Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 février 2017 1 13 /02 /février /2017 16:57

En passant au Baril, non loin de St Philippe , je me suis arrêtée pour acheter des gousses de vanille à la boutique Leichnig. C'est Judicael Serveaux, le gendre des propriétaires, qui m'a accueillie. Je l'avais déjà rencontré au marché de St Pierre samedi. Et là déjà, nous avons bien bavardé. 

Quand je suis arrivée, il était en train de trier les gousses déjà sèches, les mettait en paquets. 

Très gentiment, il m'a montré le séchoir, puis un carré de plantations qui a été créé là en 2014. Au pied des lianes tuteurées, on voit le compost fait de paille de palmes. 

C'est sur le versant de la colline que sont cultivés la plupart des plants. Ce sont  environ 800 kg de cette manne qui sont récoltés chaque année. Le travail est long et fastidieux : planter, marier les fleurs à la main,récolter, transformer... ce qui justifierait le prix de la vanille. 

Judicael m'explique qu'il faut compter trois ans avant qu'un plant ne fasse des fleurs et des gousses. Avant de les sécher on les trempe dans de l'eau chaude, mais non bouillante...certains producteurs, les mettent au congélateur lieu de les chauffer, me précise -t-il...

Le plus souvent,  les lianes de vanille grimpent le long de troncs de palmistes, letchis ou goyaviers. 

Il tenait aussi à me montrer une fleur de vanille inédite : "la vanille-banane". De couleur Jaune, cette fleur pousse sur de grosses lianes, mais il lui faut de la lumière pour naître,  contrairement aux autres fleurs de vanille qui ont besoin d'ombre pour s'épanouir...  

Nous avons aussi parlé de la vanille de Madagascar qui concurrence celle de La Réunion. Il paraît que sur la grande Ile, les prix aussi se seraient envolés. 

Chez un producteur de vanille au Baril.
Chez un producteur de vanille au Baril.
Chez un producteur de vanille au Baril.
Chez un producteur de vanille au Baril.
Chez un producteur de vanille au Baril.
Chez un producteur de vanille au Baril.
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans fruits de la Réunion
commenter cet article
11 février 2017 6 11 /02 /février /2017 13:07

Comme les derniers vents liés à la tempête Carlos ont fait tomber les fruits, il suffit de se baisser pour les ramasser… C'est le cas pour les mangues et pour bien d'autres fruits tropicaux.

Voilà la cabosse ouverte tombée d'un noisetier de Cayenne encore appelé "pistache arbuste".

 

Fruit de pistache arbuste, coque ouverte
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans fruits de la Réunion
commenter cet article
9 février 2017 4 09 /02 /février /2017 21:16

Avant le passage de Carlos, Marie Hélène qui possède un beau verger à Etang Salé les Hauts, nous a invitées, Jacqueline, Nicole et moi à venir récolter des mangues avec elle. Après les pluies, tout sera à terre et les fruits ne se conserveront pas longtemps... les arbres qui poussent là sont donnent des mangues très variées : mangues José, mangues américaines, mangue Bruni, mangues malgaches...  "il existe plusieurs espèces de mangues José" , nous explique -t-elle... quelqu'un lui a offert un livre sur les mangues, mais identifier les différentes sortes est très difficile...
Comme elle met ses mangues en bocaux, je lui ai proposé de passer une journée avec elle pour l'aider : nous préparerons des mangues au sirop...

Le temps des mangues...
Le temps des mangues...
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans fruits de la Réunion
commenter cet article
9 février 2017 4 09 /02 /février /2017 21:01

Asteur la mer lé sec...
A la faveur de la marée basse plusieurs familles de Grands Bois sont descendues ce soir à la  Plage Ti Sable pour ramasser des moules. Munis de couteaux, les "cueilleurs"détachent les moules des rochers... Une dame habitant non loin de là, qui revient de la pêche avec son seau m'en montre le contenu.
Elle m'explique qu'elle va les préparer en bouillon, c'est à dire les nettoyer, les ajouter  à des oignons et a de l'ail frit, et les faire cuire dans de l'eau salée. Et elle accompagnera ce bouillon de moules de mais sosso et de pois. Elle se régale à l'avance. Pour en faire un cari, il n'y en a pas suffisamment...

Voir les commentaires

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans océan recettes
commenter cet article
8 février 2017 3 08 /02 /février /2017 08:55

Hier, comme le temps était gris et que des trombes d'eau s'abattaient sur l'île, j'ai écouté Radio Freedom pour me tenir au courant de la situation météo. On aurait dû mal à concevoir un tel monopole en métropole :  cette Radio gère tous les bobos de l'île et de ses habitants.

Là, une dame signale affolée qu'un morceau de route vient de se détacher et craint qu'une voiture  ne tombe dans son jardin, et immédiatement on prévient la voirie communale qui intervient dans les minutes qui suivent. Puis c'est un auditeur qui appelle pour dire qu'il s'est pris un paquet de mer sur le pare-brise, un autre pour raconter que la Rivière Langevin est en crue, ou encore pour dire que la pluie s'est arrêtée chez lui...ou encore pour demander si l'assurance prenait en charge les dommages subis...la Radio est en liaison avec les pompiers, les communes, les hôpitaux,les écoles, elle fait le trait d'union entre la population et les services. Très louable et efficace. 
Le revers de la médaille : auditeurs font une confiance aveugle à la radio et même se mettent en danger pour elle. Je ne sais combien de fois j'ai entendu la responsable à l'antenne demander à l'auditeur de faire une photo ou un film de l'événement pour les transmettre à la radio... c'est irresponsable ! même si c'est tentant pour l'auditeur de se mettre en danger pour avoir son film publié.
Parfois aussi c'est la cacophonie. Et nombreux sont ceux qui appellent pour ne rien dire...on n'est pas obligés d'écouter, me dira-t-on, c'est vrai ! 


Mais sans Radio Freedom, La Réunion ne serait pas La Réunion...

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem
commenter cet article
8 février 2017 3 08 /02 /février /2017 08:14

Depuis des mois, il n'a pas plu dans le sud de l'île. Même Petite Ile souffrait de manque d'eau : il fallait arroser les jardins, l'herbe était brûlée. 
A la faveur de la tempête tropicale Carlos qui  s'est approchée de La Réunion, des trombes d'eau s'abattent sur les hauts depuis quatre cinq jours, une bonne pluie qui donne un coup de fouet à la végétation. 
De nombreuses écoles sont fermées, certains radiers sont infranchissables. Celui de la balance des Casernes à Saint Pierre par exemple. La route de Cilaos est fermée à la circulation. Pour les usagers de la route, pas facile ce matin... faut prendre son mal en patience, ou se lever plus tôt. 

 

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans temps
commenter cet article
5 février 2017 7 05 /02 /février /2017 18:07

Quand on parle de pistaches â La Réunion, la plupart du temps il s'agit de "cacahouètes" mais on connaît aussi ici un arbre venu d'Amerique qu'on appelle "pistache arbuste"

On l'appelle pistache arbuste ou noisetier de Cayenne. Son nom latin est "pachira glabra". C'est un arbre qui donne de grosses coques vertes, semblables à des cabosses de cacaoyer. Son tronc est vert et l'user.  L'arbre peut atteindre 5 à 15 mètres... l'appellation "arbuste" à de quoi étonner. On le trouve parfois dans les jardins créoles dont les propriétaires aiment les fruitiers.
Quand le fruit tombe à terre, il éclate et on recueille ses graines, de jolies graines rondes marbrées de blanc qu'on peut consommer crues, grillées ou cuites... Leur goût ? Il se rapproche de la noisette.

 

Pistache arbuste !
Pistache arbuste !
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans fruits de la Réunion végétation
commenter cet article
5 février 2017 7 05 /02 /février /2017 13:37

Certains Réunionnais prétendent qu'on ne peut avoir à la fois le cyclone et l'éruption volcanique. Mais ces " ladi lafé" (rumeurs) sont bien démentis cette année : le Volcan de la Fournaise  crache toujours et un cyclone qu'on vient en baptiser Carlos s'approche des côtes réunionnaises. Nous voilà en alerte pré-cyclonique. Hier j'ai fait mes réserves d'eau, de bougies, de vivres... la bouteille de gaz a été remplacée... me voilà parée."

Éruption et cyclone...
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem
commenter cet article
5 février 2017 7 05 /02 /février /2017 13:25

En ouvrant le site zinfos974, je suis tombée sur une vidéo remarquable réalisée par M. Dupuy. Comme je pense qu'on est dans le Domaine public, j'aimerais vous la faire partager. Un drone a filmé l'éruption de jour et de nuit, du beau spectacle ! Cela mettra aux frustrés qui n'ont eu l'occasion de l'approcher, de prendre du plaisir sans se fatiguer...

Même le fond musical invite à la rêverie...Bravo !

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans Volcan
commenter cet article
4 février 2017 6 04 /02 /février /2017 18:49

Promenade vers le Cap Jaune.
1 heure ou 1h30  aller-retour (prévoir couvre-chef et eau)

Monter au Piton de la Fournaise hier ne me disait rien : voir l'éruption sous la pluie, trop peu pour moi ! Les nuages couvraient tous les sommets. Comme j'avais déjà assisté à deux éruptions, j'ai opté pour une balade sympa en solo dans le sud de l'île. Craignant ne plus pouvoir faire cette petite rando avant les grosses pluies annoncées en raison d'une tempête tropicale qui s'approche actuellement des côtes, j'ai pris cette décision sans sourciller.

À VIncendo, derrière St Joseph, j'ai pris le chemin de la marine, ai garé ma voiture sous les vacoas et ai cherché le départ de la balade. Le sentier démarre près d'un panneau à l'entrée de la marine à droite.
Le sentier longe l'océan, s'en approche, s'en éloigne, passe dans des zones sablonneuses, parfois sur du basalte. Il est assez exposé au soleil, et parfois on est ravi de passer sous des vacoas, des filaos. Quand il s'approche des falaises, on peut assister au vol d'un paille en queue ou regarder les vagues se fracasser contre la roche noire. On aurait aussi envie de marcher pied nus sur l'herbe douce qui tapisse par endroit la côte.
Des taches de peinture blanche balisent le chemin, cela évite de faire des choix pas trop heureux, comme trop s'approcher des falaises.
Le but de cette promenade était en voir les roches jaunes au bout du parcours. Le sentier traverse une zone boisée avant qu'on n'atteigne l'endroit. Des oiseaux  gazouillent là, on entend même un coq...
Un chemin très escarpé et très glissant descend vers la crique, à déconseiller aux gens sujets au vertige, ou aux promeneurs mal chaussés. Ça glisse. Le sable fin coule sous les pieds...et à un endroit ce sont des cordes qui permettent la descente et la remontée.
Vue d'en haut la roche jaune est tout aussi impressionnante. Inutile de se mettre en danger.
Au retour,  on apprécie la vue sur l'océan, les hauts de VIncendo, et la marine, comme le font aussi ces deux martins perchés sur la roche noire.

Le Cap Jaune à VIncendo
Le Cap Jaune à VIncendo
Le Cap Jaune à VIncendo
Le Cap Jaune à VIncendo
Le Cap Jaune à VIncendo
Le Cap Jaune à VIncendo
Le Cap Jaune à VIncendo
Le Cap Jaune à VIncendo
Le Cap Jaune à VIncendo
Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans randonnée promenade
commenter cet article