Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 07:52

Céline m'avait parlé de prunes malgaches mûres à photographier non loin du CHR de St Pierre, près de la base militaire.
J'emprunte une petite route à droite, juste avant le magasin Score, me gare et poursuis mon chemin à pied sur un sentier étroit sablonneux qui longe un mur. Au fond,  on distingue déjà l'océan... 
Je m'attarde un peu là pour admirer  le vol d'un paille en queue. D'ici, on voit la côte jusqu'à Grande Anse. Paysage sauvage, reposant. Seulement le bruit des vagues qui heurtent la roche noire, et des gazouillis d'oiseaux.
À main gauche, je remarque des marches qui grimpent. Au sommet, la vue est magique. Vue sur l'arrière pays - hôpital de St  Pierre, Piton  Montvert - 
Un sentier bordé de galets file vers le Sud. Le panneau "Terre Rouge"  indique qu'il s'agit là d'un site protégé. Comme il fait une chaleur torride, je me promets de revenir tôt le matin ou le soir pour continuer ma balade le long de l'océan sur ce chemin.

Au bout du chemin...
Au bout du chemin...
Au bout du chemin...
Au bout du chemin...
Au bout du chemin...
Au bout du chemin...
Au bout du chemin...
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans promenade océan
commenter cet article
25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 21:25

 

"La prune malgache" est un de ces fruits lontan qui disparaissent rapidement. Or, on peut utiliser ces fruits pour confectionner des punchs succulents. Leur disparition du paysage est une grande perte. 
Les gens de grands Bois, notamment ceux qui œuvrent pour la sauvegarde  du patrimoine, ne comprennent pas pourquoi actuellement le Parc National ne souhaite implanter que des espèces endémiques. À Bassin 18, il paraît que les pruniers sont actuellement arrachés au profit de lataniers et d'autres plants. C'est méconnaître l'intérêt d'arbres qui font aussi partie du patrimoine local. On peut admettre que ces arbustes soient envahissants, mais de là à tout arracher...
Il faut cueillir  les prunes très mûres, c'est à dire rouges presque noires sinon elles sont acides. On les écrase pour qu'elles aient un goût sucré. Les enfants autrefois les cueillaient pour les manger... 

Punch prunes malgaches
Punch prunes malgaches

Punch prunes malgaches

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans fruits de la Réunion
commenter cet article
25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 21:01

Sur les tables de la journée créole, le jour de la réception de l'association "Trois Mares  en l'air" les animatrices  de "Pêcheurs Golet" avaient disposé des fleurs comme les clerodendrons,mais  aussi des fleurs d'un rouge vif ressemblant à des œillets. 


"Ce sont des fleurs du grenadier" explique tante Denise. Ces jolies fleurs une fois fanées font place au fruit : la grenade. 
Je comprends maintenant pourquoi on parle de "rouge grenat"... la couleur de la fleur de grenade serait une explication étymologique...

La fleur de grenade...
La fleur de grenade...
La fleur de grenade...
La fleur de grenade...
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans végétation
commenter cet article
25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 07:02

De nombreuses cases créoles vieillissent mal, et ne peuvent être restaurées. Le bois de la charpente est vermoulu, souvent miné par les termites. 
Dans la rue Joseph Suacot, à Petite Ile, je suis tombée en arrêt devant l'ossature d'une case. Un bel assemblage de poutres, fixées solidement ! 
Or, en y regardant de près, de nombreuses pièces sont très abîmées, et les remplacer serait certainement possible. Mais si les termites ont fait leur œuvre sournoise, elles pourraient bien continuer dans les pièces remplacées...

 

Squelette d'une case créole.
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans habitat Patrimoine de l'île
commenter cet article
24 janvier 2017 2 24 /01 /janvier /2017 16:31

Il est une tradition à La Réunion qui consiste à faire le "tour de neuf crèches". Ne me demandez pas pourquoi "neuf" et non "sept" ou "huit".
Certaines associations affrètent des bus et partent pour la journée, parfois dans un secteur réduit, parfois un secteur plus large. Dans les églises retenues, devant chaque crèche, on se recueille et on prie...
On en profite souvent pour organiser en plein air  un pique-nique partage.

A La Réunion, les crèches sont démontées le 2 février. Pourquoi le 2 février  ? Parce que, me dit-on, c'est le jour de la "Fête des Enfants". (Encore un sujet à creuser...)

Le "tour des crèches"
Le "tour des crèches"
Repost 0
24 janvier 2017 2 24 /01 /janvier /2017 11:49

Brigitte a tenu à me présenter absolument son neveu, Frédéric ROBERT, fils de son frère Etienne. 
Depuis huit ans, Frédéric se passionne pour les chiroptères. Il préside la jeune association "  Chiroptère - Réunion"  : avec Trois membres actifs,  il surveille les populations de chauves souris et assure le suivi et le comptage depuis 5 ou six ans. Il a guidé huit personnes très sensibles à l'écologie dont moi, au pied de la grotte de la Ravine des Trois Bassins. Nous avons attendu jusqu'à la tombée de la nuit pour assister au vol des "petits molosses" . 
Il nous explique que sur l'île vivent trois espèces de chauves souris : le Petit molosse (insectivore) Le taphien de  Maurice ,ventre blanc (insectivore) et la Roussette noire (frugivore)

La ravine de Trois Bassins est destinée à accueillir 3 ravines, conformément au projet de création de carrière pour fournir des pierres à la Nouvelle route du littoral. C'est là que vit la plus grande colonie de chauves souris de La Réunion, en l'occurence "les petits molosses." L'espèce est protégée.
Or, plus de mille chauves-souris sont mises en danger par ce projet titanesque plutôt inquiétant.


Au coucher du soleil nous nous sommes avancés sous la grotte dont l'entrée était tapissée de guano. Notre guide nous a conseillé de ne pas y mettre le pied nu, ni d'être en contact de ces fientes grises qui avaient l'aspect du sable, parce que cette matière azotée serait pleine de bactéries...
Nous avons eu la latitude de voir suspendues ou plaquées là, et de les entendre. Pour les photographier, difficile pour un amateur...  

Nous avons patienté jusqu'au coucher du soleil. Actuellement les envols sont moins impressionnants à la tombée de la nuit car elles allaitent...Les chauves-souris sont des mammifères, eh oui, elles ont des mamelles !
Une chauve-souris peut en une nuit avaler 300 moustiques... d'où l'intérêt de protéger l'espèce. 
Elles quittent les parois rocheuses pour voler très loin, et on les voit effectuer du rase-motte pour prendre de l'eau dans la mare toute proche.   

Un lien intéressant : http://www.reunion.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Plaquette_de_sensibilisation_cle541c91.pdf

Le petit molosse en danger.
Le petit molosse en danger.
Le petit molosse en danger.
Le petit molosse en danger.
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans protection de l'environnement
commenter cet article
22 janvier 2017 7 22 /01 /janvier /2017 22:06

La ravine de Trois Bassins débouche sur une plage fréquentée  surtout par les autochtones. Ici,  près des points d'eau se complaît  le butor, et dans les grottes vivent des milliers de "petits molosses". Cette espèce de chauves-souris endémiques est suivie attentivement par  les membres de "Chiroptères  Réunion" présidée par Frédéric Robert. 
Passionné d'histoire locale et attaché à sa terre, Frédéric m'a fait connaître des lieux sauvages, qui risquent d'être mis à mal par le projet démesuré de la route sur l'océan. Il est question de prélever les pierres sur les pentes de ce versant, et le projet de carrière nécessiterait la destruction de la configuration actuelle des lieux. 

La ravine l'Ermitage et celle de Trois Bassins devraient devenir les réservoirs de 6 ravines . Il serait question de dévier 4 ravines, un impact considérable sur la géographie, la géologie et le biotope...le plan P.a.p.i  qui évalue les risques d'inondation a connaissance de ces données. Les concepteurs de cette Nouvelle route du littoral ont- ils bien mesuré tout ce que ce projet a comme conséquences désastreuses pour l'île ? Dévier des ravines, dévier des lits de rivières... l'homme pense-t-il vraiment maîtriser les éléments ? Après lui... le déluge. 

La pointe des Trois Bassins, un site menacé...
La pointe des Trois Bassins, un site menacé...
La pointe des Trois Bassins, un site menacé...
La pointe des Trois Bassins, un site menacé...
La pointe des Trois Bassins, un site menacé...
La pointe des Trois Bassins, un site menacé...
La pointe des Trois Bassins, un site menacé...
Repost 0
22 janvier 2017 7 22 /01 /janvier /2017 21:32

Yvan y va...

Lors de la descente des caisses à savon ce dimanche matin à Saint Pierre, une quinzaine des participants ont peiné sur la fin du parcours à côté de l'hôtel de ville : pédaler ne suffisait plus pour avancer. 
C'est une bonne âme qui s'est dévouée immédiatement pour porter secours aux chauffeurs de ces drôles de machines à trois roues, chauffeurs inquiets car le véhicule qui suivait risquait de les heurter... -ici, sur cette portion,  pas un seul membre de l'organisation, alors que ça pullulait partout ailleurs de t-shirts orange offerts par la Ville.-
Yvan a bien poussé une dizaine d'engins avec leurs occupants. Chapeau bas !

Le fait a été signalé et les organisateurs ont assuré qu'ils en tiendraient compte pour la course de l'après midi et qu'on placerait des pousseurs à cet endroit...

Caisses à savon, en fin de course...
Caisses à savon, en fin de course...
Caisses à savon, en fin de course...
Caisses à savon, en fin de course...
Caisses à savon, en fin de course...
Caisses à savon, en fin de course...
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans manifestation Des hommes
commenter cet article
21 janvier 2017 6 21 /01 /janvier /2017 20:07

L'association des Pêcheurs Golet participe pour la troisième année consécutive à une manifestation originale à Saint Pierre : la descente de la rue Babet en "caisse à savon." Depuis plusieurs semaines, on s'affaire au "case" de Grands Bois. Sur un support fourni par La Ville, l'équipe a prévu de construire un camion d'autrefois qui portait les cannes à la sucrerie après l'abandon des bœufs. 
Ce camion qu'ils ont baptisé " TI RONO" , ( vous avez trouvé ? ... Petit Renault ) a  été l'objet de tous les soins. Fidélité au modèle d'origine, minutie et créativité étaient les maîtres-mots de cette opération. Bois, papier mâché et peinture grise pour la carrosserie, gobelets orange pour les feux clignotants, rétroviseurs en bois et papier alu, plaque d'immatriculation GB, portières avec poignées, roues dessinées avec soin et boulons en capsules de bouteille d'eau peintes en noir... ici on sait y faire avec le matériel de récupération. pendant que Jannick, Jean Paul et Robert manient la perceuse, la visseuse, le rabot... Nicole, Mô, Jacqueline C., Zazou, Sarah... manient le pinceau. 
Un travail de titan qui nécessite de longues heures pour une course qui ne durera que quelques minutes... 
Mais les artistes ont déjà d'autres projets pour leur creation. Elle pourrait être utilisée lors des journées du Patrimoine : sur un circuit, on pourrait faire circuler ce "loto" qui serait alors équipé de pédales...

 

Caisse à savon  : un camion lontan...
Caisse à savon  : un camion lontan...
Caisse à savon  : un camion lontan...
Caisse à savon  : un camion lontan...
Caisse à savon  : un camion lontan...
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans association Patrimoine de l'île
commenter cet article
21 janvier 2017 6 21 /01 /janvier /2017 09:39

"Gouttes de sang", c'est le nom qu'on donne à La Réunion à un arbuste ornemental dont les fleurs rouge vif, très fines, semblent tomber d'un bouquet de tiges frêles. Fontaine de gouttes de sang, ou arbre pleureur... il a la faveur des créoles qui lui accordent toujours une belle place dans leur allée. C'est le cas chez mes amies Marie Pierre et Françoise.
On l'appelle aussi le plante corail ou fontaine de corail. Il s'agit de la russélie fausse prêle, et elle serait originaire du Mexique. 
Comme ses rameaux ressemblent à des joncs, on peut la trouver sous le nom de " Russelia  juncea".

Gouttes de sang
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans végétation
commenter cet article