Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 janvier 2017 1 16 /01 /janvier /2017 14:34

 

     Toujours la même réflexion : pourquoi certains Réunionnais laissent-ils traîner leurs reliquats ?
Nous étions environ 25 personnes dont 20 touristes à participer à une conférence sur les arbres de La Réunion ce dimanche matin et non loin des benjoins et à badamiers au pied de l'hôtel  de ville de Saint Pierre où nous avons dirigé nos pas pour voir ces arbres, le sol était jonché de cartons de pizzas vides, de gobelets, de canettes...idem au pied des banians et bonnets d'évêque non loin du conservatoire. 
Belle pub pour une Ile qu'on loue pour son hospitalité et sa beauté ! Est-il donc tellement difficile de trouver une poubelle à proximité pour y jeter ces détritus et pourquoi ne pas les mette dans un sachet et les rapporter chez soi ?
D'aucuns feront la réflexion qu'on paye des gens pour nettoyer... drôle de mentalité ! Mais j'ai déjà entendu cette réflexion. J'ai aussi vu une gamine enfouir une cuillère en plastique dans le sable sans que les parents s'en offusquent, vu traîner des tas de mégots à la plage, vu une dame âgée laisser un contenant en plastique sur un muret... il n'y a pas d'âge pour apprendre à faire un geste écologique. Parfois les tas de cochonneries sont plus impressionnants encore.
Le site "bandcochon.re" alerte sur cette pollution et ces pratiques peu scrupuleuses. Faites y un tour, c'est éloquent...

J'ai un ami , Antoine, pour ne pas le nommer, qui a la vue de ces amas indésirables prend un sachet et ramasse tout (alors qu'il n'est pas payé pour le faire). Il existe aussi des associations qui nettoient les plages...bénévolement. Chapeau à eux  ! 

Mais je pense qu'il faut dissuader cette " bandcochons" de salir leur belle Ile et punir les contrevenants. Dans certains pays, on verbalise ces actes. Pourquoi ne le ferait on pas à La Réunion ? Certaines personnes ne comprennent que lorsqu'on touche à leur porte-monnaie.

Mauvaise pub pour l'île de La Réunion.
Mauvaise pub pour l'île de La Réunion.
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans protection de l'environnement
commenter cet article
16 janvier 2017 1 16 /01 /janvier /2017 08:25

Dans la rue Archambaud par exemple et dans le Jardin de l'hôtel de ville de Saint Pierre, on en voit. Ces arbres qui possèdent un tronc de 30 cm de diamètre, gris clair à l'écorce crevassée, et  peuvent atteindre 7 mètres ou plus de haut. Leur feuille est en forme de cœur.

Ses fleurs sont diurnes, elles durent une journée et sont d’abord d’une teinte jaune pâle mais deviennent progressivement rose, pourpre ou rouges. 
Le pocher porte des fleurs et des fruits presque toute l’année. On pourrait le confondre avec l'hibiscus mais les feuilles sont plus allongées et les fleurs ont en leur centre cinq points noirs.
 
Compléments trouvés sur le site de la "Mauritian Wildlife Foundation" :

Le porcher est souvent utilisé comme plante ornementale et pour le reboisement des arrière-plages. Le bois est dur, résistant aux termites et attrayant ; il a une couleur rouge foncé. De son bois on peut fonctionner de petits objets tels que des bols de nourriture et des ustensiles de cuisine, comme c’est le cas à Hawaï. Le bois a aussi été façonné en pagaies et autres objets sculptés, ainsi qu’en canots, de temps en temps.

Les fruits, les fleurs et les jeunes feuilles sont comestibles. L’écorce fibreuse résistante est transformée en corde (à Hawaï et ailleurs) et elle est également utilisée pour le calfeutrage des bateaux en Malaisie. Plusieurs produits sont extraits de la plante, y compris un colorant, des tanins, des huiles et des résines.
Avec l'écorce broyée on traite certaines maladies de peau (en Inde), la dysenterie et les hémorroïdes (Maurice). Les feuilles sont appliquées contre l’arthrite (dans le sud de l’Inde). Une fois coupé, le jeune fruit sécrète une sève collante jaune utilisée pour traiter certaines maladies de peau (dans le Sud de l’Inde). Les racines sont utilisées comme toniques. 

Le porcher, un arbre ornemental aux feuilles en forme de cœur.
Le porcher, un arbre ornemental aux feuilles en forme de cœur.
Le porcher, un arbre ornemental aux feuilles en forme de cœur.
Le porcher, un arbre ornemental aux feuilles en forme de cœur.
Le porcher, un arbre ornemental aux feuilles en forme de cœur.
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans arbres de la Réunion
commenter cet article
15 janvier 2017 7 15 /01 /janvier /2017 17:37

Ce matin, les rues de Saint Pierre étaient désertes et il faisait bon flâner là en dépit d'un soleil torride.

Le conférencier de "Valorisation du Patrimoine" avait prévu de nous faire remonter la rue Archambault pour nous faire découvrir un ficus étrangleur,l'affouche, qui n'a pas été abattu. Il est protégé par la Ville...Cet arbre sans tronc est endémique.

Dans la rue, nous avons eu des explications sur des espèces venues d'Australie ou d'ailleurs  telles que le bauhinia,dit Arbre à orchidées , l'araucaria, le porcher, le callistemon...

Puis dans le Jardin de l'hôtel de ville, l'accent a été mis sur deux espèces endémiques : le bois puant et le latanier rouge.  Nous avons aussi eu la latitude d'observer des flamboyants, des cityses indiens, un zoreille cafre et un sangdragon... lequel souffrait de la sécheresse ( la pelouse à ses pieds etait artificielle...forcément...) 

Plus bas, au pied des escaliers, des commentaires ont permis de mieux connaître le benjoin et le badamier. 

Notre guide nous a emmenés ensuite dans la rue des Fours à Chaux  où survit encore un pied de mourounge et pour terminer nous sommes allés sur le parking près du conservatoire régional de musique où nous avons apprécié l'ombre d'énormes ficus bonnet d'évêque et de banians. 

Cette sortie qui a attiré plus d'une vingtaine de participants était très instructive et bien ciblée. Dommage qu'elle n'attire pratiquement que des touristes, les Reunionnais sont toujours très peu nombreux.

Deux observations négatives concernent l'aménagement de la Ville:

Un homme en fauteuil roulant a eu toutes les peines du monde à suivre le groupe en raison des trottoirs à haut bord : parfois il devait avancer sur la route. Et autour de la mairie rien n'est fait pour rejoindre le parking inférieur...il faut emprunter les escaliers ou...la route. Enfin, il est aberrant dans un environnement dit naturel de mettre des pelouses imperméables qui ne laissent pas l'eau pénétrer les racines des arbres. 

Arbres connus et méconnus de La Réunion avec Marcel Thiepvaut.
Arbres connus et méconnus de La Réunion avec Marcel Thiepvaut.
Arbres connus et méconnus de La Réunion avec Marcel Thiepvaut.
Arbres connus et méconnus de La Réunion avec Marcel Thiepvaut.
Arbres connus et méconnus de La Réunion avec Marcel Thiepvaut.
Arbres connus et méconnus de La Réunion avec Marcel Thiepvaut.
Arbres connus et méconnus de La Réunion avec Marcel Thiepvaut.
Arbres connus et méconnus de La Réunion avec Marcel Thiepvaut.
Arbres connus et méconnus de La Réunion avec Marcel Thiepvaut.
Arbres connus et méconnus de La Réunion avec Marcel Thiepvaut.
Arbres connus et méconnus de La Réunion avec Marcel Thiepvaut.
Arbres connus et méconnus de La Réunion avec Marcel Thiepvaut.
Arbres connus et méconnus de La Réunion avec Marcel Thiepvaut.
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans arbres de la Réunion
commenter cet article
12 janvier 2017 4 12 /01 /janvier /2017 15:51

À Petite Ile, il fait très chaud en journée au mois de janvier et on aspire à un peu de fraîcheur. Le soir, vers 16 heures j'ai dirigé mes pas vers le Chemin du Calvaire qui grimpe vers ... un calvaire. Chemin bétonné au milieu de grands arbres qui cachent la vue sur le village. C'est cette route qu'empruntent aussi les participants de "la Course de l'Ail". Au niveau du cimetière qui est adossé à la pente, on peut emprunter un petit chemin de terre qui débouche sur un parking ombragé. 

Là, sur un muret, une jeune fille et sa maman sont venues pour chercher un peu de frais. De jeunes gens montent là à vélo, une bonne idée au vu de l'absence de circulation.

 Ce but de procession est surprenant par l'espace qu'il occupe et son aménagement : des croix blanches bordant des terrasses bien entretenues mènent à une grotte... aucune vue sur les bas, uniquement sur le cimetière. 

En contournant l'espace par la gauche, on devrait aboutir à un belvédère. Eh oui, il devait y en avoir un, mais juste à côté des toilettes. L'emplacement de ce bâtiment à cet endroit ne le fait pas... Et ce qui est regrettable, c'est que la vue sur le littoral est obstruée par la végétation...

Piton Calvaire
Piton Calvaire
Piton Calvaire
Piton Calvaire
Piton Calvaire
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans superstitions et religions
commenter cet article
12 janvier 2017 4 12 /01 /janvier /2017 15:39

 

En me promenant hier soir, dans le centre de Petite Ile, non loin d'une école primaire, je suis tombée en arrêt devant un Parc où s'amusaient des enfants et où se retrouvaient des adolescents... de superbes cytises jaunes s'élèvent à l'entrée de cette aire de jeux. Le jaune vif des fleurs m'impressionne toujours. Ici, à l'ombre d'un kiosque ou près des accessoires de jeux, on peut trouver fraîcheur et quiétude.   

Une aire de jeux à Petite Ile
Une aire de jeux à Petite Ile
Une aire de jeux à Petite Ile
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans végétation
commenter cet article
10 janvier 2017 2 10 /01 /janvier /2017 18:18

L'idée est originale. À Petite Ile, les covoitureurs -s'il en existe...-  (on peut toujours rêver) peuvent se donner rendez-vous aux parkings "des zoizos endémiques de La Réunion."

Tiens, demain on se retrouve dans la rue Isautier, mais dans quelle zone de stationnement "le parking des  salanguanes " ou celui des " tec  tec ? "

Et si l'attente du conducteur s'avérait longue, on pourrait toujours se cultiver en lisant les informations concernant le piaf. Ingénieux... Il fallait y penser. D'autres aires mettent les oiseaux à l'honneur....

Bravo aux élus qui ont de  telles initiatives, c'est à la fois joli et instructif. À Petite Ile, on sait joindre l'utile à l'agréable. 

Rendez-vous au "parking des oiseaux"...
Rendez-vous au "parking des oiseaux"...
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans circulation oiseaux
commenter cet article
10 janvier 2017 2 10 /01 /janvier /2017 18:08

En montant le Chemin  du Calvaire qui domine le village, j'essayais de trouver un angle pour photographier Petite Ile et ses cases accolées à la pente autour de l'église avec le Domaine du Relais en arrière plan. 

Mais les frondaisons des arbres empêchaient une prise de vue satisfaisante. Souvent on a une vue parcellaire de ce charmant site.Dommage ! il suffirait d'éclaircir à un seul endroit pour que ce soit possible. 

Finalement, c'est en redescendant près d'un parking à côté de la caserne des pompiers que j'ai réussi à prendre le cliché attendu.

Vues de Petite Ile
Vues de Petite Ile
Vues de Petite Ile
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans villes de la Reunion
commenter cet article
10 janvier 2017 2 10 /01 /janvier /2017 10:09

Une architecture singulière a attiré mon regard dans le jardin de "La Maison du Géranium". Une case cachée dans un recoin de ce jardin avait des murs tressés, un peu comme au Laos et au Cambodge.

Le tressage à plat ressemble assez à ce qu’on fait avec le vacoa quand on réalise des sets de table, à la différence que là, on a utilisé des tiges de calumets, qu’on a fait étuver et sécher avant de les travailler. Deux bougs de la Petite France connaissent encore cette technique.

Dans un reportage télévisé on voit quelques petites minutes sur ce sujet. https://www.youtube.com/watch?v=jh8zLmXu2Wg

 Il paraît qu’autrefois de nombreuses cases des hauts de Saint Paul étaient construites de cette façon. Ce temps-là est bien révolu. En redescendant vers St Paul, je n’ai vu qu’une seule petite case abandonnée ressemblant à celle-ci.

tressage du calumet
tressage du calumet

tressage du calumet

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans habitat Patrimoine de l'île
commenter cet article
9 janvier 2017 1 09 /01 /janvier /2017 20:41

En période estivale, les parents aiment trouver des endroits de liberté et de jeux pour les marmailles. Et la Rivière Langevin est un lieu de prédilection pour ceux qui aiment se baigner, plonger, ou simplement patauger dans les bassins naturels faits par les gros galets. 

Sur routes les berges de cette rivière, on pique-nique à l'ombre et on s'amuse.

Nous sommes remontés le cours d'eau vers Grand Galet… L'endroit se transforme, les restaurants se font plus nombreux, parfois des murs cachent les cases. 

La cressonnière existe toujours.  Des letchis , et des produits locaux sont proposés au bord du chemin.

Après leur avoir montré les cascades pittoresques au fond de la rivière, j'ai mené mes invités dans des bassins en amont. Les galets étaient glissants mais cela n'a pas empêché les téméraires de s'approcher des chutes, et des grottes. L'eau était fraîche, mais non dissuasive.

Une famille d'Etang Salé ( les Técher, Rivière et Bouché) est venue en nombre pour profiter de ce cadre idyllique. Des gens très sympathiques qui se sont volontiers prêtés au jeu des prises de vue.

 

Les familles aiment la Rivière Langevin
Les familles aiment la Rivière Langevin
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans marmailles
commenter cet article
9 janvier 2017 1 09 /01 /janvier /2017 07:43

Ce dimanche, l'association Pêcheurs Golet s'est transplantée au Maido 

Une centaine de membres et sympathisants ont pris le bus pour rejoindre le Domaine des Orchidées dans les hauts de Saint Paul pour partager un moment convivial autour d'une belle table.

C'était l'occasion pour le président Jo Louiso de présenter le nouveau conseil d'administration, les activités de l'association et de présenter ses vœux à tous les participants.

Le repas était émaillé d'animations, les musiciens avaient apporté leurs instruments et les amplis. Pour les percussions, la relève est assurée, les jeunes au rouleur et à la caisse claire se sont bien impliqués. 

Chacun a pu vibrer et se trémousser sur des rythmes de segas , maloya, ' javas, valses...Un programme très varié: initiation à la danse en ligne, participation à la chorale de Grand Bois, quadrille créole, Raissa la soliste, Catherine et son Djidjiridou. 

Mme Gilda ABRIEL la doyenne, Marie Rose PERRINE, étaient ravies de se joindre à la jeunesse et aux moins jeunes pour danser et chanter...et pour couronner le tout, on a tiré les rois, épiphanie oblige ! 

Certains gramouns qui s'étaient trompés de bus et avaient pris le bus "tour des crèches" avaient failli ne pas être de la fête.

 

 

 

 

Quand Grand Bois fête la nouvelle année au Maido.
Quand Grand Bois fête la nouvelle année au Maido.
Quand Grand Bois fête la nouvelle année au Maido.
Quand Grand Bois fête la nouvelle année au Maido.
Quand Grand Bois fête la nouvelle année au Maido.
Quand Grand Bois fête la nouvelle année au Maido.
Quand Grand Bois fête la nouvelle année au Maido.
Quand Grand Bois fête la nouvelle année au Maido.
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans association
commenter cet article