Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 20:08

 « Un ti circuit-découverte  de deux heures en voiture » est ce que je propose le lundi 18 à ma sœur Monique et à mon neveu  fraîchement débarqués.

 

D’abord, nous nous arrêtons au parking du Pont du Bras de la Plaine, plus connu sous le nom de « pont de l’Entre-Deux) Nous garons la voiture, et nous engageons sur cette construction colossale qui enjambe  une ravine profonde. Mais nous hésitons, parce qu’un panneau dissuasif a été planté là  : « Interdit au public ». Bizarre… on interdirait aux gens de se promener là ?

                       P1100305.JPG

 Finalement nous réalisons qu’une espèce de cornière ( une rigole en métal) a été installée le long du parapet côté précipice. En réalité, il s’agit de dissuader les gens complètement déjantés ou « zamalés »  de s’aventurer là, sur cette corniche… Fallait y penser ! On pourrait effectivement avoir des surprises…

                               P1100308.JPG

 

Les cannes sont en fleurs, la coupe commence bientôt et prendra fin en décembre. C4est toujours un bonheur de photographier ces inflorescences à la tombée du jour quand elles scintillent.

 

Nous continuons à descendre, et avant le rond-point de Pierrefonds, puis faisons un crochet par l’usine sucrière. Quelle pitié ! de jour en jour le site perd de sa superbe. Les volets disparaissent, les fenêtres se disloquent, personne ne songe à restaurer ce patrimoine. Une désolation ! Que fait donc la commune pour restaurer ces bâtiments historiques qui ont fait vivre tous les habitants de la région ?

                                 P1100326.JPG

Et la maison du directeur, un petit joyau, lui aussi semble déserté, alors qu’il abrite un centre culturel pour personnes âgées, Son parc  où grandissent un arbre à saucisse, des cactus, des flamboyants, a l’air triste, il ne vit plus. A se demander pourquoi « Les Portes du Sud «  ont quitté ces lieux, eux qui savaient encore l’animer.

                                  P1100309.JPG

Nous passons  au-dessus de la quatre –voie pour nous diriger vers le petit aéroport de Pierrefonds précédé désormais d’un énorme parking.

 

 Nous revenons sur nos pas, empruntons la route du littoral et nous arrêtons au cimetière de Saint Pierre. Les travaux avancent bien côté océan, une allée de promenade a été aménagée : les camions bars sont désormais de l’autre côte de la route, mais ils connaissent moins d’affluence.

                             P1100372.JPG

Nous voilà à la Point du Diable où soufflent les alizés. Pierre, bientôt rejoint par « son momon »  s’aventure sur la langue de lave contre laquelle se fracassent les vagues. IL aimerait tant prendre un bain de pied au bout de cette coulée, mais nous l’en  dissuadons, prétendant que c’est impossible.

                             P1100336.JPG

Il  ose alors une descente sur le sable noir au début de cette langue et foule le basalte humide. Bientôt une vague t’entoure. Il remontera sur la falaise avec des pieds et des sandalettes trempés. Ce qui ne l’empêche pas de marcher avec nous sur le sentier qui mène à la petite chapelle. La végétation  est aussi un sujet d’étonnement : ces petites baies roses, ces fruits verts ressemblant à des glands, ces plantes rampantes à petites fleurs roses ou à grosses fleurs violettes… que de fleurs aperçues pour la première fois.

 Nous rebroussons chemin  au bout d’un quart d’heure. Le soleil descend lentement dans les nuages .

                                     P1100338.JPG

 

Je  fais découvrir la tombe de Sitarane à Monique et Pierre. Nous déambulons dans les allées de cette petite nécropole, où on sent l’hiver : les frangipaniers n’ont que peu de fleurs, les tombes sont moins fleuries, mais toujours arrosées. La présence de plusieurs croix sur une même tombe intrigue.

                           P1100366.JPG

Sur une même tombe, on peut voir un symbole hindou et un symbole catholique, cela aussi n’est pas usuel en métropole. Et toutes ces énormes tombes noires, où on distingue des poignées. Pierre  s’interroge sur la nature de la roche et l’intérêt des poignées… La fraîcheur s’est installée, il fait une vingtaine de degrés vers 18 heures. Nous remontons au Tampon par la quatre-voies.

Partager cet article

Repost0
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 20:23

                                        blason-St-Pierre.jpg

 On peut voir ce blason à l’entrée de la ville,  en bordure du chemin de promenade aménagé entre la magasin Jumbo Score et la Pointe du Diable, non loin de la chapelle. Ou encore  à  main gauche en sortant de la bretelle « front de mer » juste avant d’arriver sur le premier rond-point.

 

Quelle est donc sa signification ?

 

« Trois clefs d’or sur fond de gueule. La partie inférieure est ornée d’une caravelle blanche, symbole du tricentenaire du peuplement de l’île en 1665, et la création du port de St Pierre, premier port de l’île sur fond d’azur »

 

Petites explications pour comprendre l’Héraldique.

Sur fond de gueule signifie « sur fond rouge », ne cherchez pas les gueules.
Les Trois clefs détenues par Saint Pierre (sont celles de la Terre, du Ciel et de l’Enfer.)

                                   logo-St-Pierre.jpg

 

Petite déduction :

Si la caravelle, symbolisant l’année 1665,  a 300 ans, c’est que la blason de la vile de St Pierre a été créé en 1965...

Observation :

Saint Pierre a donné son nom à un gouverneur de la ville et par conséquent à la ville elle – même. Ce gouverneur possédait vraisemblablement des clés aussi, notamment celles de la ville…( bien qu’il n’y ait jamais eu de portes dans cette localité)

Partager cet article

Repost0
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 10:07

Vers 17h15, quand le jour commence à décliner, il est agréable de se promener sur le port Lislet Goeffroy de Saint Pierre.

Port de St Pierre 4

Dans l’eau, il ne reste que deux baigneurs téméraires , et la plage est déserte. On prend alors la direction de la jetée.  La voix du muezzin appelle à la prière depuis la moquée .

port de St Pierre 2912b 

              Monique et Pierre sur la jetée de St Pierre

A cette heure,  les surfeurs ont déjà rangé leur planche. Les seuls sportifs de l’endroit sont les enfants qui évoluent là avec leur trottinette, leurs patins à roulettes ou  leur tricycle sous l’œil attentif de leurs parents.

Une belle place pour Robin qui  vient y faire le rodage de son vélo. 

 

Partager cet article

Repost0
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 09:39

Si l’avion de vos invités atterrit en fin de matinée à Roland Garros, une pause s’impose au Barachois à Saint Denis.

Là, aux camions-bars,  installés le long de l’océan, on peut tranquillement prendre place et leur faire goûter une Dodo (bière locale), des samoussas ou des bouchons. On entre de plein pied dans la culture locale.
On peut aussi y commander des salades composées ou des caris pour un prix modique (de 5 à 6,50 euros)  Soit on les mange sur place, soit on les emporte pour les déguster sous un kiosque, ou de retour chez soi.

    Saint Denis Barachois 2

Même sous le vent de cette mi-juin, la promenade sur le front de mer en direction de la batterie de canons est agréable. A main droite, l’Océan Indien  et ses vagues qui frappent la roche noire et déferlent sur les galets, à main gauche les aires de jeux et des arbres typiques : vacoas, raisiniers…

                  Saint-Denis-Barachois-3.JPG

Depuis les canons de la Ponte des Jardins, on voit au loin, couvertes par des filets protecteurs,  les énormes falaises  qui longent la route en corniche. Depuis ces canons, on mesure les distances séparant la Réunion des autres villes du globe.

Saint-Denis-barachois.JPG

Il est bon de se reposer quelques instants ici,après un vol de 11 heures, pour couvrir les 9342 km qui séparent Paris de notre île.

Partager cet article

Repost0
12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 13:13

Depuis la Marine Langevin, on peut faire une belle promenade le long de l’Océan, en direction du Sud. Le sentier est confortable. Il est emprunté par de nombreux joggeurs.

P1140160 P1140164

De part et d’autre de ce chemin, on ne se lasse pas d’admirer la végétation. En décembre y fleurissent les raquettes.

P1140167  P1140166

Ici pousse le manioc bord de mer. La patate à Durand  s’étale sur le basalte, et les filaos tapissent le sol de leurs épines sèches. 

P1140170

Et toujours à notre droite le spectacle des vagues se fracassant contre la roche noire.

P1140171 P1140182

C’est aussi le règne des oiseaux. Parfois on aperçoit un couple de "martins".

                    P1140185

Encore un havre de paix insoupçonné que nous avons eu le bonheur de découvrir en décembre 2011.

 

Partager cet article

Repost0
10 juin 2012 7 10 /06 /juin /2012 22:27

On connaît bien la Rivière Langevin, lieu prisé par les Réunionnais le dimanche pour se retrouver et pique-niquer en famille. Mais on connaît mois bien la petite marine de Langevin. 

 
 Quelques barques de pêcheurs sont amarrées là, au pied d'un monument.

P1140123

P1140125

P1140146

 

Une pente bétonnée mène à l'océan.

P1140135

Un modeste bâtiment, à l'ombre de filaos et de vacoas, doit abriter le matériel des pêcheurs

P1140150 P1140187

L'endroit est sauvage, désert. Parfois, quand la houle frappe la roche, ce petit port est le théâtre de noyades : des touristes inconscients s'aventurent là, méconnaissant les dangers de l'océan.

P1140130

P1140138-copie-1.JPG

Partager cet article

Repost0
2 juin 2012 6 02 /06 /juin /2012 17:20

Les Réunionnais partent en pèlerinage en mai. 

Les billets d’avion pour la métropole sont très chers. Pourtant, nombreux sont les insulaires qui économisent pour partir en pèlerinage à Lourdes pendant le « Mois de Marie ». Certains font même un combiné Lourdes- Croatie sur 12 jours. Faut dire que la somme versée par la Région pour la « continuité territoriale » réduit le coût du voyage de 300 euros environ.

Mes voisins de droite et ceux de gauche sont partis à la même époque avec des organismes différents pour effectuer ce périple.

Cela peut nous paraître surprenant à nous qui n’avons pas les mêmes destinations de voyage.

J’ignore si les Guadeloupéens ou les Martiniquais prisent aussi ces destinations, mais à la Réunion, c’est une tradition chère aux catholiques. -Les musulmans font bien un voyage à la Mecque-. N’empêche qu’ils ont bien du mérite ceux qui font tous ces kilomètres en quelques jours. 

Partager cet article

Repost0
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 10:57

Le pôle Valorisation du patrimoine du service culturel de la ville de Saint-Pierre a concocté un programme très intéressant pour ce week-end 

Vendredi 1er juin 2012

CONFERENCE

« Le Café Pointu de la Réunion, entre mythes et réalités »

Par Alexandre Dijoux, guide conférencier régional agréé par le ministre de la culture et de la communication et président de l’association « Kafé Lontan » à 18h15 au  Domaine du café grillé à Pierrefonds (allée des Cèdres) GratuitRenseignements au 02 62 96 29 10 / 02 62 24 15 40

 

Samedi 2 juin 2012

VISITE GUIDEE

« Les grandes villas créoles de Saint-Pierre »

Par Rachel CARDENAS, guide conférencière régionale agréée par le ministère de la culture et de la communicationà 9 heures à l'Hôtel de ville de Saint-PierreTarif : 5 €

Réservation obligatoire au 02 96 29 10 ou par mail à valorisation-patrimoine@mairie-saintpierre.fr


Samedi 2 juin & dimanche 3 juin 2012

VISITE LIBRE

Jardin « le Domaine du café grillé » au Domaine du café grillé à Pierrefonds (allée des Cèdres)Tarif réduit : 5 € au lieu de 7 €. Renseignements au 02 62 24 15 40

 

Samedi 2 juin 2012

VISITE LIBRE

Jardin de la Maison Orré, résidence du Préfet des Terres australes et antarctiques françaises  de 09h à 12h et 14h à 17h . Accès libre et gratuit. Renseignements au 0262 96 29 10

Partager cet article

Repost0
27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 21:11

Voilà la technique que Julia Robert m’a enseignée pour tresser la fibre d’agapanthe. Elle utilise 7 brins de largeur égale. Parfois elle se sert d’une aiguille pour ajuster la largeur.

Pour commencer on prend trois brins qu’on plie en deux et on met un autre brin au milieu.

 P1070304

Il faut passer le brin de droite sur un brin puis sous deux brins.

P1070323

Puis on passe le brin extérieur de gauche sur un brin puis sous deux brins.

P1070307

Veiller à bien serrer. Le brin ne doit pas casser.

P1070300

Un peu de patience et de minutie et voilà le résultat au bout de nombreuses heures de travail.

P1070302

 

Partager cet article

Repost0
25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 18:05

SI en métropole, c’est le Temps des Cerises, à la Réunion c’est le Temps des Oranges. Dans notre jardin, nous avons trois variétés d’orangers qui produisent d’avril à juin.

oranger-2.jpg oranger

Souvent, les oranges tombent à terre et se gâtent. Zaza m’a soufflé la bonne idée d’en faire de la confiture.

 Je m’y suis donc attelée : j’ai donc pelé les fruits, les ai coupés en morceaux. Dans une casserole j’ai mis cette chair juteuse et ajouté quelques lanières de peau. Comme elles ne sont pas traitées, je n’ai pas hésité à utiliser cette peau.

Pour 1kg de fruit, j’ai ajouté 1kg de sucre. Quelques pépins que j’ai enfermés dans une gaze, ont également trouvé place dans la casserole. Après une dizaine d’heures de repos, j’ai ajouté le jus d’un demi citron, puis ai laissé cuire sur feu doux en remuant de temps à autre et quand au bout d’une heure ou plus,  la consistance était bonne (épaisse) j’ai arrêté la cuisson et sorti le sachet de pépins.

La confiture chaude est versée dans les bocaux qu’on ferme d’un couvercle, et on retourne le pot pour laisser refroidir. 

Partager cet article

Repost0