Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 16:39

J'ai emmené  Monique et Pierre vers la Plaine des Cafres pour espérer leur faire découvrir le panorama sur Grand Bassin.-Tout Réunionnais sait qu’il faut se lever de bonne heure pour jouir de ce type de vue, or avec la fraîcheur matinale, il faisait bon rester sous la couette-. 

Comme les nuages montaient à une allure fulgurante, la vue au Belvédère de Bois-Court était déjà bouchée à 9 heures. Ce n’était pas pour nous décourager : nous avons donc poussé jusqu’au "sentier marmailles" de Notre Dame de la Paix. C’était une course contre la montre : le vent d’Est chassait déjà d’énormes masses vers la Rivière des Remparts. Mais nous avons gagné : à notre arrivée, la vue plongeante sur Roche Plate était complètement dégagée.

 P1100380.JPG

On distinguait nettement les falaises, Le Nez de Bœuf, le petit village de Roche Plate tapi dans le lit de la rivière.

P1100375.JPG

Et à notre droite, se découpait le village de Grand Coude et l’étroite bande de terre qui sépare la Rivière Langevin et la Rivière des Remparts.

P1100384.JPG

Je me suis souvenu avec émotion de la belle randonnée avec les Jolis Pas, une expédition plutôt sportive  qui nous a menés voilà 2 ans, un week-end pascal,  du Nez de Bœuf à la Rivière Langevin avec une étape au refuge de Roche-Plate et une autre dans un gîte de Grand Coude.

P1100387.JPG

                    Au loin, le village de Grand Coude

P1100383.JPG

                       Une jolie liane qui fleurit actuellement au belvédère

Partager cet article

Repost0
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 20:08

 « Un ti circuit-découverte  de deux heures en voiture » est ce que je propose le lundi 18 à ma sœur Monique et à mon neveu  fraîchement débarqués.

 

D’abord, nous nous arrêtons au parking du Pont du Bras de la Plaine, plus connu sous le nom de « pont de l’Entre-Deux) Nous garons la voiture, et nous engageons sur cette construction colossale qui enjambe  une ravine profonde. Mais nous hésitons, parce qu’un panneau dissuasif a été planté là  : « Interdit au public ». Bizarre… on interdirait aux gens de se promener là ?

                       P1100305.JPG

 Finalement nous réalisons qu’une espèce de cornière ( une rigole en métal) a été installée le long du parapet côté précipice. En réalité, il s’agit de dissuader les gens complètement déjantés ou « zamalés »  de s’aventurer là, sur cette corniche… Fallait y penser ! On pourrait effectivement avoir des surprises…

                               P1100308.JPG

 

Les cannes sont en fleurs, la coupe commence bientôt et prendra fin en décembre. C4est toujours un bonheur de photographier ces inflorescences à la tombée du jour quand elles scintillent.

 

Nous continuons à descendre, et avant le rond-point de Pierrefonds, puis faisons un crochet par l’usine sucrière. Quelle pitié ! de jour en jour le site perd de sa superbe. Les volets disparaissent, les fenêtres se disloquent, personne ne songe à restaurer ce patrimoine. Une désolation ! Que fait donc la commune pour restaurer ces bâtiments historiques qui ont fait vivre tous les habitants de la région ?

                                 P1100326.JPG

Et la maison du directeur, un petit joyau, lui aussi semble déserté, alors qu’il abrite un centre culturel pour personnes âgées, Son parc  où grandissent un arbre à saucisse, des cactus, des flamboyants, a l’air triste, il ne vit plus. A se demander pourquoi « Les Portes du Sud «  ont quitté ces lieux, eux qui savaient encore l’animer.

                                  P1100309.JPG

Nous passons  au-dessus de la quatre –voie pour nous diriger vers le petit aéroport de Pierrefonds précédé désormais d’un énorme parking.

 

 Nous revenons sur nos pas, empruntons la route du littoral et nous arrêtons au cimetière de Saint Pierre. Les travaux avancent bien côté océan, une allée de promenade a été aménagée : les camions bars sont désormais de l’autre côte de la route, mais ils connaissent moins d’affluence.

                             P1100372.JPG

Nous voilà à la Point du Diable où soufflent les alizés. Pierre, bientôt rejoint par « son momon »  s’aventure sur la langue de lave contre laquelle se fracassent les vagues. IL aimerait tant prendre un bain de pied au bout de cette coulée, mais nous l’en  dissuadons, prétendant que c’est impossible.

                             P1100336.JPG

Il  ose alors une descente sur le sable noir au début de cette langue et foule le basalte humide. Bientôt une vague t’entoure. Il remontera sur la falaise avec des pieds et des sandalettes trempés. Ce qui ne l’empêche pas de marcher avec nous sur le sentier qui mène à la petite chapelle. La végétation  est aussi un sujet d’étonnement : ces petites baies roses, ces fruits verts ressemblant à des glands, ces plantes rampantes à petites fleurs roses ou à grosses fleurs violettes… que de fleurs aperçues pour la première fois.

 Nous rebroussons chemin  au bout d’un quart d’heure. Le soleil descend lentement dans les nuages .

                                     P1100338.JPG

 

Je  fais découvrir la tombe de Sitarane à Monique et Pierre. Nous déambulons dans les allées de cette petite nécropole, où on sent l’hiver : les frangipaniers n’ont que peu de fleurs, les tombes sont moins fleuries, mais toujours arrosées. La présence de plusieurs croix sur une même tombe intrigue.

                           P1100366.JPG

Sur une même tombe, on peut voir un symbole hindou et un symbole catholique, cela aussi n’est pas usuel en métropole. Et toutes ces énormes tombes noires, où on distingue des poignées. Pierre  s’interroge sur la nature de la roche et l’intérêt des poignées… La fraîcheur s’est installée, il fait une vingtaine de degrés vers 18 heures. Nous remontons au Tampon par la quatre-voies.

Partager cet article

Repost0
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 10:07

Vers 17h15, quand le jour commence à décliner, il est agréable de se promener sur le port Lislet Goeffroy de Saint Pierre.

Port de St Pierre 4

Dans l’eau, il ne reste que deux baigneurs téméraires , et la plage est déserte. On prend alors la direction de la jetée.  La voix du muezzin appelle à la prière depuis la moquée .

port de St Pierre 2912b 

              Monique et Pierre sur la jetée de St Pierre

A cette heure,  les surfeurs ont déjà rangé leur planche. Les seuls sportifs de l’endroit sont les enfants qui évoluent là avec leur trottinette, leurs patins à roulettes ou  leur tricycle sous l’œil attentif de leurs parents.

Une belle place pour Robin qui  vient y faire le rodage de son vélo. 

 

Partager cet article

Repost0
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 09:39

Si l’avion de vos invités atterrit en fin de matinée à Roland Garros, une pause s’impose au Barachois à Saint Denis.

Là, aux camions-bars,  installés le long de l’océan, on peut tranquillement prendre place et leur faire goûter une Dodo (bière locale), des samoussas ou des bouchons. On entre de plein pied dans la culture locale.
On peut aussi y commander des salades composées ou des caris pour un prix modique (de 5 à 6,50 euros)  Soit on les mange sur place, soit on les emporte pour les déguster sous un kiosque, ou de retour chez soi.

    Saint Denis Barachois 2

Même sous le vent de cette mi-juin, la promenade sur le front de mer en direction de la batterie de canons est agréable. A main droite, l’Océan Indien  et ses vagues qui frappent la roche noire et déferlent sur les galets, à main gauche les aires de jeux et des arbres typiques : vacoas, raisiniers…

                  Saint-Denis-Barachois-3.JPG

Depuis les canons de la Ponte des Jardins, on voit au loin, couvertes par des filets protecteurs,  les énormes falaises  qui longent la route en corniche. Depuis ces canons, on mesure les distances séparant la Réunion des autres villes du globe.

Saint-Denis-barachois.JPG

Il est bon de se reposer quelques instants ici,après un vol de 11 heures, pour couvrir les 9342 km qui séparent Paris de notre île.

Partager cet article

Repost0
28 mai 2011 6 28 /05 /mai /2011 15:36

Oté marmailles, pas besoin faire des dépenses folles pour out moman ! Regardez autour de vous, les ravines, les friches sont pleines de superbes marguerites jaunes qui se sont épanouies au soleil. Un joli bouquet de fleurs naturelles, voilà qui réjouira celle que vous aimez !

fleur fête des mères

Chaque année en Lorraine, mes enfants couraient dans les prés me chercher des marguerites, des coquelicots, des graminées pour me confectionner un joli bouquet pour ce jour. Cadeau suprême !  Offertes avec le sourire et les mirettes pétillantes, ces fleurs naturelles représentent à mes yeux le souvenir du bonheur partagé avec mes enfants.

fleur fête des mères (2)

Cueillez donc un gros bouquet  de  cette marguerite qu’on appelle « tithonia diversifolia » et que l’on connaît mieux ici sous le nom de « Fleur la Fête des Mères ». C’est une grosse marguerite jaune qui prolifère fin mai dans les terrains non cultivés, le long des routes… tous les cent mètres, on en trouve au Tampon, suffit d’ouvrir les yeux.

 

 

Une merveille ! Elle s’élance même vers le faîte des arbres. Quittez  donc internet et la télé pour une escapade au grand air dans les terrains vagues !

fleur fête des mères (3)

Partager cet article

Repost0
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 17:06

 …en attendant Pâques, et le retour de François parti chanter avec Villancico à Saint Denis, je me suis dit qu’il fallait me trouver une occupation divertissante. Loin de moi l’idée d’aller à la messe pour faire bénir les Rameaux, comme le font la plupart des paroissiens ici, ou de me promener toute seule dans la chaleur.

  J’ai préféré confectionner les décorations de Pâques, tradition oblige ! Une fois les œufs vidés, je les ai peints. Evidemment il me fallait absolument reproduire  des sujets naïfs : « Lapin de Pâques peignant lui aussi les œufs (qu’il disséminera dans les prés) ».

                            oeufs de pâques 2    oeufs de Pâques 1

Drôle, mais toutes les régions de métropole ne connaissent pas la même coutume. En région parisienne,  on ne connaît pas non plus  cette tradition des œufs en chocolat, en sucre,  et œufs durs colorés que le lapin jette dans l’herbe, comme le Petit Poucet,  pour faire une piste menant à un nid contenant un Lapin de Pâques en chocolat ou des œufs pralinés. C'est ce que nous avons l'habitude de voir en Lorraine ou en Alsace. D'ailleurs le nid est préparé par les enfants avec de la mousse séchée ou de la paille, et ce nid disparaît, volé par le Lièvre et caché dans la Nature ( ou dans la cave, s'il pleut).

A la Réunion, un peu partout les associations organisent des « Chasses aux œufs de Pâques », mais ce doivent être les poules et les poussins ou encore les coqs qui les déposent. Faut avouer que les lièvres sont plutôt rares sur l’île.

oeufs de Pâques 3

Pour en revenir à  mon « arbre à Pâques », (tradition plutôt germanique)  je l’ai garni d’œufs oeufs de Pâques 4décorés.

A la Réunion pas de forsythias, ni de groseilliers-fleurs à disposer dans un vase avant d'y suspendre les oeufs.

Alors, on accroche ces décorations dans les hibiscus à l'extérieur, au risque que le vent les fasse tomber. Cependant, la solution la plus sage est de laisser ces objets fragiles à l'intérieur !

On dirait des « œufs-souvenirs de la Réunion », mais ce sont des sujets qui parlent bien à Robin : une frise du volcan en éruption, des tortues se promenant sous les palmiers de la plage, des hibiscus… J’ai oublié le vacoa, les baleines , le corail et les bateaux !

Mais il me reste une petite semaine pour me rattraper…

 

 

Partager cet article

Repost0
25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 19:50

mars palmiersUne période que j’apprécie particulièrement : les avocats, j’adore ça. . Ce soir, au retour de notre balade au Parc des Palmiers du Dassy, où mamy Hortense et moi avons croisé  une foule de joggeurs, nous nous sommes installées sous la varangue. Une voisine s'est arrêtée devant notre maison et nous a remis un sachet en expliquant que son avocatier donnait bien et que les fruits risquaient de mûrir trop vite. Et mars avocatselle nous a offert quatre beaux spécimens et une énorme main de bananes.  A la Réunion, on donne volontiers au voisinage le surplus de récolte. On ne s’étonnera donc pas de trouver sur son muret une papaye, ou des chouchoux… C’est de bon cœur… Une pratique sympathique.

Rien à voir avec les sorts qu’on jette à ceux qu’on maudit ! La banane piquée, elle, - rite vaudou- ne laisse rien présager de bon… pour ceux qui y croient.

Donc,  au menu du dîner "avocats frais – thon-mayonnaise." Un repas improvisé, et quel délice ! Rien à voir avec les fruits qui arrivent à maturité à l’ombre, ou dans des serres. Les petits Réunionnais aiment les manger, saupoudrés de sucre. Pour qu'ils mûrissent plus vite, il faut les laisser à proximité de bananes... Le romarin, paraît-il active aussi leur mûrissement.

Partager cet article

Repost0
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 17:10

 

même pour un vacancier, c’est toujours une épreuve ! Germain, après un mois passé ici pendant l’été austral, appréhende le retour dans la zone tempérée… -3° au thermomètre à Strasbourg, alors qu’il fait bien 30° au port de Saint Pierre.

Ce matin, c’était la pesée des valises : pas question de  dépasser les 25 kg réglementaires, alors on se débarrasse à regret de bouteilles de rhum qu’on voulait emporter et qui alourdissent le bagage, on laisse aussi deux draps de bain. A l’usage, on comprend qu’il faut venir à la Réunion avec un minimum de bagages ( pas de chaussettes, pas de pull, pas de chaussures fermées) pour repartir l’esprit tranquille, les cadeaux ayant bien complété le vide de départ. Quand on arrive sur l’île, il suffit d’avoir des shorts, quelques t-shirts, un pantalon de toile léger, un gilet, des chaussures de rando et ça suffit. (ne pas oublier la bombe anti-moustique et la crème solaire) Ici on peut acheter le chapeau, les savates deux doigts ou les lunettes de soleil, le kway oubliés… Ce n’est pas la brousse !

                      resto Jonque
 
Dernière promenade à Saint Pierre où nous avons réservé une table pour trois personnes ,  dans la rue de Mahy ,à la Jonque : au menu, canard laqué, crevettes au gingembre, calamars aux bambous, champignons et maïs. Après avoir mangé à l’étage dans ce restaurant  où le repas est toujours copieux, les deux frères ont fait un tour au Port pour y admirer les bateaux.
                    germain port 

                          germain port 2
Puis nous sommes revenus au Tampon charger les valises. Vers 22 heures, l’avion d’Air France décolle…

Partager cet article

Repost0
25 décembre 2009 5 25 /12 /décembre /2009 07:43

             Sur la varangue par 27° de chaleur, nous avons mangé notre entrée (foie gras) qui a fondu...dans nos bouches puis  sablé le champagne et levé un verre à la santé de tous ceux  (amis, parents...) qui,  dans la grisaille et le froid passent les fêtes devant la cheminée en métropole !  Sous notre sapin (un araucaria) nous avons ouvert nos cadeaux  et posé pour la photo -où il manquait seulement la petite famille de Pierre...-

                                P1120050b noel
Puis nous sommes repassés à table, à l'intérieur cette fois-ci,  et nous avons mangé des coquilles Saint Jacques, puis un chapon farci accompagné de gratin de songes. Et pour finir un dessert de fruits de saison préparé par Caro : ananas, letchis, mangues...
Ici, la coutume veut aussi qu'on aille à la messe de minuit,-ce que nous n'avons pas fait-, puis qu'on fasse éclater des pétards et des feux d'artifice. La fête se poursuit tard dans la nuit : à 3 heures du matin, on entendait encore de la musique dans le voisinage...

                                        P1120047 noel

                  Nous souhaitons à tous ceux qui nous suivent sur ce blog un 

                                      P1120059 noel

Partager cet article

Repost0
17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 21:04
Anja est passé loin des côtes, le volcan n'a pas bougé depuis la semaine dernière. Il fait de nouveau chaud, les petites fourmis réapparaissent, les margouillats et les lézards ressortent. Et le Ouaki est rouvert depuis hier après-midi. Bientôt il faudra retailler les haies et couper le gazon... en attendant Caroline,  Germain et ...  le Père Noël. La première doit arriver le 12 décembre, le deuxième le 13 décembre, et le dernier à la même date que les années précédentes -même à la Réunion- !

Partager cet article

Repost0