Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 17:16

Récemment, sur le front de mer, mi casse un blag avec Alain Baltz, aquarelliste. Et il m’apprend qu’à la sortie de St Pierre en allant sur St Louis, un nouveau jardin est né.

Partageant comme Alain une passion pour les plantes et le patrimoine de la Réunion, j’y vais quelques jours plus tard.

 

Facile à trouver : en quittant St Pierre par la 4 voies direction St Louis, prendre la sortie Ravine des Cabris, faire le tour du rond-point, prendre la direction de l’aéroport, et dans la montée du 2e rond-point suivre la direction (panneau jaune) « allée des Cèdres ». Encore une centaine de mètres et vous trouvez l’endroit à main droite.

Le domaine est ouvert du mardi au dimanche de 9h30 à 17 heures.

Renseignements : infos@domaineducafegrille.fr   télephones 0262241540

 

Ce projet mis en route voilà 4 ans a enfin abouti. C’estJean - Mi, un passionné d’horticulture qui avec son épouse Marie gère ce petit paradis. ……..

Nous y avons passé une heure trente, et avons eu toutes les réponses à nos questions.

P1130378 P1130367

P1130413 P1130460

Le parcours permet de remontre dans le temps en passant par toutes les cultures qui ont marqué l’histoire de l’île : le géranium, le café, les épices, la canne… Des experts vous guident dans ce havre de paix et vous font reconnaître les plantes, vous apprennent comment fonctionne un alambic, comment on sèche le café, comment on vivait dans une case en paille…

P1130507 P1130522

Une boutique artisanale très intéressante est située à l’accueil. Ma visite donnera lieu à plusieurs articles, tant elle était riche et passionnnante. Un ti coin charmant à voir ABSOLUMENT , seul, ou en groupes...

 

Quand nous repartons, Marie referme le barreau fait de bois de goyaviers ( comme autrefois) et je me promets d’y revenir, tant il reste de plantes à découvrir. 

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans végétation
commenter cet article
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 18:26

Cette promenade m’inspire quelques réflexions.

D’abord, même si la route est escarpée et longue pour accéder au parking, c’est toujours du bonheur quand on découvre le point de vue sur le cirque de Mafate. On prétend que la vue n’est dégagée qu’au petit matin, cette fois-ci, il était déjà 11 heures et la le panorama était superbe, malgré quelques nuages qui couronnaient épisodiquement les cimes.

P1040537

 

Ensuite, force est de constater que les comportements de certains randonneurs sont révoltants : un Réunionnais résidant actuellement à Lyon, nous dit avoir honte de ses concitoyens qui enlaidissent les sites en laissant traîner des canettes, des mouchoirs, des saletés ;  je lui rétorque que bon nombre de touristes manquent aussi d’éducation à ce niveau.

 

Enfin, nous avons assisté à une scène qui nous a retournés : à une vingtaine de mètres du point de vue – pour ceux qui connaissent les lieux, ils peuvent confirmer ces dires, la falaise tombe à pic sur la Rivière des Galets- le pire a été évité : devant nous un jeune homme avec un bébé dans son sac à dos, à côté de lui deux enfants plus grands dont une fillette qui pleurait, et … dans le ravin, dans la falaise, une jeune maman, qui avait noué un foulard ( un simple foulard !) autour de sa taille et qui demandait à son mari de la remonter sur le sentier.

Rougeaude et fière, cette mère de trois enfants agite l’objet qu’elle est allée chercher au risque de dévaler dans la Rivière des Galets : une tétine que le bébé avait perdue. Nous n’avons pu nous empêcher de la traiter d’ « inconsciente » alors que les qualificatifs de « folle, tarée » lui auraient mieux convenu.

 

J’espère qu’elle s’est rendue compte de la profondeur du rempart en arrivant au point de vue. Et si en chutant, elle avait emporté son mari ?

 

«  Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée » disait Descartes. C’est à se le demander. Certains en ont bien moins que d’autres.

 

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans randonnée
commenter cet article
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 15:59

...faut le faire . Du jamais vu ! la route forestière du volcan de la Fournaise était un vrai boulevard.  A 6 heures du matin, la webcam du site www.fournaise.info montrait un piton complètement dégagé, un ciel beleu. Partir du Tampon vers 7 heures pour arriver à 8 heures au départ de la rando était une bonne idée, mais se lever plus tôt aurait été encore plus judicieux. Il faut absolument être au Pas de Bellecombe au lever du soleil, pour profiter des couleurs lavées du paysage et ne pas souffrir de la chaleur. 

Dans la Plaine des Sables, un sportif gonflait une voile, vraisemblalement pour un spot publicitaire.

P1130583

 

On aurait cru que tous les touristes de l'île s'étaient donné rendez-vous ce jour-là au Piton. Des milliers de gens de tous âges -aux équipements parfois irréfléchis (sandalettes, dos nu...)- se suivaient comme des fourmis sur le marches descendant dans la caldeira.

La chaleur était déjà étouffante à 8 heures, avant notre descente. On a du mal à imaginer qu'on puisse faire la randonnée au cratère de la Fournaise en partant à 10 heures, cela fait arriver au point d'observation vers 13 heures pour des marcheurs moyens. Le basalte noir chauffe, les scories aussi, pas d'ombre jusqu'au sommet, la déshydratation guette et sans entraînement, on s'épuise.

P1130586 

Descente de 536 marches le long du rempart

 

Prudents, nous avons opté pour une rando abrégée jusqu'au Formica Léo ( pour Poum et moi) jusqu'à la Chapelle Rosémony pour Michel et Francine. Au pied de la falaise,quand on foule les gros blocs de basalte aux formes multiples,  c'est toujours le ravissement.

P1130592

Et on a hâte de grimper sur le petit cratère de scories

P1130595

P1130594

La remontée est toujours très pénible quand les rayons frappent la falaise et que les coins d'ombre sont rares.

Cette sortie formidable a marqué mes hôtes, qui ne cessaient de s'extasier sur la beauté du site (Plaine de Sables, Route forestière rouge, pâturages, coulées de lave du Piton...) Si le cadre est merveilleux, il est aussi très fragile.

P1130602

Le Piton de le Fournaise vu depuis le Chemin du Volcan

Poum est attirée par une petite fleur rose qui pousse au milieu des branles : c'est le petit bois de rempart ( une plante  magnifique, mais très toxique)

P1130600

En revenant par la piste de sable, nous avons dépassé les véhicules hésitants, puis c'était un plaisir de descendre les lacets de la route forestière au revêtement rougeâtre au milie des branles verts et blancs. Nous longeons une zone incendiée et exprimons tous notre indignation, la nature reprend ses droits, mais combien d'années faudra-t-il pour qu'on oublie les branches calcinées ?

Nous nous arrêtons au Cratère Commerson avant de plonger vers las pâturages.

P1130605

P1130607

Très écolos dans l'âme aussi, mes amis se sont insurgés contre la mauvaise éducation de certains randonneurs qui laissent traîner leurs mouchoirs, les papiers des bonbons, au lieu de les remettre dans leur poche ou un sachet. Michel a même fait remarquer que la Chapelle Rosémont devenait un WC, fallait veiller à ne pas marcher sur les crottes... Parfois ce sont des mégots qui sont jetés un peu partout. 

Faut dire aussi que les toilettes manquent cruellement au départ du parcours (à 8 heures, personne n'avait encore ouvert le bar du Pas de Bellecombe). Accueillir des milliers de personnes, c'est aussi assurer au niveau des toilettes publiques... A bon entendeur...

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans sites et paysages
commenter cet article
31 octobre 2011 1 31 /10 /octobre /2011 21:23

Aujourd'hui, j'ai fait découvrir des coins magiques de l'île à Francine, Michel et Poum, mes hôtes zoreilles. Partis de St Pierre, nous sommes passés par Terre Sainte ( qui perd son cachet au fil du temps), puis avons rejoint Grands Bois par l'ancienne nationale. Petit arrêt à Bassin 18 -pour admirer le bassin bleu turquoise-, puis au Sentier des Pêcheurs de la Ravine des Cafres ; devant l'usine, nous avons pris la petite route bordée de banians qui longe la Plage Ti Sable. Là, nous nous sommes promenés dans les rochers au milieu des poissons et des oursins.

P1040477

Ensuite, nous avons laissé Grand Anse sur notre droite (on ne peut pas tout faire en une journée) et avons continué jusqu'à Manapany, et sa côte sauvage, son ancien four à chaux. 

P1040485P1040488

P1040487

      De là, nous sommes descendus vers St Joseph. Vers midi, nous étions au Cap Méchant, pas si méchant que ça ce jour-là, et nous avons été étonnés de ne pas y rencontrer qui vous savez... Faut dire que le jour-là était celui de Grand Mère Kale ( le 31 on fête la sorcière) Au Baril, nous avons acheté de la vanille, et mangé au Mascarin après les ruines de l'ancienne usine.

P1040497

et nous avons pris le chemin qui longe la côte de St Philippe au milieu des vacoas, puis  fait un arrêt à la coulée du Puits Arabe.

P1040500

J'ai été étonnée par le nombre croissant de restaurants sur cette portion de littoral et la présence de nombreux marchands de vanille. Nous avons quitté la végétation luxuriante et le petites cases du Tremblet pour entrer dans le domaine de la Fournaise et des coulées de lave. 

P1040512

La descente vers l'Anse des Cascades m'a permis de constater que la route était toujours aussi détériorée, j'ai slalomé entre les nids de poule avant d'arriver dans la forêt aux palmiers pattes d'éléphant. Belle promenade au pied des cascades.

P1040520

Une halte traditionnelle à Notre Dame des Laves m'a permis de constater que la vierge au Parasol n'était plus sur son socle. Enigme à résoudre. 

P1040529

De St Benoît, nous sommes remontés vers le Tampon par la Route des Plaines. Après avoir franchi le col, nous avons assisté au spectacle fascinant de la brume qui monte de la vallée. Cette nappe s'étalait progresssivement sur les pâturages au pied du Piton des Neiges.

P1040533

Nous étions au-dessus des nuages à Bourg Murat, mais en arrivant au 12e la vue était imprenable sur la mer que le soleil couchant embrasait.

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans sites et paysages
commenter cet article
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 09:10

Ou…un jour à la montagne et à la mer


A la Réunion, on peut profiter la même journée des plaisirs de l’eau dans les Bas, et des paysages spectaculaires dans les Hauts. Quand le ciel est dégagé et qu’on se lève tôt, cela vaut la peine de grimper à l’assaut des Makes, au-dessus de Saint Louis. Oté ! ça grimpe sec. Après une heure de route, on aboutit à la Fenêtre des Makes, d’où la vue sur le cirque de Cilaos est époustouflante.

La montée au milieu des champs de canne puis dans les pâturages, zones maraîchères et enfin forêts n’est pas lassante. Les aires aménagées par l’ONF au départ des sentiers sont remarquables.

P1040188

 

P1040184

A la Fenêtre des Makes, on est scotché : on distingue nettement de gauche à droite Ilet à Cordes, Cilaos, Bras Sec, Palmiste Rouge.

P1040181 

 Vue sur Ilet à Cordes

Puis, c’est la redescente vers le littoral. Un petit tour par Etang Salé les Hauts, la route en  lacets serpente entre les champs de canne, et la vue sur les villes côtières et le lagon est un enchantement. Nous plongeons vers Etang Salé les Bas, où nous passerons une partie de l’après –midi.  D’abord nous commandons  une belle salade composée  et une dodo au camion –bar de la plage, sur un tamarin, un "bélier" sautille de branche en branche.( L'oiseau tient son nom de la propriété de M.Bellier, où on l'a vu pour la première fois)

P1040196

 

Nous traversons la route pour nous installer à l’ombre d’un badamier. Le sable est chaud. Comme  les Réunionnais ne sont plus en vacances, la plage est quasi déserte à cette heure chaude de la journée. On saute dans les vagues, drapeau vert, eau chaude...

P1040213

Et comme les vagues sont belles, les Kitesurfers s’en donnent à cœur joie.

P1040249

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans sites et paysages
commenter cet article
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 21:44

On croise toujours quelqu’un en descendant dans le Bras de la Plaine, que ce soit grand matin ou quand le soleil est au zénith.

                     P1130540

C’est surtout « l’homo sapiens rapidus »  qui hante cet endroit.  Il n’a pas de klaxon, mais quand on entend une respiration derrière soi, ou des bruits de pas discrets, il faut vite s’écarter pour laisser passer l’individu pour ne pas fausser son chrono.  Le plus souvent il est  de sexe mâle, filiforme, bien bâti, luisant de sueur, et très poli : même si son temps est compté, il répond à votre salut. Il existe aussi une espèce femelle de ce spécimen. Quand la gazelle court, elle a toujours une petite bouteille d’eau dans la main. Qu’est-qui les fait donc courir actuellement ?

 Assises sur les petits bancs récemment aménagés à la sortie du sentier, nous avons eu les réponses à nos questions.

            P1130545

 

L’un d’eux nous raconte qu’il prépare La Course de l’AIL de Petite Ile, un circuit d’une vingtaine de kilomètres (16,4 exactement). Pour sa préparation, il foule chaque jour le stade du lycée Roland Garros, et de temps à autre il fait l’aller- retour dans le Bras de la Plaine. Aujourd’hui il a mis 20 minutes pour ce parcours.

Un autre athlète de la même espèce, en s’arrosant copieusement au point d’eau à la sortie du sentier, nous confie qu’il  se met en condition pour le Trans Dimitile de décembre, une course de 32 km  (1750 m de dénivelé positif et 1750 de dénivelé négatif)

Il nous explique qu’il est monté au Dimitile le matin même par le Zèbre, est redescendu dans le Bras de la Plaine vers le Bras de Pontho, puis est revenu à l’Entre Deux, le tout en 4 heures ! Oté ! Quelle santé ! Voilà une espèce qui n’est pas en voie de disparition, au contraire, elle prolifère…

Faites donc un tour sur ce site et vous verrez combien de courses ont lieu à la Réunion. Ti clin d’œil à Albert, notre coureur de marathon…

http://runraid.free.fr/calendrier.php

 

 

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans sport
commenter cet article
25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 17:27

Sur le pas de sa case, dans le ti village de l'Entre-Deux, un gramoun est assis  et tient devant lui un gros légume qu’il découpe avec un grand couteau. Comme Francine et moi, sommes intriguées par son activité, il nous invite à franchir le barreau (portail) et à le rejoindre. Il nous explique qu’il est en train de râper le ti jaque. Comme Francine pense que la texture est dure, il nous propose de toucher les morceaux tombés sur le sol.

                       P1130579

Quand je lui demande son nom, il s'amuse à nous le faire deviner : "lé un zaffaire que na su le baro" Une chose qui se trouve sur le portail, pardi.... une clé ? Eh oui, nous sommes en train de casser un blag avec M. Clé Robert.

Nous apprenons en continuant à bavarder avec lui, qu’il a 71 ans, et qu’il était autrefois facteur à l’Entre-Deux : il montait au Dimitile chaque lundi et chaque jeudi,  il descendait vers le Tampon par le Bras de la Plaine. Le jeudi, il parcourait 36 km, à pied… Sa tâche consistait à aller distribuer les pensions. Mais il auarita ussi été cusinier dans un gîte du Dimitile.

Notre conversation roule ensuite sur la cuisine, et là il nous confie sa manière de préparer le ti jacque : il fait cuire son ti jacque avec de l’ail, du gingembre , du caloupilé. Et il aime bien le manger avec du poulet.

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans Des hommes...
commenter cet article
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 22:05

Décidément, les voitures ont la cotte par les temps qui courent. « Cars » fait un tabac chez les jeunes, le JIR à la Une annonce : «  les pousseurs veulent une piste »… Et aujourd’hui la star de mon blog sera une voiture ancienne.

                              P1130332

Samedi, en passant devant la mairie de St  Pierre, nous avons remarqué une voiture de mariés stationnée dans l’allée. : une vieille 403 superbement relookée. Le chauffeur attendait  la sortie des époux à l’ombre d’un ficus géant. Nous avons cassé un blag avec le chauffeur, qui était également propriétaire de ce bijou. Là, nous avons appris que la voiture a eu l’honneur de tourner cette année pour un documentaire avec Paul Belmondo, le fils de Jean Paul.

Nul n’ignore que le film   de Truffaut « La sirène du Mississipi » avec JP Belmondo et Catherine Deneuve a été tourné à la Réunion (à St Denis, à Saint Pierre…).  Le fils du célèbre acteur a revisité l’île  sur les traces de son père pour participer à un court métrage retraçant la réalisation du film . Ce dernier intitulé «  la Mythe de la Sirène »  devra passer en décembre sur Réunion Première, un documentaire d’une soixantaine de minutes. Dans le film de 1969, les acteurs se déplaçaient à bord d’une décapotable de la même marque, et la perle rare a été trouvée, c’était la seule 403 encore en état dans l’île.

                               P1130336

Le propriétaire de la 403, Bernard Ablancourt, nous raconte que sa voiture est très sollicitée pour les festivités familiales ou par les collectivités, elle aurait même fait l’ouverture de la Route des Tamarins.

 

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans autrefois
commenter cet article
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 22:50

 

Ce matin, trois avions venus de métropole entre 8h15 et 8h50, se sont posés sur le tarmac de l’aéroport Roland Garros avec plus d’un millier de passagers : signe que les vacances d’octobre des zoreilles ont commencé. Pendant plus d’une demi-heure un rouleur a rythmé l’arrivée des passagers. Pour nous qui attendions nos hôtes, c’était très agréable, je pensais qu’il s’agissait là d’une idée géniale de la Maison du Tourisme qui innovait pour mettre tout de suite les arrivants dans l’ambiance. Le kayamb aussi accompagnait des danseurs en costume traditionnel, sega et maloya au répertoire.

P1130323.JPG P1130327.JPG

Renseignements pris, ce n’était pas ça du tout ! C’était un groupe de Saint Paul qui accueillait l’association « Les Flamboyants de l’île de la Réunion de Brède » de l cette ville du bordelais où est né Montesquieu. Les Réunionnais ont accueilli leurs amis venus de métropole en leur jouant de la musique, mais aussi en leur proposant un plateau de samoussas et bonbons piments… Et pour arroser le tout, une note de rhum arrangé.

P1130325

Un bel accueil, dont rêverait plus d’un passager avachi un vol de 11 heures et  une nuit sans sommeil . A bon entendeur …

Jamais encore nous n’avons été accueillis en fanfare à notre descente d’avion. Francine en posant le pied sur le sol réunionnais pour la première fois a eu cette chance.

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans ami(e)s
commenter cet article
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 21:34

                        P1130252

Ce matin, en allant à la boulangerie, je voulais vérifier les horaires de la médiathèque, dans les locaux de la mairie, et j'ai vu que l'édifice de "La Consécration du saint Esprit" était ouvert.  Je me suis donc engouffrée discrètement dans l'entrée, une entrée haute et étroite.

                              P1130253

Et j'ai découvert un endroit agréable où déjà une dizaine de paroissiens étaient assis, à genoux ou debout pour prier -alors qu'aucun office n'avait lieu- C'est dire la ferveur des Réunionnais.

                   P1130254

Malgré la haute voûte, qui donne à l'extérieur l'impression d'espace, on est surpris. Quelques rangées de bancs en bois, font un demi-cercle devant l'autel. Quelques rangées supplémentaires de bancs sont installés à l'étage auquel on accède par des marches confortables au fond du bâtiment.

P1130260-copie-1

Une dame confirme : "l'église -là peut accueillir moins de fidèles que l'ancienne. Mais cette dernière n'était plus aux normes." Cela explique la raison de sa démolition.

A main gauche en entrant, le baptistère de facture très contemporaine et la croix du christ qui veille. Cette place semble nue, mais elle peut contenir une grande famille. Et on sait que les baptêmes drainent toujours beaucoup de monde.

                       P1130256

On peut aussi être surpris par la modernité des équipements : ainsi un grand écran de télévision plat est accroché au mur.

                                         P1130257

On remarque en ressortant par la même porte, le traditionnel présentoir à bougies, dominé par la statue de la vierge, et un tableau de "la Cène", éclairé par le bas. 

 On peut aussi ressortir par la porte qui fait face au choeur.

 La chaleur du bois rend cette église accueillante, tout comme la disposition des bancs.

Reste à savoir si l'acoustique aussi a été pensée. Si c'était le cas, on pourrait peut-être un jour y écouter le Requiem de Campra ou celui de Fauré ... Clin d'oeil à nos amis de Villancico !!!



 

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans Surprise !
commenter cet article