Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 janvier 2017 1 16 /01 /janvier /2017 08:25

Dans la rue Archambaud par exemple et dans le Jardin de l'hôtel de ville de Saint Pierre, on en voit. Ces arbres qui possèdent un tronc de 30 cm de diamètre, gris clair à l'écorce crevassée, et  peuvent atteindre 7 mètres ou plus de haut. Leur feuille est en forme de cœur.

Ses fleurs sont diurnes, elles durent une journée et sont d’abord d’une teinte jaune pâle mais deviennent progressivement rose, pourpre ou rouges. 
Le pocher porte des fleurs et des fruits presque toute l’année. On pourrait le confondre avec l'hibiscus mais les feuilles sont plus allongées et les fleurs ont en leur centre cinq points noirs.
 
Compléments trouvés sur le site de la "Mauritian Wildlife Foundation" :

Le porcher est souvent utilisé comme plante ornementale et pour le reboisement des arrière-plages. Le bois est dur, résistant aux termites et attrayant ; il a une couleur rouge foncé. De son bois on peut fonctionner de petits objets tels que des bols de nourriture et des ustensiles de cuisine, comme c’est le cas à Hawaï. Le bois a aussi été façonné en pagaies et autres objets sculptés, ainsi qu’en canots, de temps en temps.

Les fruits, les fleurs et les jeunes feuilles sont comestibles. L’écorce fibreuse résistante est transformée en corde (à Hawaï et ailleurs) et elle est également utilisée pour le calfeutrage des bateaux en Malaisie. Plusieurs produits sont extraits de la plante, y compris un colorant, des tanins, des huiles et des résines.
Avec l'écorce broyée on traite certaines maladies de peau (en Inde), la dysenterie et les hémorroïdes (Maurice). Les feuilles sont appliquées contre l’arthrite (dans le sud de l’Inde). Une fois coupé, le jeune fruit sécrète une sève collante jaune utilisée pour traiter certaines maladies de peau (dans le Sud de l’Inde). Les racines sont utilisées comme toniques. 

Le porcher, un arbre ornemental aux feuilles en forme de cœur.
Le porcher, un arbre ornemental aux feuilles en forme de cœur.
Le porcher, un arbre ornemental aux feuilles en forme de cœur.
Le porcher, un arbre ornemental aux feuilles en forme de cœur.
Le porcher, un arbre ornemental aux feuilles en forme de cœur.
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans arbres de la Réunion
commenter cet article
15 janvier 2017 7 15 /01 /janvier /2017 17:37

Ce matin, les rues de Saint Pierre étaient désertes et il faisait bon flâner là en dépit d'un soleil torride.

Le conférencier de "Valorisation du Patrimoine" avait prévu de nous faire remonter la rue Archambault pour nous faire découvrir un ficus étrangleur,l'affouche, qui n'a pas été abattu. Il est protégé par la Ville...Cet arbre sans tronc est endémique.

Dans la rue, nous avons eu des explications sur des espèces venues d'Australie ou d'ailleurs  telles que le bauhinia,dit Arbre à orchidées , l'araucaria, le porcher, le callistemon...

Puis dans le Jardin de l'hôtel de ville, l'accent a été mis sur deux espèces endémiques : le bois puant et le latanier rouge.  Nous avons aussi eu la latitude d'observer des flamboyants, des cityses indiens, un zoreille cafre et un sangdragon... lequel souffrait de la sécheresse ( la pelouse à ses pieds etait artificielle...forcément...) 

Plus bas, au pied des escaliers, des commentaires ont permis de mieux connaître le benjoin et le badamier. 

Notre guide nous a emmenés ensuite dans la rue des Fours à Chaux  où survit encore un pied de mourounge et pour terminer nous sommes allés sur le parking près du conservatoire régional de musique où nous avons apprécié l'ombre d'énormes ficus bonnet d'évêque et de banians. 

Cette sortie qui a attiré plus d'une vingtaine de participants était très instructive et bien ciblée. Dommage qu'elle n'attire pratiquement que des touristes, les Reunionnais sont toujours très peu nombreux.

Deux observations négatives concernent l'aménagement de la Ville:

Un homme en fauteuil roulant a eu toutes les peines du monde à suivre le groupe en raison des trottoirs à haut bord : parfois il devait avancer sur la route. Et autour de la mairie rien n'est fait pour rejoindre le parking inférieur...il faut emprunter les escaliers ou...la route. Enfin, il est aberrant dans un environnement dit naturel de mettre des pelouses imperméables qui ne laissent pas l'eau pénétrer les racines des arbres. 

Arbres connus et méconnus de La Réunion avec Marcel Thiepvaut.
Arbres connus et méconnus de La Réunion avec Marcel Thiepvaut.
Arbres connus et méconnus de La Réunion avec Marcel Thiepvaut.
Arbres connus et méconnus de La Réunion avec Marcel Thiepvaut.
Arbres connus et méconnus de La Réunion avec Marcel Thiepvaut.
Arbres connus et méconnus de La Réunion avec Marcel Thiepvaut.
Arbres connus et méconnus de La Réunion avec Marcel Thiepvaut.
Arbres connus et méconnus de La Réunion avec Marcel Thiepvaut.
Arbres connus et méconnus de La Réunion avec Marcel Thiepvaut.
Arbres connus et méconnus de La Réunion avec Marcel Thiepvaut.
Arbres connus et méconnus de La Réunion avec Marcel Thiepvaut.
Arbres connus et méconnus de La Réunion avec Marcel Thiepvaut.
Arbres connus et méconnus de La Réunion avec Marcel Thiepvaut.
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans arbres de la Réunion
commenter cet article
15 décembre 2016 4 15 /12 /décembre /2016 19:41

 

Je ne me promène quasiment jamais au Parc des Palmiers du Tampon sans mon appareil photo !  Depuis sa création, j'assiste avec bonheur à  la croissance des plants et l'évolution des plantations et de l'aménagement.  Je m’arrête souvent pour photographier ces merveilles mais aussi pour examiner les plaques d’identification.

Il serait d’ailleurs très intéressant de réaliser un parcours pédagogique pour les enfants, petits et grands, pour retrouver ces palmiers mais aussi pour leur faire deviner le pourquoi d’une telle appellation.

Ainsi, figurez-vous qu’il existe dans ce superbe endroit un« palmiste cochon », un « palmier crocodile », un « palmiste nounours »,  et même un « palmier prostate » !

palmiste cochon, palmier crocodile, palmiste nounours, palmier prostate !
palmiste cochon, palmier crocodile, palmiste nounours, palmier prostate !
palmiste cochon, palmier crocodile, palmiste nounours, palmier prostate !
palmiste cochon, palmier crocodile, palmiste nounours, palmier prostate !

palmiste cochon, palmier crocodile, palmiste nounours, palmier prostate !

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans arbres de la Réunion
commenter cet article
2 décembre 2016 5 02 /12 /décembre /2016 15:47

C’est en voyant chez mon amie Renée une machette fichée dans le tronc d’un pied de raisinier (ou « raisin marine » comme on dit ici), que m’est venue l’idée d’écrire un article sur un sujet singulier.

Il est une tradition à la Réunion qui surprend : pour que les fruitiers produisent, il faut, paraît-il, les « stresser ».

« Stresser » c’est donner des coups dans les troncs et les branches avec une machette. Cela leur donnerait un coup de fouet. Les pieds de mangue, de letchis …ont droit à cette pratique. Les élaguer, pas forcément avec une coupe franche biseautée, permettrait aussi d’obtenir une bonne fructification. J’ai entendu cela une bonne dizaine de fois. Et tous mes interlocuteurs ont prétendu que ça marchait très bien…

Stresser les arbres...
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans arbres de la Réunion
commenter cet article
1 décembre 2016 4 01 /12 /décembre /2016 16:20

Un mardi, après le tressage aux Calbanons, j’ai ramené Renée chez elle. Elle vit avec son mari Augustin dans une case, à la Cafrine, non loin du Bassin 18.

Comme elle tresse souvent des feuilles de « latanier », pour en faire de capelines, elle a tenu à me montrer où poussaient "ces pieds". ( Eh oui, le palmier n'est pas un arbre !) Elle voulait aussi par la même occasion me faire découvrir la belle vue qu’elle avait depuis son terrain sur la côte rocheuse.

Les lataniers (qu’on appelle ici « lantaniers »), ces arbres endémiques de l’île donnent des fruits dont les enfants raffolaient autrefois. Renée me cueille « une pomme lantanier » pour que je goûte. A l’intérieur une pulpe claire, transparente au goût difficile à définir. Certains diront que c’est fade, d’autres qu’il faut connaître et cueillir le fruit quand il est plus mûr, et là il serait sucré.

En repartant de chez elle, je remarque près de l’escalier, un balai pour le moins original : c’est « le balai lantanier », un balai dont le manche fait partie intégrante de l’objet. C’est la grosse nervure qui remplit cet office.

Mais le toit de sa case n’est pas en feuilles latanier… comme autrefois. Ce type de couverture a été remplacé par la tôle. Merci Renée pour cette belle visite !

Le latanier, « l’arbre à tout faire » chez mon amie Renée
Le latanier, « l’arbre à tout faire » chez mon amie Renée
Le latanier, « l’arbre à tout faire » chez mon amie Renée
Le latanier, « l’arbre à tout faire » chez mon amie Renée
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans arbres de la Réunion
commenter cet article
19 novembre 2016 6 19 /11 /novembre /2016 21:07

C’était magique ! La route qui monte au Tampon était bordée de superbes jacarandas, ces arbres mauves au suc capiteux, ce spectacle a duré très longtemps. La Floraison de ces arbres s’achève lentement, et des graines énormes pendent aux branches. On dirait de grosses huîtres qui s’ouvrent…

Les graines à la Réunion sont souvent très grosses et leur diversité étonne. Souvent elles deviennent des éléments décoratifs pour les tables de Noël mais servent aussi à la confection de bijoux.

Fin de la floraison des jacarandas.
Fin de la floraison des jacarandas.
Fin de la floraison des jacarandas.
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans arbres de la Réunion
commenter cet article
9 août 2016 2 09 /08 /août /2016 19:51
Entre-Deux : un arboretum...autrement !

Non loin de l’Office de Tourisme du charmant village de l’Entre-Deux, il est un petit parc qui invite au dessin. Des panneaux explicatifs dévoilent des techniques pour observer et dessiner les arbres de l’endroit. Là, on vous donne des trucs pour dessiner le tronc d’un letchi… Plus loin, vous saurez tout sur la représentation d’un caféier et l’utilisation d’aquarelles. Pour le botaniste et l’artiste, ce peut être un but de promenade.

Mais c’est aussi un endroit où les gens aiment pique-niquer en famille. C’est ombragé et les enfants sont en sécurité.

A noter qu’il existe aussi un sentier « Randocroquis » sur les hauteurs de Coteau Sec, sentier qui grimpe au-dessus du village.

Entre-Deux : un arboretum...autrement !
Entre-Deux : un arboretum...autrement !
Entre-Deux : un arboretum...autrement !
Entre-Deux : un arboretum...autrement !
Entre-Deux : un arboretum...autrement !
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans arbres de la Réunion
commenter cet article
24 novembre 2015 2 24 /11 /novembre /2015 21:10
Réunion : le baobab de Saint Louis.

A Saint Louis, le long de l’ancienne rue nationale, au carrefour devant l’hôpital, s’élève un arbre majestueux, au tronc énorme.

La présence de fleurs orange pâle ressemblant à des roses nous a intriguées. Corinne et moi étions dubitatives.

Naïvement, j’ai posé la question à un jeune serveur qui travaillait là près d’un snack bar (où on peut aussi acheter des samoussas) . Aussitôt nous avons eu la réponse : un baobab !

Réunion : le baobab de Saint Louis.

Facile, quand on voit après coup que sur la baraque le mot est écrit en grosses lettres. Nous sommes sous l’arbre juste à côté du « snack du baobab ».

Réunion : le baobab de Saint Louis.

Les anciens, explique le jeune homme, disent qu’il aurait été planté voilà 4 siècles ! J’ai aussi appris qu’il était autrefois dans la cour de l’hôpital, mais la configuration des lieux a changé et l’arbre est tout près de l’intersection. Son ombre doit être salutaire pour tous ceux qui viennent boire ici en terrasse.

En cherchant davantage d’infos j’ai découvert qu’il s’agirait d’une espèce de baobab rare à la Réunion : un adansonia… « ou « arbre bouteille ». Pas mal pour un arbre qui pousse près d’un débit de boissons ! info à vérifier. Je pencherais plutôt pour l’andosonia gregorii… Le débat est ouvert.

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans arbres de la Réunion
commenter cet article