Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 décembre 2016 6 10 /12 /décembre /2016 08:33

Noé Rivière, marmaille de Bras Sec- un écart de Cilaos -, aujourd'hui âgé de 80 ans se souvient :

"J'avais 12 ans, c’était en 1948 quand un cyclone a dévasté Bras Sec. À cette époque, les cyclones n’avaient pas de nom comme aujourd’hui. Les prévisions météo, ça n’existait pas non plus. Des cloches sonnaient  pour annoncer le danger et les gens se mettaient à couvert. Le cyclone est arrivé très vite :   12 personnes sont mortes dont six appartenant à la même famille. Une cinquantaine de  maisons ont été rasées par la tornade. Mes parents avaient une vigne et pour mettre le vin au frais, ils avaient une cave. C’était d ‘ailleurs la première cave à Bras Sec. 45 personnes sont venues  s‘y abriter. Le matin, le vent soufflait en rafales, des paquets d’eau tombaient du ciel, on a cogné à notre porte, les gens fuyant leurs cases ont afflué.

Le lendemain, il y avait de l’eau partout. Pour nourrir toute cette foule, nous avons préparé un  repas avec les poulets que l’inondation venait de noyer

Après l’accalmie,  je suis sorti avec deux trois camarades ; le maïs était couché. J’ai ramassé des épis pour les faire griller. Il y avait de la boue partout. Je me suis enfoncé. J’étais dans un fossé où mon père avait enterré peu avant un porc qui avait crevé. J’avais de la fange jusqu’à la ceinture, on a dû venir me tirer de là. Quelle  puanteur !

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans cyclones
commenter cet article