Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 mars 2017 1 13 /03 /mars /2017 00:07

Oui, autrefois…Où est donc passée la faune sauvage de la Réunion ?

Salazes ! monts géants, rochers infranchissables,
Quel mortel oserait, sur vos flancs redoutables,
Sans effroi, sans vertige, aventurer ses pas ?
Il en est cependant qui, bravant le trépas,
S'élancent hardiment sur le bord des abîmes,
Et d'un pied intrépide escaladant vos cimes,
Poursuivent sans repos le cabri fugitif,
Rare et dernier débris de l'âge primitif.

Le passage du poème « Bourbon » de Gabriel Couturier dans lequel il évoque les 3 Salazes, m’intéresse à plusieurs égards. 

D’abord, il transmet une émotion devant ce site merveilleux de l’île, émotion qui ne s’atténue jamais au fil des siècles.

Puis, ce texte est un témoignage. Ecrit vers 1870, ce texte évoque une richesse aujourd’hui disparue : la présence de gibier, notamment de « cabris sauvages ». La faune de la Réunion s’est réduite comme peau de chagrin. Même les oiseaux étaient piégés ou tirés pour finir sur le foyer de la cuisine. 

 

« C'est là, sur ces sommets battus par les tempêtes, 

Sur ces pics escarpés, dans ces âpres retraites

Que le marron* venait, défiant les hivers, 

Secouer ses bras nus, libre du poids des fers.

L'oiseau tombait, percé de sa flèche rapide »

 

Aujourd’hui, en 2017,  la SEOR et d’autres associations veillent au grain pour protéger les rares oiseaux survivants. Heureusement !

                                                                                                          * marron : esclave en fuite.

Illustration de Roussin : le chasseur de cabris  marrons

 

Repost 0
24 février 2017 5 24 /02 /février /2017 13:56

Je décrivais récemment un gros lézard entraperçu au Dassy : « le gecko de Madagascar », cette plaie qui menace la faune de l’île.

Non loin de Manapany dans un jardin de Petite île, cette fois, le petit Lucas Coupama a attiré mon attention sur un lézard vert lui aussi, mais bien plus petit que le lézard de Madagascar , et l’enfant pensait qu’il s’agissait là de l’espèce protégée de lézard vert de Manapany.

Que nenni : après avoir observé mes prises de vue récentes faites sur le parcours pédagogique, en comparant les bestioles, il fallait se rendre à l’évidence : cette fois encore, on était en présence d’une espèce non endémique et nuisible : le lézard vert à trois taches.

Ici pas de trait blanc sur la tête du lézard, et les taches rouges ne couvraient pas tout le dos, d’où ce diagnostic peu heureux…

Pour apprendre à différencier ces trois geckos et pour pouvoir les signaler, il existe un site très bien fait qui présente une vidéo explicite. 

https://www.youtube.com/watch?v=IW0OyKtFB3w
 

Le lézard vert a trois taches (phelsuma laticauda) originaire de Madagascar a été introduit vers 1975. Son corps peut être constellé de petits points jaunes, ce qui lui vaut le nom de « lézard poussière d’or ». Il possède une large queue vert jaune.

Les Réunionnais peuvent participer à cette action de préservation des espèces indigènes en contactant l'association N.O.I. dès qu'ils observent dans leur jardin ou dans la nature cette espèce invasive par courriel : natureoceanindien@gmail.com ou par tel : 06 93 93 71 41

Voir site : http://www.reunion.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/press2012-07-04_DEAL_Gecko_cle1f131a.pdf

 

 

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans protection de l'environnement faune
commenter cet article
13 février 2017 1 13 /02 /février /2017 19:24

Derrière la Maison du Tourisme de Manapany, des escaliers descendent vers l'océan et vers  les vestiges de l'usine où on fabriquait autrefois de la chaux avec les coraux.

Dans cet espace, la ville de St Joseph avec le concours du Conseil municipal des Enfants  et l'association Nature Océan Indien, a réalisé un parcours jalonné de panneaux explicatifs destinés à nous familiariser avec le lézard de Manapany...

Les plus chanceux,  à condition d'être discrets et patients peuvent voir ce gecko dans la végétation. Ce matin, les tresseuses ont pu en observer un  près de leur aire de tressage. 

Sentier de découverte du gecko vert de Manapany
Sentier de découverte du gecko vert de Manapany
Sentier de découverte du gecko vert de Manapany
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans faune protection de l'environnement
commenter cet article
30 janvier 2017 1 30 /01 /janvier /2017 08:23

Trafic d'espèces nuisibles...

Scandale ! On veut faire du profit n'importe comment. Ces espèces dévastatrices que La Réunion veut vendre à des animaleries en Europe vont semer le trouble ailleurs aussi. Il faut les éradiquer à La Réunion et ne pas les exporter. Le monde ne tourne pas rond... On peut pardonner l'ignorance des gens qui prennent ces initiatives incohérentes, mais pas leur bêtise !!!
Même vendues à des animaleries, un jour ou l'autre, ces lézards se retrouveront dans la nature comme c'est le cas de poissons, tortues ou autres bestioles dont les parents se débarrassent quand leurs enfants ont grandi...

Commentaire d'un lecteur du blog le 15.11.2016

"Le gecko de madagascar (Phelsuma grandis) ne se nourrit pas que d'insectes ou de fruits, c'est un opportuniste qui peut aussi se nourrir par exemple des juvéniles de gecko, il pose sur l'île de serieux problèmes aux Geckos endémiques, Phelsuma borbonica et Phelsuma inexpectata c'est àdire le gecko vert de bourbon et le Gecko de Manapany, il est ici sur l'île de La Réunion maintenant classé dans les espèces invasives et nuisibles à la biodiversité avec un autre Gecko, le gecko poussiere d'or Phelsuma laticauda"

Scandale ! Le gecko de Madagascar, produit d'exportation.
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans faune protection de l'environnement
commenter cet article
20 janvier 2017 5 20 /01 /janvier /2017 10:22

En remontant la rue Daguerre à Petite Ile, j'ai fait une halte à la Maison de l'Abeille.
Mon hôtesse qui m'a accueillie dans la boutique m'a donné une foule d'explications sur ce Domaine récent qui accueille de nombreux visiteurs. 
La veille encore , un centre de vacances avec 80 enfants et un IMP ont découvert l'endroit. 
Dans la boutique, qui est une belle structure en bois, les rayonnages ou sont exposés les produits sont des alvéoles. On trouve la toutes sortes de miels et des dérivés. Il,y a possibilité de faire une dégustation de miel de letchis, de jambrosades, de baies roses, et fe forêt. 
La jeune femme me confie que bientôt les abeilles pourront butiner les fleurs de faux-poivriers (baies roses), qu'elles butinent toute l'année avec dès moment plus ou moins fastes. Nous parlons aussi de ce papillon sournois, un sphinx qui s'attaque aux colonies d'abeilles à La Réunion. J'apprends que c'est une famille qui gère l'entreprise et animé les journées pédagogiques. Ici, on fabrique soi même les plaques de cire alvéolées.... 
Puis je dirige mes pas vers un grand hall d'exposition, "la miellerie" où on ne travaille pas. L'endroit est destiné à l'information. Les murs sont tapissés de panneaux sur la vie de l'abeille, de la naissance à la mort, sur le "varroa" ce pou qui frappe aussi les abeilles réunionnaises, sur la production de miel à la Reunion....
Un tronc de bombarde creux, autrefois habité par les abeilles, trône au milieu de gros pains de cire. Plus loin une machine à fabriquer la cire côtoie des cadres... 
La structure de la ruche est bien présentée. Idée à retenir...un gros extracteur a également sa place ici... et naturellement une vitrine-école avec une colonie d'abeilles occupe un gros pan de mur. J'ai vainement essayé de retrouver la reine dans cet amas laborieux.
Je ressors séduite par cette exposition, avec des idées plein la tête, mais aussi avec l'intention de rencontrer un jour les apiculteurs de cette Maison.

À la Maison de l'Abeille à Petite Ile.
À la Maison de l'Abeille à Petite Ile.
À la Maison de l'Abeille à Petite Ile.
À la Maison de l'Abeille à Petite Ile.
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans musée faune
commenter cet article
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 16:57

Vision de lendemain de fête, hallucination… ? Un matin, je me lève, vais mettre mes lentilles devant le miroir de la salle de bain et découvre avec stupeur une bestiole dans le lavabo : je n’en crois pas mes yeux ! … Un scorpion, pas très grand, mais je me méfie… 

Il paraît que ce petit scorpion brun est très commun à la Réunion à moins de 400 m d’altitude. C’est la première fois en neuf ans que j’en vois un. Ses piqûres font mal mais le venin n’est pas mortel. Je ne savais pas que c’était le scorpion le plus épandu au monde et  qu’il était utile - il chasse les insectes la nuit -  sinon je ne lui aurais pas fait faire un aller retour dans la bonde avec l’eau chaude… après l’avoir photographié. Réaction stupide de ma part (pas de l'avoir photographié, mais de l'avoir envoyé ad patres) !

Je vois d'ici des lecteurs qui hésiteront à prendre un vol pour la Réunion. Comme si les requins, ça ne suffisait pas !

 Un isometrus maculatus dans le lavabo.
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans faune
commenter cet article
2 janvier 2017 1 02 /01 /janvier /2017 09:12

La fête à la Réunion n’est pas pour les chiens… C'est certain.

Cette année encore des centaines de chiens, errants ou amis familiers, ont trinqué à leur façon, lors des fêtes de fin d’année. On en voit partout, sur les routes, à la recherche d’un abri ou d’un maître.

Les pétards et feux d'artifice qui éclatent un peu partout sont à l’origine de fugues : nos amis à quatre pattes, complètement désorientés, passent même au-dessus des clôtures pour fuir les détonations.

Parfois, on les revoit sans vie au bord des routes, heurtés par des voitures.

Mes amis de Ravine Blanche, vivant rue Soupramanien, ont ainsi perdu un de leurs chiens qui a quitté la maison le 25 décembre.

Lors du réveillon de la Nouvelle Année, des amis de Manapany-les-Hauts, ont mis leurs ratiers à l’abri et les ont autorisés à être à l’intérieur, le temps des explosions. Mais un adorable chiot du voisinage s’est réfugié chez eux, rue des écoles et attend toujours de retrouver ses maîtres…

Il vaut mieux condamner  les chiens à être enfermés ces jours-là pour qu’ils survivent !

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans faune
commenter cet article
30 juillet 2016 6 30 /07 /juillet /2016 22:51
A la rencontre du tuit-tuit, un oiseau toujours menacé !

Une invitation à participer à une belle action m'a été envoyée ce mois-ci. Elle peut aussi vous intéresser , la voilà :

"Comme chaque année depuis 10 ans la SEOR mène une campagne de dératisation à la Roche Ecrite pour réduire le risque de prédation sur la population de Tuit - Tuit, oiseau endémique classé en danger critique d'extinction par l'UICN.

La SEOR vous propose donc de partir à la découverte de la forêt de la Roche Ecrite, de ses oiseaux et de son environnement, en vous impliquant dans cette démarche éco-citoyenne en faveur de notre biodiversité !

Suite au premier chantier participatif, nous faisons appel à votre volonté et votre bonne résistance pour donner encore plus de chances de survie au Tuit-Tuit !

L’idée est de pouvoir déployer un maximum d’équipe de 3 personnes sur une même journée. Vous pouvez vous joindre à nous pour 1 JOUR SEULEMENT et / ou sur 2 JOURS avec nuitée en bivouac et carry offert le soir !

Les inscriptions se font via internet sur http://doodle.com/poll/a3gtdew7eq5i98nv ou par téléphone au 0262.20.46.65.

Pour organiser efficacement le covoiturage nous vous invitons à utiliser ce site internet : http://www.togetzer.com/index.php?view=organiser&idtf=1651

Quelle que soit la modalité d’inscription, pensez à nous laisser vos coordonnées téléphoniques pour pouvoir organiser les rdv et prévoir le matériel.

Pour participer il faut néanmoins une bonne aptitude à la marche en montagne et être capable d’endurer sur la journée le poids de sac à dos de plus de 10 kg.

Pour plus de renseignements, veillez trouver ci-joint un flyer explicatif ou appelez directement la SEOR au 0262.20.46.65.

N’hésitez pas à diffuser largement cet appel autour de vous, à vos connaissances, vos proches, réseaux …

Toute l’équipe de la SEOR et le Tuit-Tuit comptent sur votre participation.

En espérant vous voir à nos côtés à la Roche Ecrite !

Merci pour vos réponses et na rtrouv anou en l'air pou protez nout patrimoine!

L’équipe de la SEOR."

Erwan SOLIER – 0693009028 -‪<soliere@seor.fr>

SEOR – Conservation du Tuit Tuit

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans faune
commenter cet article
8 mars 2016 2 08 /03 /mars /2016 12:03

Surprise un matin au réveil...

Un endormi tout vert (un mâle) se contorsionnait autour d'une branche dans le jardin. Nous sommes restées de longues minutes à l'observer.

Un hôte dans le jardin de Marie Claire.
Un hôte dans le jardin de Marie Claire.
Un hôte dans le jardin de Marie Claire.
Un hôte dans le jardin de Marie Claire.
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans faune
commenter cet article
25 décembre 2015 5 25 /12 /décembre /2015 11:49

Il était immobile sur le garde-fou en bois de la varangue. Je pensais d’abord qu’on avait posé là un lézard vert en plastique.

En m’approchant discrètement, je remarque que son menton palpite. Pas farouche du tout, il me laisse avancer tout près et se laisse photographier sous toutes les coutures.

J’imaginais être en présence du lézard de Manapany, une espèce en voie de disparition.

En consultant le livre « Animaux des Jardins Créoles » de Sonia Ribes-Desmoulins, dans la bibliothèque de Gaëlle et Frédéric, j’apprends qu’il s’agit là du « phelsuma madagascariensis »,un lézard de Madagascar d’introduction récente (1994).

Ce lézard aux mœurs diurnes est bien utile parce qu’il se nourrit d’insectes. Il apprécie aussi les fruits mûrs.

Un joli cadeau pour ce jour de Noël. Mère Nature sait y faire !

Un beau lézard vert avec des points rouges…
Un beau lézard vert avec des points rouges…
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans faune
commenter cet article