Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 janvier 2016 6 02 /01 /janvier /2016 21:15
Le temps des souhaits...

A vous tous, mes fidèles lecteurs du blog, ma famille, mes amis, à tous ceux qui me donnent envie d'écrire et de partager !

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem
commenter cet article
2 janvier 2016 6 02 /01 /janvier /2016 13:36

Un jour, je remonte la Rue Surcouf, à Trois Mares, quand un arbre aux petits fruits noirs attire mon regard.

La propriétaire du jardin créole voit mon intérêt pour l’arbre et me précise qu’il s’agit là de « cerises du Brésil ». Et elle me propose aussitôt d’y goûter. La voilà en train de se mettre en quête d’une poche (sachet), de se diriger vers les fruits et de m’en cueillir plusieurs poignées…

Elle ajoute qu’ils avaient bien taillé le pied l’an passé, raison pour laquelle vraisemblablement il donnait autant de cerises. Elles mûrissent de décembre à mars.

Quelle charmante rencontre ! Et les fruits étaient délicieux, juteux, un goût de cerise effectivement !

Cerises du Brésil offertes gentiment...
Cerises du Brésil offertes gentiment...
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans fruits de la Réunion
commenter cet article
2 janvier 2016 6 02 /01 /janvier /2016 12:43
L’île « aux requins » caricaturée par Jace.

Jace fait preuve d’humour ! En passant dans une rue du Tampon, en voiture, je n’ai pas eu trop le temps de m’attarder sur le dessin reproduit sur un mur, et je pensais avoir vu "un gouzou sur un œuf sur le plat".

Mais, un jour, en allant au marché à pied, j’ai revu ce graphisme, m’en suis approché alors qu’il n’était pas sur ma route et ai pris le temps de le photographier et de l’observer !

Encore une fois, j’ai trouvé cette caricature éloquente. Un beau pied de nez à tous ces journaux qui se gavent de faits divers à sensations et qui donnent une image catastrophée de la Réunion… Jace fait mieux, il grossit l’événement et s’amuse de la peur suscitée.

Chez ce peintre du quotidien, on a l’impression que notre belle île se résume à un petit caillou sorti d’une noix de coco. Et que le gouzou, représentant ici l’habitant de la Réunion, est un homme perplexe, assailli de toutes parts par des requins voraces, et dont la planche de surf n’est plus d’aucune utilité.

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans océan
commenter cet article
31 décembre 2015 4 31 /12 /décembre /2015 13:07

L’île de la Réunion en deux ans s’est métamorphosée au point où on hésite à partir de chez soi de peur d’être prisonnier dans les bouchons.

Le lobby automobile continue de faire des dégâts. Déjà dans certains guides touristiques en 2008 on signalait l ‘asphyxie progressive de l’île. Et la Route des Tamarins a certes amélioré la circulation sur le littoral, mais... là où on mettait 1 heure pour aller à Saint Denis- en 2012- aujourd’hui il faut compter 1h30 !

On importe toujours autant de véhicules. J’ignore si mes chiffres sont exacts (on parle de 5000 véhicules par an).

Un commerçant de 83 ans de la Rue des Bons Enfants de Saint Pierre me confiait la semaine dernière : « C’est infernal à Saint Pierre, il y a de plus en plus de voitures, en deux ans, on dirait que leur nombre a doublé. Dans certaines familles on a 8 voitures, on en utilise et 4 restent dans la cour. Chacun veut son auto. » Eh oui, ici la voiture est symbole de pouvoir, de réussite sociale, de liberté… mais où est la liberté quand tu dois te lever une heure plus tôt pour aller au travail et revenir une ou deux heures après l’heure de pointe ? Le Réunionnais passe un temps fou sur les routes et ça empire de jour en jour ! Dans certaines îles de métropole on a trouvé des solutions. Pourquoi ce ne serait pas possible à la Réunion ? Au nom de la sacro-sainte liberté ? ou tout simplement au nom du fric… qui enrichit une toute petite frange de la population, bien vue par les politiques locaux ? Une collusion ?

Ces propos n’engagent que moi mais sont partagés par de nombreux usagers de la route. Il faut aussi changer les mentalités et multiplier les occasions de covoiturer…

Imaginons « ces lendemains qui ne chanteront «pas » : une nouvelle route du littoral sur mer où tous les véhicules seraient bloqués parce que Saint Denis sera toujours un goulet d’étranglement ! Je vois déjà l’image…
Voilà mon vœu pour 2016 et pour la Réunion : halte à l’importation irraisonnée de voitures ! Bonne Année !

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans circulation
commenter cet article
31 décembre 2015 4 31 /12 /décembre /2015 09:47

Le prix des letchis varie… La veille de Noël, on les trouvait pour 1 euro le kilo et voilà que pour la veille de l’an, on les vend à 2,50 euros. Ils ne sont pas en rupture de stock, les arbres croulent sous les fruits, mais l’aubaine est bonne : les vacanciers arrivent, il faut faire des marges.

Des letchis fraîchement cassés...

Cette année, j’ai de la chance, je n’ai pas besoin d’en acheter, et ceux que je peux cueillir chez Gaëlle, je sais qu’ils ne sont pas traités. Sur les étals, ils ne sont pas toujours de première fraîcheur, et sentent parfois le produit, mais là dans ce beau jardin créole, ils sont on ne peut plus frais… J’ai une gaffe spéciale pour atteindre les branches. Et je trouve toujours des volontaires, comme un voisin ou un ami, pour me les « casser » (en créole cela signifie cueillir). Quel bonheur !

Des letchis fraîchement cassés...
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans fruits de la Réunion
commenter cet article
30 décembre 2015 3 30 /12 /décembre /2015 17:31

J’étais surprise en arrivant à la Ravine Blanche ce mardi 29 décembre ! En général, -sauf le samedi, jour de marché- l'endroit ne fourmille pas de monde.

Or un nombre impressionnant de familles s’étaient donné rendez-vous ici hier avant le coucher du soleil pour passer un bon moment ou manger ensemble près de l’océan.

Les enfants, sous l’œil vigilant des parents, vaquaient à des occupations très diverses : jeux dans les galets, baignade, pêche, au football, douche, jeux avec les coraux morts… Les adultes jouaient aux raquettes, à la pétanque ou au rugby… Certains restaient là à admirer le coucher de soleil… pendant que d’autres préparaient les agapes.

Familles de sortie à La Ravine Blanche
Familles de sortie à La Ravine Blanche
Familles de sortie à La Ravine Blanche
Familles de sortie à La Ravine Blanche
Familles de sortie à La Ravine Blanche
Familles de sortie à La Ravine Blanche
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans océan
commenter cet article
30 décembre 2015 3 30 /12 /décembre /2015 16:59

Hier soir, mardi 29 décembre, Martine m’a invitée à un pique-nique à la Ravine Blanche. « Rejoins-nous près du boulodrome vers 19 heures ! » était son message.

Une animation formidable régnait sur cette partie du front de mer de St Pierre. En attendant mes amis je m’y suis promenée pendant une petite heure. (Ce sera l’objet d’un autre article.)

Avant dix-neuf heures les familles choisissent des places près des lampadaires et pour cause… il faut que la table du pique-nique soit éclairée… La plupart apportent leur chaise pliante. D’autres préfèrent les bancs, les nattes, d’autres encore de bonnes chaises en plastique, on vient là en 4X4, ou avec des camionnettes où on a chargé les accessoires pour la fête, parfois même une sono… (Pas le top quand certains montent le son, mais ce soir-là c’est discret)

Et pour être plus près de l’eau et de la place du repas, certains n’hésitent pas à ôter les plots qui délimitent la pelouse. On vient avec les voitures sur le gazon… Incroyable ! et personne ne dit rien !

Voilà, le décor est planté : l’océan est à deux pas et ceux qui sont tentés se baignent dans l’eau tiède. Un délice à cette heure de la journée ! Le soleil est déjà couché quand Annick, Martine et moi nous sortons de l’eau. Pendant ce temps Marie Pierre a posé la nappe dans le sable, Marie Claire a débouché le rosé, Michel a installé les chaises… Vers 20 heures tout le monde est là : la famille venue de métropole pour les vacances est aussi de la fête ce soir-là. Certaines tablées sur le site comptent jusqu’à 25 personnes ! Ceci explique cela

Pique-nique à la Ravine Blanche.

Chacun –sauf moi- a pensé à apporter son assiette, ses couverts, sa timbale, c’est toujours toute une organisation ! Mais comme mes amis savent que je n’y pense pas forcément, ils ont toujours une timbale ou une assiette de secours…

On commence par l’apéro: punch coco, dodo, vin … bouts de pizzas, pain aux achards. Arrive la salade composée. Puis suit le repas : deux gamelles en alu trouvent leur place au milieu de la nappe. Marie Pierre et Laurence ont préparé deux caris dont un cari- bichiques. Je n’ai plus faim, mais j’y goûte ! Et pour finir gâteau à la papaye, pâté créole et gâteau papaye… Chacun a mis la main à la pâte et on goûte à tout. C’est ça la Réunion ! Réunion des amis, réunion des plats, réunion des zoreilles et des créoles …

Pique-nique à la Ravine Blanche.
Pique-nique à la Ravine Blanche.
Pique-nique à la Ravine Blanche.
Pique-nique à la Ravine Blanche.
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans tradition
commenter cet article
29 décembre 2015 2 29 /12 /décembre /2015 14:14

Au fil du temps, le pont qui enjambe le Bras de la Plaine sur 305 mètres se transforme. La vue sur la ravine perd de son charme, mais sécurité oblige…

Compte tenu de toutes les chutes, souvent volontaires, cette œuvre d’art, est désormais bardée de fils de fer barbelé et flanquée de panneaux de mise en garde.

Communément appelé « pont des suicidés », ce pont attire malgré tout les badauds qui peuvent se garer à proximité immédiate sur un parking qui accueille aussi une cabane de souvenirs, bien placée ici, en raison de l’affluence de touristes.

Actuellement l’accès aux kiosques situés en bordure du pont est également condamné, peut-être en raison de travaux de sécurisation ???

« Le pont de l’Entre-Deux » sécurisé…
« Le pont de l’Entre-Deux » sécurisé…

Rien à voir avec la vue qu'on avait autrefois sur le Bras de la Plaine sans les barbelés...

« Le pont de l’Entre-Deux » sécurisé…
« Le pont de l’Entre-Deux » sécurisé…
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans circulation
commenter cet article
28 décembre 2015 1 28 /12 /décembre /2015 11:18

J’ai été invitée par mes amis, Nicole et Jean Paul, pour réveillonner avec eux en famille. Une soirée formidable où les voisins, les nièces, neveux, oncles, tantes, grands-mères étaient de la fête. Plus de vingt personnes…Et tout se passait sous la varangue et dehors. Tables décorées de bougies, et de fleurs de flamboyants, guirlandes colorées et scintillantes partout, guirlandes lumineuses, sapin (cryptoméria) décoré au pied duquel les cadeaux étaient disposés… Vous me direz, pas trop différent de la métropole, si ce n’est que ça se passe à l’extérieur, au chaud !

Veillée de Noël dans une famille réunionnaise...

Il existe cependant des différences : notamment au niveau du repas . Ce soir-là, chez mes amis, on déguste des toasts, on fait griller des camarons et on les flambe, on fait chauffer des sarcives, on mange des bonbons piments, des samoussas, des salades… Dans d’autres familles cela se passe certainement différemment. Ne pas faire de généralités à partir d’une expérience…

Punch coco fait maison, whisky , dodos… sont ce soir-là les boissons péi les plus consommées ! Eh oui, le whisky a la côte à la Réunion, il détrône le rhum aux grandes occasions.

Veillée de Noël dans une famille réunionnaise...
Veillée de Noël dans une famille réunionnaise...
Veillée de Noël dans une famille réunionnaise...

Même pour une fête en famille, on revêt ses plus beaux habits : jupes noires à frous -frous, robe rouge, paillettes, bijoux… On se hisse sur des talons aiguille. Les hommes mettent leur chemise et leur pantalon, et des chaussures…

Ensuite, ce qui frappe est que le père Noël passe dans la maison pour remettre les cadeaux en demandant « si on était sage ». Et on se souhaite « Joyeux Noël » à MINUIT ! C’est surprenant. Alors qu’en métropole c’est au passage vers la nouvelle année qu’on se congratule à minuit.

Une autre différence notable est l’usage des pétards au cours de la soirée. Les « grands enfants » s’amusent » pendant qu’on se bouche les oreilles! et les feux d’artifice à minuit dans le ciel de Saint Pierre ont de l’avance… A minuit on allume de longues bougies magiques et chacun s’amuse à les voir étinceler.

Les jeunes s’amusent à chanter ensemble, avec un micro, en téléchargeant des musiques avec paroles sur Youtube (mie à la page oblige, ici on a la wifi ). On chante en anglais, en français, en créole et on se trémousse. Danse séga aussi, peu importe l’âge… Gilda à 93 ans se bouge toujours...

Veillée de Noël dans une famille réunionnaise...

Et même si on se couche tard, on se lève quelques heures plus tard et ce 25 décembre. On balaye les reliquats de pétard, remet de la déco, lave les verres, épluche des oignons, de l’ail, on continue la fête avec un cabri massalé, gros pois citrouille, préparé par Jean Paul… Et tout le monde revient, d’autres se rajoutent… c'est ça "la R(r)éunion"

Veillée de Noël dans une famille réunionnaise...
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans ami(e)s
commenter cet article
27 décembre 2015 7 27 /12 /décembre /2015 21:29

Quelques jours déjà avant Noël, des pétards isolés éclatent aux quatre coins de l’île… On s’entraîne- comme s’il fallait s’entraîner !-

Parfois cela tape sur les nerfs surtout quand on revient du travail et qu’on aimerait dormir ou quand on est concentré sur une tâche et que le bruit claque à deux pas.

Le soir du 24 décembre, dans la plupart des cases, c’est re-belote et là ça gagne en intensité. On dirait des feux nourris de mitraillettes. Sur une radio de l’île on conseille même de mettre son chien à l’abri et de lui diffuser de la musique apaisante, style « radio nostalgie ».Il n’est pas rare de voir des chiens complètement égarés, apeurés qui sautent des clôtures pour échapper au bruit.

" Dans une église où se tenait la messe de minuit, l'office a été interrompu par ces rafales", raconte Tine.

Chanter "Douce nuit, sainte nuit" semble incongru dans ce contexte ! Le message de paix des chrétiens est en décalage avec ce qu'il est convenu d'appeler "une nouvelle tradition"

On se dit que c’est bel et bien fini quand le 25 décembre on a fini de balayer la cour et que tous les débris des explosifs sont ramassés. Que nenni, dans certains coins, ça recommence le lendemain du réveillon..

Et à l'instant où je rédige ces lignes - il est 21h25 au Dassy, nous sommes le 27 décembre - on entend encore des explosions de pétards… Ca ne finira donc jamais ! Ne peut-on pas manifester sa joie de manière moins virulente ?

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans tradition
commenter cet article