Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 février 2017 6 04 /02 /février /2017 18:49

Promenade vers le Cap Jaune.
1 heure ou 1h30  aller-retour (prévoir couvre-chef et eau)

Monter au Piton de la Fournaise hier ne me disait rien : voir l'éruption sous la pluie, trop peu pour moi ! Les nuages couvraient tous les sommets. Comme j'avais déjà assisté à deux éruptions, j'ai opté pour une balade sympa en solo dans le sud de l'île. Craignant ne plus pouvoir faire cette petite rando avant les grosses pluies annoncées en raison d'une tempête tropicale qui s'approche actuellement des côtes, j'ai pris cette décision sans sourciller.

À VIncendo, derrière St Joseph, j'ai pris le chemin de la marine, ai garé ma voiture sous les vacoas et ai cherché le départ de la balade. Le sentier démarre près d'un panneau à l'entrée de la marine à droite.
Le sentier longe l'océan, s'en approche, s'en éloigne, passe dans des zones sablonneuses, parfois sur du basalte. Il est assez exposé au soleil, et parfois on est ravi de passer sous des vacoas, des filaos. Quand il s'approche des falaises, on peut assister au vol d'un paille en queue ou regarder les vagues se fracasser contre la roche noire. On aurait aussi envie de marcher pied nus sur l'herbe douce qui tapisse par endroit la côte.
Des taches de peinture blanche balisent le chemin, cela évite de faire des choix pas trop heureux, comme trop s'approcher des falaises.
Le but de cette promenade était en voir les roches jaunes au bout du parcours. Le sentier traverse une zone boisée avant qu'on n'atteigne l'endroit. Des oiseaux  gazouillent là, on entend même un coq...
Un chemin très escarpé et très glissant descend vers la crique, à déconseiller aux gens sujets au vertige, ou aux promeneurs mal chaussés. Ça glisse. Le sable fin coule sous les pieds...et à un endroit ce sont des cordes qui permettent la descente et la remontée.
Vue d'en haut la roche jaune est tout aussi impressionnante. Inutile de se mettre en danger.
Au retour,  on apprécie la vue sur l'océan, les hauts de VIncendo, et la marine, comme le font aussi ces deux martins perchés sur la roche noire.

Le Cap Jaune à VIncendo
Le Cap Jaune à VIncendo
Le Cap Jaune à VIncendo
Le Cap Jaune à VIncendo
Le Cap Jaune à VIncendo
Le Cap Jaune à VIncendo
Le Cap Jaune à VIncendo
Le Cap Jaune à VIncendo
Le Cap Jaune à VIncendo
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans randonnée promenade
commenter cet article
4 février 2017 6 04 /02 /février /2017 18:15

Un délice ! à l'instant Marie Ange vient de m'offrir des "pistaches" qu'elle vient de faire cuire avec leurs gousses dans de l'eau bouillante salée dans une cocotte minute. Ici à La Réunion, on appelle les cacahuètes "pistaches". 
Quand on commence à les décortiquer, on ne s'arrête plus. C'est super bon.
Les arachides poussent ici à Petite Ile. Les gens les mangent grillées, cuites ou en rougail. ( encore une recette que je vais bientôt apprendre à faire ! )

"Pistaches" cuites."Pistaches" cuites.
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans recettes fruits de la Réunion
commenter cet article
3 février 2017 5 03 /02 /février /2017 14:41

Jeudi matin, j’étais descendue avec Durga à Terre Sainte dans l’espoir de rencontrer M. Gigan, spécialiste de la confection de balais lontan. Mais une sortie culturelle avait lieu et les locaux étaient déserts, pas d'atelier ce jour-là. Cependant,  nous avons pu longuement nous entretenir avec Alexandre, un animateur de l’AFEMAR. Dans sa tâche, il est assisté de deux adultes relais, ainsi que de Julienne et Cédric.

Le but de cette association, située dans un quartier prioritaire, est de « mettre en commun les savoir-faire et participer à la transmission inter-générationnelle ». L’association ouvre ses portes du lundi à vendredi de 8 h à 12h et de 14h à 17 et l’Adhésion annuelle 15 euros permet de participer à de nombreux ateliers dont l’informatique, les ateliers créatifs, les sorties, les grandes manifestations. Une intervenante a recueilli des « Mémoires de femmes ». Parfois des Pêcheurs viennent raconter la vie à terre Sainte, ou montrer comment on répare le filet.

Aux ateliers du mardi et du jeudi matin, on vient proposer ce qu'on sait ou tout simplement apprendre une technique comme la réalisation de « napperons », balai lontan, rosaces, tapis mendiant. On y crée aussi des ballons en mousse, des boîtes à bijoux, des écharpes pour l'hiver – « le vent souffle fort à terre Sainte » en hiver, explique notre interlocuteur. Certains événements mobilisent de nombreux bénévoles : pour le riz chauffé du Saknoufé,  40 personnes avaient prêté main forte… Nous avons aussi parlé de la mutation que vit actuellement le quartier, de la disparition des cases pittoresques au profit de grosses constructions pour touristes. Le quartier se vide peu à peu de son âme… Ce qui restera bientôt c’est ce savoir-faire des anciens légué à l’association. J’ai encouragé Alexandre à collecter auprès des habitants les photos du passé, avant qu’elles ne disparaissent avec leurs propriétaires… comme c'est déjà le cas pour  l'architecture typique de Terre Sainte, berceau de Saint Pierre.

L’AFEMAR à Terre Sainte, association des femmes de marins pêcheurs
L’AFEMAR à Terre Sainte, association des femmes de marins pêcheurs
L’AFEMAR à Terre Sainte, association des femmes de marins pêcheurs
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans association Patrimoine de l'île
commenter cet article
3 février 2017 5 03 /02 /février /2017 14:08
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem
commenter cet article
3 février 2017 5 03 /02 /février /2017 13:54

Lors d’une animation visant à valoriser le patrimoine à Grands Bois aux calbanons, Zazou, une animatrice de « Pêcheurs Golet » a proposé de gratter sur sa guitare ce qu’elle appelle un « fon d’ kèr » autrement dit « un air venu du fond du cœur ».

Il s’agit en fait d’une improvisation musicale : le texte fait part d’émotions sur des rythmes bien d’ici, le refrain est repris en chœur par le public.

C’est un peu comme dirait Zazou « un slam » façon créole ! L’association « Trois Mares en l’air » a apprécié !

Zazou sur les marches des cabanons de la Cafrine

Zazou sur les marches des cabanons de la Cafrine

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans Musique
commenter cet article
3 février 2017 5 03 /02 /février /2017 10:50

Nombreux sont les passagers sur cette île qui ont du mal à rejoindre Saint Leu depuis le sud par la route côtière.

D’abord parce que nulle part, en quittant la quatre voies- en venant de Saint Louis- , n’est indiquée la direction de « Saint Leu par la côte ». Seul un panneau « la Pointe au sel ». Mais le visiteur n’est pas sensé savoir que la Pointe au Sel, c’est la route du littoral qui passe devant le souffleur.

Ensuite, quand on arrive par le sud, on est obligé d’aller sur la gauche et là une ligne continue empêche le passage vers le petit parking. A droite, c’est la piste cyclable, alors forcément, on hésite et on ne s’arrête pas, au risque de se mettre en danger. Quel dommage.

 

Pourtant, cela vaut vraiment le coup ! Ryan, un ti Réunionnais de la Plaine des Cafres,  a découvert ce phénomène de la nature avec sa mamie, il était subjugué …

Le souffleur, près de Saint Leu, un accès peu aisé...
Le souffleur, près de Saint Leu, un accès peu aisé...
Le souffleur, près de Saint Leu, un accès peu aisé...
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans sites et paysages
commenter cet article
3 février 2017 5 03 /02 /février /2017 09:23

Alain ROBERT, natif de La Plaine des Palmistes, lors d'un pique nique familial organisé dans la forêt de Bebourg, dimanche dernier,  nous racontait des moments de son enfance.

"Autrefois, dans cette localité, desservie uniquement par des sentiers, les gens cultivaient le géranium. Ils bâtissaient des foyers avec une roche légère, rougeâtre, qu'on appelait ici "la roche molle" et on y installait des alambics pour distiller l'essence de géranium. Cette culture aurait été introduite à La Réunion par M. Bois Joli Potier et c'est à la Plaine des Palmistes qu'a démarré cette activité qui s'est très vite répandue dans de nombreuses régions de l'île.

Quand l'essence était distillée, on descendait avec nos bouteilles,  à pied, par le sentier qui menait à l'endroit nommé encore aujourd'hui "Pont Payet". Là, vivait un commerçant du nom de Payet, qui échangeait ces bouteilles contre des ustensiles ménagers, des bandèges, des fers blancs... nous n'avions pas d'argent. Nous pouvions vivre grâce à ce système de troc ."

alambic
alambic

alambic

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans autrefois
commenter cet article
31 janvier 2017 2 31 /01 /janvier /2017 13:32

Quand on est enveloppé, on s'expose parfois aux railleries des congénères, mais dans la langue créole, je n'ai pas encore entendu d'expressions imagées à ce sujet. 
Or, pour les gens sveltes, trop sveltes, on a de quoi faire : on dira d'une fille trop maigre qu'elle " est comme noyau de mangue sucé" ou encore "comme arête morue". 
Ma préférence va à la première...

 

Mots pour moucatter ...
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans Langue
commenter cet article
30 janvier 2017 1 30 /01 /janvier /2017 08:23

Trafic d'espèces nuisibles...

Scandale ! On veut faire du profit n'importe comment. Ces espèces dévastatrices que La Réunion veut vendre à des animaleries en Europe vont semer le trouble ailleurs aussi. Il faut les éradiquer à La Réunion et ne pas les exporter. Le monde ne tourne pas rond... On peut pardonner l'ignorance des gens qui prennent ces initiatives incohérentes, mais pas leur bêtise !!!
Même vendues à des animaleries, un jour ou l'autre, ces lézards se retrouveront dans la nature comme c'est le cas de poissons, tortues ou autres bestioles dont les parents se débarrassent quand leurs enfants ont grandi...

Commentaire d'un lecteur du blog le 15.11.2016

"Le gecko de madagascar (Phelsuma grandis) ne se nourrit pas que d'insectes ou de fruits, c'est un opportuniste qui peut aussi se nourrir par exemple des juvéniles de gecko, il pose sur l'île de serieux problèmes aux Geckos endémiques, Phelsuma borbonica et Phelsuma inexpectata c'est àdire le gecko vert de bourbon et le Gecko de Manapany, il est ici sur l'île de La Réunion maintenant classé dans les espèces invasives et nuisibles à la biodiversité avec un autre Gecko, le gecko poussiere d'or Phelsuma laticauda"

Scandale ! Le gecko de Madagascar, produit d'exportation.
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans faune protection de l'environnement
commenter cet article
29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 09:45

Dans la cour de mes amis du Tampon, nous nous sommes retrouvés très nombreux pour une journée festive. 
Les Guitares, saxophone, kayamb, tambourin, batterie ont accompagné des chansons, des chants créoles... joué des segas, du maloya... à l'ombre d'un ficus géant.
Sur les tables, des cocottes remplies de riz, de cari ti jaque, de cari crevettes, de fricassée de brèdes, mais aussi des salades composées , et des plats indiens dont le "kali"...et des baratas (galettes indiennes)
Toute la famille Waro se donne rendez-vous ici une fois l'an et des amis se joignent à eux dans ce cadre champêtre privilégié. 

Pique nique-partage chez Marie Pierre et René.
Pique nique-partage chez Marie Pierre et René.
Pique nique-partage chez Marie Pierre et René.
Pique nique-partage chez Marie Pierre et René.
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans pique nique Musique ami(e)s
commenter cet article