Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 octobre 2017 4 26 /10 /octobre /2017 19:23

Les vacances d’octobre se terminent dans quelques jours pour les écoliers réunionnais. Pour occuper les marmailles, les parents choisissent parfois des stages sportifs.

Il y avait foule cette semaine dans le « roller parc »,  mais tous s’amusaient et s’essayaient à des techniques sans jamais empiéter sur le tracé d’un copain.  Ici, c’était le règne des « garçons » …

Lucas a ainsi pu se familiariser avec le roller et profiter de conseils avisés d’un animateur à Saint Pierre dans un parc prévu à cet effet, non loin du Jumbo Score, à deux pas de l’océan. Une semaine très enrichissante ! Le stage était proposé par l’Association « Asphalte Roller & Skateboard »

 Roller, skate et trottinette à Saint Pierre
 Roller, skate et trottinette à Saint Pierre
 Roller, skate et trottinette à Saint Pierre
 Roller, skate et trottinette à Saint Pierre
 Roller, skate et trottinette à Saint Pierre
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans sport
commenter cet article
26 octobre 2017 4 26 /10 /octobre /2017 12:04

Le Bois de Joli Cœur (pittosporum senacia) de la famille de pittosporacées est un arbre indigène. Lors d’une visite du Piton Montvert, Quentin a livré la réponse aux randonneurs qui l’accompagnaient.

Pourquoi a-t-il cette dénomination ? Il existe plusieurs raisons : d’abord ses feuilles étaient utilisées pour se parfumer : quand on allait guincher et qu’on voulait faire le Joli Cœur, on se frottait le cou avec cette feuille pour sentir bon.

La deuxième raison serait que les grains que contient son fruit orange ont la forme de petits cœurs. La troisième serait qu’on pouvait prendre ces grains collants pour les jeter vers l’objet de ses vœux, et cela permettait de rapprocher les jeunes gens et jeunes filles…

 

 

Bois de Joli Coeur dans le Cirque de Mafate

Bois de Joli Coeur dans le Cirque de Mafate

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans végétation Langue
commenter cet article
25 octobre 2017 3 25 /10 /octobre /2017 10:30

Après une nuit passée dans les dortoirs du Gîte de Martial Gravina à la Plaine au Sable, nous sortons de nos dortoirs pour rejoindre la salle du petit déjeuner. Il fait « frais » !

Je photographie une annonce de disparition inquiétante concernant un certain Mathieu Caizergues, affichée dans la salle commune.

Après le passage de zones ombragées en forêt, il nous faut grimper. Nous sommes alertes et rapides, prêts à en découdre pour une journée qui s’annonce très sportive. Ce matin, Isabelle m’a donné une pommade anti-inflammatoire pour soulager une douleur naissante au genou.  

Au « Bord de Mars » nous sommes à 1480 mètres d’altitude. Nous avons encore 1h15 de montée jusqu’à Marla.

Nous empruntons le sentier de la Passerelle  vers Marla. Depuis la Plaine au Sable nous n’aurons mis qu’une petite heure jusqu’à la passerelle !

Une plaque rend hommage au constructeur de ce passage, un dénommé Ethève. Un sentier étroit et agréable court au milieu d’une végétation dense et variée.

L’eau coule ici, c’est le règne du songe. Ti Yab raconte que beaucoup de gens aiment pique niquer ici à cause de l’ombre, et la présence d’eau. Cette portion de chemin entre la passerelle et Marla est bucolique.

Hélène et Ti Yab s’arrêtent au gîte Ti Péi pour saluer leurs amis.

Je poursuis mon chemin et rejoins la tête du groupe déjà installée sur la terrasse du Snack Le Marla. Chez  Jimmy nous prenons un rafraîchissement avant de nous élancer vers le col du Taïbit.

Il est à peine 9 heures que déjà nous entamons la montée vers le Col du Taïbit. Nous devrions l’atteindre dans une heure trente. La montée est raide, rude. Peu de passages plats. Mais nous avons bien fait de ne pas être partis plus tard, il commence à faire bien chaud.

De rares fois nous nous retournons pour admirer le paysage, mais les arrêts valent le coup.

La vue est très dégagée, on voit La Nouvelle, la Plaine au Sable, Marla… Je commence à souffrir terriblement du genou… Tendinite ? J’y vais doucement. Mais j’appréhende déjà la descente …

Au sommet, ils sont tous là et ont déjà pris le temps de faire de belles photos du panorama incroyable : un cirque de Mafate dégagé, superbe. Je n’aurai pas le courage d’aller au belvédère, sachant ce qui m’attend dans la descente… je ménage mon articulation, j’ai atrocement mal mais serre les dents.

Tout le monde amorce cette belle descente qui est toujours un plaisir quand on peut gambader à sa guise ! Hélène, qui tient à fermer la marche,  reste avec moi mais je l’encourage à rejoindre les autres. Je prendrai mon temps et une barre de céréales. Chaque pas que je fais est douloureux, les bâtons sont d’un grand secours. J’essaye d’éviter les marches en les contournant, ces marches ne sont pas très utiles, elles sont même handicapantes. Je me désaltère souvent…

J’ai dû sous estimer mes capacités en m’inscrivant à cette diagonale de 5 jours. Mais je serai bien contente déjà d’arriver à Cilaos et d’avoir traversé le cirque de Mafate par des chemins que je ne connaissais pas encore.

Tous mes copains randonneurs sont déjà à l’îlet des 3 Salazes, pour pique niquer et boire un coup. Ferdi remonte un petit dénivelé pour me rejoindre débarrasser de mon sac à dos, geste très sympa auquel j’étais loin de m’attendre. (J’aurais préféré qu’il me débarrasse du genou endolori.)

A mon arrivée à l’îlet,  Ti Yab me prépare un efferalgan et me donne un baume GSA et par la même occasion « du baume au cœur ». Tous pensent que cela me permettra d’atténuer la douleur. Je mange une bonne salade de chou carottes offerte par les jeunes du bar, et leur achète un gâteau ti son. Eau, barre de céréale, repos… Je trouve ici une plaquette des horaires de bus venant de Gueule Rouge. A 13h23 un car passe là pour rejoindre Cilaos, j’espère pouvoir le prendre au cas où …

Tous remplissent leur gourde et les voilà repartis. Les premiers mètres me donnent de l’espoir, mais très vite je réalise qu’il va falloir continuer « ti pas ti pas » en m’appuyant sur mes bâtons. Ferdi et Jonathan font semblant de s’occuper derrière moi à prendre des photos…mais je sais qu’il ne veulent pas me lâcher… Ils seront rassurés quand j’aurai rejoint l’arrêt de bus. Pour moi, l’aventure s’arrête là. Je descends à l’arrêt des Thermes et rejoins le gîte Clair de  Lune.

Jonathan et Ferdi continueront, ils rejoignent les autres qui sont en train de descendre à la Cascade Bras Rouge avant de remonter par le sentier Porteurs vers  Cilaos. J’irai les accueillir après 15 heures !

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans randonnée sport sites et paysages
commenter cet article
25 octobre 2017 3 25 /10 /octobre /2017 08:42

Participants des "Jolis Pas" : Véronique, Isabelle, Nadine, Hélène, Jacqueline, Geneviève, Inel, Ferdinand, Jonathan, André, Ti Yab. 

Gîte Thomas Juliette à Roche Plate :  7h32, tout le monde est levé. Le petit déjeuner est pris, nous laissons une avance confortable à Geneviève qui a rejoint notre groupe de marcheurs la veille.

Nous posons avec notre hôte sur la terrasse de la maison Juliette Thomas d’où nous avons une vue superbe sur les massifs de Mafate.

Nous longeons les hautes falaises du Maïdo, passons devant l’école. Dans la cour attendent de grands sacs blancs quand soudain un hélicoptère descend à quelques mètres de nous pour récupérer un de ces sacs contenant les déchets du Grand Raid. La poussière nous chasse plus loin.

Nous marchons une demi-heure. Nous voilà à la Ravine Anny à 1120 m d’altitude. Dans trois heures nous devrions avoir rejoint Trois Roches par le GR R3. Joli panorama !

Nous prenons de l’altitude. Quinze minutes plus tard, la vue est encore plus impressionnante.

Un autre hélicoptère vient chercher des déchets. Il semble minuscule dans ce décor. Nous apprécions les zones d’ombre mais devons aussi accepter d’être brûlés par le soleil devant cette haute falaise du Maïdo. Mais tous se sont bien crémés. Et toujours sur notre droite cette haute falaise du Maïdo ...

Photos de fleurs : galaberts blancs…

Nous voilà au Plateau du Cerf à 1300 mètres d’altitude. Il ne nous reste plus que 2h30 de rando jusqu’à Trois Roches.

 

Devant nous le Taïbit que nous devons gravir pour rejoindre Cilaos, sur son flanc Marla…

La végétation se compose de brandes, fougères, bois de joli cœur…

Monde végétal, minéral … nous nous sentons privilégiés de pouvoir traverser cette nature préservée.

Arrêt chez le Tisaneur de Trois Roches où nous commandons tous une bonne citronnade. Nous bavardons avec lui et il nous montre les différentes plantes qu’il utilise mais aussi le miel qu’il produit.

Nous descendons à la cascade de Trois Roches, lieu qui est superbe mais dont l’approche a coûté des vies. Trop de promeneurs imprudents s’avancent trop près de cette chute et sont emportés.  

Nous traversons la rivière, c’est Inel qui nous trouve le meilleur passage sur les galets.

Nous posons nos sacs pour faire un pique-nique, nous reposer et nous baigner. L’eau est bien chaude.

Nous remontons le lit de la rivière rive droite et avons encore une heure de grimpette jusqu’à la Plaine au Sable.

Nous continuons jusqu’au gîte Martial Gravina. En attendant le dîner, nous faisons quelques parties de pétanque. Jolie compétition. L’air fraîchit, nous endossons nos polaires.

 

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans randonnée sport sites et paysages
commenter cet article
24 octobre 2017 2 24 /10 /octobre /2017 17:24

Nous arrivons le samedi soir 21 octobre au gîte de Juliette Thomas à l ‘entrée de Roche Plate. Nous avons coutume d’y descendre. Nous occuperons deux dortoirs : un dortoir pour les ronfleurs et un pour les non-ronfleurs.

Nous nous relayons pour prendre une bonne douche (deux douches seulement pour toute la troupe), -l’eau est chaude- certains (dont moi) s’allongent sur leurs lits avant le repas du soir, d’autres montent à la boutique boire du rhum faham et bavarder avec les gens du pays. Nous mangeons dans la  grande salle située à côté de nos chambres.

Quatre jeunes se joignent à nous. Un couple d’assistants du raid a fait une mauvaise expérience et s’est retrouvé sans gîte … et pour cause : ils avaient réservé le Gîte de « Roche Plate » (près de St Joseph) croyant réserver un gîte à « Roche Plate » à Mafate… Ils cherchaient vainement le gîte d’une certaine Mme Morel. Finalement ils ont été accueillis à Mafate et ont pu y manger… Soulagement ! Ils nous racontent leur expérience dans l’assistance du Grand Raid : épuisement, blessures, écoeurement de certains coureurs, vomissements, difficulté à  reprendre la route ! Heureusement que les bénévoles étaient là pour leur porter assistance…

Nous avons pu voir le soir de notre arrivée, de la terrasse du gîte,  un hélicoptère venu chercher un sportif. Les autres ont dû reprendre la route  vers le Maïdo à pied… dans un état indescriptible !

Le repas

Nous goûtons en apéritif du rhum ananas et du rhum cerise préparés par M. Thomas. Le maître de maison est très sympathique et souriant.

Les copains de rando apportent les biscuits salés et cacahuètes.

Nous avons droit à une bonne salade en entrée et à un succulent et copieux cari poulet avec riz et grain, et en dessert nous mangeons du gâteau. Il est neuf heures quand nous nous couchons après une journée bien remplie.

MAFATE - Au Gîte de Roche Plate : chez Juliette THOMAS
MAFATE - Au Gîte de Roche Plate : chez Juliette THOMAS
MAFATE - Au Gîte de Roche Plate : chez Juliette THOMAS
MAFATE - Au Gîte de Roche Plate : chez Juliette THOMAS
MAFATE - Au Gîte de Roche Plate : chez Juliette THOMAS
MAFATE - Au Gîte de Roche Plate : chez Juliette THOMAS
MAFATE - Au Gîte de Roche Plate : chez Juliette THOMAS
MAFATE - Au Gîte de Roche Plate : chez Juliette THOMAS
MAFATE - Au Gîte de Roche Plate : chez Juliette THOMAS
MAFATE - Au Gîte de Roche Plate : chez Juliette THOMAS
MAFATE - Au Gîte de Roche Plate : chez Juliette THOMAS
MAFATE - Au Gîte de Roche Plate : chez Juliette THOMAS
MAFATE - Au Gîte de Roche Plate : chez Juliette THOMAS
MAFATE - Au Gîte de Roche Plate : chez Juliette THOMAS
Repost 0
24 octobre 2017 2 24 /10 /octobre /2017 16:15

Durée : 7 heures (repos compris, pour bons marcheurs) Distance (19 km) Difficile

Participants : Ferdinand, Inel, Isabelle, Nadine, Véro, Ti Yab, Hélène, Jonathan, André, Jacqueline

Club de Rando : Jolis Pas - Circuit "La Diagonale des Sages 2017"

 

Après avoir été déposés dans la forêt de Sans Souci par notre bus, - qui a du mal à manœuvrer à cause des embouteillages liés au Grand Raid – nous, les dix marcheurs de l’Association des Jolis Pas,  amorçons la grimpette vers la canalisation des Orangers. Le soleil est déjà haut dans le ciel et il fait très chaud. La montée est escarpée, nous voilà au début du sentier à 740 m d’altitude. Le panneau annonce 3h jusqu’au Captage (croisement Lataniers-Orangers) (Photo 1)

Nous commençons à marcher sur un sentier ombragé, nos sacs à dos qui étaient pesants dans la montée, le semblent  moins… (Photo 2)

Nous mettrons bien moins de temps que prévu. L’équipe est entraînée. Ceux qui connaissent moins ce sentier s’arrêtent plus souvent que les autres pour faire des photos et admirer les points de vue fabuleux sur la Rivière des Galets, la Plaine des Chicots, le Bras Ste Suzanne… (Photos 3-4)

Au bout d’une heure de marche nous voilà près d’un endroit où a eu lieu un glissement de terrain, la zone est sécurisée (Photo 5)  Certains passages nécessitent un peu de prudence pour ne pas glisser sur les pierres humides (Photo 6) Voilà qu’on distingue au loin Roche Plate. (Photo 07)

Nous traverserons un petit tunnel creusé dans la roche. Nous nous arrêtons de temps à autre pour nous désaltérer, nous avons emporté de grandes bouteilles d’eau, elles sont déjà bien entamées. (Photo 08)

Cet étroit sentier creusé dans la roche, à flanc de falaise pour l’aménagement d’une canalisation est souvent très exposé, parfois il faut se méfier des morceaux de ferraille qui affleurent, sur la fin du parcours on marche aussi sur les tuyaux qui affleurent. Le bruit de l’eau qui clapote dans des cuves jalonnant le parcours agrémente ce circuit. (Photos 09-10-11)

Le tec tec est aussi là pour nous tenir compagnie. (photo 12).

Depuis notre chemin nous apercevons l’îlet des Lataniers et l’îlet des Orangers. Mais nous n’y descendrons pas. (Photo C13)

Ai bien fait de me coiffer de mon chapeau vietnamien, il protège bien du soleil, es tléger et permet de m’éventer de temps à autre. (Photo C14)

Hélène qui ferme la marche s’arrête pour nous nommer les montagnes qui apparaissent sur notre gauche et devant nous. Dans la paroi que nous continuons à longer, elle aperçoit les formes de nos amis randonneurs qui ont pris une avance confortable. (Photo 15)

Après le captage, nous en avons fini avec la canalisation et il nous faut escalader un bon dénivelé. Du captage des Orangers situé à 775 m, il nous faut monter des marches, traverser des pierriers, pour atteindre un col situé à 1293 mètres, le Col de la Brèche. Il fait une chaleur écrasante, les efforts fournis pour franchir ce dénivelé sont importants. (Photos 16-17)

Voilà plus de six heures que nous marchons déjà quand nous apercevons un point de contrôle du Trail de Bourbon situé au Col de la Brèche ! (Photos 18 -19)

Les coureurs montent de Roche Plate, la plupart sont exténués, aucun ne court plus. Beaucoup d’entre eux n’imaginaient pas en s’inscrivant à ce challenge, ce qui les attendait. Nous leur souhaitons bon courage ! Il leur faut au moins remonter jusqu’au Maïdo, même s’ils veulent s’arrêter. Pour sortir du cirque de Mafate, il faut qu’il continuent leurs efforts pour monter… Quant à nous, nous entamons la descente vers Roche Plate où nous dormirons cette nuit. (Photos 20-21)

Nous continuons à croiser des sportifs et sportives et les appelons par leurs prénoms pour les encourager.  Nous arrivons au Gîte de Juliette Thomas vers 15 heures ! Pas trop tôt. Nous avons parcouru 19 km et avons dans les jambes des centaines de mètres de dénivelé positif et de dénivelé négatif. Après une bonne douche, repos mérité !

Randonnée à Mafate  1er jour : De Sans Souci à Roche Plate par La Brèche
Randonnée à Mafate  1er jour : De Sans Souci à Roche Plate par La Brèche
Randonnée à Mafate  1er jour : De Sans Souci à Roche Plate par La Brèche
Randonnée à Mafate  1er jour : De Sans Souci à Roche Plate par La Brèche
Randonnée à Mafate  1er jour : De Sans Souci à Roche Plate par La Brèche
Randonnée à Mafate  1er jour : De Sans Souci à Roche Plate par La Brèche
Randonnée à Mafate  1er jour : De Sans Souci à Roche Plate par La Brèche
Randonnée à Mafate  1er jour : De Sans Souci à Roche Plate par La Brèche
Randonnée à Mafate  1er jour : De Sans Souci à Roche Plate par La Brèche
Randonnée à Mafate  1er jour : De Sans Souci à Roche Plate par La Brèche
Randonnée à Mafate  1er jour : De Sans Souci à Roche Plate par La Brèche
Randonnée à Mafate  1er jour : De Sans Souci à Roche Plate par La Brèche
Randonnée à Mafate  1er jour : De Sans Souci à Roche Plate par La Brèche
Randonnée à Mafate  1er jour : De Sans Souci à Roche Plate par La Brèche
Randonnée à Mafate  1er jour : De Sans Souci à Roche Plate par La Brèche
Randonnée à Mafate  1er jour : De Sans Souci à Roche Plate par La Brèche
Randonnée à Mafate  1er jour : De Sans Souci à Roche Plate par La Brèche
Randonnée à Mafate  1er jour : De Sans Souci à Roche Plate par La Brèche
Randonnée à Mafate  1er jour : De Sans Souci à Roche Plate par La Brèche
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans randonnée sport
commenter cet article
20 octobre 2017 5 20 /10 /octobre /2017 11:33

L’Association de Grand Bois a initié une activité « réalisation de fanions » à l’Office du Tourisme le 19 octobre pendant quatre heures. Au préalable, avec  les animateurs Janick, Robert, Nicole je me suis entraînée pour pouvoir dispenser de précieux conseils aux intéressés

Pendant plusieurs heures, l’atelier a connu une grande affluence (une trentaine d’enfants et une quinzaine d’adultes). Mô, la spécialiste,  avait pris soin de préparer un tas de pochoirs, des peintures et pinceaux,  mis à la disposition des « créateurs » mais chacun y a mis une touche personnelle… Une fillette a personnalisé son drapeau avec un pochoir de coureur a ajouté le numéro de dossard du tonton qui faisait la course, ou d’autres comme Julien y ont inscrit des encouragements pour leur papa. Une belle après-midi ! Un bon moyen aussi de meubler l’attente avant le départ des coureurs !

Vers 19 heures, l’association a rejoint son stand en face de Be Lounge pour y expliquer le tressage du vacoa, montrer un jeu lontan, maquiller,   et exécuter plusieurs danses de son répertoire dont le fameux « quadrille créole », (pas évident avec la concurrence de la sono des danseurs Zumba qui résonnait à deux pas).

De leur place, les membres de l’Association ont pu assister au défilé des groupes de musique, de danses, d’échasses, de miss…

Puis avec difficulté, ils ont eu du mal à s’imposer de part et d’autre de la route pour créer cette haie d’honneur avec les fameux fanions, haie destinée à accueillir les participants de la course.  A repenser !

N’empêche que tous ont passé un très bon moment ! A onze heures tous ont partagé dans la convivialité un repas avant de démonter le stand.

Pêcheurs Golet sur tous les fronts pour le départ du Grand Raid
Pêcheurs Golet sur tous les fronts pour le départ du Grand Raid
Pêcheurs Golet sur tous les fronts pour le départ du Grand Raid
Pêcheurs Golet sur tous les fronts pour le départ du Grand Raid
Pêcheurs Golet sur tous les fronts pour le départ du Grand Raid
Pêcheurs Golet sur tous les fronts pour le départ du Grand Raid
Pêcheurs Golet sur tous les fronts pour le départ du Grand Raid
Pêcheurs Golet sur tous les fronts pour le départ du Grand Raid
Pêcheurs Golet sur tous les fronts pour le départ du Grand Raid
Pêcheurs Golet sur tous les fronts pour le départ du Grand Raid
Pêcheurs Golet sur tous les fronts pour le départ du Grand Raid
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans association sport
commenter cet article
19 octobre 2017 4 19 /10 /octobre /2017 09:48

Le 13 octobre 2017, Augustin, gramoun de Grand Bois, s’en est allé, après une pénible maladie. Sa petite case où se retrouve souvent sa grande famille semble désormais vide, mais est toujours empreinte de son aura.

Augustin travaillait autrefois à l’usine sucrière de Grand Bois, où il était jardinier. Il exerçait son métier dans la cour de M. Adam de Villiers.

Très discret, Augustin, l’époux de Renée, appréciait son petit chez-soi et la compagnie de ses enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants, une descendance nombreuse qu’il a eu à cœur d’inviter l’an passé autour de lui  pour fêter un très bel anniversaire de mariage.

Mes pensées vont aujourd’hui à toute sa charmante famille, que j’ai eu la grande chance de rencontrer.

 

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans Des hommes...
commenter cet article
18 octobre 2017 3 18 /10 /octobre /2017 20:53

 Le latanier rouge, ou "latanier bourbon", arbre endémique de la Réunion,  allait disparaître et grâce à la sensibilisation des autorités au problème – des associations les avaient alertées - des projets de replantation ont été engagés ces dernières années.

Mais les personnes qui tressent sa feuille, quant à elles sont de plus en plus rares. Mon amie René, qui habite près de Bassin 18, à Grand Bois, a dans son jardin des lataniers et continue à préparer des tresses pour confectionner des « capelines » ou des « tentes ».

Récemment, elle a réalisé avec le concours de sa fille (pour les finitions) une corbeille pour y mettre la marmite de riz.

Le tressage de ces feuilles tendres est plus facile que celui du vacoa. 

Tresser la feuille latanier, tout un art !
Tresser la feuille latanier, tout un art !
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans artisanat
commenter cet article
18 octobre 2017 3 18 /10 /octobre /2017 18:47

Ils arrivent en masse à Saint Pierre, les milliers de sportifs inscrits au Grand Raid et au Trail de Bourbon. Des parkings leur sont réservés dans la Ravine de La Rivière D’Abord, près de l’Hôtel de ville…

C’est la galère pour les habitants de la localité et ceux qui y travaillent. La municipalité n’a pas encore pris la mesure de la nécessité de mieux organiser la circulation des usagers. A quand les parkings à étages ou des navettes régulières destinées à désenclaver  le centre ville ?

Pour les bénévoles, c’est aussi un calvaire : apporter des enceintes sur la place où l’association va de danser relèvera demain du parcours du combattant… La ville est paralysée : ça bouchonne !

Sur la Place de l’Hôtel de Ville où on vérifie l’inscription et  récupère les dossards, il faut patienter. Mais les sportifs sont fairplay. On leur donne des sacs jaunes qu’on croit bien remplis à la fin de leur parcours dans une allée qui leur est réservée. J’ai eu beau essayer de m’y glisser – dans les allées, pas dans les sacs- pour faire des photos, mais le cordon de sécurité n’a pas été complaisant,  la consigne, c’est la consigne, eh oui ! plan Vigipirate…

Un coureur me confie qu’on ne leur donne pas grand chose si ce n’est du pâté et d’autres bricoles comme des porte-clefs clignotants... Dans la plupart des stands où ils passent les produits sont payants… Les queues sont longues. Le soleil est de la partie et les bavardages vont bon train. On fait connaissance, on se retrouve avec des coéquipiers… On patiente, la queue est longue.

Mais l’ambiance est bon enfant : on est détendu, sur un podium où résonne en continu une musique, on propose des jeux, on se fait photographier… Non loin de là on peut acheter des t-shirts et autres objets avec les logos du 25e  Grand Raid de la Réunion.

La Protection Civile a mobilisé 70 personnes pour encadrer cette course. Demain, la plupart seront emmenés en hélicoptère dans le cirque de Mafate.

Dans un stand, on accueille les coureurs pour leur proposer des navettes gratuites desservant plusieurs villes de l’île pour les amener au départ de leur course. La mascotte de « Team Gaspar » est là aussi pour motiver les troupes.

Tous sont motivés. Un bénévole présent sur le site me dit en souriant : le 2e jour plus de la moitié auront abandonné… il avance un chiffre : 1600 sur 2400 !  Peut-être, mais les meilleurs seront au rendez-vous à Saint  Denis !

Départ demain soir à 21H 30  ! Bonne chance à ceux qui veulent assister à ce grand moment … préférez le covoiturage  ou venez de bonne heure, la ville risque d ‘être paralysée.

Effervescence la veille du Grand Raid à Saint Pierre !
Effervescence la veille du Grand Raid à Saint Pierre !
Effervescence la veille du Grand Raid à Saint Pierre !
Effervescence la veille du Grand Raid à Saint Pierre !
Effervescence la veille du Grand Raid à Saint Pierre !
Effervescence la veille du Grand Raid à Saint Pierre !
Effervescence la veille du Grand Raid à Saint Pierre !
Effervescence la veille du Grand Raid à Saint Pierre !
Effervescence la veille du Grand Raid à Saint Pierre !
Effervescence la veille du Grand Raid à Saint Pierre !
Effervescence la veille du Grand Raid à Saint Pierre !
Effervescence la veille du Grand Raid à Saint Pierre !
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans sport
commenter cet article