Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 09:46

Il n’est pas question ici de zones climatiques particulières, ni de zones géologiques susceptibles de se crevasser pour laisser échapper de la lave.

 

Le Point Chaud à la Réunion est tout simplement un petit commerce bien situé, et qui propose des viennoiseries, du pain, des boissons. Nous en avons découvert un situé près de la Gare Routière de Saint Pierre. Y avons bu un café rallongé avec du lait, il était très bon, et le patron sympathique.

 

C’est le point de rencontre de jeunes lycées et collégiens, qui attendent là le début des cours :  certains y achètent un pain chocolat,  d’autres des cigarettes à l’unité, ou même « une dodo » ! A 7h 30 du matin ! Mais c’était un cas isolé…

 

En longeant le bâtiment, nous avons vu deux autres boutiques qui proposaient aussi des boissons et de quoi se restaurer. Des commerces idéalement situés ( les usagers du car ou les jeunes peuvent y meubler leur attente.)

 

point chaud gare routière

 

Point chaud près de la gare routière


point chaud front de mer

 

 

Point chaud près du poste de surveillance au front de mer

 

 

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans commerces
commenter cet article
4 mai 2013 6 04 /05 /mai /2013 22:28

Fischer n’est pas la seule bière alsacienne à avoir été adoptée à la Réunion.  Voilà que la 1664  de Kronenbourg s’est aussi tropicalisée, et même créolisée. Il suffit de lire le slogan : « nout kolblan ». Je ne ferai pas l’affront de traduire  aux gens du cru.

 

Nout kol blan

              Alors pour les "z’oreils" restés au pays et qui me suivent sur ce blog, il faut lire « Notre Col blanc », allusion à la mousse et non à l’écume de la barrière de corail.

J’en vois certains qui de la froide Lorraine aimeraient se déplacer ici  sous les filaos au bord du lagon à l’instar de ces bouteilles.

 

Belle l’affiche publicitaire, mais le hic  - c’est le cas de le dire- est qu’elle prolifère et prend les mêmes proportions en taille que certains arbres tropicaux. Et le paradoxe est qu’on conseille de boire l’objet de la pub avec modération. Quelle hypocrisie !  Et les publicitaires sont bien malins : ils savent que dans les bretelles  ou les ronds-points où ça bouchonne, les conducteurs ont le temps d ‘avoir chaud, et de saliver…

Ainsi va la pub !

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans commerces
commenter cet article
27 avril 2013 6 27 /04 /avril /2013 09:48

Devant la Rondavelle, un café-bar en bord de mer à Saint Leu, nous avons assisté hier soir à l’installation de deux snacks improvisés. Les vendeurs ont l’autorisation de la municipalité pour s’installer quelques heures ici, le temps d’écouler leurs caris…. L’un d’eux explique que cet accord peut à tout moment être remis en question.

 

Pour l’un de ces commerçants, quelques tréteaux, une bouteille de gaz, et le tour est joué.

              snack système D

 

Sur le parking du petit port, peu après 16 heures 30, nous avons rencontré Salim qui déchargeait son "stand sur roulettes" pour le pousser vers le même bar.


snack ambulant 2

 

Il nous confie qu’il a récupéré les roulettes du lit médicalisé d’un ami pour rendre son stand plus fonctionnel. Il est fier de nous faire l’article de cet ingénieux gagne-pain. 


                          snack ambulant 1

Ce vendredi soir, il y aurait sûrement beaucoup de monde ici : des groupes de musiciens se produisent régulièrement à cet emplacement en début de week-end. J’espère  que notre sympathique vendeur aura fait de bonnes affaires !

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans commerces
commenter cet article
7 août 2012 2 07 /08 /août /2012 20:38

En passant à Petit Saint Pierre, au Nord de Ste Rose, une petite boutique créole, le long de la RN2 a attiré mon attention et je me suis arrêtée pour y faire un tour. 

boutique Kwan Lan

 

L’endroit est fréquenté par des habitués ; on y trouve de tout : des alcools (sous toutes les formes : piles plates, cubitainers, bouteilles) des serpillières, des allumettes, des objets d’usage courant.

Boutique chinois Kwan Lan

Je suis intriguée par la présence de trois superbes gramophones posés sur la dernière étagère. Le jeune commerçant, debout derrière le comptoir, m’explique que ce sont des objets de collection de son père. Pas à vendre ! précise-t-il.

boutique chinois Kwan Lan 2

En m’approchant de la vitrine, j’y découvre encore de vieux postes de radio, d’anciens téléphones… et même un « moulin à maï » comme on dit ici (une meule à maïs), qui sert de socle à une bouteille de whisky.

Cette fois encore, j’ai été bien accueillie : le jeune homme n’était pas avare d’explications et m’a aussi accompagnée sur le pas de la porte pour me montrer le nom de la boutique, dissimulé sous le store. Combien de temps encore ce bâtiment fera-t-il partie du décor ? 

Boutique Kwan-Lan 2
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans commerces
commenter cet article
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 12:02

Comment faire rougir des produits pour mieux les vendre ?  Une astuce à laquelle je n’aurais jamais pensé. Je savais que dans les supermarchés, pour donner un aspect rose au jambon, on utilise des lumières, mais j’ignorais que, même au marché forain, à la Réunion, on avait un moyen infaillible pour attraper le chaland…

C’est un gars de Grands Bois qui m’a livré le truc quand nous avions parlé du curcuma. Voilà ce qu’il m’a dit : «  Tu sais qu’il existe des poudres de curcuma de qualités très différentes, que le curcuma le plus rouge est le meilleur…et pour qu’on ne fasse pas la différence entre le bon curcuma et le bas de gamme, il suffit d’exposer ce dernier sous un abri de toile rouge ! La lumière rouge diffusée par le tissu irradie le produit et  laisse croire que la poudre est de meilleure qualité. » Eh oui, pas bête du tout.

 Voilà donc pourquoi à Noël à l’époque des letchis on préfère les exposer sous des toiles rouges… Et moi qui croyais, naïvement,  que c’était pour une raison esthétique, pour rappeler Noël et mettre le fruit en valeur. En fait, ces letchis –là sous les toiles rouges ont l’air plus mûres que les autres… fallait y penser !

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans commerces
commenter cet article
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 09:02

Hier, nous étions invités chez Alain, à la Plaine des Palmistes. Non loin de la Route de Bélouve, il possède une case depuis laquelle on a une vue sur la Ravine Sèche (pas si sèche que ça, ce jour-là : il y tombait une énorme cascade !) D’ailleurs de toutes les pentes qui entourent ce coquet village descendaient des cataractes bien alimentées.

Nous avions donc quitté le versant ensoleillé de l’île pour nous retrouver dans la pluie du versant Est. Mais le soleil est dans le cœur des gens de là-bas. Même si le plafond y est souvent bas, les Palmiplainois savent cultiver l’art de recevoir et de partager.

Avec notre hôte, nous sommes partis au magasin d’Alexis  Comorapoulé situé au bord de la RN. Là, Alain a acheté du beurre, des gratons (lamelles de peau de porc grillées) pour l’apéro. La propriétaire du magasin m’a expliqué qu’on peut même utiliser les gratons dans les caris.

supérette chez Alexis

Il était surtout venu pour acheter le fameux boudin d’Alexis, un boudin créole, bien pimenté, que nous avons mangé froid. Je n’ai pu résister à l’envie de faire quelques photos de cette petite supérette célèbre pour sa "viande péi" et sa charcuterie.

Photo des boudins et saucisses et viandes boucanées,

superette-chez-Alexis-1.JPG

photo d’un présentoir de « piles plates » ( bouteilles carrées, tenant dans une poche, et contenant du rhum),

           superette-chez-Alexis-4.jpg

une photo de la vitrine (avec une foule d’objets hétéroclites, comme des statuettes de St Expédit.)

         vitrine-St-Expedit.JPG

Puis, nous sommes retournés à son ti chalet où il m’a proposé, après avoir posé tous les ingrédients sur la table, de préparer un gâteau à la farine de conflore. Pendant ce temps, lui-même, préparait un rougail saucisse. Dans sa cour, il avait cueilli quelques pépinos, pour nous les faire goûter, et quatre tomates-arbuste pour la préparation d’un rougail.

          Alain-et-les-pepinos.JPG

                            Alain et ses pépinos

           des-sourires.JPG

                           Les Palmiplainois, des gens souriants.

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans commerces
commenter cet article
1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 01:05

S’il existe de plus en plus de grands centres commerciaux, un peu partout sur l’île, quelques échoppes savent encore résister… et survivre.

Ainsi à la Cafrine, si on emprunte la route qui monte à Mont-Vert et qu’on bifurque  vers Bassin Plat, on remarque qu' il existe encore à main gauche  une tit boutik, le magasin « Balaya » du nom des propriétaires, de charmantes personnes d’ailleurs.

  P1090421

Dans les rayons on trouve de tout, mais la commerçante d’ajouter qu’ « il y a là bien moins de marchandises qu’autrefois ». Si vous cherchez un bouton pour votre chemise, des sucettes, une bouteille d’eau ou de rhum, des croissants, un rasoir, un grattoir, du dentifrice, un grand sac de riz, faites un tour dans cette épicerie !

P1090420 P1090419

 Juste à côté du magasin, les Balaya ont aménagé un petit bar.

P1090422

Combien de temps encore le quartier pourra –t-il s’approvisionner dans ce lieu ? On l’ignore. Mais ce serait bien dommage de voir disparaître ce petit commerce.

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans commerces
commenter cet article