Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 janvier 2017 5 20 /01 /janvier /2017 22:11

 

L'association Pêcheurs Golet a accueilli une classe IMP de Bois d'Olives pour une journée de découvertes : découvertes et fruits et légumes lontan, et découverte de jeux lontan.
Ils étaient seize jeunes de 10 à 14 ans et quatre encadrants à participer à tous les ateliers. Mais auparavant Jimmy leur avait fait visiter les logements des anciens engagés et parlé de leur vie  aux calbanons. 
Tous ont mis la main à la pâte pour confectionner des boulettes de songe, avec Sarah, Priscilla et Zazou, puis Nicole leur a appris à identifier les légumes lontan (pipangaille, margozes, zantac, vouemes, racine de songe, Bois de songe, bilimbi, zévi, tomate poc poc, patates...) les fruits lontan ( fruit à pain, jaque, carambole, grenadine, jambrosade...)
Jacqueline animait un atelier brèdes pour familiariser les enfants avec les brèdes lastron, mafane, morel, chouchou, manioc, cresson..elle leur a appris à les préparer..
Puis place à la chanson : on a composé et chanté des chants à partir des fruits et des légumes...
Tous ont goûté au  jus de tamarin ou au jus de citron, et partagé un cari. 
L'après midi a été consacrée aux jeux de capsules, au darion , au kadock, aux toupies... tous les participants semblaient ravis de cette journée. 

Fruits et legumes lontan aux calbanons
Fruits et legumes lontan aux calbanons
Fruits et legumes lontan aux calbanons
Fruits et legumes lontan aux calbanons
Fruits et legumes lontan aux calbanons
Fruits et legumes lontan aux calbanons
Repost 0
20 janvier 2017 5 20 /01 /janvier /2017 10:22

En remontant la rue Daguerre à Petite Ile, j'ai fait une halte à la Maison de l'Abeille.
Mon hôtesse qui m'a accueillie dans la boutique m'a donné une foule d'explications sur ce Domaine récent qui accueille de nombreux visiteurs. 
La veille encore , un centre de vacances avec 80 enfants et un IMP ont découvert l'endroit. 
Dans la boutique, qui est une belle structure en bois, les rayonnages ou sont exposés les produits sont des alvéoles. On trouve la toutes sortes de miels et des dérivés. Il,y a possibilité de faire une dégustation de miel de letchis, de jambrosades, de baies roses, et fe forêt. 
La jeune femme me confie que bientôt les abeilles pourront butiner les fleurs de faux-poivriers (baies roses), qu'elles butinent toute l'année avec dès moment plus ou moins fastes. Nous parlons aussi de ce papillon sournois, un sphinx qui s'attaque aux colonies d'abeilles à La Réunion. J'apprends que c'est une famille qui gère l'entreprise et animé les journées pédagogiques. Ici, on fabrique soi même les plaques de cire alvéolées.... 
Puis je dirige mes pas vers un grand hall d'exposition, "la miellerie" où on ne travaille pas. L'endroit est destiné à l'information. Les murs sont tapissés de panneaux sur la vie de l'abeille, de la naissance à la mort, sur le "varroa" ce pou qui frappe aussi les abeilles réunionnaises, sur la production de miel à la Reunion....
Un tronc de bombarde creux, autrefois habité par les abeilles, trône au milieu de gros pains de cire. Plus loin une machine à fabriquer la cire côtoie des cadres... 
La structure de la ruche est bien présentée. Idée à retenir...un gros extracteur a également sa place ici... et naturellement une vitrine-école avec une colonie d'abeilles occupe un gros pan de mur. J'ai vainement essayé de retrouver la reine dans cet amas laborieux.
Je ressors séduite par cette exposition, avec des idées plein la tête, mais aussi avec l'intention de rencontrer un jour les apiculteurs de cette Maison.

À la Maison de l'Abeille à Petite Ile.
À la Maison de l'Abeille à Petite Ile.
À la Maison de l'Abeille à Petite Ile.
À la Maison de l'Abeille à Petite Ile.
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans musée faune
commenter cet article
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 20:44

Eh oui, on ne dit plus "Maison du Volcan" mais " Cité du Volcan". Après les travaux d'aménagement qui ont duré un bon moment, le lieu pédagogique accueille comme auparavant des visiteurs isolés, des groupes... Comme Germain et Mélanie avaient fait l'ascension de la Fournaise quelques jours avant, je leur ai conseillé de faire un tour dans ce musée situé à Bourg Murat...

Les salles retracent l'histoire du Volcan à La Réunion et dans le monde. On y explique les phénomènes  volcaniques, la naissance de l'île, les effets des éruptions sur le biotope terrestre et marin . Des simulations de panaches de fumée, des jeux interactifs pour tous... et partout des quizz pour enfants et pour adultes pour tester ce qui a été retenu. Pour tout assimiler une visite ne suffit pas.. La vitrine des trésors géologiques est un passage obligé. Intéressantes sont aussi les histoires de Grand Mère Kalle, de la Vierge au Parasol...
On retrace aussi les expéditions au Volcan avec des panneaux et  quelques objets.
À ce sujet, on peut regretter la disparition d'instruments de mesure qui intriguaient les enfants et les rendaient acteurs...

Trois films dont un en 4D sont projetés. Payer les deux euros supplémentaires pour voir le film en 4D de 15 minutes vaut le coup. Sièges mobiles, sensations garanties... les horaires sont à respecter, faute de quoi on ne vous accepte pas dans la salle le film lancé.

Comme beaucoup de Réunionnais reviennent régulièrement à la Cité du Volcan pour y emmener leurs invités et que le coût est non négligeable, on oserait espérer que les administrateurs mettent en place un abonnement annuel, comme cela se pratique dans de nombreux musées ou zoos en metropole. Etre ambassadeur de l'île devrait être récompensé...et encouragé.

A la Cité du Volcan
A la Cité du Volcan
A la Cité du Volcan
A la Cité du Volcan
A la Cité du Volcan
A la Cité du Volcan
A la Cité du Volcan
A la Cité du Volcan
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans musée Patrimoine de l'île Volcan
commenter cet article
18 janvier 2017 3 18 /01 /janvier /2017 18:23

Quand ce cactus de 4 mètres de haut fleurit,  le spectacle est un ravissement. Les grosses fleurs jaunes ouvertes à l'aube dépérissent très  vite. Mais elles laissent le temps aux abeilles de les butiner...

la magie n'a duré qu'une dizaine de jours. Aujourd'hui le cactus semble nu...

 

Succulentes en fleurs
Succulentes en fleurs
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans végétation
commenter cet article
18 janvier 2017 3 18 /01 /janvier /2017 18:16

Toujours à Saint Pierre, dans la rue Suffren une peinture originale a attiré mon regard : le mur aux pierres ajourées a été peint de manière à donner l'impression qu'il s'agit d'un petit immeuble percé de fenêtres. Dans ces cavités un passant à même laissé une cannette ( oups...) Des racines d'arbre et des corps de serpents se faufilent dans ces creux...

Ces murs sont séparés par un portail vert. Et derrière ce "barreau" se tapit une case,  une case encore de taille humaine, qui résiste à l'envahisseur...

Cette fresque est elle simplement décorative ou veut elle faire passer un message ? J'y verrai bien un avertissement sur la fragilité et le caractère éphémère des choses : un jour ces immeubles seront certainement menacés...eux aussi ...

Une case qui résiste dans la rue de Suffren..
Une case qui résiste dans la rue de Suffren..
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans habitat Patrimoine de l'île
commenter cet article
17 janvier 2017 2 17 /01 /janvier /2017 18:07

Couleurs, dessins, emplacement, sont les points communs de ces deux cases qui se situent l'une à côté de l'autre dans la Rue des Fours à Chaux à Saint Pierre.


J'avouerais que j'ai une petite préférence pour celle au toit en tôle qui devra bientôt disparaître au profit d'un immeuble impersonnel qui rapportera davantage à la Ville... 

 

 

Juxtaposition de deux Mondes
Juxtaposition de deux Mondes
Juxtaposition de deux Mondes
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans habitat Patrimoine de l'île
commenter cet article
16 janvier 2017 1 16 /01 /janvier /2017 15:16

Quand mes hôtes m'ont raconté avoir essayé de se baigner dans les vagues à Grande Anse, j'étais surprise. Melanie, m'a parlé de courants dissuasifs qui l'ont contrainte à écourter sa baignade. 
Quand je leur ai fait la réflexion que la baignade était interdite près de cette plage,  et qu'on devait se contenter de nager dans le bassin fermé à l'autre extrémité de cette longue crique, ils avaient l'air surpris et prétendaient ne pas avoir vu de panneaux d'interdiction au fond de l'anse à droite.
Il y a quelques semaines un jeune Alsacien avait disparu, ses vêtements ont été retrouvés sur la plage... Y a t il donc un problème quant à l'affichage des interdictions ? Comme je voulais en avoir le cœur net, je suis aller vérifier ce matin...
Les panneaux existent bien... comment se fait-il qu'ils passent inaperçus ? 

Mal placés ? peu lisibles ? Vieillots ? Trop abîmés ? Peut-être. Et si on mettait l'info dans la descente avant l'arrivée au parking ?

Une baignade très réglementée à Grande Anse
Une baignade très réglementée à Grande Anse
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans océan
commenter cet article
16 janvier 2017 1 16 /01 /janvier /2017 14:34

 

     Toujours la même réflexion : pourquoi certains Réunionnais laissent-ils traîner leurs reliquats ?
Nous étions environ 25 personnes dont 20 touristes à participer à une conférence sur les arbres de La Réunion ce dimanche matin et non loin des benjoins et à badamiers au pied de l'hôtel  de ville de Saint Pierre où nous avons dirigé nos pas pour voir ces arbres, le sol était jonché de cartons de pizzas vides, de gobelets, de canettes...idem au pied des banians et bonnets d'évêque non loin du conservatoire. 
Belle pub pour une Ile qu'on loue pour son hospitalité et sa beauté ! Est-il donc tellement difficile de trouver une poubelle à proximité pour y jeter ces détritus et pourquoi ne pas les mette dans un sachet et les rapporter chez soi ?
D'aucuns feront la réflexion qu'on paye des gens pour nettoyer... drôle de mentalité ! Mais j'ai déjà entendu cette réflexion. J'ai aussi vu une gamine enfouir une cuillère en plastique dans le sable sans que les parents s'en offusquent, vu traîner des tas de mégots à la plage, vu une dame âgée laisser un contenant en plastique sur un muret... il n'y a pas d'âge pour apprendre à faire un geste écologique. Parfois les tas de cochonneries sont plus impressionnants encore.
Le site "bandcochon.re" alerte sur cette pollution et ces pratiques peu scrupuleuses. Faites y un tour, c'est éloquent...

J'ai un ami , Antoine, pour ne pas le nommer, qui a la vue de ces amas indésirables prend un sachet et ramasse tout (alors qu'il n'est pas payé pour le faire). Il existe aussi des associations qui nettoient les plages...bénévolement. Chapeau à eux  ! 

Mais je pense qu'il faut dissuader cette " bandcochons" de salir leur belle Ile et punir les contrevenants. Dans certains pays, on verbalise ces actes. Pourquoi ne le ferait on pas à La Réunion ? Certaines personnes ne comprennent que lorsqu'on touche à leur porte-monnaie.

Mauvaise pub pour l'île de La Réunion.
Mauvaise pub pour l'île de La Réunion.
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans protection de l'environnement
commenter cet article
16 janvier 2017 1 16 /01 /janvier /2017 08:25

Dans la rue Archambaud par exemple et dans le Jardin de l'hôtel de ville de Saint Pierre, on en voit. Ces arbres qui possèdent un tronc de 30 cm de diamètre, gris clair à l'écorce crevassée, et  peuvent atteindre 7 mètres ou plus de haut. Leur feuille est en forme de cœur.

Ses fleurs sont diurnes, elles durent une journée et sont d’abord d’une teinte jaune pâle mais deviennent progressivement rose, pourpre ou rouges. 
Le pocher porte des fleurs et des fruits presque toute l’année. On pourrait le confondre avec l'hibiscus mais les feuilles sont plus allongées et les fleurs ont en leur centre cinq points noirs.
 
Compléments trouvés sur le site de la "Mauritian Wildlife Foundation" :

Le porcher est souvent utilisé comme plante ornementale et pour le reboisement des arrière-plages. Le bois est dur, résistant aux termites et attrayant ; il a une couleur rouge foncé. De son bois on peut fonctionner de petits objets tels que des bols de nourriture et des ustensiles de cuisine, comme c’est le cas à Hawaï. Le bois a aussi été façonné en pagaies et autres objets sculptés, ainsi qu’en canots, de temps en temps.

Les fruits, les fleurs et les jeunes feuilles sont comestibles. L’écorce fibreuse résistante est transformée en corde (à Hawaï et ailleurs) et elle est également utilisée pour le calfeutrage des bateaux en Malaisie. Plusieurs produits sont extraits de la plante, y compris un colorant, des tanins, des huiles et des résines.
Avec l'écorce broyée on traite certaines maladies de peau (en Inde), la dysenterie et les hémorroïdes (Maurice). Les feuilles sont appliquées contre l’arthrite (dans le sud de l’Inde). Une fois coupé, le jeune fruit sécrète une sève collante jaune utilisée pour traiter certaines maladies de peau (dans le Sud de l’Inde). Les racines sont utilisées comme toniques. 

Le porcher, un arbre ornemental aux feuilles en forme de cœur.
Le porcher, un arbre ornemental aux feuilles en forme de cœur.
Le porcher, un arbre ornemental aux feuilles en forme de cœur.
Le porcher, un arbre ornemental aux feuilles en forme de cœur.
Le porcher, un arbre ornemental aux feuilles en forme de cœur.
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans arbres de la Réunion
commenter cet article
15 janvier 2017 7 15 /01 /janvier /2017 17:37

Ce matin, les rues de Saint Pierre étaient désertes et il faisait bon flâner là en dépit d'un soleil torride.

Le conférencier de "Valorisation du Patrimoine" avait prévu de nous faire remonter la rue Archambault pour nous faire découvrir un ficus étrangleur,l'affouche, qui n'a pas été abattu. Il est protégé par la Ville...Cet arbre sans tronc est endémique.

Dans la rue, nous avons eu des explications sur des espèces venues d'Australie ou d'ailleurs  telles que le bauhinia,dit Arbre à orchidées , l'araucaria, le porcher, le callistemon...

Puis dans le Jardin de l'hôtel de ville, l'accent a été mis sur deux espèces endémiques : le bois puant et le latanier rouge.  Nous avons aussi eu la latitude d'observer des flamboyants, des cityses indiens, un zoreille cafre et un sangdragon... lequel souffrait de la sécheresse ( la pelouse à ses pieds etait artificielle...forcément...) 

Plus bas, au pied des escaliers, des commentaires ont permis de mieux connaître le benjoin et le badamier. 

Notre guide nous a emmenés ensuite dans la rue des Fours à Chaux  où survit encore un pied de mourounge et pour terminer nous sommes allés sur le parking près du conservatoire régional de musique où nous avons apprécié l'ombre d'énormes ficus bonnet d'évêque et de banians. 

Cette sortie qui a attiré plus d'une vingtaine de participants était très instructive et bien ciblée. Dommage qu'elle n'attire pratiquement que des touristes, les Reunionnais sont toujours très peu nombreux.

Deux observations négatives concernent l'aménagement de la Ville:

Un homme en fauteuil roulant a eu toutes les peines du monde à suivre le groupe en raison des trottoirs à haut bord : parfois il devait avancer sur la route. Et autour de la mairie rien n'est fait pour rejoindre le parking inférieur...il faut emprunter les escaliers ou...la route. Enfin, il est aberrant dans un environnement dit naturel de mettre des pelouses imperméables qui ne laissent pas l'eau pénétrer les racines des arbres. 

Arbres connus et méconnus de La Réunion avec Marcel Thiepvaut.
Arbres connus et méconnus de La Réunion avec Marcel Thiepvaut.
Arbres connus et méconnus de La Réunion avec Marcel Thiepvaut.
Arbres connus et méconnus de La Réunion avec Marcel Thiepvaut.
Arbres connus et méconnus de La Réunion avec Marcel Thiepvaut.
Arbres connus et méconnus de La Réunion avec Marcel Thiepvaut.
Arbres connus et méconnus de La Réunion avec Marcel Thiepvaut.
Arbres connus et méconnus de La Réunion avec Marcel Thiepvaut.
Arbres connus et méconnus de La Réunion avec Marcel Thiepvaut.
Arbres connus et méconnus de La Réunion avec Marcel Thiepvaut.
Arbres connus et méconnus de La Réunion avec Marcel Thiepvaut.
Arbres connus et méconnus de La Réunion avec Marcel Thiepvaut.
Arbres connus et méconnus de La Réunion avec Marcel Thiepvaut.
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans arbres de la Réunion
commenter cet article