Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 20:10

Nous venons de trouver dans notre boîte aux lettres notre « avis de démoustication » de l’ARS (Agence Régionale de Santé). Nombreux sont ceux qui s’en réjouissent, notamment ceux qui redoutent le chik.  On sait que la toxicité des produits utilisés est avérée, mais nous dit-on toute la vérité ?

Voulant faire preuve de transparence, l’ARS stipule que l’insecticide utilisé contient de la deltamethrine. Et d’ajouter « cet insecticide peu toxique pour l’homme peut cependant provoquer des irritations chez les personnes sensibles en cas d’exposition. »

D’ailleurs ce traitement « ne serait pas réalisé dans les périmètres de protection des captages, ni à proximité des cours d’eau, des bassins de pisciculture, ni des ruchers de la Réunio »n 

Or, en faisant des recherches, j’ai trouvé  que ce produit,  classé T (toxique aigu) très toxique pour les organismes aquatiques, peut entraîner des effets néfastes à long terme pour l’environnement aquatique. La deltamethrine est également classée « perturbateur endocrinien » selon l’Union Européenne.

          L’Agence de Santé Océan Indien, dans l’avis de passage qui est prévu dans la nuit du 18 au 19 mars à Trois Mares, formule des précautions d’usage à prendre avant traitement et après traitement. Avant, il faut fermer les portes, les fenêtres, couvrir les bassins et les aquariums, mettre à l’abri les tortues. Après, 30 minutes portes et fenêtres doivent restées fermées, pendant 6 heures il faut éviter de pénétrer dans la zone traitée, et laver et/ou peler fruits et légumes avant de les consommer.

Le traitement est certes utile, l’Ars informe la population des risques. Encore faut il espérer que tous se donnent la peine de lire l’avis. Le traitement n’est pas anodin. Un poison reste toujours un poison…

Partager cet article

Repost 0
Published by Jacqueline Dallem - dans Santé
commenter cet article

commentaires