Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 septembre 2014 7 21 /09 /septembre /2014 16:09

Toutes les occasions sont bonnes à Grands Bois pour faire connaître la cuisine locale. Ainsi,  aux journées organisées par le Pôle Culturel de St Pierre,  ou encore aux journées du Patrimoine, les dames de Grands Bois, fines cuisinières, proposent à la dégustation différents  plats salés ou sucrés dont les bonbons-millet ou bonbons sésame (selon le grain qu’on choisit pour la touche finale)


Bonbons millet photo Rony Govindamal


Voilà la recette telle que me l’ont livrée Nicole, Ginette, Marie Rose, Sarah et toutes les autres…

 

Ingrédients (pour environ 20 bonbons)

 

300g de farine

125g de beurre ramolli

100 g de sucre semoule

1 œuf entier + 1 jaune d’œuf

1 blanc d’œuf

1 pincée de sel

½ sachet de levure chimique

Graines de sésame ou de millet

 

Dans un saladier verser la farine y ajouter le sucre, une pincée de sel, ajouter l’œuf et le jaune d’œuf, enfin le beurre ramolli. Ne pas oublier la levure chimique. Pétrir la pâte puis confectionner des boules de la grosseur d’une noix, rouler ces boulettes dans le blanc d’œuf puis dans les graines. Pour que les bonbons n’éclatent pas pendant la cuisson, les entailler au sommet en dessinant une croix. Les laisser reposer une demi- heure avant de les faire frire dans l’huile. 


Avec un bon café grillé, un délice !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans Cuisine
commenter cet article
16 août 2014 6 16 /08 /août /2014 12:57

Il est fréquent de sentir, en passant devant certaines cases créoles, l’odeur du ... zamal, mais aussi du bon café grillé !

Les Réunionnais ont des caféiers dans leur jardin.

 

cafe.JPG

Ils en cueillent les grains, les font sécher puis les trient avant de les faire griller à l’ancienne dans leur cuisine lontan, à l’extérieur.

 

Autrefois, ils écrasaient les grains avec une bouteille, ou avec un petit moulin.Dans les Scènes de la Vie Lontan édité par une association de Grands Bois, les illustrations vous plongent dans ce passé, pas si lointain que ça.

Et quand on vous invite à boire le café, on vous le sert toujours dans de petites tasses en porcelaine. Un rituel ! Savourer le café de Félicia Payet  à l’Entre-Deux ou de Rose Marie Hoareau au Tampon  est un bonheur !

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans Cuisine
commenter cet article
15 août 2014 5 15 /08 /août /2014 13:40

 

A la Réunion, on consomme énormément d’oignons verts. En réalité, ce sont les tiges vertes de petits oignons qui sont consommées.

On les achète en bottes. On hache ces tiges menues comme on le ferait avec la ciboulette en métropole. 

 

L’oignon vert entre dans la composition de nombreux plats : dans les rougails, les samoussas, les bonbons-piments…


oignon.JPG

L’oignon vert, cru, ou cuit donne beaucoup de goût aux plats. On le trouve chez tous les maraîchers, dans des magasins et au marché. Et s’il en reste, plutôt que de jeter la botte, on peut hacher les feuilles et les mettre dans une barquette au congélateur.

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans Cuisine
commenter cet article
23 juillet 2014 3 23 /07 /juillet /2014 16:15

Manger du « poisson péi » (ou pays) à la Réunion, c’est tout simplement se régaler !

Les produits de la pêche locale sont extras. C’est leur fraîcheur et leur goût qui nous plaisent. Quand nous mangeons du poisson en métropole, nous n’avons pas les mêmes sensations.

Pour les variétés, elles sont nombreuses : thon germon, thon rouge, thon banane, Madame Tombée, vivaneau,  capitaine, dorade coryphène, bourgeois, rouge, espadon, carangue, requin, sardines, l’ombrine ocellée, aigrette…

 

poissonnerie capitaine et rouge poissonnerie cabot et rougepoissonnerie dorade bourgeois

 

Manger du poisson cru (comme le thon ou la dorade coryphène), mariné dans le citron avec un soupçon de sauce huître et de sel, est une délicatesse.

L’espadon frit a la consistance de « la côte de veau » ; le capitaine ou le bourgeois cuits au beurre, saupoudrés de zeste de combava ou de feuilles de combava hachées, sont un délice ! 

La chair de requin plus fade ne nous séduit pas vraiment, et nous n’avons pas encore goûté aux bichiques, ces alevins que le Réunionnais porte aux nues. D’ailleurs manger ces petits poissons ne nous semble pas être une bonne idée, à nous qui sommes conscients de la nécessaire protection des espèces de notre planète.

 

Les poissonneries en bord de mer sont encore d’actualité, et les étals des grandes surfaces, toujours bien approvisionnés eux aussi,  ne leur ont pas volé la vedette et n’ont d'ailleurs  pas réussi à les faire disparaître. Saint Pierre en possède trois sur le front de mer, une également à Saint Leu et Saint Gilles…

 

poissonnerie Léonce poissonnerie Léonce 2

 

 

 

 

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans Cuisine
commenter cet article
22 mars 2014 6 22 /03 /mars /2014 13:02

Le 27.8.2010, j’avais déjà consacré un article sur la « pomme en l’air ». Un copain de Ti Yab m’avait même offert un plant que j’ai hélas arraché lors de l’entretien de mon potager (désherbage manuel un peu musclé !)

Récemment, j’ai vu quelques stades de développement de ce légume chez nos amis Nicole et Jean-Paul.

 

pomme en l'air 8 mars

 

 Près de leur portail, ils avaient palissé le mur le long duquel grimpait la liane de cette pomme qui a bien plus l’allure d’une « pomme de terre » que d’une « pomme ». 

 

pomme en l'air 8 mars 2

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans Cuisine
commenter cet article
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 17:08

A la Réunion, on peut faire des chips de pommes de terre, mais bien plus succulentes sont les chips de songe ou de patate douce.

Au restaurant »La Cour Grenadine », on nous a servi récemment de fines frites (des bâtonnets) de patate douce pour accompagner le punch servi en apéro. 


Je me suis donc lancée dans  la confection des chips avec « la patate douce » achetée au marché du Tampon.  IL suffit d ‘éplucher la patate , de la couper en très très fines rondelles qu’on fait revenir dans de l’huile bien chaude. Egoutter sur du papier absorbant et servir.

 

                          patate-orange-en-chips.JPG
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans Cuisine
commenter cet article
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 09:04

Au marché forain du Tampon, le vendredi matin, parfois on trouve des légumes rares. La semaine dernière sur l’étal d’un maraîcher des Hauts, j’ai découvert des rhizomes allongés de couleur orange. 

Rien à voir avec les carottes. Ces tubercules tordus rappelaient la patate douce. En effet, ce légume est une patates douce. Il en a le goût sucré.

Notre homme me conseille de ne pas ajouter trop d’eau pour la cuisson : la patate orange contient davantage d’eau que la patate douce « normale ».


patate-orange.JPG
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans Cuisine
commenter cet article
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 10:04

Le touriste qui visite la Réunion connaît certainement les « gratons » du Formica Léo, du Piton de la Fournaise  ou du Piton Chisny,  ces scories qui ne facilitent pas sa progression et qui crissent sous les pas.  Parfois, il  arrive qu’il glisse et de s’écorche les genoux et les coudes. Plus rarement, il  lui arrive d’y prendre goût…

Pourtant, il existe des gratons qu’on peut apprécier, notamment en cuisine. 

 

Il s’agit de ces gratons qu’on vend dans les boucheries. Le graton, c’est de la couenne de porc frite et dégraissée, parfois servie avec l’apéro. 

 

 

Le 1er mai, chez  nos amis Jean Paul et Nicole, nous avons été invités à manger et l’un des plats servis était un « rougail gratons. » C’est bien la première fois en 5 ans que nous avons l’occasion de déguster ce plat créole. 

Bien qu’on m’avertisse de son caractère assez pimenté, je comptais bien le goûter. Pas mal  finalement !  J’étais agréablement surprise par la consistance de la couenne et par le goût relevé de ce mets.


                               rougail-graton.JPG

 

Jean Paul qui était aux fourneaux m’explique sa recette : 

«Tu coupes finement l’oignon en rondelles, puis tu écrases l’ail, le piment et le sel dans un pilon. Il faut faire fevenir tous ces ingrédients dans une poêle et ensuite ajouter des tomates. Laisser cuire à feu doux

Pendant ce temps, on écrase les gratons dans le pilon. Les ajouter  dans la poêle, ajouter un peu d'eau, laisser mijoter et servir avec du riz ou du maïs. »

Quand je parle de cari graton, Nicole me corrige : « Dans un rougail on émince l’oignon en le coupant en rondelles, d’où l’appellation rougail . Pour le cari, précise-t-elle,  l’oignon n’est pas coupé de la même façon…" 

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans Cuisine
commenter cet article
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 09:19

Marie Hélène nous a accueillis ce matin dans son verger au lieudit  Le Cap, dans les Hauts de l’Etang Salé. Nous avons fait provision de feuilles de vacoa pour nos tresseuses de Grand-Bois, puis notre hôtesse nous a montré le terrain où poussaient toutes sortes d’arbustes, dont un « goyavier pomme ».  Ici, on appelle le fruit « goyave blanche ». Il est à maturité en cette fin avril, et nos copines créoles le mangent vert.


goyavier blanc

J’attendais toujours que nos goyaves se colorent pour le manger mais la mouche du fruit avait fait son office avant et les fruits bruns ramollis n’étaient plus comestibles. Cette fois-ci, j’ai pu apprécier sa chair ferme et parfumée. On n’apprend pas tous les jours à manger une goyave…


goyave pomme goyave pomme 2

Avant que nous ne repartions, Marie-Hélène nous a fait goûter sur la varangue de la case maternelle de la gelée qu’elle avait faite avec ce fruit : délicieuse ! J’imaginais qu’on pressait la pulpe et bien non…

 

goyaves pomme gelée

 

Voilà comment elle procède pour préparer cette gelée : 


Elle coupe le fruit en quatre, le met dans une casserole remplie d’eau qu'on porte à ébullition. Quand les fruits sont mous, on les laisse reposer là jusqu’à complet refroidissement. Puis on passe le tout dans un chinois, sans écraser la pulpe, on laisse s’égoutter. A 2 litres de liquide, ajouter un kilo de sucre, faire cuire… et le tour est joué !

 

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans Cuisine
commenter cet article
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 08:52

                                  quatre épices 1

Le quatre-épices est un arbre de 4 à 10 m de hauteur. Ecrasée, la feuille a les odeurs de 4 épices : gingembre, muscade, girofle, poivre… 

 Cet arbre a sa place dans les jardins créoles parce qu'on aime à prélever sa feuille pour parfumer le civet ou le cari...

On l’appelle aussi piment-giroflée ou poivrier giroflée. IL appartient à la famille des myrtacées et son nom latin est "pimenta dioica". Il porte des feuilles persistantes et brillantes. Ses fleurs sont des grappes blanches.

Cette plante aurait des vertus stimulantes, digestives, carminatives. C’est une espèce cultivée, non spontanée.

 

quatre épices quatre épices 3

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans Cuisine
commenter cet article