repost0