Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 08:44

Avant l’arrivée de la « Fée Electricité », les Réunionnais avaient coutume de s’éclairer à l’aide de lampes de fortune : on prenait par exemple une bouteille dans laquelle on versait du pétrole, puis on y trempait une mèche qui passait dans un système posé sur le goulot, système qu’on appelait « bobèche ». On disait qu’on s’éclairait à la bobèche*… 

                        P1060578 

Comme le pétrole était cher, les familles dînaient avant le coucher du soleil (économie oblige...). On faisait ses devoirs à la lueur de ce maigre filet de lumière. La combustion du pétrole qui émettait une fumée puante, noircissait les murs, les plafonds, et le matin quand on se mouchait, c’était « noir » aussi, explique Jean Paul Abriel.

Félicia Payet, une habitante de l’Entre-Deux m’a confié hier après-midi, que dans sa jeunesse, elle s’était abîmé les yeux en brodant « les jours de Cilaos »  à la lueur de ces bobèches.

 * Là encore, on assiste à un glissement de sens. En réalité « la bobèche » était un disque qui récupère la  cire des bougies, mais aussi ce morceau de tube cylindrique  par lequel on passe la mèche et qui est cerné par un disque plat.

 

Partager cet article

Repost0
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 20:49

Jean Paul, enfant de Grand Bois, conserve depuis de longues années tout ce qui parle du passé : sa petite case est devenue un vrai musée.

C'est donc bien renseigné par Josie, membre active de Pêcheurs Golet, que l’Office Municipal des Sports de St Pierre organise un déplacement chez notre collectionneur avec deux groupes (des petits et des adolescents) pendant ces vacances.

P1060586

Pendant deux heures, Jean Paul accueille une quarantaine d’enfants et leur explique l’usage et l’histoire des spécimens qu’il a rangés sur les étagères ou accrochés aux murs. C’est tout un bric à brac d’objets hétéroclites qu’il passe en revue : du clairon au caro (fer à repasser) en passant par des bouvets, guillaumes, varlopes (outils du menuisier), des appareils photo, tourne-disque, radio, des bouteilles, des marmites trois pieds, des bidons de lait… Les jeunes sont fascinés par l’éclairage lontan, le phonographe, la toupie, demandent des explications quant à leur fonctionnement. Ils restent dubitatifs devant le projecteur de diapos (encore une époque que toute cette génération ne connaît pas !)

Nicole, l’épouse de Jean Paul qui partage  la même passion l’accompagne dans les brocantes pour compléter leur collection.

Elle montre aux groupes une ceinture réalisée avec des bouchons de bouteilles, ainsi que  des cahiers de classe d’autrefois, comme ce cahier de 6e où sont collées des broderies, dont le texte manuscrit explique les points.

P1060590

Les enfants sont aussi fascinés par le lancer de toupie, et le jeu du cerceau qu'on pousse avec un manchon terminé par une boîte de sardine incurvée...

 

A l’issue de la visite sur la varangue, tout le groupe assiste à la torréfaction à l’ancienne de pistaches (cacahuètes). S’improvisant pâtissier, le maître de maison prépare un caramel qu’il mélange aux pistaches pour confectionner de la « colle pistache». Le mélange refroidi est découpé et offert aux visiteurs.

P1060622

Puis on propose également à tout ce petit monde de goûter le « sirop la cuite »,  des pommes latanier au sirop, ou encore du sirop tamarin.

P1060629

Après avoir fait un tour par le petit bassin où flottent deux barques lontan, et remercié leurs hôtes, les groupes et leurs animateurs quittent l’endroit, satisfaits de ce passage dans la caverne aux objets lontan.

P1060642

Partager cet article

Repost0
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 16:37

 

Si les propriétaires aiment vendre leur terrain, d’autres préfèrent le rentabiliser en y aménageant un potager*. Et ces derniers ne rechignent pas à la tâche.

 En me promenant un soir, à Trois Mares,  avec ma voisine Micheline , j’ai découvert un quartier tranquille, un de ceux où on rencontre parfois des gens très sympathiques qui s’arrêtent de travailler pour bavarder avec vous.

Ainsi, jeudi dernier en remontant une rue parallèle au  Chemin Mondon, nous avons croisé un monsieur qui s’occupait d’une immense parcelle où il avait planté toutes sortes de légumes. L’homme y est tous les matins et tous les soirs.

                       P1060506

Etonnée par la beauté de ses salades par ce temps de sécheresse, j’ai eu l’explication : le jardinier a installé un arrosage enterré.

Le potager était magnifique : là étaient plantés des tomates de plein champ, de superbes laitues, du  thym, des oignons verts, du chou, du songe… Pas une mauvaise herbe ! Un alignement parfait.  On aimerait pouvoir venir là faire son marché.

 

*potager : trois définitions...

- jardin de légumes

- un copain de Ti Yab .... (pote âgé)

- en créole, le potager était un « fourneau à charbon à plusieurs feux », le mot serait tombé en désuétude comme son objet

Ai trouvé cette dernière définition très surprenante dans « le Piment des mots créoles » de  J. Albany 

P1060507 P1060505

 

Partager cet article

Repost0
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 10:39

Réponse 1 : Les trois oiseaux endémiques de la Réunion sont par exemple le tuit-tuit, le tec-tec, le pétrel de Barau.

( l'oiseau -la-vierge, le merle pays, l'oiseau vert, le pétrel de Bourbon, la papangue sont également endémiques)

Réponse 2 : le caméléon a cinq doigts

Réponse 3 : L'endormi change de couleur

Réponse 4 : Le tuit-tuit niche dans les hauts, (dans la forêt de Roche Ecrite)

Réponse 5 : On soigne les tortues à Kélonia

Réponse 6 : Le paille en queue mange des poissons

Réponse 7 : le merle maurice, ou bulbul condé est l'oiseau dévastateur de cultures

Réponse 8 : le cochon d'inde est l'intrus

Réponse 9 : le seul rapace de la Réunion est la papangue

 

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 10:00

Toujours au Miel Vert, cette fois-ci  au Stand de la Région, deux charmants animateurs nous ont proposé de remplir un formulaire sur l’environnement.

                            Miel Vert stand de la Région

Nous nous sommes appliqués et avons répondu à la dizaine de questions.

Comme nous étions incollables, nous avons eu droit à des t-shirts, des casquettes et des crayons et des porte-clés…

 

A vous de jouer :

1. Citez trois oiseaux endémiques de la Réunion.

2. Comment de doigts  le caméléon possède-t-il ?

3. Quelle est la particularité de l’endormi ?

4. Où niche le tuit-tuit ?

5. Quel nom porte le  Centre de soins des Tortues ?

6. Que mange le paille en queue ?

7.  Quel oiseau  portant une huppe représente une menace pour les cultures  ?

8. Parmi ces animaux lesquels ne vivent pas à l'état naturel sur l'île : le tangue, le cochon d'inde, la caille ?

9. Quel est le seul rapace de la Réunion ?

 ( je ne me souviens plus de la 10e)

 

Comme la manifestation se termine et que notre intention n’est pas de tricher, je vous livrerai les réponses exactes demain …. Jusque là, vous avez le temps de vous renseigner.

Partager cet article

Repost0
13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 11:16

Dans le gymnase, sur la place, de nombreux stands proposent des produits locaux.  

 

Une exposition intéressante présente les légumes lontan ( pipangaille, cambar blanc et cambar mauve, calebasse longue, conflore, arrow-root, le ti pois dragée, le pois de sabre, le pois manioc – ou patate cochon-, la hoffe – ou pomme en l’air-…) ainsi que des plants d’arbres fruitiers  comme les « tomates- arbustes. »

 

                                        Miel Vert Expo de fruits et légumes


Un exposant vend un mousseux inédit : à l’ananas, au goyavier…

 

                                         Miel Vert mousseux aux fruits

Les apiculteurs sont là aussi avec une variété incroyable de miels. Les visiteurs en profitent pour acheter des fruits (mangues, pommes, citrouilles, ananas…)  ou des légumes. 

 

 

            Miel Vert stand de fruits et légumes

 

Petit arrêt  gourmand au stand de pâtisserie, où sont entassés une foule de petits gâteaux rectangulaires  dont la base est le manioc ou la patate ( patate douce) On y trouve gâteau manioc, patate au chocolat, pâté créole, patate letchi, patate ananas,  le gâteau bananes et même le gâteau pimpin ( fait à partir du fruit du vacoa). Il faut que j’en goûte, allons donc. Finalement, c’est pas mauvais,  c’est compact, un peu acidulé. Une saveur particulière à connaître.

                                                                       Miel Vert stand de pâtisseries 2

Partager cet article

Repost0
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 13:52

 Au "Miel Vert" sont exposés des voitures, des engins de chantier et des machines agricoles. C'est dans ce dernier espace, consacré aux engins agricoles, que nous attarderons quelque temps.

 On y découvre du beau matériel, tout neuf, qu’on peut louer ou acheter.

Un exemple :

Prix d’un tracteur New Holland  T5060  106 CV : 61000 euros (prix de vente spécial Miel Vert, on ignore si c'est TTC ou HT) Coût de la location annuelle 8628,33 Euros Hors Taxes

Miel Vert engin agricole 2

Tracteur Kubota... François achète s'il gagne au loto !

Miel Vert engin agricole 5

 A voir aussi les coupeuses de canne : ainsi, ce Kubota avec un bras équipé d’une lame est un prototype permettant de couper la canne à la base. …Et de sonner le glas de la coupe manuelle.

 Miel Vert engin agricole 1 

« Une coupeuse accomplit généralement le travail d’au moins 4 à 5 coupeurs. Par rapport au coût d’achat et de fonctionnement du matériel, il faut calculer le tonnage qu’il est nécessaire de couper quotidiennement pour aboutir à un coût de revient moins onéreux que la coupe manuelle » explique-t-on sur un site de vente concernant ce produit.

Partager cet article

Repost0
11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 16:33

Jolie sortie avec des enfants, mais prévoir vêtement chaud si on vient du littoral : dans les Hauts il fait plus froid...

Dans des hangars spécialement aménagés, le visiteur peut découvrir ou faire découvrir à ses enfants les animaux qu’il n’a pas forcément la chance de voir près de chez lui.

 Si les coqs, les poules, les oies et les canards, vivent dans tous les quartiers, et nous sont familiers  (ne serait-ce que par leurs caquètements permanents et leurs chants intempestifs)  il n’en est pas de même pour d’autres bêtes.

P1060463.JPG

      Le Miel Vert, c’est l’occasion rêvée de regarder les moutons bien tondus et de découvrir par exemple leurs prénoms. C’est l’année du B, et certains ovins portent des prénoms comme « Blanche, Blini, Bobine, Boom, Brandy, Brioche… »

                   Miel Vert moutons

Les cabris font aussi partie du paysage, mais on les rencontre fortuitement au détour d’un chemin, quand un berger les emmène paître. Or là, à la Plaine des Cafres, on peut les approcher et admirer leurs cornes, les regarder dormir sur la paille ou mâcher le foin qu’ils arrachent aux râteliers.

                    Miel Vert cabris

 

Toujours impressionnants les cochons ! Les truies couchées sur le flanc, non loin des porcelets roses agglutinés dans le même coin sont une attraction.

 Miel Vert cochon Miel Vert porcelets

Et là aussi, on peut s’approcher des « porcs la kour » autrement dit les porcs de la cour, des bêtes noires, qui rappellent les cochons de Corse.

 MIel Vert enfants devant Cochons la kour

Miel Vert cochons la kour Miel Vert cochons la kour 2

Ce qui fait toujours plaisir aux marmailles, c’est de regarder les poussins au doux duvet qui piaillent dans leur vitrine ou dans le parc.

Miel Vert enfants devant poussins 

Dans l’étable des bovins, nous n’avons aperçu que quelques spécimens, vraisemblablement que leurs propriétaires préfèrent les laisser paître au grand air. 

Miel vert bovins 2Miel Vert bovins

Quelques chevaux font aussi partie de l’exposition.

N'hésitez pas à y faire un tour...

tour de manège aussi, pourquoi pas ... 

Partager cet article

Repost0
11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 10:47

Chaque année se tient à la Plaine des Cafres une manifestation destinée à faire connaître le monde agricole de l’île. Cette fête qui se déroule toujours à la mi-janvier draine un monde fou : si la plupart des visiteurs convergent vers les manèges, podiums, stands de spécialités locales, étables, engins agricoles, d’autres -comme nous- y vont pour assister à des conférences.

 Janice Minatchy, la conférencière de la  FDGDON (Fédération Départementale des Groupements de Défense contre les Organismes Nuisibles) , malgré le sujet qu’elle présentait, n’a pas eu l’auditoire que méritait une telle prestation. Dans le gymnase du Miel Vert, devant  quelques rares personnes disséminées sur les gradins, Mme Minatchy a commenté un diaporama sur la manière d’observer et de soigner les plantes.

                              FDGDON

Une partie importante de cet exposé était consacrée au diagnostic qui permet de mettre en oeuvre une prévention efficace : par exemple, il faut penser à nettoyer les outils de jardin, ramasser les fruits abîmés par les mouches,  éloigner les déchets végétaux atteints, ne pas fragiliser les plantes par l’abus de produits phytosanitaires. Le fait de doubler les doses de ces produits accroît la résistance des plantes aux parasites. L’usage de ces produits peut aussi détruire des insectes importants pour la survie des végétaux, comme l’abeille (qui pollinise) ou la coccinelle noire ( qui dévore les pucerons, les cochenilles.) Il  faut préférer les traitements naturels. Par exemple pour éloigner la mouche du fruit, penser à installer dans les arbres des appâts jaunes (bouteilles ou panneaux) sur lesquels on applique de la colle...

Avec elle, nous avons aussi évoque le problème du bulbul condé ou "merle maurice", cet oiseau dévastateur. Là aussi la Fédération Départementale intervient en proposant des pièges. La spécialiste nous apprend que la chasse aux oiseaux est ouverte de la mi-juin à la mi-août. Même en dehors des périodes de chasse, attraper le bulbul condé est autorisé.

La FDGDON propose ses services aux entreprises et aux particuliers pour les aider à lutter contre les nuisances : examen des plantes attaquées, intervention d'un "médecin des plantes" sur les lieux, fiches techniques...

Pour en savoir davantage, allez sur le site de la FDGDON


Partager cet article

Repost0
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 17:57

Comment confectionner une capeline en vacoa ?

D’abord, se familiariser avec la technique de la tresse. Il existe une variété incroyable de tresses. On compte celles qui ont 3 brins, quatre, cinq ou six brins… On peut réaliser les chapeaux avec la tresse à dents mais aussi avec la tresse à 6 brins. Il faut confectionner une dizaine ou une douzaine de brassées (12 mètres) de tresses pour confectionner un capeline. 

P1060284

Pour le montage, c’est une affaire de spécialiste. Au Club de tressage « Tress' eknou » de Grand Bois, c’est Marie – Rose et Lucette qui s’y attellent, ce sont des expertes ! Mais si on veut apprendre, il faut se lancer au risque de devoir démonter pour se perfectionner.

P1060280 P1060283

On peut assembler les tresses avec du vacoa, ou du sisal. On commence par le haut, on forme d’un escargot en cousant méthodiquement. L’aiguille doit être longue et solide. Il faut demander en mercerie une aiguille pour « coudre la paille ».

C’est un travail de longue haleine pour les débutantes. Mais c’est en faisant des erreurs qu’on progresse. Parfois, on est surpris du résultat : on comptait avoir un chapeau avec un large bord et on obtient un "chapeau cloche"... Pourquoi pas ?

P1060291

Et tiens, si on relevait les bords ? Voilà le résultat... Pour une première, avouez que c'est pas mal...

P1060435 

Ensuite, on peut décorer sa "capeline" avec un ruban ou une rose de bois…ou d’autres fleurs sèches. 

"A la Réunion, pays du soleil ardent, la capeline n'est pas l'apanage d'une classe sociale. Elle est indispensable à toutes les femmes aussi bien pour aller au bazar, qu'à la messe, à la promenade ou aux champs.." peut on lire dans le Piment des mots créoles de Jean Albany.

Quant à moi, je l'ai étrennée pour la première rando de l'année au Bras de la Plaine. Une bonne idée... pour se protéger des rayons brûlants de cette journée.

Partager cet article

Repost0