Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 20:13

On l’appelle aussi « ramier ». L’oiseau d’aspect robuste a un plumage rose vineux et beige. Il ressemble à un pigeon.  Sa queue est bordée de blanc, son œil et sa paupière sont rouges.


tourterelle de Madagascar

 

On le voit dans les forêts claires, les cours de fermes, les cultures de canne, les savanes… mais aussi sur le front de mer à St Pierre, en train de se promener sous les badamiers géants, les ficus et les vacoas.  Il vit solitaire ou en couple, se montre discret. Son roucoulement est doux et mélodieux.


La tourterelle malgache nidifie de juin à avril. Son nid est une coupe plate de branchages et de racines. Il est construit sur un arbre à faible hauteur ou sur un buisson. La tourterelle pond deux œufs blancs.

Son nom latin est « Streptopelia picturata », ou « columba picturata 

 

 

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans oiseaux
commenter cet article
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 12:43

                  gousses de vanille

Il y a 3 ans on pouvait encore trouver de belles gousses de vanille à prix raisonnable : 12 euros les 10 par exemple au Jardins des Senteurs à St Philippe.

Mais pour le même type de gousses, on vous les facture désormais  50 euros les 25 à L’Escale Bleue  (Soit 2 euros) ou 25 euros les 10 au Jardin des Senteurs (2,50 euros). Le prix a quasiment doublé ! 

A ce prix-là les touristes hésitent, je trouve moi aussi que la somme demandée est prohibitive. Bien sûr, il faut payer le savoir-faire et la main-d’œuvre. Mauvais calcul car les voyageurs se rabattent sur les gousses de Madagascar qui certes sont plus sèches.

 

Finalement, ce jour-là, nous aurons parcouru pas mal de kilomètres de St Pierre jusqu’au Tremblet, pour ne rien acheter du tout ! Nous n’avons pas tout perdu parce que nous nous avons mangé dans un petit restaurant à tarifs abordables au "Puit des Anglais" (Puits sans s !) 

Petit bémol : la nouvelle bouteille d’eau vendue sur l’île, appelée « Volkanik » avait aussi un prix explosif : 3 euros ! 

 

Qu’est-ce qui justifie cette flambée de prix alors que la Réunion n’accueille pas la Coupe du Monde de Football ? 

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans Surprise !
commenter cet article
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 12:17

La semaine dernière, jour pour jour, en revenant de Grands Bois, pour éviter les sempiternels bouchons de la nouvelle RN à l’entrée de St Pierre (après le giratoire de Bassin Plat)  nous avons pensé ruser en passant par l’ancienne RN de la Cafrine , et par Terre Sainte. Mauvaise idée : là aussi,  la route était bloquée…

Personne pour nous en expliquer la raison. On attend,  on « espér » comme on dit ici, deux minutes, huit minutes… Rien ne bouge ! Très vite, nous comprenons en voyant se découper dans la foule une silhouette vert et rouge ! Un jacko ! Pas de doute, c’est une fête tamoule ! 

 

       Jacko-Terre-Sainte.JPG

 

                       Jacko-T-S.JPG

 

Comme ça risque de durer longtemps nous trouvons un chemin de traverse  pour rejoindre le lit de la Rivière D’Abord. Faut se faire une raison : les cortèges et fêtes arrêtent le temps des Réunionnais. Certains usagers de la route s’en accommodent, d’autres s’en insurgent. Le plus simple est de savoir contourner l’obstacle…

 

En insérant ces photos, j'ai réalisé que le rouge et le vert faisaient bien couleur locale : on les retrouve toujours dans les décorations "Dodo" des bars et boutiques, dans les coiffures et tenues rasta. Chez le "zacko"il manque le "zaun".

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans circulation
commenter cet article
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 00:19

... un beau projet pour cette localité !

 

En bavardant récemment avec des Palmiplainois, j’ai appris qu’un projet très intéressant avait été déposé par une équipe de candidats à l’élection municipale menée par Danio Gaze. Il s’agirait de dynamiser cette petite ville située au cœur de l’île en réimplantant des théiers. Chaque habitant qui le souhaiterait serait mis à contribution. Et ce serait le moyen d'attirer le visiteur et de lui faire découvrir l'endroit, qui trop souvent n'est qu'une étape et très rarement une destination.


« Le thé, explique-t-il, fait partie de l’histoire de la Plaine des Palmistes. »

 

projet-champs-de-the.JPG

                           plaquette du projet présenté par la liste Danio Gaze

 

Dans le livre « La Plaine des Palmistes- Le Pays de la dame au maniveau » écrit par les Jeunes de la Case à Lire, les anciens qui  témoignent évoquent cette période. Les jeunes avec le concours de Madeleine Gaze, présidente de cette association, et d’autres passionnés d’histoire locale, ont réalisé cet ouvrage édité en 2013.

 

 

Le thé à la Plaine des Palmistes : quelques témoignages

 

 

- Solange Grondin a cueilli le thé en 1961. Elle était payée 20 centimes de francs CFA le kilo de thé ramassé. P.43

- Le jour du Cyclone Jenny 28.2.1962, les fils de la famille Rochetaing qui travaillaient dans les champs de thé, à proximité de notre domicile, s’abritèrent chez nous (Julia Robert) p.48

- Le Docteur Moreau a planté du thé en quantité et a construit des cases Tomy pour les gens qui travaillaient sur ses terres, raconte Bébère Rivière, le fontainier.

 

 

Quelques dates

 

Après les premières tentatives en 1910, la culture du thé est relancée à la Réunion à la fin des années 1950. Suite à des essais concluants dans les Hauts de St André, deux cents hectares sont défrichés à la Plaine des Palmistes. Une coopérative est créée en 1962.

 

L’usine  en service depuis 1965 s’arrête de fonctionner en 1972. La production ne dépassera jamais 200 tonnes, mais elle va être concurrencée par le thé de Maurice et des Comores. Pendant trois-quarts de siècle le géranium, et accessoirement le vétiver, le thé et le tabac auront été une bouée de sauvetage pour les « pauvres Blancs » p550  Volume 2 le Grand Livre d’Histoire de la Réunion éd. Orphie

 

Et si l’aventure continuait sous l’impulsion de ces Palmiplainois convaincus  ?

 

 

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans Travail
commenter cet article
15 mars 2014 6 15 /03 /mars /2014 13:08

Les lycéens de l’établissement Pierre Poivre de Saint Joseph ont mis en scène une pièce dont le répertoire d’Edith Piaf est le fil conducteur.

 

Pour qui aime les textes de Piaf et les comédies musicales, pour qui a plaisir a rencontrer les jeunes talents, ou tout simplement a envie de passer un bon moment, trois dates à retenir :

 

- samedi 5 avril à 20h à Petite Ile : représentation tout public au Fangourin

- samedi 12 avril à 20 h à St Joseph : représentation tout public à l’auditorium H. Payet

- mardi 22 avril à 20h à St Pierre : représentation tout public à Lucet Langenier

 

 

Réservation possible 06 92 67 73 79

Participation : 10 euros (adulte) 6 euros (enfant)

 

final de Piaf tu koné

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans Musique
commenter cet article
14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 11:48

La descente de cette « quatre-voies » bordée d’arbres a souvent quelque chose de magique*. La RN plonge vers les habitations blanches de la métropole du Sud et l’océan bleu. 

En octobre, ce sont les jacarandas aux fleurs mauves qui lui font une haie d’honneur. Vers Noël, c’est au tour des superbes flamboyants rouges de lui donner un air festif. Et actuellement, en mars, ce sont les cassias  du Siam à la floraison jaune vif qui égayent cette descente

 

cassias du siam 2

 

cassias du siam

 

* abstraction faite des bouchons aux entrées de la ville qui n’ont rien de merveilleux !

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans végétation
commenter cet article
13 mars 2014 4 13 /03 /mars /2014 18:32

Dans le lagon de St Pierre, le regard des estivants est attiré par des rochers qui émergent à quelques brasses de la barrière de corail. 


P1020816

Ce ne sont pas des rochers, mais des morceaux de l’épave d’un bateau qui a fait naufrage ici le 3 mai 1897. 

 

En zoomant à marée basse, on distingue nettement non loin de ces débris de ferraille battus par les flots la forme de la chaudière… 


P1020814

 

Alain Foulonneau,  plongeur, développe remarquablement ce sujet  «  le naufrage du Bruxelles » sur une page du site plongepave.com

 

www.plongepave.com/pages/epaves-ailleurs/bruxelles-ile-de-la-reunion.html

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans océan
commenter cet article
12 mars 2014 3 12 /03 /mars /2014 13:33

On connaît l’aéroport de Pierrefonds (Saint Pierre) qui dessert le Sud de L’île, mais peu de touristes connaissent l’aéroport de Gillot situé au Nord…

Quand ils descendent à Saint Denis (ou Sainte Marie) , ils récupèrent leurs bagages à l’aéroport Roland Garros, prennent une voiture de location et rejoignent leur hébergement.

 

Et quand ils veulent repartir de la Réunion, ils hésitent sur la Route qui les mène à l’aéroport de Roland Garros et pour cause… sur la RN entre Saint Denis et Saint Pierre, deux sorties annoncent l’aéroport de « Gillot » (bien connu des Réunionnais).

panneau Gillot 1 

 

panneau Gillot 2

En fait, Gillot a été rebaptisé du nom de l’aviateur réunionnais  Roland Garros il y a deux décennies, mais on entend régulièrement les autochtones dire « Gillot »,  par habitude...

Heureusement que le troisième panneau annonce « Roland Garros ». Ouf ! nos visiteurs respirent, après les interminables bouchons, et la frayeur d’arriver au mauvais aéroport, les voilà rassurés.

 Panneau Gillot-Garros

Gillot était le nom du champ d’aviation où a atterri le premier avion en provenance de Tamatave (Madagascar), piste revêtue en 1946…

En 1994 l’aérogare a été baptisée du nom du pionnier de l’aviation Roland Garros né en 1888.

 

Cela fait donc 20 ans que l’aéroport porte son nom. Les panneaux auraient-ils plus de 20 ans ?  Ou bien les Réunionnais sont –ils encore très attachés à l’ancienne appellation "Gillot" ?  Alors pourquoi ne pas indiquer sur le même panneau « Gillot-Roland Garros » pour mieux orienter les visiteurs ?

 

 

 

 

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans circulation
commenter cet article
11 mars 2014 2 11 /03 /mars /2014 22:28

Le car zéclair tout un zistoir’. Trois jours avant de prendre ce car pour St Denis (qui ne marque aucun arrêt, à peine 1 heure de trajet, pour 7euros), nous nous rendons à la Gare Routière de Saint Pierre. Là, on nous dit qu’il est impossible de réserver, qu’il faudra venir 20 minutes avant l’heure de départ souhaitée. 


Nous faisons ce qu’on nous dit, et voilà ...malgré le respect du délai, le bus est déjà plein, faudra attendre une demi-heure supplémentaire !


car zéclair

On nous remet un billet mauve à présenter au chauffeur. D’autres ont des billets verts (c’est pour la demi-heure suivante). Il paraît que le dimanche « nana un râlé-poussé entre les voyageurs » (entendez "une bagarre") et le jeune conducteur était bien embêté pour mettre tout le monde d’accord, chacun voulant avoir la priorité.  « On pense mettre en place des cars zéclair transportant 12 personnes. Les cars actuels n’en transportent que 8 !" explique un employé.

Et il faut caser tous les bagages...

car zéclair 2

 

La solution idéale serait de pouvoir réserver en payant son dû à l’avance, comme ça cela serait bien plus gérable… Cela fait des années qu’on en parle aux employés, mais rien ne change…

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans circulation
commenter cet article
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 09:17

Non , c’est pas du gâteau, ni au sens propre, ni au sens figuré,. 

 

Au sens propre, c’est une pâtisserie légère dont la mousse a le goût de la banane. C’est à la Plaine des Cafres qu’Alain et Monique ont acheté ce délicieux dessert.

 

                                 piton-de-la-Fournaise-patisserie.JPG

 

Monter au cratère du Piton de la Fournaise, ce n’est pas du gâteau (autrement dit « ce n'est pas facile) : ça demande de l’entraînement mais aussi un équipement (chapeau, crème solaire, bouteille d’eau, Kway, vêtement chaud…) 

 

 

C’est du gâteau quand on est préparé et averti, et ça devient alors un plaisir. Ne pas oublier qu’il n’y a aucune végétation pour se mettre à l’ombre et on marche sur de gros galets ou des scories pendant plusieurs heures. Souvent, on conseille aux touristes de ne faire que l’arrêt retour dans l’enclos du  piton, pour certains c’est déjà un challenge !

 

J'ignore aussi si l'expresion "c'est pas du gâteau" pourrait être traduite "lé pas bonbon" en créole. (vu que "gâteau" se dit"bonbon" sur l'île)

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans Langue
commenter cet article