Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 juillet 2012 2 03 /07 /juillet /2012 17:18

En visitant la Maison de la Broderie, j’ai revu Régine et Jacqueline, ces dames formidables avec lesquelles j’ai appris à broder les jours de Cilaos à l’occasion d’un stage.

DSCF1376

J’ai toujours plaisir à les revoir et à les encourager. J’admire la passion et le don de Suzanne, Régine, Dalida et Jacqueline.

DSCF1368

Jacqueline au tambour

                                    DSCF1379

                                                          Régine à l'accueil

Le 28 juin, j'ai aussi rencontré des stagiaires présentes dans cet établissement, qui est mis à disposition par la mairie.

P1100891.JPG P1100892.JPG

Au total, une vingtaine de brodeuses travaillent pour l’association. La plus jeune (à gauche) est âgée de 28 ans.

 J’apprends donc avec consternation ce 28 juin, qu’on prévoit de délocaliser les brodeuses à Palmiste Rouge, le temps de restaurer la « Maison » où elles travaillent et présentent leur savoir-faire.

DSCF1374 DSCF1377

Je n’en crois pas mes oreilles… Alors quoi ? On veut se débarrasser d’elles ? Qui ira les voir à Palmiste Rouge ? Les Jours de Cilaos ne doivent-ils pas rester à l’endroit où ils ont « vu le jour » ?

En me rendant à la Maison du Tourisme, on me confirme ce projet, mais il serait aussi question de leur trouver une salle à la Maison des Sœurs. Je respire … 

 La Maison du Tourisme a bien une salle, mais elle est souvent utilisée pour des expositions. Il faudrait à ces ouvrières un lieu fixe. Je crois que je vais adresser un courrier à M. Techer, le maire de la localité pour le dissuader de délocaliser cette équipe dynamique  et cet art qui fait aussi le prestige de Cilaos. Le parvis de l’hôtel de ville ne rappelle – t-il pas  que la broderie a fait « les beaux jours » de la commune ? 

P1100959

Même des épouses de présidents de la République ont fait des achats dans cette modeste maison qui a fait nommer « Meilleure ouvrière de France »  Suzanne Maillot… Sus à la délocalisation !!! Merci d'avance aux conseillers municipaux de Cilaos qui feront, je l'espère,  le choix de maintenir les Beaux Jours à Cilaos...

Partager cet article

Repost0
3 juillet 2012 2 03 /07 /juillet /2012 16:26

 

P1100956

Lors de notre escapade à Cilaos le jeudi 28 juin,  j’ai proposé à Monique et Pierre, mes hôtes, de faire un crochet par la Mare à Joncs. J’ai encore le souvenir de cette mare, vue il y a  3 ans,  alors qu’elle était entourée par une route inégale, défoncée par endroits.

 

Aujourd’hui, ce point d’eau est mis en valeur. On peut en faire le tour de façon agréable.  Nous sommes arrivés à pied par la rue des Platanes où sont situés plusieurs gîtes d’étape dont « La Roche merveilleuse », « le Calbanon, »  De là, nous avions une vue plongeante sur l’endroit.

 

P1100926

 J’ai été conquise par l’aménagement de cette Mare.  On descend sur une chaussée pavée de facture récente, une fresque de Jace se découpe sur un bâtiment non lon de là.

                               P1100932

Une passerelle abritée longe le fond de l’étendue, elle conduit à une zone herbacée, vers un bar devant lequel  quelques rares touristes se restaurent. Les tables sont installées dans l’herbe. Plus loin, quelques personnes sont couchées à même le sol pour profiter du soleil de cette journée.

 

                      P1100934

 

Les joncs y sont rares, ils sont localisés à deux endroits. Moins rares sont les iris d’eau qu’il est urgent d’éliminer avant qu’ils n’aient investi toute la mare. 

                   .P1100935

Autrefois, sur cette mare barbotaient des poules d’eau (comme le raconte Marc Auliffe dans son ouvrage «  Cilaos Pittoresque et thermal… »)

 

Là, pas la moindre poule d’eau : on les a sûrement transformées en caris. Les oiseaux aquatiques ont cédé la place à des bateaux électriques, des « vélonautics » et des kayaks. Personne aujourd’hui ne s’adonne à ces sports nautiques, peut-être n’est-ce plus la saison.

 P1100941

 

                      P1100940

Les pêcheurs y taquinent encore le poisson : l’un d’eux me confie qu’on y pêche des « lapiats, gueules rouges, carpes, anguilles… » Ils viennent juste de pêcher une carpe qu’ils ont redescendue  dans l’eau dans un goni (toile de jute)des Platanes  pour qu’elle reste au frais.

Quel que soit l’endroit où on se trouve, la Mare à Joncs est pittoresque : cases se reflétant dans l’eau, sommets qui se découpent à l’horizon, tout invité à la rêverie.

P1100939

 On peut prendre le temps de vivre, de flâner, bavarder avec les gens d’ici , et emprunter le chemin bordé de bacs à fleurs. Certains de ces bacs sont tombés à l’eau, certainement aidés par la force destructrice de désoeuvrés en mal de loisirs…

 Un homme assis sur un filao près du restaurant élague l’arbre ;  seul le bruit de sa tronçonneuse rompt le calme idyllique de l’endroit. 

                    P1100950

Mes observations :

Visiter Cilaos en 3/4 d'heure, quel gâchis ! Nous avons vu ce jeudi-là,  des agences touristiques qui ont déposé leurs clients, au parking de l'église, pour une visite de Cilaos en  45 minutes ... Quand on pense qu'il faut au moins 3 heures aller-retour depuis St Louis  pour arriver dans ce site exceptionnel, c'est une hérésie de faire cette découverte au pas de course, surtout quand le soleil brille et qu'il y a tant de choses à voir. 

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2012 7 01 /07 /juillet /2012 21:30

Dans un article précédent concernant la piste menant au Piton de la Fournaise, je signalais les travaux effectués généralement sur cette piste de plus de 5 km, juste avant les grandes périodes de vacances. Je retire ce que j'ai écrit.

Avant-hier, de bonne heure, nous avons pris la route forestière. Elle cahote au début, devient plane dans la forêt de cryptomérias et on peut circuler aisément jusqu'à la Plaine des Sables.

P1100970.JPG

                                               la route forestière au lever du soleil avant le Pas des Sables

 

Et là.... après le descente, à l'enchantement lié à la découverte de cet univers lunaire, succède l'indignation. C'est ien la première fois que je circule sur un tel tronçon, jamais encore je ne l'ai vu ainsi : des niches très profondes sur toute la largeur et cela continuellment sur tout le tracé jusqu'au Pas de Bellecombe (enfin, jusqu'à une centaine de mètres du Pas de Bellecombe)

P1100974

 

Classée au Patrimoine Mondial de l'Unesco,  notre île a du souci à se faire pour mériter cette notoriété, en attendant les voitures souffrent, leurs passagers aussi, une aubaine peut-être pour les vendeurs d'amortisseurs...

 

 Au retour, il faut reprendre la piste tant redoutée : on zigzague, quand c'est possible


P1110103.JPG

Partager cet article

Repost0
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 20:25

Rencontre avec des bûcherons dans le Cirque de Cilaos 


 P1100834

Ce matin, nous avons grimpé vers l’îlet des Salazes, en partant de la route de l’Ilet à Cordes.  En chemin, nous avons bavardé avec un Cilaossien qui se rendait à l’îlet de l’Echelle. L’homme nous a fait part de sa déception quant à la déforestation actuelle de ce versant du cirque. Il prétendait que l’ONF et la Maison de la Montagne coupaient les pins mais aussi le bois de bombarde où les abeilles ont leurs essaims.

Pour en avoir le cœur net, Monique, Pierre et moi nous avons poussé jusqu’au bruit des tronçonneuses. Effectivement l'ombre se faisait de plus en plus rare : de grands pins tronçonnés gisaient là, et le point de vue sur Cilaos bien dégagé était exceptionnel.

 P1100838 P1100837

Quatre « bougs » de l’ONF, très sympas, défrichaient la pente, les uns à coups de machette pour enlever ces énormes chocas, peste végétale qui colonise toute l’île, d’autres coupaient des arbres avec la tronçonneuse.

DSCF1337

Le chef, François Dijoux, nous explique que l’équipe a pour mission d’éliminer les espèces envahissantes non endémiques, pour replanter sur ces versants la forêt de bois de couleur, ici on replantera du bois de natte, du bois de fer, des mahots...

DSCF1338

Et quant au bois de bombarde, Médéric  Hoareau, l’homme qui a 26 ans de métier à l’ONF,  nous confie qu’il n’en est rien, que le bois de bombarde est protégé. Ce seraient des braconniers qui seraient les destructeurs de ces arbres. Eh oui, quoi de plus facile, il suffit d’accuser l’ONF de tous les maux et continuer à perpétrer ces méfaits. 

 

P1100841

P1100845b

Chapeau bas pour  François, Médéric, pour  Kléber Gonthier et Payet Johnny, ces hommes qui en abattent du boulot, et qui doivent se rendre au travail là où d’autres randonnent pour le plaisir. Il faut une bonne condition physique pour couvrir ce dénivelé d’environ 400 mètres.

                P1100840

Partager cet article

Repost0
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 20:30

Le dimanche 24 juin, nous sommes descendus à St Pierre où la Fête de la Musique devait commencer à 15 heures. Ce n’est qu’une demi-heure plus tard que les orchestres ont entamé leur prestation. Cinq podiums le long de la rue Hubert Delisle, sur le front de mer, pour des groupes choisis et rémunérés par la municipalité. Les musiciens ont remballé leurs instruments vers 21 heures.

 Le plus agaçant dans cette organisation, c’étaient les préparatifs fastidieux  de chaque sono. Parfois il fallait un quart d’heure pour effectuer les réglages afin que chaque instrument puisse être entendu.

                          P1100671.JPG

J’imaginais cette fête  différente : davantage de spontanéité, des groupes plus éclectiques, des musiciens et chanteurs isolés sur une pelouse, un banc ou une charrette, et pas de sacro-sainte sono bruyante.
Siimplement des airs sur lesquels on aurait envie de danser et de chanter.

Or, certains diront la vraie « Fête » est celle qui a eu lieu le 21 juin.  Alors… pourquoi n’a-t-on pas vu une seule guitare, un seul accordéon ou un harmonica  à St Pierre sur le front de mer ce jour-là ? Pas besoin de ces sonos assourdissantes pour mettre l’ambiance… On trimbale son instrument à l’endroit voulu et on anime… 

Loin de moi, l’idée de dénigrer les groupes présents le dimanche : on avait envie de se trémousser sur les maloyas et ségas joués par Koulèr péi, par Nou lé la …

 P1100669.JPG P1100673.JPG

 P1100684.JPG P1100689.JPG

 

Le groupe de « gospel » m’a moins convaincue, et le groupe Eclipse avait de drôles de visages desquels les sourires s’étaient éclipsés pendant toute la durée du concert.

P1100697.JPG

Et nous, vers 17H30 nous nous sommes éclipsés nous aussi, malgré la douceur de la température.

Partager cet article

Repost0
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 10:55

Toujours le 21 juin, avec Monique et Pierre, après la baignade à l’Ermitage et le café au Port de Saint Leu, nous avons pris la direction de Saint Pierre par la route du littoral.

En empruntant cette route, j’ai pu constater avec ravissement que la piste cyclable avait été rallongée et que la voie était très confortable pour les cyclistes… mais j’ai aussi vu avec écoeurement que le béton devenait envahissant à la sortie de St Leu et que les travaux défiguraient le littoral : la Nature disparaît au profit de logements impersonnels, et de considérations financières.

Nous nous sommes arrêtés au Souffleur. Et là, le spectacle était grandiose. Ce jour-là,  la houle a amplifié le pouvoir de ce « geyser ». Nous sommes restés là une demi-heure à admirer la force et la beauté de l’Océan.

 P1100548-copie-1.JPG

P1100553.JPG P1100554.JPG 

P1100556.JPG

Et les remous du gouffre à L’Etang Salé, comparés à ce que nous avions vu plus tôt, semblaient dérisoires…

Partager cet article

Repost0
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 10:30

Le jeudi 21 juin, lors de notre baignade à l’Ermitage, nous avons vu un homme avancer sur l’eau. Ah non ! ce n’était pas un miracle, au risque de décevoir les Réunionnais qui sont friands de ce genre d’événements. Ce n’était pas non plus un écervelé qui marchait sur le corail, comme il en existe aussi parfois sur l’île.

 P1100512.JPG

C’était un sportif qui glissait sur les vagues en poussant son socle ( une planche) à la force des bras. Depuis  quelque temps, environ deux ans, ce sport est en vogue sur l’île. On en voit de plus en plus de ces embarcations.

P1100510.JPG P1100511.JPG

L’un de ces sportifs nous a glissé le nom de ce sport, en passant à proximité de nous, alors que nous étions en train de nager avec masque et tuba au milieu des coraux du lagon.

Il s’agit du « paddle-board »

 

Quelques heures plus tard, en nous arrêtant à Saint Leu pour boire un café à la Rotonde,  nous en avons vu d’autres, qui s’essayaient avec cet engin à braver les vagues, pour imiter les surfeurs, et souvent c’était la chute garantie.

P1100529.JPG

P1100536.JPG

Partager cet article

Repost0
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 20:53

Monique et Pierre ont découvert avec intérêt ce jardin situé non loin de l'aéroport de Pierrefonds.

Domaine--CG3.JPG Domaine-CG4.JPG

Au cours de cette promenade d'une heure trente environ, visite commentée par Sébastien, ils ont été séduits par la richesse des plantes ornementales, la variété des  des arbres fruitiers : Pierre n'a pu résister à l'envie d'immortaliser une trentaine de plantes dont les palmiers, les cannes, les bananiers, les cotonniers,les cacaoyers, les caféiers... dans cette collection d'images figure aussi un nid de guêpes, une case en feuilles latanier...

Domaine-CG1.JPG Domaine-CG2.JPG

Partager cet article

Repost0
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 20:32

 

Domaine Café Grillé 3

M.Luspot est un homme heureux. Ses animateurs du Domaine du Café Grillé ont plusieurs cordes à leur arc. Non seulement, ils en savent un rayon sur les plantes de leur superbe jardin, et sur la culture créole, mais aussi ils savent rendre la visite attrayante par le biais de la musique. Ainsi, Sébastien, le fils de la maison, et Alexandre, le petit-fils ont clos la visite du CAS de Ste Marie ce mercredi - là par un duo de chansons créoles et des interpétrations de maloya. Indifféremment, ils jouaient du kayamb ou du roulèr pour accompagner les airs qu'ils fredonnaient dont "Somin Grand Bois lé long" et bien d'autres...

Domaine-Cafe-Grille.JPG

Alexandre au roulèr

Domaine-Cafe-Grllle.JPG

Sébastien au roulèr et Alexandre au kayamb

Partager cet article

Repost0
20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 16:39

J'ai emmené  Monique et Pierre vers la Plaine des Cafres pour espérer leur faire découvrir le panorama sur Grand Bassin.-Tout Réunionnais sait qu’il faut se lever de bonne heure pour jouir de ce type de vue, or avec la fraîcheur matinale, il faisait bon rester sous la couette-. 

Comme les nuages montaient à une allure fulgurante, la vue au Belvédère de Bois-Court était déjà bouchée à 9 heures. Ce n’était pas pour nous décourager : nous avons donc poussé jusqu’au "sentier marmailles" de Notre Dame de la Paix. C’était une course contre la montre : le vent d’Est chassait déjà d’énormes masses vers la Rivière des Remparts. Mais nous avons gagné : à notre arrivée, la vue plongeante sur Roche Plate était complètement dégagée.

 P1100380.JPG

On distinguait nettement les falaises, Le Nez de Bœuf, le petit village de Roche Plate tapi dans le lit de la rivière.

P1100375.JPG

Et à notre droite, se découpait le village de Grand Coude et l’étroite bande de terre qui sépare la Rivière Langevin et la Rivière des Remparts.

P1100384.JPG

Je me suis souvenu avec émotion de la belle randonnée avec les Jolis Pas, une expédition plutôt sportive  qui nous a menés voilà 2 ans, un week-end pascal,  du Nez de Bœuf à la Rivière Langevin avec une étape au refuge de Roche-Plate et une autre dans un gîte de Grand Coude.

P1100387.JPG

                    Au loin, le village de Grand Coude

P1100383.JPG

                       Une jolie liane qui fleurit actuellement au belvédère

Partager cet article

Repost0